mardi 2 décembre 2014

Reggio Emilia : "Jeux de lumière"

Miroir concave

Me voilà pour la suite de mon récit de ma visite de Reggio Children... :-)

Structures aériennes suspendues : on est invité à circuler au travers,
à les toucher, les faire bouger, se cacher derrière...

Vous m'aviez laissée vissée aux écrans du Video center... Bon, voilà, j'ai tout vu. J'émerge. Je me ressaisis, je respire un bon coup, et j'avise une modeste porte derrière moi. "Ray of light" (Rayon de lumière), voici ce qu'indique un petit panneau. J'entre. Et je découvre la substantifique moelle de l'institution : UN ATELIER. Yes !

Entrez ! :-)

Un atelier, c'est un espace savamment pensé, qui a plusieurs vocations : c'est un lieu de recherche active, ouvert au public, qui s'applique à rendre compte du travail qui y est effectué. C'est aussi un endroit qui accueille quotidiennement les enfants des écoles de la commune pour leur donner accès à des matériaux d'exception. Un atelier tient à la fois du musée, du laboratoire, du bureau-bibliothèque et de la salle de classe hi-tech.

Des gens travaillent ici !! :-)
L'espace de travail pour adulte est installé au centre de l'atelier,
sous un puit de lumière XXL

Cet atelier-là est dédié aux jeux de lumières ; c'est un espace d'expérimentation, d'immersion dans un environnement merveilleux où la lumière sous toutes ses formes peut être manipulée. Tout est fait pour provoquer l'émerveillement, la curiosité et le questionnement, pour stimuler la créativité et l'investigation de fond. Entre ces murs, la recherche s'attèle, très pratiquement, à un sujet d'importance : comment enseigner les sciences aujourd'hui ?

Espace documentation

Je suis immédiatement happée. À l'entrée, se trouve la documentation - sur ce qu'est la documentation, je vous renvoie à l'excellente définition qu'en fait Céline ICI : "Il s'agit d'afficher tout le processus réalisé lors d'un projet : des photographies, des ébauches, les résultats, les objectifs, des commentaires des enfants et/ou des éducateurs". Je vous laisse imaginer ce que peut donner cette documentation quand elle regroupe les expérimentations d'une ville toute entière, qu'elle dispose de média aussi variés (écrits, dessins, photos, projections, films, slides...) et d'une mise en scène digne du Musée d'Orsay !... :-O

Documentation

Dommage que tout soit rédigé en italien... :-/

Projection fixe aux thémes apaisants, qui varient toutes les 2 ou 3 minutes environ.
Devant l'écran, une banquette moelleuse en forme de cercle.

L'atelier "Lumière" est né d'une collaboration entre l'expérience pédagogique concrète des écoles de la commune, le Centre Reggio Children, et le département des Sciences et des méthodes d'ingénierie (Écoles d'ingénieurs) des Universités de Modène et de Reggio d'Émilie. Le projet a été développé, sur le terrain, par un groupe interdisciplinaire, regroupant des pédagogues, des artistes, des architectes et des physiciens. L'atelier dans son entier est bâti sur le socle d'une vision de l'enfant en tant qu'apprenant compétent, qui porte à bout de bras la construction de son savoir propre - et plus largement sur ces fameux "cent langages" que détient tout être humain depuis sa naissance.

Ecran pour rétroprojecteur :
il s'agit d'un rideau souple "en lamelles",
que l'on peut traverser.

Le challenge est le suivant : proposer une approche des sciences qui invite les enfants de tous âges, ainsi que les adultes, à s'interroger sur ce qui ne peut pas être expliqué uniquement par les sens. Il s'agit d'éveiller la curiosité, d'encourager les essais multiples, de favoriser la construction d'hypothèses et de théories, et la vérification de celles-ci par des voies expérimentales. Lorsqu'on s'attache à comprendre l'avènement de la pensée scientifique, on s'aperçoit qu'elle nait d'une synergie entre différents langages : mots, dessins, constructions, symboles et sons, nous inspirent potentiellement. Et les idées embryonnaires qui naissent ainsi prennent corps et puissance si elles peuvent être communiquées, et grandir au contact des idées d'autrui.

Tables lumineuses : J'aime le jeu des différentes hauteurs/profondeurs,
le constraste des couleurs chaudes et froides, et les gros bacs au sol emplis d'éléments en plastique translucides !

La science n'est jamais bien éloignée de la poésie. À travers la modernité de cet espace, on se sent pénétré d'une sorte de sentiment spirituel : la lumière est essentielle à toute forme de vie, elle a une force métaphorique - et, puisque c'est elle qui nous donne à voir, nous l'associons à la connaissance. On la retrouve dans toutes les religions (et bien des scénarios de SF !) en tant qu'élement positif antithétique des ténèbres du mal. La lumière est un phénomène fascinant, et, à proprement parler, complètement magique !

Les hypothèses logiques et les théories scientifiques embrasent l'imagination. Le fantastique et la physique marchent main dans la main. Une explication est toujours une interprétation personnelle du réel... Et le rêve se nourrit aux sources les plus scientifico-rationnelles. :-)

L'atelier "Ray of light" invite à manipuler la lumière - c'est là sa vocation, et elle est présente dans chaque angle de la pièce : "Touchez-nous ! Bougez-nous ! Faites quelque chose avec nous !" semble crier tous ces matériaux magnifiques, incroyablement variés et attractifs, tellement valorisés par leur environnement-écrin !! Arg. Je touche. Un peu. Souvent du bout des doigts, je dois avouer. Ce n'est pas l'envie qui me manque, mais j'ai toujours peur de "casser" quelque chose qui aurait de la valeur. Et si l'agencement des éléments était plus riche avant mon passage qu'après ? Et ce que je touche, d'ailleurs, qui l'a installé ? Et si c'était l'oeuvre d'un enfant que j'étais en train de détruire ?

Miroirs montés sur néons colorés et roulettes :
jeux de lumières dans les hautes sphères...

Une fois de plus, j'aimerai parfois recevoir une indication... Un panneau "Toccami !/ Try me !" affiché quelque part, une information sur la genèse de ce travail concret dans cet environnement très précis - la documentation proposée à l'entrée présente des projets menés sur la lumière dans d'autres lieux. C'est peut-être mon côté "bien dressé élevé"... Je me sens si timide, et je sais que j'hérite d'années de formatage durant lesquelles on m'a dit et répété de ne surtout PAS toucher ! Surtout au musée. Et il faut bien admettre que si j'essaie de relier ce lieu étrange à quelque chose de connu, je pense... au musée. Pas toucher !! :-D

Sorte de sténopé amélioré, dans lequel on peut glisser des miroirs, des filtres colorés...

J'ai alors une pensée émue pour ces élèves bien dressés... Ceux qui sont tellement décourageants quand on a passé 10 nuits à préparer un projet hyper motivant : ils n'osent pas. Ils restent en lisière avec un regard d'envie, mais ne se lancent pas. Comme je les comprends aujourd'hui, et comme je leur ressemble !...

Microscopes reliés à des ordinateurs, qui projettent sur écran l'image agrandie
de ce que l'on voit à travers l'occulaire

Voici quelqu'uns des phénomènes physiques qu'il est possible de manipuler concrètement dans cet atelier : diffraction, réfraction, réflexion, division et mélange des couleurs, émission, propagation. Ai-je besoin de préciser qu'en à peine une heure de temps, je n'ai pas fait le tour ? (Surtout en y allant du bout des doigts, ça n'avançait pas bien vite, je vous l'accorde !!) :-)

Les invitations à dessiner sont multiples :
il y avait aussi une table lumineuse "lumière noire"
avec pochoirs, tampons, menus objets fluorescents et matériel à dessin...

Plus j'avance dans ces différents espaces, plus l'exposition que je viens de quitter prend sens. L'architecture du lieu joue effectivement beaucoup dans la magie qui s'en dégage. D'abord, il y a de la place. On imagine aisément des groupes (et même de gros groupes !) travaillant autour des installations proposées. On peut déambuler librement - on peut même danser si ça nous chante. Des espaces plus intimes sont aménagés ; certains lieux sont très clairement dédiés aux investigations individuelles - voire au repos et à la rêverie. D'autres sont aménagés pour la confrontation, ou à la mise en commun...

Radiomètre : le coup de coeur de mon mari, je crois que je vais lui en offrir un à Noël ! :-D
Ici, on peut écarter la source de lumière, montée sur rails, et faire tourner ainsi le radiomètre
- et tous ses reflets dans les miroirs multiples - plus ou moins vite.

Nous sommes dans un espace multiforme qui semble épouser l'âme des individus qui s'y trouvent. Je me rendrai dans cet atelier deux fois - sur deux jours - et je n'y rencontrerai pas grand monde - et le lieu semble s'organiser autour de moi seule. Je verrai un groupe d'enfants de l'âge de mon fils s'y engouffrer - mais évidemment, je ne m'autoriserai pas à les suivre. Je me contenterai de sourire, en me disant que les enfants de Reggio sont comme tous les enfants du monde - Ah, cette fillette, fascinée par ses propres chaussures, vous savez, ces espèces d'horreurs qui clignotent à chaque pas ? :-D Je crois qu'elle avait son "Ray of light" sur ses pieds, et que ses maitresses ont dû avoir quelques difficultés à l'intéresser à autre chose... :-D

Les maitresses de Reggio ressemblent aussi aux humbles mortelles que nous sommes, figurez-vous. Du genre à chuchoter "Chuuut ! Chuuut !" aux enfants alors que ce lieu leur est finalement dédié, et que nous nous sommes pas au musée, que je sache (Quoique... Vous aussi, vous doutez ?). Et le visiteur, qui a la tâche facile, sourit d'un air débonnaire, d'un air de dire, dans sa langue : "Laissez ! Laissez ! Pensez-vous !! Ils ne gênent personne, bien au contraire !!". Ce visiteur serait-il aussi serein si c'était lui qui encadrait 15 bambins dans un espace aussi mythique ?? ;-)

M'enfin, je m'égare. Parce qu'ici, le voyageur s'égare. Avec délice. Aucune des invitations qui m'entoure ne me fournit de solution. Aucune d'elle ne m'indique une marche à suivre. Au contraire, elles ouvrent un champ de possibles étourdissants, et ouvre la vanne à un flux de questions. Elles ne nous orientent pas vers une solution, mais nous invite à explorer le même concept selon divers points de vue... Quitte quelquefois, à accepter de ne pas comprendre...

;-)

6 commentaires:

  1. Ne pas comprendre ...
    Je crois bien que ça décrit ma relation à Reggio. Lire, tout lire et ne pas chercher à comprendre mais à ressentir.
    Pour une cartésienne comme moi, un travail de lacher prise !
    Merci pour cet article, ce Centre me fait bien plus rêver que notre Palais de la découverte à la pédogigie souvent bien pauvre ...

    RépondreSupprimer
  2. Quel bel article et quel fascinant espace!
    je pense sérieusement que mon prochain voyage l'été prochain serait Reggio Emilia...
    Visite passionnante. j'aime surtout le fait que l'espace invite à l'exploration sans marche à suivre...
    Merci infiniment pour tes partages

    RépondreSupprimer
  3. Très intriguant espace, un vrai laboratoire... Je n'aurais pas osé toucher moi non plus, tant tout semble si savamment pensé et agencé !! Je me sens désorientée rien qu'à te lire tellement j'ai l'habitude des modes d'emploi, des explications. Accepter de ne pas comprendre, c'est finalement un défi à notre curiosité naturelle... Ou bien nier les approches purement sensorielles !

    Merci pour ce partage, on a vraiment envie d'en découvrir plus sur Reggio. J'ai du relire trois fois l'article pour bien tout intégrer, à chaque fois, de nouvelles questions !

    PS : Pour la définition de la documentation, je rends à César ce qui lui appartient !! Elle est issue du livre "Fondements et Pratiques de l'éducation à la petite enfance" de Micheline Lalonde-Graton qui parle de la pédagogie Reggio mais bien d'autres encore. En tout cas, merci pour le clin d'oeil, ça me touche !

    RépondreSupprimer
  4. Aaah comme c'est attrayant! Figure toi que près de chez nous il y avait une expo d'art contemporain sur la lumière, c'était tentant de vouloir jouer avec, d'ailleurs toute l'expo semblait vouloir dire "expérimentez! Testez!" Mais on a failli se faire sortir par le gardien car les enfants s'approchaient un peu trop des oeuvres... franchement j'étais super déçue! Bon il faut dire que tenter la visite en fin de journée avec 7 enfants dont 2 dedans n'était sans doute pas l'idée la plus lumineuse que j'ai eu...

    RépondreSupprimer