lundi 16 février 2015

Histoire de bulles : le "making of" ;-)


Août 2014 : Je découvre ce texte ICI. Je sais immédiatement qu'il va beaucoup compter dans ma vie.

Janvier 2015 : Antonin vient d'avoir 4 ans. Je comprends à certains signes qu'il commence à pouvoir objectiver ses émotions, à en parler, les décrire. J'utilise alors cette image des bulles - c'est un succès. Bientôt, Antonin est capable de nommer ses "bulles", de les localiser dans son corps, de leur attribuer une taille (une intensité), parfois une origine, et de tenter de les apprivoiser par le souffle.

6 février 2015 : Je tape le texte de Tarek et Caroline en vue de l'imprimer pour notre album. Je cherche en vain la police de mes rêves (toute en rondeur sans être douce), et opte pour "Purisa" (sous Ubuntu), caractère gras. Pour les couleurs, je me décide pour deux couleurs complémentaires - rouge et vert - qui se renforcent mutuellement et semble souffler le chaud et le froid du panel des émotions humaines.

Plus je lis et relis ce texte, plus il m'apparait rythmé - un rythme oral très cadencé, quasi-entrecoupé. Je traite alors la ponctuation comme une entité à part entière, en faisant apparaitre des virgules rouges sur des phrases vertes, ou des points verts entre des mots rouges. Je joue avec la taille de la police de façon à ce que le texte remplisse la page (je respecte à la lettre le découpage en paragraphe des auteurs), et choisis parfois de grossir certaines propositions saillantes.

Après beaucoup d'hésitations, je décide de simplifier le lexique du maréchal/colonel, inaccessible à mes enfants, et je supprime la référence à la médication. Il me semble que cela n'ôte rien à la profondeur du propos, mais, au contraire, le rend encore plus universel.


Ce même jour, test ultime : je lis ce texte aux enfants.

Ils tombent immédiatement en amour, et le réclament plusieurs fois de suite. Ouf. ;-)

Je décide de conserver le titre d'Alexandra : "Histoire de bulles", car c'est ainsi que nous appelons cette œuvre entre nous.

L'absence d'illustrations ne perturbe absolument pas les enfants. J'aurais aimé que l'un d'eux s'exclame : "Mais ! Il n'y a pas d'images !" pour pouvoir lancer mon projet, mais c'est raté. :-)

La proposition d'illustrer eux-mêmes ce texte leur parait toute naturelle et ils se mettent immédiatement au travail.


7 février : La recherche graphique s'oriente dans deux directions : les travaux libres et les situations plus réfléchies, où nous cherchons à sélectionner des objets pouvant imprimer une empreinte ronde sur la feuille.


8 février : J'essaie de proposer une multitude de médiums. Je ne peux garantir que l'objectif d'illustrer "Histoire de bulles" soit présent en permanence derrière chaque tracé des enfants, car ils s'immergent généralement totalement dans le processus sans se soucier du produit fini. Quoiqu'il en soit, leurs gestes naturels s'inscrivent généralement tout à fait dans l'univers : cercles, spirales, boucles... Et le choix des couleurs (souvent assez dark...) est toujours le leur !


9 février : magnifique séance d'empreintes à l'aide de solides. Je ne pensais pas à nos illustrations en la proposant, mais Antonin s'écrie : "Maman ! On fait des bulles pour le livre !".


10 février : L'exploration suit son cours. Certains travaux sont repris par les enfants eux-mêmes plusieurs jours de suite, et retravaillés.


L'ambiance est sérieuse !


11 février : En cuisine, nous nous mettons en quête d'un maximum d'objets pouvant laisser des empreintes circulaires.


Les enfants sont imaginatifs. Nous utilisons les restes de peinture de la séance "solides" avant qu'elle ne sèche, et restons donc dans le même univers chromatique.


Ce même jour, nous découpons des dizaines de bulles. Il suffit souvent de se contenter d'isoler une empreinte ronde ; mais on peut aussi choisir de découper un motif qui nous semble intéressant à l'aide d'une forme circulaire. Dans ce dernier cas, on sollicite formes à dessin, verres, bols, coquetier... Techniquement, il est encore difficile pour Antonin de tracer et de découper une forme, et il se fatigue vite. Je me charge donc de cette étape, qui reste une très belle occasion d'observer, de décrire et de justifier ses choix : "Sur cette feuille, je trouve ce bleu très intéressant, parce qu'il est très épais, tout hérissé, et que dans ce coin, il se mélange au jaune. Est-ce qu'on en fait une bulle ? Ou préfèrez-vous un autre motif ?".

Pendant ce temps, dans la pièce, les enfants feuillètent des livres, jouent à la dînette... et commentent mon travail en donnant leur opinion : "Elle est toute piquante, cette bulle ! Elle est noire ! C'est la colère.", decrète par exemple Louiselle.

12 février : Il fait un temps magnifique - l'épaisse couche de neige n'a pas encore fondu, mais le soleil resplendit et le thermomètre firte avec les 12 degrés. Après une matinée entière à l'extérieur, nous décidons de nous y mettre. C'est le grand jour !

Nous commençons par fabriquer notre colle-maison.


Plus moyen de reculer, il faut que tout soit fini avant qu'elle ne sèche.


C'est parti.


Les enfants collent librement. Ils réaliseront chacun deux compositions que je reprendrai sans les modifier.


Pour le reste, j'ai encore beaucoup de travail. Je procède dans l'ordre du récit, page par page, en travaillant vite - si possible "à l'instinct". Mes petits aides me font quelques infidélités - ils sont parfois très présents et très concernés, et font parfois tout autre chose. J'essaie de peu composer et de respecter au maximum les œuvres des enfants. Je fais néanmoins une exception pour le chef des bulles, que je dote d'un quasi-visage et de quelques signes distinctifs - pour la force du symbole et la clarté narrative.


Voilà. C'est épais.


13 février : Je scane toutes les pages et met l'album en ligne.

14 février : Plastification. Découpage. Perforation.


Je relie notre ouvrage avec des anneaux brisés. C'est fini.


Il ne reste plus qu'à le lire, le relire - et à en parler ! ;-)
Nous nous y employons chaque jour ! :-)

35 commentaires:

  1. C'est inspirant , riche et motivant ;) merci pour ce partage :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci de nous détailler la création de ce livre des sentiments...c'est beau et touchant...
    bonne journée Elsa....

    RépondreSupprimer
  3. Ton projet est génial et superbement bien mené. J'ai envie de le lire a mon petit , il adore tous les livres qui parlent des émotions , peut être est il encore petit pour celui la ...
    Merci Elsa pour le partage.

    RépondreSupprimer
  4. Elsa peux tu mettres tes scannes en telechargement stp merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je Pdf ça dès que possible ! ;-)

      Supprimer
    2. Je veux bien aussi. Si la lectuer de cette histoire plaît à ma fille, je lui proposerais de l'illustrer.
      Et je ne vois pas l'intérêt de remettre en page un texte que tu as si bien travaillé !

      Supprimer
    3. OK, les filles, c'est fait ! :-)

      Supprimer
  5. Bravo à toi et à tes petits artistes! Et merci pour ce making of

    RépondreSupprimer
  6. Je me sens à la fois très admirative, très envieuse et découragée... Comment arrives-tu à faire tout ça avec tes enfants? Comments arrives tu à les fédérer à ce point? Qu'ils suivent si bien les consignes? Ma fille a 29 mois et ne me suis que très rarement dans ce que je lui propose, ce qui fait que maintenant dès que j'ai envie de faire quelque chose je freine de peur de l'échec...
    Ce livre est génial en tous cas, bravo,

    Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je pense qu'il faut proposer et proposer encore, temps pis si ça marche pas. Ma soeur me disait : "je ne lui propose plus de peinture (à son fils de 4 ans), il joue 10min et passe à autre chose alors que ça me prend 1h à tout préparer !" alors oui c'est râlant de passer 1h pour 10min de jeu, voir 0min de jeu, mais un jour à force de proposer on trouvera ce qui fait le déclic chez notre enfant, et cela ne peux se faire qu'en proposant ! Et si ce n'est pas la peinture, se sera peut-être la pate à sel, ou autre chose auquel on aurait pas pensé ;)

      Ce qui ne veux pas dire obliger l'enfant à une activité. D'ailleurs, je ne suis pas sure que les enfants d'Elsa "suivent des consignes", plein de fois dans ses écrits je vois bien qu'ils suivent à leur manière, c'est d'ailleurs encore dit ici : "Je ne peux garantir que l'objectif d'illustrer "Histoire de bulles" soit présent en permanence derrière chaque tracé des enfants, car ils s'immergent généralement totalement dans le processus sans se soucier du produit fini." et un peu plus loin "Mes petits aides me font quelques infidélités - ils sont parfois très présents et très concernés, et font parfois tout autre chose."

      Je pense aussi qu'Elsa ne nous dit pas tout ! Mais "uniquement" (enfin pas tout à fait, je repense à Antonin et une tour rose) les activités qui fonctionnent. Combien de déceptions pour une réussite a-t-elle fait ?

      En tout cas, en ne proposant rien, on n'obtiendra pas de résultat ;)
      Pis je peux en parler hein, j'ai une grande expérience avec mon petit bout de 9 mois à peine :P

      Supprimer
    2. Bonjour Estelle !

      Bouh, je suis toujours atteinte quand je décourage une de mes lectrices... alors que c'est le contraire, bien sûr, qui est visé ! :-(

      29 mois, Estelle, c'est bien trop petit pour ce type de projet. Tu sais, j'en suis aux balbutiements, en terme de projets avec mes enfants. Je guette le moment où je pourrais me lancer, parce que j'adore la pédagogie de projet. Mais bon, patience... J'ai vais précautionneusement, le mieux étant que les idées de projets viennent d'eux-mêmes... pas simple...

      On a commencé par construire des cabanes :
      http://mercimontessori.blogspot.fr/2014/10/une-cabane-pour-tous-les-enfants.html
      Antonin avait 4 ans moins 2 mois... Et encore, ce n'était pas facile ! :-)

      Comment mes enfants suivent-ils mes consignes ? Euh, ils ne les suivent pas. Pas du tout. Tout au long du jour, qu'ils s'agisse de se laver les dents, de manger avec une fourchette, de faire pipi ici plutôt que là ou de faire un dessin comme ceci ou celà. J'ai renoncé il y a bien longtemps à ce type de pensée binaire (l'adulte donne la consigne, l'enfant la suit) : ça ne marche jamais (pas chez moi). Le mieux, c'est l'absence de consigne. Tout ce que fait l'enfant est acceptable. Ainsi, on n'est pas déçu en tant qu'adulte.

      Ce n'est pas toujours facile concernant les pipis-cacas, mais ici, c'était facile : le geste spontanné de l'enfant est de tracer des cercles, je savais qu'en mettant papier et crayons à disposition j'allais récolter la matière suffisante pour nos illustrations, quel que soit leur niveau d'investissement – qui dépasse souvent mes attentes dans ce cadre, du coup ! ;-)

      Oui, “échouer”, dans ses propositions, c'est pénible. On a passé du temps à réfléchir, à préparer... et ça rate. Le mieux est donc de prévoir des situations où il n'y a pas d'échec possible. La situation décrite ici en est une, adaptée à mes enfants et à leur âge.

      Et chez toi ? Qu'est-ce que ta fille aime ? Plus que tout ? Qu'est-ce que tu peux lui proposer en étant sûre que ça lui plaise (du bac à patouille à la séance lecture...) ?

      J'espère sincèrement t'avoir remonté le moral... :-)

      Supprimer
    3. Un grand merci pour vos réponses, Myriam et Elsa, et surtout Elsa, ne culpabilise pas, tu n'y es vraiment pour rien! C'est à moi de faire mon chemin avec mes états d'âmes. En fait je suis très envieuse de ton savoir-faire et j'aimerais beaucoup avoir ton regard et ta créativité, mais nous sommes tous différents, et je n'ai pas ta formation. je sens qu'il me manque des outils pour pouvoir proposer certaines choses, de la pratique et du savoir, car je pense que je suis parfois maladroite et cela n'aide pas ma fille à entrer dans certaines activités. Je suis justement en train de lire "l'enfant dans la famille" de Montessori, et elle parle du rôle primordial de l'instit ou du parent qui met en place le matériel et guide l'enfant...Notre attitude compte beaucoup...
      La question que tu me poses sur ce que ma fille préfère est très intéressante, et je ne me l'étais jamais posée en ces termes là. Je vais bien y réfléchir et noter tout cela sur mon petit carnet de travail. Spontanément, je dirais écouter des albums musicaux, lire des livres avec maman, la peinture dans la baignoire (proposition que tu m'as faite lors de mes derniers doutes...!), balancer ses puzzles partout et ne jamais les refaire... Je vais lister et essayer d'exploiter au mieux.

      Merci encore, OUI, tu m'as remonté le moral!! :-)

      Estelle

      Supprimer
    4. J'aime bien ta réponse elsa. "Tout ce que fait l'enfant est acceptable" je trouve que si on garde ća en tête cela donne une tout autre dimension aux situations "difficiles" et cela aide effectivement à garder son calme et à essayer de comprendre l'enfant... Bon, le papa à qui j'ai fait lire ta réponse a eu un peu plus de mal à comprendre ce point de vue...

      Supprimer
    5. Une bonne solution pour motiver les troupes : leur montrer les photos des enfants d'Elsa en action !! Parfois, au réveil de la sieste, ils me trouvent sur le blog, regardent et magie : "Moi aussi, je veux le faire !!"

      Les activités purement "Montessori" me mettaient souvent en échec car manque de maturité, manque de disponibilité ou autre... Le suivi de la consigne était difficile. Maintenant, je me simplifie la vie. C'est eux qui choisissent à 90 % des cas leur activité, le matériel étant à leur portée. Et quand je fais une proposition, j'attends souvent le bon moment (et parfois j'attends très longtemps !!) pour que cela soit un bon moment, ou parfois, je le fais sur une impulsion (une bonne intuition), et ça marche mieux !

      Supprimer
    6. Mes enfants motivent les tiens ??!!

      Je suis honorée ! :-)

      Supprimer
  7. Super projet ! C'est magnifique, bien fait. Bravo, ça m'inspire beaucoup. Merci !
    J'avais fait, il y a maintenant quelques temps, un petit livre relié et plastifié avec les dessins, peintures, œuvres de ma Choupette et en y incluant les photos de nos proches (faudra d'ailleurs qu'en j'en refasse un pour ma Choupinette). C'est aussi un livre repris très souvent. ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Je peux imprimer et plastifier tes pages scannées pour l'offrir à mon neveu ? Avec bien sur un lien vers les deux pages du blog qui en parlent (pour les parents)
    Cela ne sera pas le même rendu, mais cela sera surement apprécié !

    RépondreSupprimer
  9. Je suis pour la publication!! j'en réserve!!!
    ...et relié aux anneaux de classeurs aussi! un futur succès!!! ;-)
    En tout cas ici, on est conquis aussi, c'est tout simplement biotiful!!!

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ce joli partage. C'est vraiment un chouette projet et le rendu est vraiment sympa.

    RépondreSupprimer
  11. Génial ce making of! Louiselle et Antonin doivent être drôlement fiers.
    J'ai bien envie de me lancer dans ce type de projet avec Petit bonheur et Jolie douceur.
    Merci de partager tout cela avec nous

    RépondreSupprimer
  12. bravo! et encore bravo! Je viens de partager ton travail + liens vers ton site car ce chef d'oeuvre est à mettre entre toutes les mains. La composition, les illustrations et le texte sont une merveille!
    Je me répète, tu devrais le faire imprimer car peu d'ouvrages parlent aussi bien des émotions à nos enfants. Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  13. L'implication de tes enfants est vraiment chouette ! Et je suis épatée que Louiselle, si jeune, puisse définir une émotion comme la colère et en plus lui attribuer une couleur !
    L'histoire de ce texte depuis sa création jusque sa diffusion et les inspirations qu'elle entraîne est vraiment quelque chose de fort.
    Bravo aux enfants qui ont mis des mots sur leurs sentiments de la sorte, bravo aux gens qui l'ont diffusé et bravo à ta petite famille qui se l'est appropriée avec tant de coeur et merci de partager :) J'espère que cette "Histoire de Bulles" va encore voyager !!

    RépondreSupprimer
  14. Un très beau projet familial... merci pour ce reportage, et que cette belle histoire puisse aider nos enfants (et nous autres les parents ;-))!!

    RépondreSupprimer
  15. Merci pour le partage et bravo à tes enfants d'avoir sû trouver tout plein d'instruments dans la cuisine !! Mon fils a vu les photos, ça lui a donné tout plein d'idées ! Nous travaillons actuellement sur les planètes et ça l'inspire.

    Je pense que cet album sera un des premiers travaux que je ferai dans ma classe... Connais toi toi-même, n'est-ce pas ?!

    Longue vie aux Bulles !

    RépondreSupprimer
  16. Merci Elsa !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Tes "bulles" ont parlé à mon 3ans. Il a encore bien du mal à maîtriser les siennes, surtout la bulle colère.
    Par contre, c'est rigolo de le voir me proposer des bulles d'amour quand ma bulle colère explose.
    En voyant le résultat de ton livre fini, j'avais envie de lui proposer de patouiller dans la peinture, mais là on voyant les photos de tes enfants en action, ça me donne envie d'essayer dans ma classe PS-MS-GS, et là c'est ma bulle de joie qui parle ... Encore merci Elsa pour cette inspiration !!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  17. Un grand merci pour ce partage !
    Ce blog est une telle source d'inspiration, une telle ressource...
    Merci, vraiment.

    RépondreSupprimer
  18. Quelle magnifique projet ! C'est tout simplement sublime et très touchant.

    RépondreSupprimer
  19. c'est superbe! Merci d'avoir partager le "comment". Cela m'inspire beaucoup.

    RépondreSupprimer
  20. Belle réalisation, c'est sûr!
    Je vais me lancer à acheter une plastifieuse, je me demandais quel modèle as-tu?
    Est-ce qu'une A4 suffit?
    Faut-il avec une puissance de chauffe variable ou un papier pas trop épais standard avec 80 microns est-il suffisant? (même pour faire un livre?)
    Car après le papier 120 microns est aussi + cher...

    Merci pour toutes ces considérations matérielles ;)
    Mais vue l'utilisation que tu en fais, assez régulière, je voulais avoir l'avis d'une experte!
    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai expérimenté deux modèles Fellowes (Mars et Luna), elles sont très bien.
      Dans un cadre domestique, une A4 suffit, et 80 microns, c'est suffisant, oui ! :-)

      Supprimer
  21. Cette histoire, c'est juste... juste ce qui correspond à mon Antonin, à croire que les prénoms ys ont pour quelque chose... C'est un amour de petit garçon, vif, intéressé, curieux, attentif aux autres... mais qui "explose" parfois, sans moyens de contrôle... en tant que maman , je me sens dépassée, terrifiée par ces colères, ces pleurs, ces cris de détresse, je vois, je sens qu'il souffre, mais je ne sais comment l'aider, parfois je ne sais même pas comment l'approcher... Alors cette histoire, c'est un peu une bouée à laquelle j'ai envie de me raccrocher! Je pense que je vais reprendre ton texte et proposer aux enfants de l'illustrer... Antonin à tout juste deux ans, il est petit encore, mais tout doucement, avec beaucoup d'amour et de patience, j'espère que l'on y arrivera...
    Merci pour tout!

    RépondreSupprimer
  22. Bonsoir Elsa,
    Merci pour ce partage, la mise en oeuvre est aussi passionnante que le récit et les illustrations sont "riches"...!
    J'ai emprunté un ouvrage qui traite du graphisme en PS (que je trouve très complet : "Trace à suivre" de ACCES EDITION) et sur la période 4, il propose un travail sur les...tracés circulaires! :-D
    Je rencontre quelques difficultés avec Charline actuellement sur la gestion des émotions (avec un affreux sentiment de déjà vu à une période de ma vie très difficile pour moi) et j'espère que ce texte sera aussi parlant pour elle/nous que pour vous...
    Entre ton making-off et les propositions d'activités graphiques, il n'y a plus qu'à se lancer... la réalisation risque en revanche d'être beaucoup moins rapide que la tienne...! Je ne sais toujours pas comment tu arrives à "faire" tout ça à la fois!
    Stéphanie

    RépondreSupprimer