vendredi 2 janvier 2015

Décembre 2014 : Langage

Antonin a 3 ans et 11 mois.
Louiselle a 31 mois.

Cf. ICI

Me voici pour la suite du récit de nos activités mensuelles... volet "Langage" !

Logique langagière :


Voici un petit jeu téléchargé chez Fofy à l'école qui a beaucoup plu à Antonin. Foncez, il est fabriqué avec beaucoup de soin ! On peut encourager l'enfant à expliciter le lien logique entre les images - si l'exercice de mise en paire ne pose aucun problème au Damoiseau, la verbalisation n'est pas toujours si simple. Il s'agit d'un premier exercice de catégorisation comme je les aime !

Lexique :


Louiselle et moi jouons à imiter le cri des animaux : je lui propose 6 figurines, je lui demande de me montrer l'éléphant et j'imite son cri (c'est très drôle). Ou bien, j'imite un cri au hasard, et la Damoiselle me désigne l'animal correspondant en le nommant. C'est aussi l'occasion d'évoquer les verbes d'actions (la vache meugle, l'âne braie...), ce qui fallu à un de nos invités d'être bien attrapé lorsqu'il demanda un jour à Louiselle : "Tu peux imiter le cri de l'éléphant ? Il fait comment, l'éléphant ? - Il barrit !", s'exclama la chipie. Bien sûr ! ;-)


Nous avons reçu mi-décembre les cinq puzzles de zoologie que j'avais pré-commandé chez Tangram. Gros succès auprès des deux enfants, qui prennent à coeur d'exécuter tous nos puzzles (9 à ce jour) du premier au dernier, sans s'arrêter. Ils sont parfois un peu difficiles pour Louiselle qui s'acharne (et s'énerve...)...


... mais ce sont des supports rêvés pour enrichir le lexique de base des parties du corps (pattes arrière, pattes avant, museau, queue, nageoire, crinière... et plus si affinité !).

Graphisme :


Alors, sur ce coup-là, je suis super raisonnable. Voilà presque deux ans que je salive quotidiennement sur les magnifiques bacs de sable vendus dans le commerce, mais, ah ! Je ne craque pas ! Non, non, même si j'ai en tête de magnifiques espaces "graphisme" qui s'organiseraient autour d'un tel objet... Trop cher... Une plaque de four et quelques centaines de grammes de sel fin offrent finalement un excellent support de travail...


... et les enfants adorent. En observant les dessins d'Antonin, j'ai une preuve supplémentaire de ce que le tracé spontanné de l'enfant est fluide, ininterrompu, lié. Et qu'il est bien dommage de lui apprendre à écrire en premier lieu en "bâtons" - à un âge où, d'ailleurs, l'élève n'est que rarement prêt à écrire - alors qu'on pourrait patienter tranquillement et "attaquer" directement, vers 5/6 ans, avec la cursive... Certes, l'écriture en capitales dote l'apprenti-scripteur d'un pouvoir sur le monde de l'écrit ; mais elle lui enseigne aussi à hacher son geste alors que c'est justement en "attachant" les signes qu'on lui demandera d'écrire quelques mois plus tard...


Illogisme de l'enseignement qui demande à l'enfant de retrouver son geste naturel après avoir travaillé à le lui faire oublier... ???

Toujours prévoir autant de bacs à patouille
que d'enfants ! ;-)

Antonin a appris à écrire son prénom en capitales d'imprimerie à l'école. Pour ses enseignantes, "c'est acquis" (sic), mais pour moi (exigence oblige...) je n'irai pas jusque là. N'importe, à la maison, les caractères d'imprimerie se lisent, mais je ne demande jamais à Antonin de les écrire (il ne se prive pas de le faire néanmoins). Pour assouvir la soif de production de signes qui caractérise son âge, je lui propose autant que possible de travailler sur l'écriture des chiffres. Au moins il n'y a pas 36 000 manière de faire, et quand c'est acquis, c'est pour la vie ! ;-)

J'ai proposé à Antonin de les tracer dans le sel, mais il se fatigue assez vite, et préfère le dessin libre. Moi aussi, finalement ! 

Un jour, j'ai essayé de lui faire tracer les chiffres par grattage, en frottant avec un pastel une feuille de papier posée sur ses chiffres rugueux. Mais le geste d'Antonin n'est pas assez dense ; en ce moment, il est dans une phase trop "graphique", justement, pour ce genre d'activité. Recouvrir une surface ne l'intéresse pas, il prèfère les gestes déliés, les points, les spirales, et les boucles. Echec, donc.

C'est encore sur son fichier Kumon que le Damoiseau s'exerce le plus efficacement ! Et les progrès sont manifestes...

Ça se dessine ! :-)

J'ai présenté les formes à dessin à Antonin... de façon on ne peut plus académique, cette fois.


C'est attendrissant, ces premiers tracés, vous ne trouvez pas ?? :-)


Et la Damoiselle, pendant ce temps...


... se jette sur le lutin de son frère dès qu'il a le dos tourné ! Et exécute ses exercices avec autant de maladresse que d'obstination...

À force de l'observer, j'ai pris une grave décision. J'ai décidé de lui confectionner son propre lutin, avec des fiches adaptées, de manière à ce qu'elle puisse "travailler" à côté de son frère sans frustration... Attention : chaque enfant a son histoire propre, et je crois sincérement que proposer ce type de support à un enfant de 2 ans et demi relève purement et simplement, dans 80% des cas, de la maltraitance propre... Mais voilà... Nos enfants ont a coeur de nous prouver la relativité de nos convitions éducatives, n'est-ce pas ?

Bien entendu, les fiches de Louiselle ne ressemblent en rien à celles que je propose à son frère. D'abord, elles ne comportent aucune consigne ; elles n'ont d'autre but que d'exercer l'oeil et la main de la Damoiselle à prendre des repères dans l'espace "feuille"... Lesquels ? Euh, bien, ceux qu'elle voudra, en réalité ! :-D

Si ces fiches vous intéressent, je pourrai les partager, mais je vous préviens : elles seront livrées sans mode d'emploi, et vous désarçonneront sans doute. Par exemple, sur l'une d'elle, j'ai tracé des rectangles de différentes tailles et de différentes couleurs, positionnés dans diverses orientations. Selon les jours, Louiselle les "colorie" ou s'exerce à les contourner, voir à les entourer ou les relier. Un jour (plus tard...) elle décidera peut-être de ne s'intéresser qu'aux figures verticales, ou bien uniquement à celles dont la taille excède celle du rectangle vert... Les règles du jeu sont faites ici pour être inventées par l'enfant lui-même. C'est le moins qu'il puisse faire, avec toute la fraicheur et le génie de ses 30 mois de vie, non ? ;-)

Pré-lecture :

Reconnaissance visuelle :

Antonin connait à présent sur le bout des doigts la valeur phonique de toutes les lettres de l'alphabet... pour peu qu'elles soient écrites en lettres capitales. Il était plus que temps de l'initier aux "petites lettres", comme nous les appelons pour le moment, qui sont utilisées dans les livres.

Recto et verso

J'ai repris pour cela le très bon ABC de Ravensburger chiné en vide-grenier l'été dernier : c'est un puzzle recto-verso qui propose, d'un côté une mise en paire "image/initiale en capitale", de l'autre une correspondance "capitale/minuscule".


J'ai commencé par intoduire toutes les lettres "transparentes" - celles dont la morphologie reste similaire quelle que soit la forme : V/v, S/s, O/o, etc... Pour corser l'affaire, j'ai également introduit 3 lettres plus délicates (le "u" et sa petite jambe, le "t" et ses rondeurs, et l'adorable "e", chouchou d'Antonin qui l'appelle "le dauphin"... ?).


L'exercice de mise en paire est ici reproposé sur tableau magnétique avec les aimants Melissa&Dough... Bon, pour le moment, c'est très facile ! :-)

Reconnaissance phonique :

On ne dissocie jamais, bien sûr, la reconnaissance visuelle du sens - en l'occurrence, le son produit.

Je vous parlais récemment d'un petit jeu mené avec les chiffres, et que je reprends ici : je dispose dans la pièce les morceaux de puzzles et demande à Antonin de retrouver le "u", le "w" ou le "c"... Cette étape s'achèvera par une leçon en trois temps, qui me permettra de vérifier qu'à force de manipulation, Antonin sait produire les sons de ces lettres minuscules... Et puis, j'introduirais trois nouvelles lettres, et ainsi de suite jusqu'à acquisition de toutes.


Ce qui est très drôle, c'est qu'Antonin amènage ce jeu pour sa soeur : "Bon, Louiselle, ferme tes yeux, je vais cacher des lettres ! C'est bon, tu peux ouvrir... Où est le "i" ?" Et lorsque la Damoiselle sèche (non, ne me demandez pas quels sont les lettres ou les chiffres qu'elle sait effectivement lire, je ne veux même pas le savoir, elle a deux ans et demi !!), Antonin lui donne gentiment un indice d'ordre spatial : "Il est À CÔTÉ du poêle... SOUS la table... DERRIÈRE le canapé..."

Voilà une bonne idée d'activité langagière, et qui n'est pas de mon cru ! :-D

À bientôt pour le dernier volet de décembre... consacré à la "Vie pratique" ! :-)

78 commentaires:

  1. Merci pour l'article.
    Je pense que je vais imprimer tes volets.
    Pour pouvoir les consulter ;) je prefere lire sur papier.

    RépondreSupprimer
  2. Moi pas de puzzle mais les formes a dessin chez tangram par contre j'ai acheter le support en bois.
    Et j'hesite a mettre la forme a droite vu qu'elle est gauchere.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Cerina : pour un gaucher, il faut inverser les deux items.

      Supprimer
    2. Merci car j'ai pose la question et des personnes me disaient non.

      Et pour moi aussi il me semblait logique d'inverser.

      Supprimer
  3. C'est toujours aussi agréable de lire ces condensés de vos activités ! Très belle année à toi et ta famille Elsa.

    RépondreSupprimer
  4. C'est super ces articles classés par thème quel boulot encore une fois! Chez nous aussi on est dans la phase association minuscules majuscules, même si c'est bien moins construit que chez toi et bien plus improvisé... Ceci dit ça rentre...

    RépondreSupprimer
  5. j'aime beaucoup ces articles thématiques, qui permettent d'y voir plus clair qu'un fourre-tout hebdomadaire ;-) même si j'attendais ces articles aussi avec impatience.
    Beaucoup d'idées pour dans quelques mois.
    Merci !

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup cette nouvelle organisation thématique des billets "fourre-tout" ! Et j'attends avec impatience celui sur la vie pratique ;-) ! Ici, Soren (27 mois) progresse beaucoup en langage, on sent que cela devient plus naturel. Quant aux activités, beaucoup de jeux libres bien sûr avec tous les cadeaux de Noël, beaucoup de lecture aussi et toujours beaucoup d'activités "artistiques". En revanche très peu de présence ces derniers temps dans notre pièce d'activités Montessori/Reggio, par manque de temps...du coup ce matin quand je lui ai proposé d'y aller j'ai bien senti qu'il avait un peu perdu ses repères et le plaisir n'était pas vraiment au rendez-vous :-(.
    J'ai commencé la lecture de "Pédagogie scientifique tome 1", ça devrait me rebooster !
    Merci encore pour tous ces billets inspirants !

    RépondreSupprimer
  7. j'adore par thématique c'est encore mieux on s'y retrouve encore plus!!!!!
    pouvez vous mettre en ligne les fiches pour lutin???a fille a pratiquement le meme âge que Louiselle en plus!
    merci mille fois et bonne année au plaisir de vous lire toute l'année encore!
    Sofia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, Sofia, je le fais dans le mois ! :-)

      Supprimer
    2. merci merci merci merci j'adore votre blog, je ne sais pas comment vous arrivez à gérer deux enfants en bas âges et leur faire faire autant d'activités, les miens ont 30 mois et 3 mois, c'est compliqué de ne pas être épuisée!bravo à vous je vous admire!(si vous avez des "conseils" sur la gestion de deux bouts de chou nous sommes preneuses aussi sur le blog!en aparté!!!!!)MERCI pour tout Sofia

      Supprimer
    3. Euh... peut-être en fouillant dans les archives...

      http://mercimontessori.blogspot.fr/2012/09/ma-journee-avec-deux-bebes.html

      Mais, en fait c'est simple : quand mes enfant avaient l'âge des vôtres, j'étais épuisée. Tout le temps.

      Je ne "fais mes nuits" que depuis peu !!
      Et ça fait du bien (ça, et l'autonomie grandissante de mes enfants, oh, oui !!)

      Bon courage Sofia !! :-)

      Supprimer
  8. Je me joins aux autres commentaires pour dire que cette nouvelle façon me plait également. J’apprécie l'indication de l'âge de tes enfants en haut de message. J'avoue que lorsque je suis sur des blogs parlant de Montessori ou d'IEF, j'aime bien savoir l'age des enfants concernés, cela me permet d'avoir une indication vis à vis de ce que fait mon Crapouillot. ;)
    Ton fils étant du même âge que le mien, je suis avidement la progression des activités que tu lui proposes.

    D'autre part, je suis intéressée par le livre de CATEGO que tu cites dans ton article et j'aimerai savoir si il est facilement compréhensible pour une personne non enseignante. J'envisage alors de l'acheter pour "travailler" avec mon fils à la maison.
    Mon Crapouillot est très demandeur et j'avoue avoir un peu peur de pas m'y prendre correctement lorsqu'il s'agit de lui apprendre des notions "scolaire". Par exemple je lui est appris le nom des lettres au lieux des sons (je ne savais pas lorsqu'il me l'a demandé).

    En ce moment on joue avec les syllabes simples avec un petit jeu "home made". Crapouillot est très demandeur pour apprendre à lire. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouah, bravo à ton Crapouillot ! Le stade de la syllabe, hein ? ;-)
      Chapeau !

      Oui, "Catégo" est super, mais : 1. Pas avant 4 ans je dirais. 2. Une bonne moitié des jeux proposés sont à faire à plusieurs (voire en groupe de 5 ou 6). En même temps, tu ne feras pas TOUS les jeux, mais seulement ceux que tu "sentiras", alors...

      Mais il est vraiment bien et permet de travailler des compétences qu'on a généralement pas le temps de creuser en classe...

      Par contre, il te faudra une belle réserve d'images (qu'on peut acheter séparemment, mais moi je compte utiliser mes cartes de nomencalture).

      Supprimer
    2. Chapeau, enfin je sais pas trop justement car j'ignore si la façon dont je lui apprend les choses correspondra à ce qu'on attend de lui à l'école. J'ai peur de lui donner de mauvaises méthodes/habitudes qui risquerait de l'handicaper vis à vis de l'école :/

      Mon fils est né en début d'année et n'est donc qu'en petite section de maternelle.
      J'ai peur ainsi d'aller trop vite, mais je me dis que si Crapouillot me montre qu'il est prêt je ne dois pas le stopper de peur de justement lui rendre cet apprentissage plus compliqué par la suite.
      J'ai lu (surement sur ton site d'ailleurs) que l'enfant avait des "phases" d'apprentissage et que si on ne respectait pas les phases de l'enfant en voulant absolument lui interdire l'accès à un apprentissage sous prétexte qu'il n'a pas l'âge requis (ou n'est pas dans la bonne classe), l'enfant aurait plus de difficulté à comprendre et assimiler cet apprentissage par la suite.

      Mais d'un autre coté Crapouillot réclame, et depuis quelques temps il montre vraiment une envie de lire, et parfois de bruler les étapes. Je suis comme même obligée de le ralentir, en lui disant qu'il lui faut bien assimiler les syllabes simples avant de vouloir lire les mots plus difficiles. Mais pas facile lorsqu'il tente de déchiffrer les mots dans ses livres.

      Je ne lui impose rien, je propose et je le laisse décider de ce qu'il a envie.
      Ainsi à la maison en ce moment les Lego côtoient les jeux de syllabes. ;)


      Sinon pour CATEGO, je vais me lancer dans ce cas, faut avouer que le livre ne coûte pas une fortune donc même si nous ne l'utilisons guère, il sera largement amorti :p
      Pour ce qui est de la réserve d'image, je suis d'accord avec toi, j'utiliserais mes cartes et j'ajouterai en fonction ;) car là l'imagier est un investissement plus important (sachant qu'en plus je plastifierai tout) et qu'il est facilement possible de faire par soit même.


      Merci pour tes avis et conseils qui sont pour moi très précieux car tu as à la fois la vison d'une mère et d'une enseignante en restant toujours à l'écoute de tes enfants.


      Supprimer
    3. Je viens de recevoir mon CATEGO. Maintenant il va falloir que je prenne le temps de bien le lire et de réfléchir à comment adapter cela à mon Crapouillot. Comme il aura 4 ans que dans 2 mois cela me laisse le temps de bien tout préparer avant de lui proposer ces activités ;).

      Par contre coté imagier, je suis bien contente de ne pas avoir acheté celui correspondant au livres, car je trouve les illustrations bof. D'ailleurs heureusement qu'ils en donnent une liste car ce n'est pas toujours évident de deviner ce qu'ils ont vraiment voulu montrer (ok la version miniature en noir et blanc ne doit pas arranger non plus :p).


      Sinon je me demandais, car j'ai effectivement des cartes de nomenclatures qui correspondent, mais qu'il va m'en falloir encore pas mal pour tout avoir (240 images de toutes sortes).

      1 - Je fais celles qui me manque selon le modèle de mes cartes, et dans ce cas je mets une "légende" à l'image.
      2 - Je refais toutes les cartes avec juste le dessin.

      Je pense qu'harmoniser le tout serait mieux, mais j'ignore si le texte peut perturber ou non le déroulement des activités.

      Qu'en penses-tu ? Quelles solutions serait la mieux adaptées ?

      Merci encore de ton aide, toujours très précieuse. ;)

      Supprimer
    4. Bonjour Gwen !

      Les légendes des cartes ne gênent en rien les petits jeux, d'après mon expérience ! :-)

      Supprimer
    5. Bonjour Elsa,

      J'ai réalisé un petit imagier perso. Finalement j'ai préféré tout refaire :p

      Si tu veux jeter un œil, et si cela peut servir à d'autres personnes, voilà l'adresse pour le télécharger (pdf)

      http://crapouillot-montessori.blogspot.fr/2015/01/imagier-pour-les-livres-catego-phono.html

      J'espère que mon travail sera utile à d'autres ;)


      Supprimer
  9. Bonjour Elsa. J'ai une grande question très pratico-pratique ;) Comment t'organises tu pour définir et suivre l'évolution de tes enfants sur chacun des thèmes (langage, maths...). Etant enseignante as-tu toutes ces progressions en tête ou as tu une méthode (écrite...) pour t'organiser?
    Par exemple de mon côté je tâtonne un peu mais je m'organise de la sorte : je me fais un point (tous les mois environ) en listant un ensemble d'activités possibles. En marge de ça - comme j'ai besoin d'avoir une vision globale des choses - j'ai un tableau excel très synthétique qui liste grosso modo les activités possibles par tranche d'âge (fortement inspiré d'un modèle tiré du site Écoles & Cabrioles). Enfin, j'ai commencé à faire des fiches sur chaque grand thème (langage, maths/ géo...). Ce dernier support me permet surtout de définir une progression dans chaque apprentissage (et par ex. de ne pas (trop) zapper d'activités préliminaires).
    Un exemple tout bête mais représentatif : avant de nommer les couleurs à un enfant, il est préalablement souhaitable qu'on attire d'abord son attention sur le mot couleur, et des notions comme "la même couleur", "couleur différente".
    Au risque qu'il nomme Jaune toutes les couleurs qu'on lui montrera..
    Cet exemple est aussi valable pour les pré-requis à maîtriser sur les autres domaines d'apprentissage.
    Je complète ces supports au fur et à mesure mais je souhaiterais le faire, par exemple, une bonne fois au moins sur 1 an. Cela m'éviterait de me sentir parfois essoufflée entre la maîtrise des activités à faire et leurs applications. Si j'avais une vision des choses sur le plus long terme, ce serait plus aisé (utopie utopie quand tu me tiens !! ;))
    Bref, n'étant pas enseignante et jonglant avec mon activité pro, j'aurais bcp aimé échanger avec vous toutes sur votre manière de faire.
    Un grand merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien moi je vais fortement m'inspirer de ton organisation Céline !!! L'idée des fiches récapitulative par thème c'est tellement évident que je me demande pourquoi je n'y ai jamais penser. Après, il faut parvenir à les constituer correctement, et je fais partie des mamans qui n'ont jamais (et ne mettrons surement jamais) les pieds dans une formation Montessori. Tu as des sources ? Ou tu n'aurais pas l'envie de publier les tiennes par hasard ? ;-)

      Supprimer
    2. Céline ! Il doit être super ce fichier Excel ! Bonne idée.
      Il faut trouver le temps de créer ça ^^
      Et finalement, n'as-tu pas souvent à modifier ton ordre prédéfini par rapport aux évolutions de ton enfant ?

      Merci,
      Shrimp.

      Supprimer
    3. Bonjour Céline !

      Ouah, tu es SUPER organisée ! ;-)

      Non, rien de tel ici pour une raison simple : je n'ai absolument PAS le temps de ça ! (Et puis j'aurai sans doute un peu l'impression d'être "au boulot" et de préparer ma classe...)
      ;-)

      C'est clair qu'en tant qu'enseignante, j'ai mes progressions en tête. Il est vrai aussi que j'ai appris à préparer mes cours, mais je n'applique pas ces méthodes à mes enfants (programmation, progression, séquences séances, fiches de prép', etc.) même si, dans ma tête, les choses prennent un peu cette forme-là quand même (déformation professionnelle).

      Je suis l'évolution de mes enfants et suis capable de les définir parce que je les observe... et que je prends des notes quasi quotidiennes... ici même, sur ce blog ! ;-)

      Entre ces "compte-rendus" et les activités proprement dites, si je préparais en plus en amont, je n'aurais plus le temps de rien, ni même de dormir ! :-D

      Ceci dit, j'ai quand même une liste d'activités qui traîne... des trucs glanés à droite et à gauche, que je trouve vraiment bien... Mais il n'y a rien de trié (certaines activités s'adressent à des 8 ans !), et puis je limite à fond cette liste de "coups de coeur" car passé quelques dizaines je ne m'y retrouve plus... et cette liste ne me serait plus alors d'aucune utilité si je ne la consultais pas de temps en temps...

      Quand je suis un de mes enfants sur un palier (par exemple : l'apprentissage des lettres minuscules), c'est quand même assez long, j'ai le temps de réfléchir, de m'organiser, de farfouiller sur le Net. Rien ne presse, les apprentissages ne se construisent pas en un jour... Je préfère gérer quand nous y sommes plutôt que de passer du temps à anticiper un stade ; car souvent alors, quand ce stade arrive, je me rend compte que je vais le traiter très différemment de ce que j'avais prévu avant d'y être.

      Je m'éloigne un peu de ta question, mais c'est une erreur que je faisais beaucoup comme prof débutante : trop anticiper, et prendre un temps fou en prép' inutiles ! :-D

      En tous cas, bravo pour ta méthode, je vois qu'elle a fait des émules, c'est super ! :-)

      Supprimer
    4. Merci beaucoup Elsa pour ton retour d'expérience. Non non je ne suis pas si organisée ;) Il s'agit surtout pour moi d'améliorer mes connaissances sur certains sujets et d'avoir une vision + globale de l'apprentissage à venir pour mieux m'adapter au moment présent. N'étant pas de la "partie" je n'ai pas de progression naturelle en tête, voire même, je n'aurais pas imaginé pouvoir aborder certaines choses avec ma fille. Tu as raison, les apprentissages sont longs, le rythme de l'enfant nous laisse largement le temps de nous organiser et de faire / défaire ce qui etait initialement prévu ;) Celine

      Supprimer
  10. Un truc graphique que mes frères et sœurs aimions bien faire entre 6 à 12 ans (nous l'avons appris en CP).
    Il s'agit de peindre des taches de couleurs sur une feuille de papier, jusque là, c'est assez simple, n'est-ce-pas ? Puis, il faut recouvrir de cire à bougie (on frotte une bougie ronde dessus), puis on recouvre de peinture noire mélangée à du savon (l'idée est de passer le pinceau dans l'eau, puis sur le savon, puis dans la peinture et enfin sur la feuille).
    Ensuite, il suffit de gratter avec n'importe quoi, une fourchette, un cure-dent, ou autre pour enlever la couche du dessus et dévoiler les couleurs. Nous faisions ainsi de très jolis bouquets de fleurs à offrir à la fête des mères !
    Si l'idée vous plait, n'hésitez pas :) c'est votre plateau de sel qui me l'a rappelé.

    Chez-nous, aujourd'hui j'ai fait de la peinture (fabriquer moi-même donc comestible) pour ma petite de 8 mois. Ca n'a pas donné ce que je pensais, mais elle a adoré mettre les mains dedans et en étaler partout sur la table :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette idée, Myriam, je la garde sous le coude ! :-)

      Supprimer
  11. Je rejoins tous les bravos pour ton nouveau classement Elsa ! J'ai une petite question pour ton fichier Kumon car il est assez cher à importer depuis les US. Combien de pages fait-il stp ? Un partage de fichier serait-il possible ? Merci à toi pour ta réponse. MH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux acheter ces fichiers sur Amazon.fr pour un prix d'environ 8€, si tu les plastifies ou les utilises dans des pochettes plastiques cela ne revient pas trop cher. Tu peux utiliser les feutres Veleda pour tableau ou sinon moins dangereux pour les habits , la table,... les crayons de couleur effaçables avec un chiffon humide du type Stabilo Woody, une merveille !

      Supprimer
    2. Merci Aurélie ! Stabilo Woody cela me dit quelque chose, je cherchais justement quelque chose de plus facilement effaçable pour mes fiches plastifiées. :-)

      Supprimer
    3. Idem ici, MH, je l'ai acheté via Amazon - pas cher ! ;-)

      Supprimer
  12. Pour commencer Elsa, tu as vu ? Tu es là : http://www.mariefrance.fr/psycho/ca-fait-du-bien/education-top-10-blogs-alternatifs-148935.html#item=6 ^_^.

    Et je confirme que j'adhère complètement à ton nouveau système
    Sinon j'ai quelques questions de maman naïve à la lecture de tes articles.

    En voyant toutes les activités que tu présentes à tes enfants (et Antonin en particulier) je finis par me demander "Mais, ça sert encore à quelque chose qu'il aille à l'école !!?" ^_^.
    Mais vraiment, l'articulation école/activités à la maison m'interroge pas mal. Est-ce que tu suis les apprentissages de l'école simplement en offrant un autre angle ou est-ce que tu t'en détache complètement ? Est-ce que le résultat est une meilleure compréhension des choses ou est-ce qu'Antonin n'en arrive pas à précéder les apprentissages scolaires ? et si oui, il n'en vient pas à s'ennuyer à l'école par moments ?
    J'ai l'impression qu'Antonin fait aussi très bien le distingo entre les méthodes "maison" et "école" (par exemple, le fait de faire des dessins très structurés et limités à l'école ne semble pas brider sa liberté à la maison)
    Est-ce qu'il interroge cette divergence de méthode (genre "Maman, pourquoi à l'école on nomme les lettres par leur nom et à la maison par leur son ?") ? Vous en parlez ?
    Est-ce que tu parles de tes pratiques avec les enseignantes ?
    Et... Je vais m'arrêter là parce que sinon ta réponse éventuelle deviendrait un article à part entière sur le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !
      Je comprends ce qui t'interroge Hëlëne.
      Un peu du même ordre, à l'école ou chez la nourrice, il n'y a pas de tapis d'activité Montessori, il n'y a pas forcément une même façon de ranger les jouets, et il y a l'exemple d'autres enfants qui sont très "dispersés" (je ne vois pas comment dire autrement). Vos enfants adhèrent-ils encore "au cadre Montessori" quand ils rentrent à la maison ?
      D'autant plus pour les familles dans lesquelles les enfants passent peu de temps à la maison et bien plus chez la nourrice/crèche/école... ?

      Merci.
      Shrimp.

      Supprimer
    2. Bonjour je comprends ce qui vous interroge toutes les deux et effectivement c'est un sujet que l'on pourrait développer pendant des heures...
      Pour ma part je dirais juste que l'école/crèche est un formidable moyen (comme bien d'autres d'ailleurs) de rencontrer des personnes intéressantes et différentes qui "nourrissent" l'enfant d'une autre manière. Evidemment quand l'ambiance est trop différente (violence verbale physique,..) c'est nocif mais sinon je n'y vois que la découverte du monde.
      Par exemple les maîtresses d'Antonin ont forcement une sensibilité différente d'Elsa et lui apportent forcement un petit quelquechose, un trait de caractère différent d'Elsa qui enrichit Antonin.
      Alors je dis oui ça sert à quelque chose l'école (ou les activités Musique, Sport ou autres pratiquées par les enfants en IEF)
      Bon je ne sais pas si je suis claire mias bon/
      Signé Une prof qui veut se croire indispensable LOL !

      Supprimer
    3. Shrimp, je suis une maman dont la gamine passe (presque ?) plus de temps dans l'année chez la nounou que chez moi donc je suis convaincue de la compatibilité des univers (voir mes propres articles sur le sujet). Mais dans le cas de l'école, il s'agit vraiment de méthode d'apprentissage sur des sujets similaires, ça me parait différent (on apprend pas à compter et à lire chez une nounou ou en crèche par exemple).

      Aurélie je te rassure, je suis convaincue que l'école sert à quelque chose. Ma fille ira à l'école d'ailleurs. Je suis fille et petite fille d'enseignants et je trouve que l'école est une belle institution, (et le métier d'enseignant une noble vocation qui mérite le respect) qui permet à tous les enfants d'accéder aux savoirs (de façon inégalitaire, certes). Et je n'ai pour ma part pas (encore?) envie d'être l'enseignante de ma fille, je préfère laisser ça à ceux dont c'est la vocation et la formation. Aurais-je ma fille à la maison, je serais bien incapable de faire le quart de ce que fait Elsa ici. Il faudrait juste la repenser l'école (hein?) en se posant les bonnes questions (hein?). Quand je dis "est-ce que l'école sert encore à quelque chose ? " ce n'est pas en général, c'est dans le cas précis d'Antonin où j'ai l'impression (très naïvement encore une fois) qu'il apprend autant de choses et d'une meilleure façon chez lui qu'il ne pourrait le faire à l'école. Mais c'est peut-être l'effet blog qui condense les choses. De plus, il y avait de l'humour ironique volontaire dans mon propos.
      Mais tu as tout à fait raison de souligner les "à côté" humains, de la scolarisation, je m'étais concentrée sur l'aspect apprentissage.

      Supprimer
    4. Pardon, c'est moi qui aie (ai?) répondu plus haut, j'étais connectée avec un autre compte blogger... Sorry. ^_^

      Supprimer
    5. Coucou, Hëlëne ! ;-)

      Merci pour le lien vers Marie-France, quel honneur ! :-)

      C'est drôle, en lisant tes questions, je m'aperçois que je suis complètement OK avec tout cela maintenant, mais il fut un temps pas si lointain où ça me tracassait fort...

      http://mercimontessori.blogspot.fr/2013/09/une-nuit-dinsomnie-etat-des-lieux.html
      http://mercimontessori.blogspot.fr/2014/09/etat-des-lieux-2.html

      Bien sûr, ça sert à plein de choses qu'Antonin aille à l'école ! ;-)
      D'abord, ça sert qu'on se soit pas ensemble, lui et moi, 24 heures sur 24. Ce qui, au vu de notre relation quasi-fusionnelle, est une excellente chose qui nous fait beaucoup de bien à tous les deux.
      Ensuite, c'est l'occasion de rencontrer un autre type d'autorité, de fonctionnement matériel, etc. L'altérité, quoi. Antonin n'en est pas au stade des “copains” (serait-ce qu'on appelle “la socialisation”, concept complètement flou et tordu pour moi ???), mais il observe beaucoup, comprend tout et adapte son comportements aux faits extérieurs, parfois déroutants, certainement. C'est aussi ainsi que l'intelligence se construit : en analysant et en réagissant de manière appropriée. L'adaptation – au sens quasi bilologique du terme.
      Enfin, Antonin y apprend beaucoup de choses ! Ben oui ! :-D

      Je ne suis pas les apprentissages scolaires. Du tout. Quand je travaille avec mes élèves, je suis obligée de suivre les Programmes. Là non. Je suis mes enfants. Nous sommes libres, youhou !! :-)

      Jusqu'à présent, il était très rare que les activités de la maison recoupent celles de l'école, mais bien sûr, à l'âge d'Antonin, c'est plus difficile. Entre 3 et 6 ans, l'enfant veut apprendre à lire et à compter, et c'est aussi ce qu'on fait à l'école. Pour le moment, il est clair qu'on précède les apprentissages scolaires : il a appris à écrire son prénom à l'école ; je pensais qu'on allait lui parler du Nom des lettres (“ène” pour “N”, par exemple), et bien non, pas encore. Bon, j'attends, ce n'est quand même pas à moi de faire ça, il va bien finir par apprendre ça à l'école !! :-D

      De même, je nourris l'intérêt phonologique d'Antonin depuis le début (l'année dernière), alors qu'on commence traditionnellement la phono en GS.

      Idem, en numération : il en sont à dénombrer jusqu'à 6 dans sa classe.

      Par contre, pour le moment, Antonin ne s'ennuie absolument pas à l'école. Par exemple, ils ont beaucoup travaillé sur le labyrinthe à la 2e période, et je vois bien que ce n'est pas du tout évident pour Antonin. Il n'est pas dans un coin à se dire qu'il sait déjà tout ! Ils manipulent beaucoup en classe (jeux de construction), et il y a la motricité, etc. Il y a eu par exemple aussi une grosse séquence sur les fruits durant laquelle Antonin a appris plein de trucs qu'il était fier de pouvoir m'expliquer.

      Bon, depuis le début de l'année, il y a UNE fiche qu'Antonin a super bien réussie : c'est une fiche de numération, comme par hasard, la seule qu'ils aient jamais faite, d'ailleurs, puisqu'ils travaillent les maths surtout en manipulant. Mais je sais qu'il ne s'est pas ennuyé en la remplissant, il adooore ce genre d'activité, même quand c'est trop facile ! ;-)

      Supprimer
    6. (Suite)

      Oui, moi aussi, j'ai l'impression qu'Antonin fait très bien le distingo entre école et maison (encore que je n'ai jamais vu un enfant confondre l'école et la maison, ni même sa maison à lui et celle de la voisine, mais bon). Par exemple, il a “appris” à dessiner des bonshommes à l'école (grrr), mais il n'en fait jamais à la maison, car il n'est pas prêt. Comme quoi quand j'écris “appris”... hein ? ;-)

      Il n'interroge pas du tout cette différence, car elle est normale. Encore une fois, trouvez deux lieux identiques, c'est cela qui serait destabilisant, et non l'inverse. Imagine que tu rencontres une série de clones dans la rue !! Le cauchemar. ;-)

      Nous parlons du fonctionnement de l'école. Pas pour dire que c'est différent de la maison (ben oui, normal...) mais juste pour en parler : “Tiens, à l'école on fait ça... Tiens, il faut faire ça, on n'a pas le droit de...”, etc.

      Enfin : oh, non !! Je ne parle pas de mes pratiques aux enseignantes !! Surtout pas !! :-)
      (Ni aux enseignantes, ni à personne d'ailleurs).
      D'abord parce que ce serait mal compris (je ne vois pas comment en parler correctement... à moins d'en faire un blog, tiens, c'est une idée !!!), ensuite parce que ça ne les regarde pas ! ;-)

      Supprimer
    7. Bonjour,
      Une question sur la mise en pratique Montessori à la maison, je ne sais pas du tout comment mettre en place l'utilisation du tapis d'activité..
      Vers quel âge, de quelle façon, pour quelles activités, à des heures fixes, ... ?
      Si vous avez quelques conseils à me donner, je suis très intéressée et vous remercie par avance !
      Je n'ai pas eu le temps de bien chercher sur le blog si cela est évoqué.
      Merci,
      Shrimp.

      Supprimer
    8. Merci d'avoir pris le temps de me répondre.
      Je me rappelle de tes articles (mais je vais les relire car ils correspondent bien à mes réflexions du moment) et je me rappelle aussi très bien l'article que tu avais écrit quand tu as choisi de renoncer à une école Montessori pour aller vivre à la campagne. Il m'avait énormément aidé à l'époque et j'y repense souvent.

      Supprimer
    9. Bonjour Shrimp !
      Est-ce que ceci répond à ta question ?
      http://mercimontessori.blogspot.fr/2012/12/travailler-sur-un-tapis.html

      N'hésite pas à me relancer dans le cas contraire ! :-)

      Supprimer
  13. Elsa,
    Ces articles sont, encore une fois, formidables. Quelles sources d'inspiration, quelles idées, quelle organisation, tu nous offre en exemple! Je trouve que c'est une vraie grande chance que de pouvoir lire votre petite vie Montessori.
    La nouvelle organisation des articles est très efficace et complète ce qui a déjà été fait.
    ça doit te prendre beaucoup de temps !
    Un grand grand merci.

    Je vous souhaite une très douce et heureuse année 2015.

    Shrimp.

    RépondreSupprimer
  14. Bien sûr Helene aucun souci pour t'envoyer ces éléments (peux tu me donner une adresse mail?). Par contre, les "fiches" par thématique sont en construction, à peine commencées ! Ne t'attends pas à un travail abouti... Ce n'est pas si sorcier à faire (c'est juste du temps) et je m'inspire bcp des conseils d'Elsa et de ses progressions très bien détaillées dans ses posts.
    Par ailleurs, en faisant du tri hier soir j'ai remis la main sur la liste des activités proposées en classe montessori 3-6 ans. C'est succinct mais bien fait car présenté dans un ordre chronologique/ thématique.

    Pour le tableaux excel qui recense les activités montessori/ âge, c'est lui là :
    http://ecole-et-cabrioles.blogspot.fr/2014/03/tableau-de-presentations-montessori-par.html?m=1

    A noter, il s'agit pour moi d'avoir des repères et une vision globale des choses mais finalement j'emmagasine bien plus dans ma tête que je n'applique ces activités avec ma fille. Je pioche en fonction de ses intérêts du moment et des miens qd même un peu (oui j'ai aussi le droit de m'amuser!) ;)

    Shrimp, c'est aussi pour ça que ma liste des activités sympas à faire avec ma fille est mise à jour de temps en temps. J'écarte ce qui ne marche pas (romane n'est pas une grande fan des mises en paire par ex.) et j'avance sur d'autres jeux.

    J'apprécie de compléter ces supports par les activités d'Elsa, très récréatives pour les enfants, tout en étant "intelligentes" et respectueuses des capacités de nos enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Précisément, ça prend du temps (en gras et souligné) car nulle part on ne trouve un condensé de ces informations réunies (chasse gardée pour les formations Montessori ?). Donc même si incomplet, ton travail me ferait une bonne base pour avancer et je serais ravie de te renvoyer mes compléments de recherches (solidarité maternelle hein ? ;-) ). Suite à ton post j'ai déjà commencé à réfléchir et le récap d'Elsa m'est revenu en mémoire ainsi que d'autres sources (le lien de cet article vers la progression des tables de Seguin est super éclairant par exemple). Je vais tâcher de te contacter via ton profil blogger. Merci beaucoup en tous cas !

      Supprimer
    2. Helene. Je t'envoie ça dans la semaine. Merci. Celine

      Supprimer
  15. Vous lire, c'est à chaque fois apprendre, aller plus loin dans la compréhension de l'enfant et de leurs étapes, de leurs besoins... Merci. J'ai l'impression que de nouvelles avenues se dessinent!

    RépondreSupprimer
  16. Coucou Elsa,
    J'ai pris le temps de lire et relire ce billet tellement je me régale :-)
    Je suis ravie de voir que cette nouvelle organisation semble faire l'unanimité...! J'espère qu'elle te convient aussi (?) Pour moi c'est le pied total :-P

    J'ai lu la plupart des commentaires aussi et c'est très riche... et je me rends compte de 2 choses:
    1- je commence à intégrer le jargon des PE :-P
    2- j'ai pris un peu de recul car j'évite aussi d'anticiper les évolutions et d'envisager une progression... (telles que je serai obligée de le faire au "boulot')
    Ce 2ème point fait suite à un certain recul sur l'aspect matériel, j'entends le matériel Montessori. J'étais plus ou moins dans la volonté d'investir dans une bonne partie du matériel et vu le prix il fallait anticiper et viser juste... M'étant détachée et affranchie de l'application "à la lettre" (et surtout à la maison!) de la pédagogie, cette pression est retombée aussi vite qu'elle est montée... je découvre aussi, au travers de ma formation, bon nombre de pédagogues et de pédagogies en tout genre... pfffffffffffiou
    Et puis, je constate que Charline apprend et progresse (avec plaisir pour le moment!)... à l'école...! donc je ne me sens plus dans l'obligation d'avoir un formalisme dans nos activités à la maison...
    Bien sur j'essaye toujours de proposer des activités/jeux qui peuvent apparaître comme du "travail scolaire" pour d'autres mais, pour commencer à prendre conscience de ce que tout cela signifie, j'en suis loin... ce sont juste des activités qui comme tu le dis rejoignent, vu l'âge de nos enfants, les programmes scolaires mais ne s'inscrivent pas, pour ma part, dans une logique quelconque de progression...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon pour revenir sur le fond...!
      Ici aussi Charline (38 mois) commence (enfin!) à intéresser au puzzle. On lui a offert pour son anniversaire un puzzle DJECO et nous avons pris le temps ensemble de s'y pencher et aujourd'hui elle le réclame quotidiennement...! Bon c'est bien loin des puzzles de géologie (qui me semblent plus adaptés) mais je suis ravie de voir qu'elle arrive à rester concentrer sur la construction et a réussi (avec un peu d'aide qd même) à développer une stratégie pour y arriver. De manière générale, je constate aussi une volonté de "construire", les premières tours de cubes font leur apparition ici...! Elle évolue aussi et commence à jouer à la poupée ou prend plaisir à sortir les quelques playmobiles qu'elle a eu et à les placer tous ensemble sur une scène (toujours la même of course!). Elle n'a pas commencé des jeux "d'imagination" mais je pense que c'est un préalable...!
      Enfin là on s'éloigne du langage...!

      En ce qui concerne le langage, Charline a appris en quelques semaines les lettres de l'alphabet....! Elle lisait sur tous les supports qu'elle trouvait (marquage au sol, pub, journaux, inscription sur les tee-shirts,... TOUT!) les lettres qu'elle connaissait. J'ai pu avoir quelques infos sur ce qu'elle fait en classe et à ma grande surprise ils ne faisaient rien de particulier sur ce point! ce qui m'a fort surprise car Charline a tendance à ré-investir à la maison, ce qu'elle fait à l'école (en dessin c'est flagrant...!) J'avais créé un petit jeu autour des lettres des prénoms des copains de sa classe (elle a eu en cadeau à l'école pour son anniversaire un grand poster avec la photo et les prénoms des élèves de sa classe et passe son temps à les passer en revue!) mais il n'était pas adapté (j'avais écrit le prénom puis découpé chaque lettre unitaire dans l'objectif qu'elle recompose le prénom... bien trop compliqué!). C'est avec les lettres magnétiques DJECO et des imagiers sur les lettres qu'elle a réellement pu assouvir son envie d'apprentissage qui correspond juste à une reconnaissance purement visuelle des lettres.
      Il y a eu quelques confusions certaines assez classiques (N et M) d'autres plus inattendues pour moi : Q et U ou X et K
      Par contre, et je ne sais pas si j'ai bien fait (mais j'ai suivi ce qu'elle savait faire!) elle n'a appris que le nom des lettres de l'alphabet...! Je n'ai pas du tout introduit une valeur phonique car ce n'est pas de ça qu'elle me parlait... Mais finalement on commence à le faire doucement car son jeu du moment et de me faire citer pour chaque lettre de l'alphabet, le nom d'un animal...! Je fais attention de choisir un animal qui correspond au son "majoritaire" de chaque lettre (ex pour le A : Alligator et non ANtilope) mais je sens que c'est vraiment nouveau pour elle et que c'est très prématuré pour formaliser une quelconque activité sur ça encore...
      Par contre, elle continue à vouloir explorer la reconnaissance visuelle des lettres car elle m'interroge maintenant sur les "petites lettres" et me demande ce que c'est car elle ne les reconnait pas... Du coup, je suis un peu perdue, je ne sais pas trop si je dois lui présenter avant d'aborder la valeur phonique des lettres justement...
      Mais je note le jeu ravensburger....! car je trouve que c'est une excellente approche!

      Merci de ta mise en évidence sur l'écriture scripte et cursive, je n'avais pas intégrée cette "incohérence"... et puis merci pour le lien vers "Catego", j'ai découvert "l’intérêt" de la catégorisation il y a peu (qui m'avait complètement échappé...!) et je suis contente d'avoir un support car je n'ai toujours pas eu le courage de faire une seule carte de nomenclature ici...!

      Bon encore un roman... je suis désolée..! mais ça me fait "ça" à chaque fois que je te lis! :-)

      Supprimer
  17. Je lis et relis cette nouvelle presentation des activités avec attention, toujours autant d'idées dans lesquelles piochées ;) Aprés les questionnements sur l'organisation des activités par theme et dans le temps , ici c'est une autre et intense reflexion sur laquelle j'ai du mal a y voir claire : comment nourrir l'interet, l'apprentissage de son enfant sans interferer dans l'apprentissage autonome , parceque ton blog notament regorge d'idées inspirantes , me donne envie de proposer des choses a mon fils mais je freine aussi de crainte de trop en faire; Ou se situ la limite entre ce qui pourrait etre vecu ou vu comme un sur investissement et le fait de nourrir l'interet de l'enfant? comment arriver a trouver le bon dosage? Comment cela ce passe t'il chez toi et chez les autres pour celles qui veulent me donner leur temoignage , cela me serait trés utile ;)

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Melissa !

    Oui, c'est une question cruciale qu'il faut toujours garder dans un coin de sa tête.

    Il me semble que si on suit l'enfant, on est assuré de ne pas trop en faire ?

    Aurais-tu un exemple concret d'interférence entre apprentissages autonome et activités pré-pensées, qui serait d'actualité en ce moment chez toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elsa pour ta reponse , je voulais venir repondre avant mais le temps m'a manqué :( Je m'aperçois qu'en fait ce qui m'empeche de trouver le bon dosage c'est que je fais fortement une distinction entre apprentissage autonome et apprentissage accompagné/partagé , le premier etant pour moi celui que l'enfant mene seul de A à Z et qui devient partagé/accompagné des le moment ou l'adulte y participe de pres ou de loin; Je m'aperçois que ce qui m'empeche de trouver le bon dosage c'est cela , a quel moment laisser l'enfant etre autonome dans son apprentissage , a quel moment nourrir de quelques façons que ce soient cet apprentissage. Par exemple mon fils de deux ans et demi s'amuse a compter , j'observe que la correspondance nom / quantité ce met en place , j'ai lu attentivement ton post sur "pas de mathematique avant quatre ans" ou tu proposais un petit exercice autour de la notion de quantité et c'est là que je suis partagée: est-ce que je laisse mon efant faire son propre cheminement ou est-ce que "j'interviens" ou plutot accompagne en proposant cette petite activité.

      Supprimer
    2. Bonsoir Melissa,

      Oui, je me disais en repensant à ta question que tout dépendait d'où on plaçait le curseur...
      Pour moi, quand je vois un petit de 2 ans et demi commencer à compter, c'est irrésistible : il faut que je provoque plein de situations pour qu'il puisse compter, s'il aime cela ! J'ai bien évolué depuis mon très montessorien "Pas de maths avant 4 ans" au contact de mes enfants qui ne l'entendaient pas de cette oreille... :-D

      Pour moi, c'est ça, justement, un apprentissage autonome : un apprentissage spontanné, qui prend l'adulte un peu de court...

      Mais ne pas nourrir cet intérêt, pour moi c'est aussi inpensable que d'arrêter de parler à un bébé qui commence à babiller de peur d'interférer ! :-D

      Bien sûr, ce que je dis là n'engage que moi et ma relation à tout cela, c'est complètement criticable.

      Écoute ton feeling, on en revient toujours à ça ! :-D

      Supprimer
    3. J'aime beaucoup la definition que tu apportes " un apprentissage spontanné, qui prend l'adulte un peu de court..." elle me parle bien ;) Toujours dans cette idée de ou l'on place le curseur et parceque j'en parlais hier avec une amie , je me rend bien compte que tout depend du parent , il y a des parents qui aiment partager leur connaissances, leur univers , entrer dans celui de l'enfant , se laisser surprendre , inspirer et puis d'autres qui se sentent d'avantage a l'aise en laissant l'enfant faire sont petit bonhomme de chemin seul; Bon du coup , je vais me replonger dans la partie mathematique du blog!! si tu as d'autres idées pour nourrir l'interet d'un petit bout de deux ans et demi en math , je prend :)

      Supprimer
    4. :-)
      Je crois comprendre alors que tu appartiens, toi aussi, à al première catégorie de parents que tu décris si bien ? :-D

      Ne t'inquiète pas, j'ai moi aussi un petit bout de 2 ans et demi à la masion dont il faut nourrir les intérêts, je partagerai toutes mes idées ! :-)

      Supprimer
    5. J'appartiens completement a cette premiére categorie, d'ou la seance de remue-meninges lorsque je me plonge dans un livre tel que celui de John Holt sur les apprentissages autonomes héhé ;) Hate que tu nous partages tes idées !!

      Supprimer
  19. Bonjour,
    Je découvre votre blog après avoir fait quelques recherches car je souhaite m'encrer dans une éducation bienveillante avec ma fille (2 ans et demi) !
    Je n'ai fait que parcourir les premières pages mais je suis déjà bien contente de voir toutes les idées qui s'y trouvent, je vais m'en inspirer, c'est certain !!!
    Mais je me demandais, où trouvez-vous toutes ces idées ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh... :-D

      Et bien, Juebo, c'est une question difficile ! :-D

      Comment naissent les idées, voilà la question de fond, sans doute...

      D'abord, je dirai que cela prend beaucoup de temps (je consacre personnellement tout le mien ou presque aux matières éducative, c'est à la fois mon travail et ma passion). Et puis je pioche beaucoup chez les autres. Je ne reproduis presque jamais une activité à la lettre parce soit elle ne correspond pas vraiment à mon enfant ou à mes élèves (je ne la "sens pas, si vous voulez), soit parce que je n'ai pas le matériel. Mais ça m'inspire pour trouver ma voie vers un objectif similaire...

      Pas de recette, donc, si ce n'est : ouverture au monde de la pédagogie, patience et passion ! ;-)

      Merci pour votre retour !

      Supprimer
  20. Bonjour

    Je m'interroge sur cette "pudeur" qui semble entourer tout ce qui touche aux lettres et à l'apprentissage de la lecture.

    "non, ne me demandez pas quels sont les lettres ou les chiffres qu'elle sait effectivement lire, je ne veux même pas le savoir, elle a deux ans et demi !!"

    et dans votre commentaire "je pensais qu'on allait lui parler du Nom des lettres (“ène” pour “N”, par exemple), et bien non, pas encore. Bon, j'attends, **ce n'est quand même pas à moi de faire ça**, il va bien finir par apprendre ça à l'école !! "

    Venant de quelqu'un qui n'hésite pas a apprendre "un elephant, ca barrit" au meme enfant de 2 ans 1/2, j'avoue que je ne comprends pas. Si l'interet est la, si le gosse ca l'amuse, WTF ?! Il me semblait que le message de Montessori etait justement de repondre aux interets et curiosites de l'enfant.
    Quel est le probleme qu'un enfant apprenne le nom ou le son des lettres à 2, 3 ou 5 ans s'il l'apprend au moment qui l'interesse ?

    Un ami m'a raconté justement hier soir le désespoir d'une petite fille qui voulait absolument apprendre le solfège à 6 ans. Malheureusement le premier niveau de solfège n'est ouvert qu'à 7 ans dans les conservatoires. Elle a eclaté en sanglots devant le directeur lorsqu'il lui a annoncé qu'elle devrait attendre un an. Comme cet ami etait professeur de FM, il a permis, a titre personnel, a cette enfant de venir dans sa classe, et elle a pu continuer de faire de la musique pendant des années après. Je ne sais pas ce qui se serait passé si on l'avait obligée a attendre pour rien.

    Pour l'apprentissage de la lecture il me semble (dites moi si je me trompe) que c'est pareil, si l'enfant est dans sa periode de curiosité il peut apprendre a lire en quelques semaines, quelle que soit la méthode. Et si sa periode de curiosité de la lecture est à 4 ans, qui sommes-nous pour le repousser ? Ne serions-nous pas en train de le priver du respect de sa periode sensible ?
    En France on apprend a lire a 6 ans, mais dans certains pays c'est 7 et d'autres 5. En Inde, les enfants qui vont a l'ecole lisent parfaitement dans deux alphabets -hindi et anglais- à cinq ans. Certains enfants savent lire des 3 ans. Quel est le probleme ?
    Serait-ce cette peur, frequente chez les parents enseignants, de "pousser" ses enfants, quand on se contente juste de les éveiller et de repondre a leur demande ?

    A moins que j'ai mal interpreté ces phrases ?
    Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais une hypothèse : on dit souvent que les enfants qui apprennent à lire très tôt (avant 4 ans) ne sont pas les plus brillants. Un peu comme ceux qui font leur puberté très tôt et dépassent par la taille les autres très jeunes....et finissent pas être les plus petits de leur classe 5 ans après car ils ont justement grandit trop tôt.

      Je connais des enfants qui ont appris à lire avant 2 ans 1/2, donc techniquement c'est possible :-)
      Après, certaines études montrent qu'ils ont une compréhension moins profonde des textes vers 10 ans que ceux ayant appris après 4 ans.

      Supprimer
    2. Éléonore : Arg, tu as pris deux phrases humoristiques au pied de la lettre...

      Il y a un truc qui m'énerve chez Blogger, c'est l'absence de smileys. Du coup, c'est parfois difficile de faire passer une intention par écrit... Des fois, je me dis que je changerai d'hébérgeur rien que pour ça !! :-D

      Anonyme : je ne connaissais pas cette théorie selon laquelle les trèèèès jeunes lecteurs (2 ans, ouch !) auraient des difficultés en compréhension... Est-ce parce qu'ils assimilent l'acte de lire à un procédé technique ? Quelles sont tes sources, s'il te plait ?

      Supprimer
    3. Bonjour Eleonore

      Je te cite : "Serait-ce cette peur, frequente chez les parents enseignants, de "pousser" ses enfants, quand on se contente juste de les éveiller et de repondre a leur demande ?"

      Je te donne mon avis du moment (12 ans de prof de maths en collège et 2 ans et demi de maman ;), je dis bien avis du moment car je sens bien que mes positions évoluent régulièrement !

      En tant que prof, j'estime que je fais du "théâtre", j'essaie de rendre mes cours vivants et quel plaisir quand 30 élèves de 6ème ( ca marche mieux avec les petits lol) ouvrent des yeux équarquillés quand tu leur présente avec grand cérémonial la lettre x, la lettre pi ou que tu leur confies que d'écrire 5 - 8 n'est plus une erreur, qu'il existe un résultat à cette opération. Bref pour moi c'est des moments magiques on partage un truc, ils sont fiers d'absorber de nouveaux savoirs. Bref tout ca pour dire que ce genre de séance marche mieux quand les enfants ont à peu prés tous le même " niveau". Je dis bien à peu prés car certains seront fiers de dire qu'ils connaissaient déja ou auront des questions bien plus poussées que les autres (qui a introduit pi le premier,etc,...) c'est normal et c'est ca aussi l'émulation d'une classe
      .
      J'étais une enfant passionnée par l'école, qui adorait apprendre de nouvelles choses et c'est une des raisons pour laquelle je ne veux pas trop "pousser" ma fille, je veux qu'elle garde des yeux émerveillés à l'école. (mais peut être que pour elle tout sera différent on verra). Voila pourquoi je fais partie de ceux qui ont un peu "peur" de pousser les enfants. Evidemment éveiller son enfant et répondre à ses demandes me semblent tout aussi nécessaires !

      Sinon ma deuxième peur , qui est sans doute une déformation professionnelle, c'est qu'apprendre à lire est un métier (ou tout au moins nécessite de très bien potasser le sujet, on ne s'improvise pas prof à mon sens) donc à première vue je me sens incapable d'apprendre à lire à ma fille, (comme d'apprendre à un enfant de primaire pourquoi on calcule 5+3 à la question j'ai 5 pommes, on m'en donne 3 combien en ai-je maintenant.Ca fait bondir mes amis non enseignants mais non je peux aider un élève de terminale S mais un CP en difficulté je ne sais pas :( )

      Voila des idées de réponse sà tes questions, je suis peut être la seule à voir "ca" derrière mes "peurs" mais moi c'est ca !

      Supprimer
    4. Désolée pour les fautes malgré relecture :(

      Supprimer
    5. Je disais donc... C'est la premiere fois que j'entends ce "on dit" et je serais intéressée par ces études, Anonyme, car elles contredisent a priori les observations, l'expérience et le bon sens.
      La lecture EST un geste technique, et il me semble que le plus tôt on s'assimile, le plus tôt on peut s'en détacher et se concentrer sur le sens : comme quand on apprend à conduire... et quand
      on arrive enfin à profiter du paysage. Ou lorsqu'on maitrise enfin suffisamment un instrument et le solfège pour faire de la **musique**.
      Il me semble que plus vite on est débarrassé du "déchiffrage" plus vite on peut enfin faire de la **lecture**

      Supprimer
    6. Certaines choses du commentaire d'Aurelie me mettent mal a l'aise : par exemple le fait de se retenir de faire decouvrir des choses pour laisser à l'ecole la primeur de cet emerveillement.

      D'abord, pour moi c'est le monde qui doit etre source d'emerveillement, pas l'ecole.
      Ensuite, il me semble que ce qui provoque cet emerveillement, c'est la découverte, le declic de la compréhension : il y a tellement de choses à découvrir pour un enfant ! Si l'ecole a besoin de ce genre d'artifice pour provoquer ce déclic, c'est qu'il y a un probleme... par exemple, les méthodes
      d'enseignement, basées sur le maitre qui dispense son savoir, et non sur les enfants qui le redécouvrent par eux-mêmes. Dans ce cas, non seulement il n'est pas néfaste de faire découvrir les
      choses avant l'ecole si l'enfant est demandeur, mais ca peut meme etre un service à lui rendre.
      Par exemple, la découverte des volumes organisée par Elsa : quel enseignant fera l'effort de mettre en place cette merveilleuse présentation ?

      Quant a savoir si on est "compétent" pour apprendre à lire ou compter à son enfant...
      Etes-vous compétent pour apprendre à un enfant à marcher ? a parler ? à être continent ? a faire du vélo ? à se comporter en société ? à mettre un nom sur ses émotions ?
      C'est le boulot d'un psychomotricien, d'un orthophoniste, d'un prof de sport, d'un psy... tous ces métiers que vous n'avez pas appris, et que vous avez pourtant exercés, certes en doutant parfois, en vous faisant aider en cas de difficulté, mais globalement il ne vous serait pas venu à l'esprit de vous dire "non ca je suis pas compétent, je vais attendre qu'il soit à l'ecole, ou m'adresser à des specialistes, moi je
      ne saurai pas faire"

      Vous lisez un livre à votre enfant, vous comptez devant lui, vous lui donnez des lettres et des chiffres à manipuler et vous le laissez faire sa tambouille et ses découvertes : quel mal y a t'il a repondre, meme a un enfant de deux ans, "Ca, mon chéri ? Et bien c'est un 'A'. Et à côté ? C'est un 'D'. Les deux ensemble, ca fait 'DA', comme 'DAnican', ton copain de la crèche." ?
      Comment pourrez-vous l'empêcher de regarder le texte quand vous lui lisez un livre, et faire ses propres rapprochements ? L'émerveillement de déchiffrer pour la première fois un mot ou une phrase qui lui sont important, de vous donner fièrement une réponse qu'il est allé LIRE, vous voulez vraiment vous en priver, vous voulez vraiment les laisser à l'école ? Au risque qu'il n'arrive jamais, parce qu'à l'école on lit autre chose, qui n'est pas forcément au diapason de ses intérêts.

      En ce qui concerne 5+3, je crois que la reponse se trouve dans les posts d'Elsa : il faut manipuler et encore manipuler pour arriver à l'abstraction
      5 pommes = 5, et mettre ensemble = +. Ca ne se fait pas en un jour.
      Voir aussi les livres de Stella Baruk, très intéressants à ce sujet.

      "on ne s'improvise pas prof" : c'est pourtant ce que si passe dans les faits : la pédagogique était très mal abordée dans les IUFM, elle ne l'est plus du tout à présent qu'ils ont été supprimés.

      Vos scrupules vous honorent d'autant plus que les pédagogues ne les ont pas eus, eux, lorsqu'ils ont introduit à l'école la methode de lecture globale, et les maths modernes. Quant on voit les dégâts que cela a fait sur toute une génération, on se dit qu'on n'aurait pas fait pire sur sa table de cuisine... et étant
      dans le créneau concerné je me réjouis que ma mère ait tenu à m'apprendre à lire AVANT, "à l'ancienne", pour m'éviter de finir DYS comme mes coreligionnaires. Cela m'a egalement permis de gouter les joies de la lecture "libre et choisie", où on lit un truc parce qu'on en a envie et pas parce que le prof l'a demandé.

      Supprimer
    7. (en plus je suis obligee de decouper mon message en plusieurs parties, c'est pratique)

      L'ecole n'est pas SACREE. C'est la deuxieme chose qui me met mal à l'aise dans ce ceremonial de "je lui explique pas, je laisse le grand gourou professeur lui révéler la Lumière de la Vérité" (je caricature, mais c'est à cela que votre message m'a fait penser, désolée) .

      De plus, parce que l'ecole VOUS a emerveillée ne garantit pas du tout que cela sera le cas pour votre fille : si elle a le malheur d'etre "cerveau droit" dans cette société éducative "cerveau gauche" elle risque au contraire d'etre malmenée par votre idole, et à cause de vos anciennes amours vous aurez du mal à la comprendre...
      Elle peut aussi ne pas comprendre du premier coup, et dans ce systeme où quand on se trompe
      on "fait une erreur/faute" (et non on "est en train de construire son savoir/sa compétence") elle peut ne plus du tout trouver ca merveilleux...

      Voila les reflexions que m'inspirent votre témoignage, j'espere de tout coeur que vous ne le prendrez pas mal Aurelie car mon but n'est pas du tout de juger, mais d'exprimer mon ressenti.

      Supprimer
    8. Bonjour Eleonore
      Votre commentaire ne m’a pas blessée, toute discussion est bonne à prendre mais c’est vrai que je n’ai pas tout à fait le même point de vue que vous. J’ai repris certains de vos propos et commenté, j’espère que ma réponse ne sera pas trop confuse ou indigeste !


      « D'abord, pour moi c'est le monde qui doit être source d'émerveillement, pas l'école. »

      Oui je suis d’accord le monde est source d’émerveillement mais l’école fait partie du monde donc l’école peut aussi être un lieu d’émerveillement ou l’on rencontre des gens qui ont envie de partager leur « savoir » ou leurs passions. Combien de clubs Astronomie, Théâtre, Sport, Couture ,.. dans les écoles ?
      En fait, ce qui me gêne le plus c’est le côté trop souvent négatif qu’on donne à l’école.

      « Il me semble que ce qui provoque cet émerveillement, c'est la découverte, le déclic de la compréhension : il y a tellement de choses à découvrir pour un enfant ! Si l'école a besoin de ce genre d'artifice pour provoquer ce déclic, c'est qu'il y a un problème... »

      Oui l’école n’a pas de remède miracle pour interesser les enfants, elle a aussi besoin d’émerveillement, de découverte, de plaisir, c’est à mon sens le meilleur moyen d’acquérir de nouveaux savoirs.

      « …les méthodes d'enseignement, basées sur le maitre qui dispense son savoir, et non sur les enfants qui le redécouvrent par eux-mêmes.

      C’est une critique de l’école qui revient souvent mais franchement depuis une bonne dizaine d’années les programmes ont bien changés (dans ma matière en tous cas), évidemment que les enfants explorent, découvrent et construisent leur savoir. On est bien loin désormais de la « bête » leçon récitée par le prof suivie d’exercices. On ne procède plus comme ça, chaque nouvelle notion est introduite par un questionnement, une manipulation ou autre. Nous avons encore beaucoup à apprendre des pédagogies alternatives mais il se passe des choses quand même !

      « la découverte des volumes organisée par Elsa : quel enseignant fera l'effort de mettre en place cette merveilleuse présentation ? »

      Je te rassure il existe des enseignants qui font l’effort de chercher des présentations de cours originales et parfois même ils lisent le blog d’Elsa ;)

      « Quant à savoir si on est "compétent" pour apprendre à lire ou compter à son enfant...
      Etes-vous compétent pour apprendre à un enfant à marcher ? »
      Je comprends votre point de vue mais pour moi la lecture rentre vraiment dans une case spécifique, oui je sacralise l’apprentissage de la lecture.
      J’estime qu’au moins pendant mes deux premières années de prof j’ai été mauvaise (tout en faisant de mon mieux) ça prend du temps pour être clair et précis sur ses connaissances, les connaissances qu’on veut partager avec l’élève, la manière de les transmettre.
      Donc je n’ai pas trop envie que ma fille soit mon premier cobaye dans l’apprentissage de la lecture. Il me semble qu’il y a une grande différence entre dire M et A ca fait MA, partager de la lecture de mots lors de la lecture du soir avec son enfant et apprendre réellement à lire. Mais encore une fois, c’est très personnel comme raisonnement. Je ne me lance pas sans avoir beaucoup lu, digéré les informations donc pour l’instant, moi qui ne sait pas ce qu’est un phonème, l’apprentissage de la lecture c’est pas pour moi lol !

      Supprimer
    9. « En ce qui concerne 5+3, je crois que la réponse se trouve dans les posts d'Elsa : il faut manipuler et encore manipuler pour arriver à l'abstraction »
      Je n’ai pas dit qu’il m’était impossible d’aider un enfant je dis juste que cela demande une réflexion et un travail préalable.


      « L'émerveillement de déchiffrer pour la première fois un mot ou une phrase qui lui sont important, de vous donner fièrement une réponse qu'il est allé LIRE, vous voulez vraiment vous en priver, vous voulez vraiment les laisser à l'école ? Au risque qu'il n'arrive jamais, parce qu'à l'école on lit autre chose, qui n'est pas forcément au diapason de ses intérêts.
      Apprendre à lire à l’école c’est aussi le risque qu’il rentre le soir fier de dire à ses parents qu’il a passé une bonne journée à l’école car il a réussi à lire avec ses camarades et son enseignant. Désolée je suis une grande optimiste et je ne suis pas jalouse !

      « L'école n'est pas SACREE. C'est la deuxième chose qui me met mal à l'aise dans ce cérémonial de "je lui explique pas, je laisse le grand gourou professeur lui révéler la Lumière de la Vérité" »

      Je vous laisse utiliser le mot gourou car au risque de vous choquer il ne me gêne pas, oui je veux bien être un gourou, un gourou positif, quelqu’un qui est passionné par la transmission de ses compétences mathématiques. Et c’est ça le plus enrichissant à l’école, à mon sens, rencontrer des gens passionnés par leur discipline, qui y croit coûte que coûte et qui ne baissent pas les bras quand un parent arrive en disant mon enfant n’est pas matheux.

      Mon but n’est pas de révéler la Lumière de la Vérité, ni de faire bêtement ingurgiter un programme scolaire à mes élèves mais faire en sorte que la petite étincelle de curiosité mathématique présente en chaque élève ne s’éteigne pas.
      Alors bien sûr nous pouvons ( et devons !) tous partager des connaissances avec nos enfants, oser faire des choses qu’on ne maitrise pas à 100% et apprendre de concert avec son enfant sur des nouveaux sujets mais quel plaisir aussi pour un enfant ou un adulte de rencontrer quelqu’un de passionné par son domaine, qui mettra deux fois plus d’ardeur dans ses discussions.
      J’ai souvenir par exemple d’un collègue d’histoire tellement bon conteur que n’importe qui aurait eu envie de s’arrêter pour écouter son cours.
      Evidemment tous les enseignants, éducateurs sont loin d’être tous des passionnés mais je trouve que l’école est un lieu comme un autre ou on a la chance de rencontrer des gens passionnés. L’élève passionné d’archéologie trouvera peut-être plus facilement une oreille attentive, celui qui se voit en futur inventeur aura des discussions à chaque récréation avec son prof de physique.
      L’école n’est pas sacrée, les rencontres humaines, de manière générale, sont sacrées.

      Voilà à mon tour mon ressenti. Merci de m’avoir lue, c'était long ;)

      Supprimer
  21. Merci Elsa pour toutes tes idées. Un petit témoignage niveau langage : 3 ans et demi : j'ai opté finalement pour lui présenter les lettres rugueuses des majuscules en premier car ce sont les lettres qu'il apprend pour son prénom en petite section (j'ai découpé le livre du Balthazar correspondant feuille à feuille pour éviter d'avoir à fabriquer lesdites lettres et ça marche du tonnerre). Pour rendre cela plus amusant, je me suis inspirée de ton jeu sur le placement des lettres un peu partout dans une pièce : on joue au maitre avec des petites figurines qu'on incite à aller chercher la lettre qui fait le son "" et bien sur, mon petit loup aide lesdites figurines à les trouver ;-) . Je compte ensuite enchainer avec la correspondance des lettres, comme toi, surtout que la maitresse m'a expliquée qu'elle allait enchainer très vite aussi sur l'existence de différentes "écritures". donc Merci.

    RépondreSupprimer
  22. J'aime quand je saisis un long commentaire et qu'a la soumission "comment empty"... Je retaperai ca bientot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-(

      Tu vois, quand je te dis qu'il faut que je change d'hébergeur...

      Supprimer
  23. Je réponds sur les "on dit". En réalité il s'agit d'études en neurologie. Il faudrait que je fouille dans mes archives pour retrouver les réf et je n'ai pas le temps actuellement.

    Donc en gros, l'idée est qu'en apprenant très tôt, l'enfant va utiliser des canaux (synapses etc) qui ne sont pas ceux qu'il utiliserait s'il apprenait plus tard, et que ces canaux n'ouvrent pas à une pensée profonde. Lire ce n'est pas déchiffrer, je ne suis pas d'accord. Pour lire efficacement, le lecteur doit mettre du sens dans le texte, ce qui l'aide à lire, et non déchiffrer.

    Sinon je me souviens d'une autre étude qui analysait la capacité à comprendre un texte à 10 ans et l'âge moyen d'apprentissage de la lecture (c'était une étude par pays). Plus l'âge moyen d'apprentissage était avancé, et meilleure était la compréhension moyenne d'un texte à 10 ans.

    Après, je pense que ce n'est pas une raison pour empêcher un enfant d'apprendre seul à lire (ce qui de toute façon est mission impossible, l'écrit étant partout). Mais plutôt une bonne raison pour ne pas pousser précocement dans la lecture un enfant qui n'est pas dans cette démarche et qui n'a pas encore une maturité neurologique adéquate.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les études menées par Stanislas Dehaene, en collaboration avec Céline Alvarez dans le cadre de son expérimentation, montreraient justement le contraire :
      https://lamaternelledesenfants.wordpress.com/2015/01/18/peut-on-apprendre-a-lire-avant-le-cp/.
      D'après les résultats de ses tests IRM, les enfants qui ont 1 an et demi d'avance en lecture ont une organisation cérébrale normale.

      Supprimer
    2. Boubou : Coucou ! ;-)
      A moi non plus, cela ne me semble pas contradictoire. Déjà parce les âges dont il est question ne sont pas du tout les mêmes ! Apprendre à lire à deux ans ? Mon feeling me dit qu'un enfant de 2 ans a bien autre chose à faire que de s'occuper d'apprendre à lire, et que cela doit se faire au détriment d'autre chose...
      Par contre, apprendre avant 6 ans, oui, 100 fois oui ! D'ailleurs, à 6 ans aussi, on a bien de meilleures choses à faire que d'apprendre à lire : c'est l'ge de la meute, des copains, et pendant un an ou deux, l'esprit de l'enfant n'est pas très disponible à autre chose...

      Anonyme : Complètement d'accord pour ne pas réduire l'apprentissage de la lecture à l'aspect technique - inévitable, mais insuffisant, et même pas "premier". D'ailleurs quelle technique utiliser pour lire le mot "femme" ou le mot "clown" ? :-)

      Eléonore : j'avoue que je suis un peu perdue. Tu écrivais le 1er janvier :

      "Les enfants jouent en général d'oreille et c'est très bien, la partition est qqch de très abstrait et plutôt rébarbatif pour eux, et je dirais que c'est à encourager (tant pis pour les profs de solfège : celui-ci ne devrait pas être un but mais un moyen). Les musiciens "methode classique" étant en général accro à la partoche, il vaut mieux encourager le par coeur, la reproduction d'oreille et l'impro le plus longtemps possible."

      Et aujourd'hui, tu sembles dire qu'il est bon d'apprendre à lire la musique le plus tôt possible ?

      Quelle est ta position sur ce sujet, exactement ?

      Supprimer
    3. Coucou Elsa ! On est d'accord : l'étude citée n'évoque pas des enfants de 2 ans !
      En fait, j'avoue que je n'avais pas bien compris ce dont parlait Anonyme donc j'essayais d'enrichir l'échange en apportant des éléments scientifiques sur l'apprentissage de la lecture. D'ailleurs, la conclusion de S.Dehaene rejoint complètement ce que disait Éléonore : le déchiffrage n'est évidemment pas suffisant, mais il est indispensable, donc plus vite on automatise ce déchiffrage technique plus vite l'enfant donne du sens à ce qu'il lit. D'où l'intérêt de démarrer l'apprentissage de la lecture à la maternelle par les correspondances graphèmes/phonèmes, et avant ça par la correspondance lettre/son. Mais je sais que je n'ai pas à te convaincre à ce sujet :-D.
      Bon, comme visiblement nous ne parlions pas de la même chose, Anonyme si tu repasses par là, n'hésites pas à nous donner des précisions !

      Supprimer
  24. Ce n'est pas le contraire dans la mesure où les études mentionnées ci-dessus ne traitent pas d'organisation cérébrale :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ? Je n'ai pas bien compris alors... Je croyais que tu parlais de canaux neurologiques et de synapses ? Dans ce cas, il s'agit bien d'organisation cérébrale : la vidéo l'explique bien, l'IRM permet de "voir" les zones sollicitées, l'étendue de ces zones et leur organisation les unes par rapport aux autres. Cette organisation est bien entendue portée par les canaux d'informations que sont les nerfs, les synapses, et toutes les connexions neurologiques ainsi formées.
      Ce serait vraiment intéressant d'en savoir plus sur l'étude que tu évoques, afin d'échanger de façon plus précise et d'apprendre des choses ;-).

      Supprimer
  25. Oui Boubou, l'étude parle bien de synapses, mais elle dit juste que les canaux utilisés lorsque l'apprentissage de la lecture se fait très tôt (et 4 ans ce n'est pas très tôt) ne sont pas les mêmes. Pour autant, elle ne dit pas que l'organisation cérébrale est modifiée (ce que certaines études ont pu dire). En gros : plutôt que de passer par la porte d'entrée pour aller jusqu'au portail, l'enfant passe par le garage, mais il ne crée pas un nouveau passage, ni ne détruit l'allée qui relie la porte d'entrée et le portail. Seulement le passage par le garage lui permet de déchiffrer et lire mais sans une compréhension profonde. Je ne sais pas si c'est plus clair ?

    Après intuitivement, ça semble naturel qu'un enfant de 2 ans ait une moindre compréhension des concepts qu'un enfant de 4, 6 ou 8 ans. Et que sa démarche pour lire sera distincte. Le problème est qu'il lui sera difficile plus tard de réapprendre à lire pour modifier le chemin emprunté afin d'avoir accès à plus de sens.

    Mais comme dit Elsa, c'est effectivement rare un enfant qui apprend à lire à 2-3 ans, même si on voit fleurir des livres pour enseigner précocement la lecture. J'en connais un en particulier qui a su lire avant 2 ans 1/2, il lisait bien. Mais on voyait bien qu'il était dans le déchiffrage et qu'il mettait le sens après coup. Par exemple, quand il lisait le nom des élèves de la classe, il ne savait pas déduire le prénom à partir des premières lettres, mais devait déchiffrer jusqu'au bout du prénom pour enfin savoir qu'il s'agissait de Untel ou Unetelle. Alors qu'un bon lecteur saura le déduire dès la première syllabe (s'il n'y a qu'un prénom qui commence par cette syllabe).

    J'ai vraiment peu de temps actuellement pour chercher la fameuse étude, mais j'essaierai d'y revenir plus tard.

    RépondreSupprimer
  26. Oui, merci c'est clair, ce que j'avais "zappé" avant qu'Elsa me le rappelle c'est que l'étude que tu évoquais concerne les enfants de 2 ans, donc en effet nous ne parlions pas de la même chose.
    Si tu as l'occasion de revenir nous apporter des précisions sur cette étude, n'hésite pas ! Même si je ne suis pas favorable à l'apprentissage de la lecture à deux ans, les études concernant les processus neurobiologiques des apprentissages chez l'enfant sont toujours intéressantes à lire et à confronter ;-).

    RépondreSupprimer