lundi 20 avril 2015

Un plus petit que soi

Le chat est l'âme visible de la maison.
Jean Cocteau


Mon homme et moi, nous avions toujours dit que nous voulions un chat. Un jour. On s'était même fixé une échéance : quand Louiselle serait continente. Dans notre esprit, j'imagine qu'il devait y avoir un vague rapport entre les deux - la continence de Louiselle et le fait d'avoir un chat ? Allez savoir. Une fois ce delai fixé, il restait dans un coin de notre tête : "Un chat ? Oui, oui. On aimerait bien. Quand Louiselle sera continente."

Seulement, dans un autre coin de notre tête, règnait une certaine perplexité : un chat ??? Mais enfin, cela n'était pas possible.  Mettez Antonin et Louiselle à côté d'un animal quel qu'il soit et voyez : ce n'est pas possible. La pauvre bête n'a plus aucun répit, elle en est réduite à fuir ou à attaquer. Et je la comprends.

Un chat ? Bon, mais alors, pas un chaton, trop fougueux. Un chat ? Mais sans dents et sans griffes. Un très vieux chat. Mais qui ne soit pas cardiaque, car dans cette maison...

Un chat ? Où trouver un chat ? Dans un refuge, ou à la SPA, bien sûr. Mais alors, il aura un vécu, ce chat. Un vécu pas forcément chouette - et un certain nombre de traumatismes liés. C'est un risque tout de même, d'adopter un animal qu'on ne connait pas et de le lâcher en patûre à l'amour débordant de ses enfants... C'est sûr : ça finirait par des morsures enragées et des yeux crevés.


Vous allez dire que j'enjolive, mais je vous conjure de me croire quand je vous dis que le premier jour où je l'ai vu était précisemment le jour où Louiselle décida qu'elle ne porterait plus de couche. C'était un samedi. Le 21 fèvrier 2015. Il faisait un froid !!

En le voyant je me suis dit : "Tiens, je ne connais pas ce chat, je me demande à quel voisin il appartient...".

Le chat est resté une semaine. Chez nous. Il n'allait pas explorer les autres jardins, mais avait l'air de considérer le nôtre comme le sien.  Il se roulait en boule sous un certain arbuste et dormait. J'ai mené une enquête... Personne ne le connaissait. Un jour, il a miaulé à notre porte, nous l'avons fait entrer, nous l'avons nourri. Il nous avait adopté.

Vous l'avez compris, nous n'avons pas choisi ce chat, c'est bien l'inverse qui s'est produit. Et le mieux reste à venir : j'ai immédiatement senti que je pouvais lui faire confiance. Les enfants l'ont tout de suite beaucoup aimé - et beaucoup tourmenté. Il est toujours resté stoïque. 

C'est un chat un peu bizarre : il est pris de crises de miaulements incompréhensibles tous les matin à 7h00, il nous fait la fête quand il nous retrouve et se couche à nos pieds sur le tapis, il ne jouit pas d'un équilibre et d'une souplesse légendaires, il aime les Curly (si). Il a un léger strabisme, il considère de son devoir de saccager mon potager tous les jours, il ne sait pas ronronner, il ne sait pas chasser, il adore se lover contre les téléphones et les ordinateurs et regrette fort que nous n'ayons pas la télé. Il fait tous ses besoins dehors et ne monte pas sur les tables. Il ne s'énerve jamais, et semble ignorer qu'il a des dents et des griffes. C'est notre chat ! :-)


Il n'est pas facile de décrire tout ce que ce chat fait pour nous, dans notre vie de tous les jours. Dès qu'il entre dans la pièce, quelque chose se passe. "Ah, le chat !". Les sourires s'affichent sur les lèvres, l'enfant un peu nerveux se calme... "Le chat, le chat, chut, chut, voilà le chat ! Bonjour, le chat ! Qu'est-ce que tu veux, le chat ?" Le chat est une personne très importante pour mes enfants, qui lui parlent, lui expliquent les choses, l'ensevelissent sous les couvertures et les jouets - et testent les différentes manières de le "caresser" ("Maman, quand je lui tire les oreilles, le chat, il aime pô !!")... Ce sont les enfants qui se chargent de remplir ses gamelles et d'ouvrir et fermer les portes sur son passage - ils se battent presque pour avoir ces responsabilités !

Ce chat n'a pas de nom, ou plutôt, il en a plusieurs : interaction, empathie, bonne humeur, anti-stress... et apprentissage !

Oui, apprentissage : saviez vous que des études ont été menées, au cours desquelles on demandait aux enfants de lire un texte 1. Seul. 2. À un adulte. 3. À un autre enfant. 4. À un animal. Face à l'animal, l'enfant se sent en confiance, il se sent grand et important, calme - et lit beaucoup mieux !

Je suis bien contente que ce chat ait choisi notre maison. :-)

17 commentaires:

  1. Nous avions deux chats et avions décidé que plus jamais nous n'en aurions après ceux là. Une histoire de chats pas très interactifs, ils venaient chez nous pour manger et dormir mais seuls. Et puis, nous en avons perdu un fin 2012. Aucune envie de notre part d'en avoir un autre. Et l'été dernier, une de mes collègues donnait des chatons, ils étaient gris. On a dit ok mais, on voulait une femelle. Au retour des vacances, le 30 aout, nous avons fait un crochet pour récupérer le chaton, surprise du retour pour mes choupettes. Elles étaient ravies.
    Et depuis, notre Plume nous a réconciliés avec la gente féline. Elle nous "colle" tout le temps, réclame des caresses, ronronne à tout va, s'assoit sur le canapé à côté de nous, voir se met sur nos genoux, elle accueille les filles au retour de l'école ou du lycée... Le bonheur quoi ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai toujours vécu avec des chats quand j'étais enfant, je n'aurais pas pu m'en passer à l'âge adulte ! Ganesha m'accompagne depuis plus de sept ans (déjà !) et moi aussi je pointe chez les propriétaires de chats bizarres ! C'est un vrai pot de colle avec nous, particulièrement avec M. Boubou, elle cherche toujours à s'installer sur nos genoux en ronronnant très fort mais elle craint et fuit Soren depuis sa naissance ! Peu à peu leurs rapports se réchauffent mais ce n'est pas gagné ! Cela dit, il ne lui en tient pas rigueur puisqu'il s'occupe tous les jours d'elle, comme les tiens, il lui donne à manger, la fait sortir, la fait rentrer etc. et j'adore quand il la gronde ;-).

    Je crois que ce chat sans nom a choisi une bonne maison, il l'a senti :-D !

    RépondreSupprimer
  3. coucou Elsa ;-)

    rien à voir avec le chat mon commentaire mais as tu vu cela???
    http://apprendreaeduquer.fr/des-jeux-sur-miroir-une-infinite-de-possibilites-inspires-par-reggio/

    Reggio encore et toujours ;-)
    bisous et bonne soirée!
    Sofia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Sofia
      Merci de m'avoir découvert ce blog, je suis à fond dans la pédagogie Reggio :-)
      Je le met dans mes favoris

      Supprimer
    2. Merci pour le lien, Sofia ! :-)

      Supprimer
  4. J'adore ! :)
    Nous n'avons pas d'animaux personnellement, mais entre les poules et les cochons dans la ferme voisine, les chèvres, chats, chien chez d'autres amis, et tous ceux qui sont "à tout le monde" dans le village, il y a de quoi assouvir les besoins de nos filles ! Enfin, pour l'instant... ;)

    RépondreSupprimer
  5. Mais c'est un chien que vous avez ! :)

    RépondreSupprimer
  6. Carlotta (toujours la soeur de Virginie)21 avril 2015 à 10:02

    Quel joli récit d'adoption ! Merci Elsa et longue vie au chat ! :D

    RépondreSupprimer
  7. Merci, merci, merchat pour ce billet si vrai. Nous avons aussi ici un chat "venu de nulle part" qui nous a choisi comme famille et qui transmet tant de bonnes choses aux petiots/ et moi je dis que vivre sans bêtes, pour les enfants, ça fait passer à côté de plein de choses !

    RépondreSupprimer
  8. C'est juste adorable.
    Par contre, par précaution, il faudrait peut être vérifier chez un vétérinaire qu'il n'ait pas de puce électronique et le faire tester contre la leucose (et idéalement le/la stériliser)...
    Mon commentaire est tellement peu romantique face à un si joli récit mais c'est la bénévole qui prend le dessus..

    RépondreSupprimer
  9. moi aussi je rajoute mon petit grain de sel : je te conseille vivement la visite chez le véto pour au moins le faire vacciner, vermifuger et mettre de l'anti puce. Je crois qu'avec des enfants quelques précautions sont nécessaires.
    Bien souvent, c'est le chat qui choisi ses proprio et ils font toujours le bon choix ;) Flo

    RépondreSupprimer
  10. Quelle belle histoire, qui ne peut que m'émouvoir en tant que félinophile devant l'éternel :-D.

    Ma grand-mère (paix à son âme !) ne comprenait pas que mon mari et moi ayons adopté un chat avant d'avoir des enfants, ce n'était pas dans l'ordre des choses pour elle !

    Nos deux minettes font aussi la joie de notre fils, qui se plaît à les nourrir, les brosser, les caresser, les "gronder" quand elles montent sur les tables, à leur dire de ne pas sortir quand il fait nuit... et même les regarder faire leurs besoins, tout est instructif !!!
    Et tout récemment, je lui ai fait découvrir le ronronnement, et les coussinets, qu'il a pu toucher lorsque les fauves étaient endormis :-).
    J'espère qu'au fil des années il gardera l'envie de jouer avec elles et de les câliner ! Je note l'idée pour dans quelques années de lui faire lire un livre devant un chat.

    Ces animaux sont tellement apaisants, amusants, surprenants, parfois câlins...Mais attention aux dégâts lorsque nos chers compagnons quadrupèdes disparaissent :-/...
    [Attention, histoire triste] Nous avons adopté notre premier chat à la SPA en 2008, et mon mari a noué une relation très complice avec elle. Hélas, nous fûmes traumatisés un soir de mars 2009 alors que nous rentrions à la maison. En arrivant dans notre rue, nous aperçûmes un chat gisant au milieu de la chaussée...c'était notre minette, son corps était encore chaud, un petit filet de sang coulait de sa gueule. Le véhicule qui venait probablement de la renverser n'avait même pas pris la peine de s'arrêter pour déposer son corps sur le trottoir. Je la pris dans mes bras, nous remontâmes en voiture et filâmes aux urgences vétérinaires, à quelques minutes de chez nous. Mais c'était trop tard.
    Mon mari était inconsolable.
    Je me suis dit qu'il fallait rapidement adopter un autre chat pour qu'il retrouve un peu de joie de vivre.
    J'ai guetté les annonces de dons de chatons. Et me suis finalement déplacée pour l'une d'elle, chez un particulier qui avait déjà une chatte (la mère des chatons) et un chien. Quatre chatons de la même portée étaient adoptables, dont deux sœurs qui se ressemblaient beaucoup. Je n'ai pas su choisir entre les deux, alors j'ai décidé d'adopter les deux et d'en faire la surprise à mon mari. Sa première réaction a été houleuse, il les a rejetées et m'a accusée de vouloir remplacer notre chatte précédente comme si c'était un objet consommable. ça n'était pas mon intention :-(.
    Puis elles l'ont rapidement apprivoisé. Les chatons sont tellement joueurs et pots de colle !
    Mais nous avons pris des précautions pour ne pas revivre le même traumatisme : nos chattes ne sortent que lorsque nous sommes à la maison. Il semblerait qu'ainsi les chats s'éloignent moins du domicile que s'ils restent dehors jours et nuit, et en l'absence de leurs hôtes.
    Nos chats dorment dedans. Hop hop hop, on les appelle à la tombée de la nuit, ce qui amuse beaucoup notre fils, un peu moins nos voisins lol.
    Et puis nous avons décidé de nous loger en pavillon au fond d'un chemin privé. Finies les rues passantes, même les rues de lotissements.
    Malgré cela bien sûr, un animal reste incontrôlable et on ne peut pas le protéger de tous les dangers...alors il fait se préparer à être triste à leur disparition.

    RépondreSupprimer
  11. chez nous c'est l'inverse, il y a deux chats et un enfant :-). Ils étaient là avant la naissance de Titange et chacun deux à un caractère bien particulier, elle est une vraie carpette et Titange peut faire ce qu'il veut (dans la limite du raisonnable: pas frappé, caresser doucement, pas hurler à ses oreilles...) et l'autre fuit dès qu'il le voit sauf le matin où il vient quémander des caresses.
    Hé bien je dois avouer que c'est un formidable apprentissage pour L'enfant: il apprend la douceur, l'autre qui est différent, que chaque chat a son caractère et que c'est pas pareil, il adore les nourrir depuis qu'il marche...
    c'est même le chat qui a eu droit à ses premiers bisous (maman toujours pas :-( , et de leur côté les chats ne se comportent pas avec lui comme avec nous: ils gardent leurs griffes rentrées plus longtemps, ils s'écartent quand il remplit la gamelle (alors que nous devons nous battre et ne pas trébucher).
    j'ai juste un peu peur quand ils deviendront plus vieux et qu'ils nous quitterons, commencera le difficile apprentissage du deuil...

    je ne commente pas souvent mais j'adore lire vos articles et y pêcher des idées... ou simplement passer un bon moment de lecture.
    bonne continuation
    Nanou

    RépondreSupprimer
  12. Je trouve ça juste fabuleux comme histoire !

    RépondreSupprimer
  13. Quelle jolie histoire ! Votre chat, aussi bien au niveau du pelage que du caractère, ressemble à ma Cixi.
    Elle était aussi impressionnante. Un jour, elle m'a sauté dans les bras pour me chiper un morceau de chocolat. Elle avait réussi à faire ça sans me griffer.
    Malheureusement, un soir, elle n'est pas rentrée. Cela fait maintenant plus de 10 ans.

    Très joli article, et j'adore votre blog <3

    RépondreSupprimer