mercredi 15 avril 2015

Cinq activités "pré-graphiques" pour les 2/3 ans


Chic, aujourd'hui, un petit article consacré aux activités de la Damoiselle ! Est-ce une impression ou se font-ils un peu rares ? Il est vrai qu'avec 16 mois d'écart d'âge, chacun des enfants a tendance à profiter de ce que je propose à l'autre - et réciproquement ! :-D 

Pour moi, je crains toujours un peu de me répéter : Louiselle vit (bien qu'à sa manière propre) les mêmes stades de développement que son frère au même âge, et mes convictions pédagogiques n'évoluent guère - ou si lentement... Bref, aujourd'hui, je pourrais réécrire à la lettre cet article-là, et je crois toujours qu'une ou deux années passées à expérimenter librement des techniques picturales basiques préparent on ne peut plus efficacement le futur petit scripteur aux compétences qu'on attendra bientôt de lui.

Alors, chez nous, les petits doigts travaillent ! Voici comment. :-)


1. La peinture à doigts

Nous sommes bien d'accord, la peinture à doigt n'a rien d'original. Encore que pour un enfant de deux ans, TOUT soit original. Surtout si le petit aime ça et que la situation se répète souvent. :-D


Les enfants pratiquent la peinture avec les mains depuis l'aube de l'humanité. Dans le monde moderne, quoi qu'on en dise, elle reste cependant une activité " lourde" si on souhaite éviter le grand ménage dans les heures qui suivent. Aux Mamans récalcitrantes, je ne puis qu'affirmer qu'avec le temps et l'expérience, les choses se mettent en place, et que cette activité peut devenir très naturelle. Les parents intègrent, séance après séance, les précautions d'usage qui correspondent aux contraintes de leurs emplois du temps et à la géographie de leur habitat (faut-il prévoir une cuvette, des serviettes ? Faut-il des tabliers, des bâches prêtes à dérouler pour le sol et/ou la table ?)... Et les enfants acceptent rapidement des règles claires telles que : "La peinture, c'est sur le papier", "Dès que tu as terminé, on file à la salle de bain les mains en l'air", etc. :-)


C'est une bonne chose : car la peinture à doigts n'est pas de ces activités qu'il suffit de proposer une seule fois. Peindre avec les doigts, que dis-je, avec la main toute entière, c'est découvrir son corps. Louiselle est en plein dans cette phase jouissive : peindre AVEC son corps, peindre SUR son corps... D'ailleurs, laissez-la seule dix minutes et vous la retrouverez barbouillée de feutre ("C'est le Carnaval, Maman !") des sourcils jusqu'aux orteils en passant par le nombril et les fesses... :-D

(Mon prochain achat en art pla' : des feutres de bain !)


Chez nous, la peinture à doigt est autorisée à n'importe quelle heure, du moment que nous soyons dans l'atelier et que Louiselle et moi nous accordions sur quelques règles simples. En ce moment, il ne se passe pas un seul jour sans que la voix flutée et un tantinet traînante de la Damoiselle ne s'élève : "Mamannnn, je peeeeux peiiiiindre avec les maiiiins ?" :-)


Peindre avec les mains, c'est pratique pour expérimenter les mélanges de manière sensorielle (je ne parle pas que de la vue !). Peindre avec les mains, c'est idéal pour tonifier les 2x36 muscles qui les composent. Peindre avec les mains développe la coordination main-œil, permet l'expression de soi à travers des gestes simples (Je laisse une trace = j'ai un pouvoir, j'existe), met l'accent sur le processus et non sur le produit fini (comme cela devrait toujours être le cas), suscite de merveilleuses conversations sur les couleurs et les tracés. La peinture avec les mains autorise à se salir un peu, et ça !!... c'est inestimable ! :-)


Pensez aussi aux peintures comestibles, et aux peintures avec les pieds (Attention, ça glisse !), voire les coudes, les genoux, le nez... :-)


2. La peinture avec outils


Ah, voilà : si vous cherchez l'originalité, cette fois, tout est possible. Il est à parier qu'il y a encore des situations à inventer dans le chapitre "peinture avec outils". Par exemple, euh... La peinture à la passoire, ça vous tente ? :-)

Après avoir laissé dégouliner...

L'empreinte des mains de mes enfants me fait invariablement songer à l'art rupestre. Mais il en va de même lorsque je les vois manipuler des outils - il me semble revivre dans ma chair cet émerveillement ancestral par lequel on découvre que le bâton est un prolongement de notre bras, que la pierre alourdit naturellement notre geste et lui confère sa force... L'outil nait de l'exploration et de la créativité humaine. Ce n'est que dans un second temps qu'il est amélioré en vue d'un objectif technique. 

... les enfants décident de relier les traces obtenues
à l'aide d'un pinceau.

Fournir aux enfants un éventail d'ustensiles basiques et les laisser expérimenter les possibles, c'est leur donner une tâche à taille humaine. Au sens où peuvent l'être les métiers immémoriaux qui ne nécessitent pas de technologies avancées pour produire un objet simple répondant à un besoin simple. L'enfant doté d'outils se fait artisan, et comme lui, il procède par tâtonnements - essais et erreurs.

S'ensuit un tracé très libre, qui dialogue...

La créativité est proportionnelle à la connaissance que nous avons de nos outils (la main étant le premier d'entre eux, cf. le premier point de cet article !). Alors, une fois de plus, n'ayons pas peur de nous répéter quant aux propositions que nous faisons à nos enfants !

So graphique ! ;-)

3. Les lignes et les billes chinoises


L'activité graphique est tierce : c'est une activité motrice, qui nécessite que nous bougions certains muscles (de manière coordonnée, c'est mieux). C'est une activité perceptive : nos yeux doivent prendre certains repères, car le geste est toujours intentionnel - il va quelque part. Et il va quelque part en vue d'une idée à exprimer : le geste graphique est doté de sens. Pff, pas si simple, tout cela, n'est-ce pas ?


Déplacer et positionner de petits objets de manière précise permet d'affiner les gestes, de coordonner et de contrôler les mouvements des doigts, des mains, des yeux... Les activités de motricité fine sont les corrolaires des activités graphiques... surtout quand elle sont pensées dans ce sens.


Ici, les tracés à suivre ont été choisis pour leurs formes courbes - il s'agit d'une préparation à l'écriture cursive. Je les ai téléchargés ICI.


Encore une fois je n'invente rien, mais voyez : voici une activité facile à monter en quelques secondes... et qui fédère !!!


Car le temps de concentration de mes enfants sur ce type de proposition m'impressionne toujours. Essayez, vous verrez ! :-)


4. Les lignes et les gommettes

Invitation

Très simplement, l'activité motrice se définit ainsi : c'est l'exécution de gestes et de motifs. La question devient : comment inviter le jeune enfant à tracer des courbes et des lignes de manière rythmée et organisée (le graphisme, on l'a vu, étant doté d'une intention sous-jacente par définition). Encore une fois, ce n'est pas simple, et on conçoit vite que la simple passation de consigne ("Allez, fais des traits !") se soldera par un échec.

Coller...

Je le redis : l'activité graphique est une intention. Et le geste enfantin est habité de sens, pour peu qu'on l'y autorise, bien avant que l'enfant ne sache écrire - bien avant qu'il ne s'intéresse même à transmettre du sens. Surfons, surfons, une fois de plus, sur ce que le tout-petit fait si bien sans que nous ayons besoin de le lui apprendre !

... puis contourner, entourer, colorier...

Cela suppose une bonne dose de confiance, il est vrai. Par exemple, plutôt que de fournir des fiches pré-pensées, laisser l'enfant construire son geste moteur dans un espace-feuille qu'il a lui-même balisé

... dialoguer.

Il suffit de laisser à disposition quelques grosses gommettes circulaires, une poignée de feutres - et, éventuellement, quelques billes chinoises. Le reste...

... l'enfant s'en charge ! :-)

5. Les formes à dessin... et compagnie


Je le dis à chaque fois, mais notre utilisation de ce matériel n'est pas montessorienne - le serait-elle que Louiselle ne l'aurait seulement pas eu à ce jour entre les doigts (encore aurait-il fallu que je trouve comment l'empêcher de s'en emparer, mais fermons un peu les parenthèses).


Voyez plutôt : la Damoiselle - qui vient se semer des radis - n'a même pas pris le temps de se laver les mains, et en plus, elle ne tient son feutre correctement qu'une fois sur deux. Je sais, c'est la honte absolue, il faut vraiment que je change le nom de ce blog.


Mais : Primo, Louiselle éprouve une attirance vraie pour ce matériel, et son application à s'en servir est si totale que je ne me vais pas casser sa concentration par une présentation (que je n'ai jamais eu l'occasion de faire, je SAIS qu'il faut que je change le nom de ce blog !). Deuxio, ses progrès sont manifestes, puisqu'elle s'applique à présent à remplir les formes tracées par les motifs graphiques proposés.
 

L'exercice de préhension du crayon ? Effectif. La préparation à l'exercice de l'écriture et au contrôle moteur et visuel du tracé ? Effectif.  Et quid du plaisir et de la concentration ? Effectifs, mon cher Watson, même si c'est au milieu d'un joyeux bazar, et que notre table n'a rien du meuble de référence. On fait avec ce qu'on est.


Et puisque nous sommes ce que nous sommes, nous invitons à notre table d'autres supports modernes qui me paraissent poursuivre des objectifs cousins, j'ai nommé :

Les pochoirs :


Le moins : Contrairement aux formes à dessin, il est rare de trouver des pochoirs qui ne "hachent" pas le geste. Sur la photo ci-dessus, Antonin s'applique d'ailleurs à "réparer" ces brisures qui gâchent son dessin... Car pour que le motif tienne, le fabriquant le fixe en pointillé par des petits ponts en plastique... Essayez vous-même et vous verrez : c'est fort désagréable d'être coupé dans son mouvement... et ça ne prépare guère au geste scripteur, c'est sûr. :-(

Le plus : On dira ce qu'on veut, "dessiner" une vache est plus motivant que de tracer un triangle curviligne. Si. En tout cas, pour mes enfants. ;-)

Les planches à gratter :


Le plus Par rapport aux formes à dessin, elles proposent de travailler une autre compétence. Ici, le geste se fait en aplat. Nos planches à gratter (celles-ci et celles-là) induisent un geste ample, couvrant, qui propose d'explorer l'espace-feuille sur toute sa superficie.


Le moins : Je dois admettre que c'est une compétence déjà largement travaillée par mes enfants, qui passent la majeure partie de leur journée à colorier... Et j'avoue de surcroît que pour l'instant le maniement de ces planches n'est pas aisé, ni naturel, surtout pour ma Damoiselle qui s'en détourne assez vite. 

 
Mais je gage cependant qu'il s'agit d'un bon investissement et que dans quelques années nous reparleront de ce matériel qui permet de "colorier en texture"... On parie ?? :-)


Et chez vous, qu'est-ce qui fait bouger les petits doigts ? :-)

15 commentaires:

  1. Ici ma fille de 2 ans passe beaucoup de temps concentrée sur son ardoise magique : elle trace, elle efface, elle trace, elle efface .... Je ne sais laquelle des 2 deux actions lui plait le plus. J'étais sceptique de ce cadeau recu a Noël au début, mais maintenant je suis impressionnée qu'elle y passe autant de temps. Et son frère de 4 ans est aussi intéressé.
    Anita

    RépondreSupprimer
  2. Coucou !! Merci pour ce chouette article et les belles photos qui l'illustrent (comme d'hab' !). Ici c'est la peinture qui prend la première place du podium, plutôt avec pinceaux et autres accessoires mais je reproposerai les doigts puis le découpage et le collage (grosse passion pour les bandes à couper !) et enfin le dessin libre (feutres, crayons, pastels, craies, gouache solide...tout y passe). Le coloriage n'a pas encore la cote et la pâte à modeler assez peu depuis toujours. Les gommettes lui plaisent toujours beaucoup, notamment avec la collection "Mes docs à coller" de Milan.
    Le réaménagement de notre pièce d'activités Montessori est en cours, les photos sont pour bientôt ;-).
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Elsa

    Voici déjà plusieurs semaines que je prends plaisir à venir lire vos articles et je prends seulement maintenant le temps de vous en remercier !
    Je suis maman d'un petit Paul de 2 ans (et demi ! dirait-il ...) et d'une grande Lison de tout juste 5 ans.
    Nous essayons de profiter autant que possible d'activités en tous genres ensemble... et la peinture en fait partie ... mais je reste dubitative sur le contenu de cette fameuse peinture (produits chimiques ?) - où achetez-vous la vôtre ?
    Merci d'avance
    Bien à vous,
    Lucie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Lucie !

      Merci pour votre retour !

      A vrai dire, j'achète ma peinture en magasin d'art créatif, ce sont des marques de bases (vendues en gros bidons). Il y a quelques mois, un doute m'a prise effectivement et j'ai épluché la liste des ingrédients (quand ils sont indiqués, ce n'est pas le cas de toutes les marques... ?). Mes maigres connaissances en chimie ne m'ont pas permis d'identifier d'ingrédient nocif... Quel(s) serai(en)t le(s) ingrédient(s) en ligne de mire ?

      Sinon, j'imagine qu'il y a moyen d'en acheter sur des sites bio... Ou d'en fabriquer, quoique la peinture au petit-suisse, bon. Ça va un temps, mais ça n'est pas de la peinture (on ne peut même pas garder les œuvres, et le rendu n'est pas très graphique, quand même...) :-/

      Tenez-moi au courant de votre recherche !!

      Supprimer
  4. Bonjour Elsa. Comme elle est magnifique louiselle !! Je me le dis a chaque fois (pour Antonin aussi) mais là je prends la peine de l'écrire :)
    Tes activites sont très inspirantes pour moi qui manque d'idées. Ici il aime aussi beaucoup la peinture avec les mains (quelle est la marque de peinture que tu as choisi?) et aussi remplir la surface avec un rouleau. Mais j'avoue que le bazar laissé me dissuade souvent d'installer cette activité... Il n'utilise guère les autres outils à sa disposition. Il n'y passe pas trop de temps. Son activité artistique preferé c'est le dessin avec les feutres (qui m'émerveille complètement :). Sinon il ne s'intéresse pas aux gommettes ni au coloriage.

    Bon je ne résiste pas au plaisir d'annoncer l'arrivée magnifique de sa petite sœur qui a 2 jours :) je vais relire ton blog du début :):)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Emilie, moi aussi je trouve mes enfants trèèès beaux !! :-D
      (Comment ça, je ne suis pas objective ???) :-D

      Nos gouaches, ce sont des Giotto, "Gouache académie" (marque générique de Dalbe) ou la Wingo (la moins chère, qu'on a dans toutes les classes)... Rien d'original ! :-)

      SUPER !!!! Un nouveau bébé !!! :-)

      Bienvenue à elle, et félicitation à toute ta petite famille !
      Tu viendras nous raconter ses progrès, dis ? :-D

      Supprimer
  5. Ici beaucoup de gommettes, collages libres ou bien les docs à coller de chez Milan qui rencontrent un gros succès. Par phases : pâte à modeler, peinture (ce qu'aime particulièrement Arthur c'est se peindre les mains avec un pinceau !!!) souvent avec pinceaux mais aussi fourchettes, doigts, éponges, bouchons, ... Nous avons fait une fois de la barbouille de bain (idée donnée par une de tes lectrices), il faudrait que j'en refasse. On sort d'une période intensive de coloriage (monochrome !) et ponctuellement il dessine (il a déjà réalisé 2 dessins d'observation Reggio : son blé qui pousse et une scutigère). J'attends le réassort des formes à dessin chez Tangram Montessori pour investir, mais pas avant août :-( Je prends l'idée des lignes et billes chinoises. Merci :-)

    RépondreSupprimer
  6. Coucou !
    Voilà des activités pré-graphiques qui ne sont PAS du graphisme et ça .... c'est ma grande recherche du moment !
    Ce que j'aimerai avoir ta prose, la mienne est laborieuse et directive m'a-t-on dit !

    J'ajoute mon grain de sel :
    - des "cartes à gratter" diY au pistocolle comme on dit chez moi : http://www.freshlyplanted.com/2013/01/create-with-kids-valentines-week_8726.html

    - des activités de gestion de l'espace graphique (on écrit de gauche à droite et de haut en bas) façon Dumont et où l'on peut utiliser des gommettes (recherche les autres activités de ce type sur ce blog) : http://enfantpassisage.canalblog.com/archives/2014/12/05/31089621.html

    - je t'avais fait un post spécial activités à partir des formes à dessin sur mon blog, arrives-tu a y accéder finalement ? http://1001trouvailles.fr/2015/02/activites-de-graphisme.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes grains de sel, l'activité de Sophie pas si sage m'avait échappée, merci ! :-)

      Ben oui, je sais que ce sont tes préoccupations du moment aussi, j'ai pensé à toi en rédigeant cet article, et je suis dégoûtée de ne pas pouvoir te lire (car, non, mon ordi ne veut pas, et comme j'en ai qu'un... J'ai pas encore pensé à me connecter sur ton blog chez quelqu'un d'autre...). A suivre ! :-/

      Supprimer
  7. Bonjour Elsa ! J'ai beaucoup (beaucoup !) pensé à toi aujourd'hui. J'ai suivi une formation sur les jeux d'artistes de Munari, Enzo Mari, Komagata (et encore d'autres). Je pense que tu aurais adoré : on a parlé beaucoup de Reggio également ! C'était à l'école des trois ourses (à paris).

    Je prépare un petit article pour présenter ce qui a été dit, car j'ai vraiment envie de te faire partager cette journée. C'est grâce à toi que j'ai découvert tout cet univers, tu as allumé l'étincelle ! Merci !!!

    PS : il faudra qu'un jour tu nous dises comment tu as fait pour trouver les prélivres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouah, tu me fais bien envie avec cette formation, vivement ton article ! :-)

      Les prélivres ont été offert à Louiselle à sa naissance par notre bande de copains ; attention, ils étaient nombreux (les copains), car c'est très (trop !) cher... Je crois qu'ils les ont eu sur Amazon, bêtement, mais je leur redemanderai. En tous cas, le succès est toujours au RDV, les enfants les adorent, il faut que j'investisse dans d'autres livres de cet artiste, il a fait de si beaux albums !!

      (Tous en vente dans toutes les langues à Reggio Children, d'ailleurs. Ben oui. Bruno Munari est estampillé "Reggio" !) :-D

      Supprimer
  8. Ici, grands tracés libres sur les murs (oui, on repeint tout cet été, alors elle a pu profiter du support grand format pour ses premières explorations graphiques), beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de découpages (j'ai commencé à tout mettre dans la baignoire de bébé pour qu'on en refasse du papier - à découper XD - pour mettre fin à tout ce massacre de pauv' arbres), et de la manipulation d'instruments de géométrie, règle, compas, équerre, T, rapporteur, emporte-pièces... Voui, les emporte-pièces de pâtisserie, quels merveilleux petits objets à détourner, pour en faire le tour avec un feutre, colorier dedans avec un crayon (ou le contenu du pot de peinture)...

    RépondreSupprimer
  9. Je ne trouve pas le nom de ton blog obsolète. il ne s’appelle pas "J’applique Montessori à la lettre" mais "Merci Montessori". Somme toute, tu peux en effet remercier Maria Montessori de t'avoir ouvert la porte vers d'autres horizons, vers une certaine conscience. Sans cette étape tu n'en serais peut-être pas là aujourd'hui. Après tu as tracé ton propre chemin, comme nombre d'entre nous.

    RépondreSupprimer
  10. chez moi ce qui fait bouger les doigts de mon Damoiseau (22 mois) c'est de les agités couverts de peinture, de les observer, et de les barbouiller encore et encore de peinture...
    en tout cas, merci pour le partage de toutes ces activités et de toutes ces réflexions.

    RépondreSupprimer
  11. Très sympa ces idées! Je vais du coup compléter mon matériel avec des pochoirs "forme" (les pochoirs autrement je préfère les utiliser pour la peinture, à l'éponge, ça a des rendus sympas ^^) et des plaques texturées! :-)

    Merci pour cet article!

    RépondreSupprimer