jeudi 4 décembre 2014

Calendrier de l'Avent Filliozat # 4

24 petites fenêtres à ouvrir sur soi et sa relation à ses enfants.
24 exercices pour s'observer sans jugement de valeur, avec tendresse, pour constater que s'observer, c'est déjà se changer... en mieux !
24 jours pour préparer Noël de l'intérieur, parce qu'une relation de qualité est le cadeau le plus consistant que nous puissions faire à nos enfants !

Fleurs de printemps sous la neige, février 2014


Je m'observe face à mes enfants :

Comment je les embrasse ?
Sur les joues, sur la bouche, partout, tendrement, du bout des lèvres, tout le temps, jamais...

14 commentaires:

  1. Ah ! Une question où je me sens plus en accord avec moi-même !!
    Alors que je suis une personne très pudique dans mes sentiments et très peu tactile avec mon entourage, avec mes enfants, je suis en permanence dans le contact.
    Je les embrasse beaucoup sur le front, sur les joues, dans le cou, sur le ventre, les cuisses quand je change les petits.
    Je les serre tous les 4 plusieurs fois par jour dans mes bras, même ma grande de presque 12 ans.
    Si on est assise côte à côte sur le canapé, je prends les mains de mes grandes, même en roulant en voiture, il arrive souvent que je leur touche la main.
    Ce contact permanent est vital pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais pu écrire le même commentaire ! :)
      Il y a aussi tous les bisous ludiques : comme les esquimaux, comme les chiens, les bisous qui piquent, les bisous secs/baveux...
      J'essaie d'être quand même à l'écoute de mes filles, très tactiles d'une manière générale (4 ans et 2 ans... et toujours autant de câlins et de bisous en cododo !), mais qui ont parfois des moments extrêmes : collées comme des koalas à mes jambes, très en demande, ou au contraire dans le rejet total.
      Je suppose que ma grossesse n'y est pas étrangère. D'ailleurs, je serais curieuse de savoir si les hormones que je dégage ont une influence sur leur comportement ou pas du tout...

      Supprimer
    2. oops bonsoir!

      Vos filles sont-elles toutes deux en cododo? je me reconnais beaucoup dans votre message au sens où ma grande de trois ans a été en cododo depuis sa naissance et dort toujours avec nous, la petite de 20 mois dort seule dans son lit, dans sa chambre... et tout pareil, collées, scotchées et parfois m'ignorant superbement...

      zazaille

      Supprimer
    3. Même configuration chez nous ! L'aînée a plus besoin de cododo que la cadette !

      Tous les lits chez nous permettent de faire du cododo, ce qui ne veut pas dire que c'est le cas tout le temps, ni que ce sont les mêmes personnes qui sont concernées. Le lit parental est au sol (180x200). Nos 2 filles ont eu dès le départ un matelas taille adulte au sol, puis sur sommier. Ce qui permet à n'importe quel adulte d'y dormir aussi. Elles sont les 2 (bientôt 3) dans la même chambre.

      Comme vous, mon aînée est celle qui a le plus besoin d'accompagnement, elle se réveille souvent la nuit et rejoint le lit parental ou vient nous chercher pour dormir avec elle. Ma cadette a le sommeil plus léger, donc je m'endormais avec elle dans la chambre des enfants pendant la dernière tétée, quasiment depuis la sortie de la maternité. Soit je finissais la nuit au même endroit, soit je rejoignais mon lit... et mon aînée, blottie contre son père !

      Le seul qui ne change jamais de place est mon compagnon, coincé par son respirateur, sauf au moment de l'endormissement des filles.

      En pratique, en ce moment (4 ans et 2 ans), je reste avec les filles le soir, et souvent je m'endors avec elles (dans le lit de l'une ou de l'autre, ça dépend !). Quand (si) je me réveille, en fonction de l'envie du moment, je rejoins mon lit... qui est parfois squatté par ma grande, même si j'étais avec elle !!!

      J'ai un rythme un peu particulier : j'ai très peu besoin de sommeil, mais très tôt en soirée (je m'endors parfois avant mes filles, couchées à 20h). Je pourrais dormir sans problème à 19h, voir avant ! Ma journée commence en général vers 1h du matin. Je travaille (à mon compte) jusqu'au réveil de la maisonnée.
      Sauf pendant certaines périodes de la grossesse, où j'ai besoin de 8 à 9h de sommeil, le reste du temps 5 heures me suffisent, si c'est au bon moment.
      Mon compagnon a un rythme naturel inverse : il se couche tard, vers 1h du matin... C'est au milieu de la nuit qu'on se retrouve ! ;)

      Avec l'arrivée de notre 3è fille en janvier, il faudra retrouver un nouvel équilibre. On s'adaptera !
      Nous avions déjà investi dans un lit-cododo (qui s'accroche à celui des parents), pour protéger la cadette de sa grande sœur, qui bougeait beaucoup. Il resservira probablement prochainement !

      Bref, les nuits se suivent... et ne se ressemblent pas, pour notre plus grand bonheur ! Au moins, ce n'est pas la routine qui risque de nous étouffer... :)

      Supprimer
    4. Merci pour votre retour, je trouve votre témoignage très intéressant! J'aime l'idée que la thématique sommeil ne soit pas figée et reste ouverte selon l'humeur, les besoins, la disponibilité de chacun. Je m'y retrouve (je le répète) et j'en suis très heureuse car dans mon entourage c'est un sujet fermé (pour ne pas dire tabou?) ou alors l'incompréhension totale. Comme vous en ce moment (mari en long déplacement), je m'endors avec les deux, la petite ventre à ventre avec moi (je la dépose ensuite dans son lit), la grande tout à côté qui s'effondre et ronfle en 5 minutes épuisée par l'école. Le cododo arrange énormément mes velléités fillioziennes car il me permet non seulement de rassurer, câliner, caresser mais surtout il me donne au réveil un (seul) fabuleux moment quotidien seule à seule avec ma grande où nous discutons de la journée à venir, de la nuit passée, du petit-déjeuner, de la météo...
      Chapeau bas, pour le travail de nuit, moi je travaille aussi la nuit mais à 1h du matin, je tombe! J'espère que la fin de grossesse se passe bien et je serai curieuse de savoir comment se passeront vos nuits ;)

      Zazaille

      Supprimer
    5. Je n'ai jamais pu dormir en ventre à ventre avec ma cadette qui n'aimait pas ça, mais ça me rappelle les premiers mois de mon aînée (la première année ?). C'est surtout le ventre de son père qui était un matelas de choix pour elle ! :) Que de bons moments...

      Le sommeil, un véritable tabou, sans aucun doute !
      C'est pour ça que je tente de parler de notre fonctionne quand l'occasion se présente, car il y a une grande souffrance des parents concernant le sommeil des enfants.Tant de règles, de dictats imposés (par le pédiatre, la famille, la société...), que c'est très souvent un sujet douloureux, de culpabilisation.
      La première question qu'on entend en sortant de la maternité n'est-elle pas : "il fait ses nuits ?"...
      Il me semble donc qu'apporter un témoignage un peu différent peut ouvrir à une recherche de solution personnelle, adaptée à son propre sommeil d'adulte et aux besoins des enfants.

      C'est mon expérience de fille-au-paire qui m'avait fait prendre conscience que la gestion de son propre sommeil d'adulte est primordiale pour avoir une relation de bonne qualité avec ses enfants (et son compagnon). Et qu'on ne peut pas obliger quelqu'un à dormir, si petit soit-il !

      J'ai une grossesse de rêve, comme les précédentes... Qui se terminera fin janvier, si tout va bien, par un AAD ! Je suis bien curieuse aussi de voir comment la famille va s'équilibrer différemment. Pour l'instant, ce n'est pas du tout une angoisse ; je nous fais confiance, même s'il y a des moments difficiles et qu'il y en aura d'autres.

      Supprimer
    6. Merci Oops, j'ai adoré lire le récit de l'organisation de vos nuit !! +++

      :-)

      Supprimer
  2. Je voulais tout simplement re remercier pour cette introspection... En seulement 4 jours je me suis rendue compte de plusieurs choses qui ne me convenaient pas, ne me ressemblaient pas dans ma relation avec mes enfants et j'essaie par petites touches de les corriger!
    Encore merci!
    Laurence

    RépondreSupprimer
  3. Partout et tout le temps! J'ai même peur qu'ils en ai marre mais ils sont trop doux et appétissants!!!

    RépondreSupprimer
  4. Euhhh alors là, ça dépend aussi de l'enfant. Mon aîné très câlin, très "pot de colle", adorait être bisouté, câliné. encore maintenant à 15 ans, il ne va pas se coucher le soir sans son bisou lol. Par contre le deuxième, pourtant allaité plus longtemps, beaucoup malade petit donc beaucoup porté, câliné, etc ... a montré dès ses 4-5 ans son déplaisir des câlins et bisous, tant avec moi qu'avec tous les autres membres de la famille (au grand désespoir de sa marraine très tactile). Aujourd'hui, à 13 ans, il me salue souvent de loin avant de se coucher, je dois lui demander des bisous si j'en veux (heureusement, il n'est pas comme ça avec ses amoureuses lol). Heureusement pour moi, il y a la petite crevette de 2 ans avec qui on partage de grands moments de tendresse et d'amour. Jusqu'à quand ??? L'avenir nous le dira. En tout cas, je crois que notre rôle de parent est aussi d'accepter la personnalité propre de chacun de nos enfants et respecter surtout leur pudeur par rapport aux gestes d'affection.

    RépondreSupprimer
  5. J'aime câliner mes enfants mais ils n'ont pas tous le même caractère...

    Lisette, 3 ans et demi, aînée, est plus distante et semble avoir moins envie de câlins. Quoique la dernière fois, je l'ai prise debout dans mes bras, elle a été surprise et enchantée ! Le bisou du soir et le câlin du soir sont sacrés !

    Vivie, 22 mois, notre deuxième est un petit "pot de colle" ! Elle cherche le contact, se colle dans mes jambes pendant que je cuisine, aime être dans les bras...

    Notre petit dernier , 3 mois, est couvert de bisous par nous tous ! On a malheureusement du "restreindre" les filles à cause des microbes, il a déjà été hospitalisé pour bronchiolite...

    RépondreSupprimer
  6. Salut Elsa,
    moi qui te croyais en pause je reviens et je vois presque une dizaine d'articles à lire !!!!!!!!!!!!
    J'aime beaucoup ton calendrier de l'avent hihi ^^, cela permet de réfléchir à pas mal de choses que je garde intimes pour l'instant =), le temps de la réflexion peut-être...

    Dis moi (ou dites moi les fidèles lectrices) Elsa, je cherche un chevalet / tableau à offrir pour les 2 ans de mon fils mais je ne trouve pas ce que je veux !! Je sais je suis difficile mais auriez-vous des tuyaux?
    Je lis partout qu'ils s'effacent mal au bout de quelques dessins :(

    Je t'embrasse Elsa, et FAIS TA PAUSE !! (tu es accro ... ^^)

    RépondreSupprimer
  7. Des bisous, plein de bisous, tout le temps ! Il n'est pas très calin (voir pas du tout), il ne cherche le contact que pour être porté (et voir haut et loin). Mais des petits bisous tout doux déposés sur son front, sa tête et même ses joues ça ne le dérange pas, alors moi je me régale tant que je peux... jusqu'au jour où il dira "maman ça suffit !". Alors là je lui demanderait de m'en faire quand même un chaque soir, et de me laisser lui en déposer un aussi, parce qu'une maman, ça a tellement besoin de petits bisous...

    RépondreSupprimer