samedi 6 septembre 2014

Très vite...

Connaissez-vous Céline Alvarez ?...

Si oui, pouvez-vous me donner une bonne raison de rester dans les métiers de l'éducation ? :-(


Bon, promis, dès demain, j'arrête avec mes sujets "spécial rentrée", mais que voulez-vous... Dans un an, je reprends, et d'ores et déjà, ça me travaille, ça me travaille... :-(

Et, oui, j'ouvrirai alors un autre blog, plus pro, pour cesser de "polluer" celui-ci, plus axé "famille"...

En attendant...
Ça me travaille, ça me travaille...

:-(

Et vu les insomnies que ça me coûte, j'avoue : je n'ai PAS hâte ! :-(

93 commentaires:

  1. Cette nouvelle que j'avais apprise hier m'a aussi donné un coup au moral :(
    Surtout la mauvaise foi des arguments du rectorat "manque d'évaluation" : et bien si justement il y en a eu ! Et les résultats étaient épatants ! "manque de recul" : c'est sûr qu'en ne renouvellant pas l'expérience c'est difficile d'avoir du recul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui vu aussi sur facebook :(
      Je te comprends que tu sois pas presse de rependre.
      Pour ca que je n'ai pas mis jade a l'ecole.
      Je te suivrais sur le blog pro :)

      Supprimer
  2. Je suis en colère, cette expérience était magnifique, les résultats probants. Il n'y avait rien de farfelu dans ce projet.
    Je ne comprends pas vraiment ce monde que je vais pourtant intégrer. Il faut des écoles diversifiées, ouvrir plusieurs voies, ça ne sert à rien de s'arcbouter sur un seul et unique programme pour des millions d'enfants. Je crois que les révolutions finalement passent juste entre les murs des classes, au privilège de certains élèves chanceux... J'aime également beaucoup le travail de Bernard Collot (allez jeter un oeil sur son blog).
    On te suit sur le blog pro, bien évidemment !

    RépondreSupprimer
  3. appris ça ce matin, ça m'a confirmé que l'éducation nationale a des choses à revoir!
    Une question pour vous, qui avez un pied dedans, un test de QI est-il indispensable pour permettre à un enfant d'aller au niveau supérieur avant l'âge quand il est clairement en avance?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne crois pas que ce soit indispensable.
      Dans mon académie, en revanche quand la demande vient de la famille et non de l'équipe enseignante, on demande l'avis du psychologue scolaire mais plutôt pour ce qui concerne la maturité de l'enfant que le QI

      Supprimer
    2. c'est bien ce qu'il me semblait! merci

      Supprimer
    3. Pour info, l'école ou le collège fait parfois passer des tests de QI aux enfants sans en informer les parents (ça m'est arrivé). Après, si le QI est très supérieur à la moyenne, le(s) saut(s) de classe ne sont pas la panacée, l'enfant sera toujours en décalage quoi qu'il arrive, et ce, toute sa vie. Et désolée de le dire, il ne s'épanouira jamais dans un système scolaire. Faire attention aux dépressions des enfants surdoués qui passent souvent inaperçues ou sont pris à tord pour des caprices et du manque de maturité.
      Bon courage !
      Chloé

      PS : les profs détestent très souvent ces enfants (jalousie), sauf profs exceptionnels qui resteront gravés à tout jamais comme de bons anges dans la mémoire de l'enfant devenu vieux

      Supprimer
    4. Sirthisandladythat,

      Non, saut de classe et test de QI sont deux choses ditsinctes.

      Dans notre système, l'enfant ne peut sauter que les classes situées en fin de cycle (GS, CE1 ou CM2). Si l'enfant n'est pas à l'aise dans une classe autre, c'est à l'enseignant d'amenager la situation (un cycle peut être fait en deux, trois ou quatre ans selon les enfants). Dis-moi si ce que je dis là n'est pas clair, je développerai ! ;-)

      Si un saut de classe est décidé, c'est une procédure lourde qui implique une consultation de toute l'équipe pédagogique, dont le psychologue scolaire... qui peut, ou non, décider de faire un test de QI si cela lui parait adapté.

      Bon courage.

      Supprimer
    5. Chloé, sur quoi bases-tu tes allégations ? J'ai un peu peur que tu n'inquiètes cette Maman inutilement... :-(

      Les enfants aux QI supérieurs à la moyenne sont généralement très attachants (torturés, certes, mais très attachants) et l'équipe éducative (insconciemment flattée d'accueillir un tel enfant, il faut le dire) se met généralement en quatre autour de lui.

      Dans aucun des cas que j'ai rencontré dans ma pratique je n'ai constaté cette haine que tu évoques, oh god !! Les choses ne sont pas si manichéennes, tout de même !

      Supprimer
    6. C'est une bonne nouvelle, si de tels comportements n'existent pas par chez toi. Après je parle d'expérience vécue, et pas que de la mienne (j'ai eu beaucoup de personnes dans le même cas dans ma famille, mes amis, et aujourd'hui les enfants de mes amis). Menaces de profs, intimidations, moqueries, tentatives de faire redoubler ou mettre sur voie de garage (ça c'est mon expérience perso, qui s'est traduite par un test de QI fait sans autorisation, qui a finalement abouti exactement au contraire : j'ai eu une dérogation vers le meilleur établissement du coin).

      Peut-être que j'inquiète inutilement une maman (et dans ce cas tant mieux !), mais d’expérience je sais qu'il peut y avoir des difficultés, qui peuvent avoir des conséquences terribles (ne pas oublier qu'on estime que 30% environ des surdoués sont déscolarisés tôt et n'obtiennent aucun diplôme, 30% environ sont en échec scolaire). Donc dans 60% des cas, il y a quand même de GROS problèmes avec le corps enseignant. Je fais partie des 40% autres et j'ai détesté l'enseignement du début à la fin. J'ai souffert de remarques de profs etc.

      De toute ma scolarité, j'ai eu 2 profs remarquables, mais un bon paquet qui semblait vouloir se venger de quelque chose par les seuls biais qu'ils avaient (cf. ci-dessus). Aucun n'était indifférent.

      Les profs aiment rarement qu'un enfant de 10 ans en sache plus qu'eux, les reprenne (car il ne sait pas encore qu'il faut laisser parler ceux qui représentent l'autorité même s'ils se trompent). Quand j'étais en 6ème, l'ensemble du collège a fait un test. Une prof a aussi passé le test, j'ai eu plus qu'elle (et la note maxi). C'est le genre d'humiliation publique involontaire qu'un prof a du mal à avaler. Après on apprend à niveler ses résultats autour de la moyenne.

      Mais oui, il y a des profs géniaux aussi et je n'oublierai jamais ceux que j'ai eu la chance de rencontrer.
      Chloé

      Supprimer
    7. Désolée de te reprendre Elsa, mais on peut sauter beaucoup plus que les classes que tu mentionnes. Sinon comment feraient ceux qui sautent 2 ou 3 classes ?
      La fille d'une amie vient de sauter CP + CE1.
      Chloé

      Supprimer
    8. C'est exactement ce que je dis, Chloé : on ne peut "sauter" (ou redoubler, d'ailleurs) que les classes situées en fin de cycle. Dans le cas de l'élève qui saute deux classes, ce sera donc le CP+CE1 ou le CM1+CM2, mais jamais le CE1+CE2, par exempe.
      L'enfant dont tu parles avait achevé son cycle 2 en finb de GS, on l'a donc fait passer en cycle 3.

      Supprimer
    9. Elsa, les enfants peuvent sauter n'importe quelle classe ... la mienne vient de sauter la PS, je connais des enfants qui ont sauté le CP. Ici il y a juste eu une réunion de cycle, la psychologue scolaire n'était même pas présente. Je connais des parents qui ont seulement discuté avec la maitresse et signé un papier ...
      Et pour avoir lu, relu et discuté sur le sujet tout l'été les instits ne se plient pas du tout en 4 pour avoir ces élèves , qui peuvent être comme le dit Chloé en GRANDE difficulté morale et affective! Je crains bcq pour l'avenir de Nawel ds notre système ... je vais rester vigilante!

      Supprimer
    10. Les enfants en général se plaignent peu de leurs problèmes et les enfants surdoués probablement encore moins. Les dépressions enfantines passent facilement inaperçues car elles s'expriment différemment des dépressions d'adulte. Malgré des sauts de classe, j'ai commencé à m'ennuyer en classe en CM1 et j'ai commencé une dépression que personne n'a identifié (même le médecin). Je vomissais sans raison. Mes résultats scolaires se sont écroulés. En CM2 je perdais mes cheveux par plaque, et finalement on m'a fait arrêter l'école une partie de l'année (merci les grands-parents). De la 6ème à la terminale, j'étais une grosse insomniaque (alors qu'ensuite j'ai toujours dormi à merveille). Chaque rentrée et chaque dimanche soir, un supplice. J'ai cherché et trouvé des moyens de pouvoir échapper au maximum à l'école (activités extra-scolaires qui m'ont fait louper beaucoup de cours). Le suicide, bien que pas envisagé, était une solution possible.
      Voilà, l'enfance rêvée des surdoués.

      Votre enfant ne vous dira pas que la maîtresse le laisse le bras levé toute la journée sans jamais lui donner la parole. Votre collégien ne vous dira pas que les profs lui disent qu'il n'arrivera jamais à rien et que sa vie sera misérable car il ne fait pas son travail scolaire. Etc, mais il en souffrira.

      Bon courage aux mamans de petits surdoué(e)s et pour info, un sondage a été fait auprès d'adultes surdoués. On leur demandait s'ils auraient préféré être moins intelligents pour avoir une plus belle enfance et 100% ont répondu que non :-)

      Chloé

      Supprimer
    11. Alexandra :

      Ah, ben ça alors !!! :-D
      Je me coucherai moins bête ce soir !

      JAMAIS, jamais, jamais, en tant qu'ensiegnante de PS ou en tant que Maman d'un enfant en PS, je n'ai entendu parler d'un saut de classe... en PS ????

      Comment est-ce seulement possible ? L'objectif de la PS est justement... de faire une première année d'école !! :-D

      Très concrètement, peux-tu m'expliquer quel fut le biais administratif usité ? Conformément à la note de service n°91-065 du 11 mars 1991, c'est le conseil des maitres de cycle qui décide des sauts de classe : il échange EN FIN D'ANNÉE scolaire sur les acquisitions des élèves dans le cycle (au regard des compétences de FIN de cycle) et positionne ainsi les enfants par rapport à un parcours scolaire.

      Sur quoi ce sont basés les enseignants pour faire sauter une classe à une enfant qu'ils n'avaient jamais vue, qui n'avait jamais été à l'école... et qui en plus n'a pas vu le psycologue scolaire ? Qu'en a dit l'inspection ?

      Merci d'éclairer ma lanterne ! :-)

      J'ai bien pensé à ton zèbre et à ta puce (qui commence donc sa scolarité par un saut de classe, tu ne dois plus savoir où donner de la tête !!) en ces temps de rentrée. Encore une fois, l'équipe peut être vraiment soudée autour des enfants “exceptionnels”, il ne faut pas faire de généralités... Ne crie pas avant d'avoir mal, tu as déjà assez de choses à gérer pour l'instant ! Je te souhaite tout le courage du monde !

      J'ai hâte de savoir comment cette première semaine s'est passée pour tes filles ! :-)

      Supprimer
    12. Alexandra, je reviens très vite :

      Je n'aime pas l'expression que j'ai employé "crier avant d'avoir mal", alors je reviens ! ;-)

      Ta fille A mal, aujourd'hui, et tu AS mal, aujourd'hui, je le sais.
      Ce que je veux dire, c'est que cette souffrance-là, actuelle, suivit à votre peine.
      J'ai également aussi tout à fait confiance en toi : tu ne pourras jamais "gérer" à la place de ta fille, mais tu te documentes, et tu l'accompagnes du mieux que tu le peux.

      L'histoire catastrophiste des autres n'est pas votre histoire. L'histoire de Nawel n'est pas déjà écrite quelque part, c'est la sienne !

      Ça ne va pas être facile, mais ça va être aussi une belle histoire (comme le dit Chloé, les enfants, malgré leur souffrance, ne souhaiteraient pas être autre). J'ai confiance en vous ! :-D

      Encore une fois : je te souhaite un très gros courage !!

      Supprimer
    13. Bonjour Chloé
      Ton message est terrible et en tant qu'enseignante je le trouve très blessant. Tu as eu une mauvaise expérience scolaire et c'est malheureusement le cas de nombreux enfants surdoués (ou pas) mais s'il te plait ne généralise pas ! Car si on t'écoute en tant qu'enseignants nous sommes pour la plupart nuls, ne comprenons rien et préférons laisser un enfant en souffrance plutôt que de l'aider à s'épanouir.C'est tout le contraire de notre tâche quotidienne !!! Et je veux encore croire qu'enseignant est un métier de passion et que la plupart de mes collègues ont à cœur de faire au mieux.
      Quand au fait qu'un élève en sache plus que nous, c'est loin d'être un problème et c'est même souvent le cas ! Un enfant qui se passionne pour les dinosaures, les papillons, l'informatique, bref ca arrive, on apprend les uns des autres , pas les uns contre les autres !!!
      Pour en revenir aux enfants précoces :
      Evidemment quand nous gérons des classes de 30 élèves c'est difficile surtout quand 5 (voir plus) élèves ont un plan d’accueil personnalisé (dyslexie, malvoyant,...) et nécessitent donc une attitude différente. (en plus des 25 autres qui nécessitent de toutes façons aussi d'une attention personnalisée !)
      De mon côté je suis plutôt comme Elsa curieuse lorsqu'un élève précoce est parmi nous (ce qui finalement très fréquent) et je n'hésite pas, par exemple, lors d'un exercice de maths à faire une pause quand cet élève souhaite nous raconter un mythe grec que lui rappelle l'exercice. Après je sais aussi que des collègues sont moins réceptifs car un parent qui arrive en disant mon enfant est surdoué et que ca excuse tout, c'est assez fréquent et pas toujours justifié.
      Malheureusement tout n'est pas rose et effectivement de nombreux enfants surdouées sont en souffrance, comme de nombreux enfants dyslexiques, comme de nombreux enfants en difficulté scolaire. Nous sommes là pour les aider et un échange régulier et constructif avec les parents est primordial, il faut se faire confiance.
      Bon courage à Alexandra et comme dit Elsa c'est surement une belle histoire qui commence.
      Aurélie B

      Supprimer
    14. Bonjour Aurélie,

      Je suis désolée si mon message t'as blessée et s'il a blessé d'autres profs. Ce n'était pas le but (qui était de sensibiliser les parents concernés aux souffrances de l'enfant qui sont difficiles à déceler). Pour autant je ne vais pas mentir pour faire plaisir aux gens.
      Je n'aurai probablement pas du détailler mon expérience personnelle (qui reste une expérience très positive de l'école comparée à d'autres) et me contenter de donner les chiffres qui parlent d'eux-mêmes.
      (et encore, j'ai pris les chiffres les plus optimistes).

      Après chacun en fait ce qu'il en veut : interroger ses propres pratiques ou pas. Après, blâmer la victime...euh, ça sert à quoi ?

      Bonne réflexion,
      Chloé

      Supprimer
    15. Je ne pensais pas t'avoir blâmer avec ce commentaire. Je te proposais juste d'être un peu plus positive par rapport à l'avenir de ces enfants précoces qui arrivent dans le système scolaire. Etre vigilent (tu as raison de le signaler) et positif
      Quand à ma réflexion sur mes pratiques, ne t'inquiete pas pour moi.

      Supprimer
    16. @Elsa .... oulala je me suis trompée , ma fille vient de sauter la MS !!!!! Bien évidemment un saut de PS est impossible mais par contre n'importe quelle autre classe se saute!! J'ai tous les niveaux en exemple (sauf la PS!!!! Excuse moi, mon doigt a du fourcher!!!!)
      Pour ma part, je suis venue lors de la pré rentrée avec le rapport de la Psy ayant vu Nawel , j'ai discuté avec la directrice ... et les maîtresses concernées et d'un commun accord nous avons mis Nawel en GS.
      La psychologue scolaire n'est même pas au courant. Cependant, il y a des avantages à travailler ds la même école que sa fille et des inconvénients... pour le saut de classe, ce fut plus facile car je connais très bien l'équipe et je connais les maîtresses. Je savais que la spécificité de ma fille serait prise en compte avec bienveillance et intelligence... pour la suite on verra bien.
      Nawel est très épanouie, très heureuse d'être chez les Grands ... elle est beaucoup plus apaisée au quotidien, bref, pour le moment c'est très positif! Est-ce lié au fait qu'elle sait que c'est un petit zèbre, est ce lié à son saut de classe ... en tous les cas, le quotidien est devenu agréable et calme depusi le mois d'aout, un VRAI bonheur pour tt le monde ;-))
      Encore désole pour la faute de frappe !!!!!!
      Et pour finir, il y a dans notre métier, des collègues très ouverts et prêts à s'investir , à comprendre et s'adapter à beaucoup d'enfants (D'ailleurs il y en a beaucoup qui passe par ce blog et ça fait plaisir) ... et d'autres moins bons voir "mauvais" pour certains enfants!
      Alexandra

      Supprimer
    17. @ Aurélie B :
      Je vois que mon message n'est pas passé du tout. Comme je trouve les enjeux importants, je vais essayer d'être plus claire.

      Déjà, mon "bonne réflexion" ne concernait pas tes pratiques. J'avais bien écris 2 phrases avant que ça m'était égal. Cela concernait ma question : à quoi ça sert de blâmer la victime? Comme tu ne vois pas en quoi ta réaction est blâmante, je vais transposer la situation de façon à ce que tu puisses plus facilement faire preuve d'empathie.

      Imaginons que tu dises à quelqu'un : 30% des enfants qui passent par cette rue se font racketter et reçoivent des coups, 30% se font juste racketter et la majorité du reste se fait harceler, faites attention quand vos enfants passent par cette rue.

      Et que quelqu'un te réponde : j'habite cette rue. Je n'ai jamais racketté aucun enfant. Certes, j'ai parfois vu des gens voler les cartables de certains enfants, mais je trouve ça terrible et blessant d'avoir un tel discours. Je te demande d'avoir un discours positif sur ma rue.

      Alors, comprends-tu où est le blâme et quel est le problème ?

      Que ressentirais-tu ? et que penserais-tu de la réaction de cette personne ? Est-ce que tu la trouverais productive ? Peut-être trouverais-tu que cette personne est égocentrique ? Ou alors qu'elle a une vision très courte des choses ? Dans tous les cas, tu trouverais cette réaction irrationnelle.

      J'espère que c'est plus clair, sinon je peux rajouter des lignes madame la prof (HUMOUR :-))))) je sais que les profs aiment qu'on détaille au maximum les explications ;-)))))))

      Chloé

      Supprimer
    18. Au contraire, nous avons tout à fait compris ta position, nous avons bien compris tes arguments (suffisamment détaillés, je t'assure).

      Je ne vois pas en quoi le fait que nous ne partagions pas ton ressentiment te chagrine à ce point.

      Je te propose que nous cessions là cette conversation.
      Merci par avance.

      Supprimer
    19. Non AurélieB n'avait clairement pas compris. et oui j'en reste là concernant la totalité du blog. Le ton moralisateur qu'il prend n'est pas pour me plaire. J'espère que tu n'écorchera pas trop le courant Reggio, dont tu n'as clairement pas compris les principes fondamentaux, notamment la relation primordiale entre le professeur et les parents. Jamais un prof reggian se permettrait de "traumatiser" , pour reprendre ton mot, les parents d'élèves le jour de la rentrée et leur sortir une morale douteuse.
      Tu peux garder ce message juste pour toi et l'effacer du blog si tu veux.
      Bon vent

      Supprimer
    20. Je viens ajouter mon grain de sel pour dire qu'effectivement un élève peut sauter une classe à tout moment.
      J'ai eu le plaisir d'accueillir une élève après les vacances de la Toussaint il y a 2 ans en CE1 alors qu'elle avait commencé son année en CP. La maîtresse de CP a tout de suite remarqué que cette petite sortait du lot alors très rapidement, elle a été testée par la psychologue et comme ma collègue était sûre que l'élève allait passer en CE1 en cours d'année, elle lui a fait de l'individuel jusqu'à fin octobre en essayant de suivre ma progression. Cette élève est donc arrivée dans ma classe début novembre et elle a tout de suite été très à l'aise.
      Je pense que l'année s'est bien passée pour elle.
      Elo
      Je n'ai jamais été "jalouse" de cette élève même s'il est clair qu'elle était bien plus pointue que moi sur bien des sujets.

      Supprimer
    21. Petit message pour les collègues passant dans le coin :

      (Je précise que le contenu de ce message est totalement dépourvu d'intérêt pour les non-pro, car il s'agit d'administratif... POUAH !! :-/ )

      Vous êtes plusieurs à me dire que vous faites sauter n'importe quelle classe dans le cycle, alors j'ai cherché un texte qui serait venu corriger le décret n°91-065, et je n'ai rien trouvé !! :-(

      Les retours que vous me faites sont incroyables et nouveaux pour moi (bon, j'ai eu un poste définitif dès ma T1, alors, en gros, je n'ai jamais bossé que dans une école avec une seule équipe !) : Sauter la MS ? Bon, on peut dire qu'il s'agit d'une classe de fin de cycle, mais moi, on m'a toujours dit et répété que le cycle 1 devait être mené à son terme – dans un souci de différenciation, of course. Le seul passage anticipé peut se faire en fin de MS, vers le CP, c'est écrit là par exemple : http://www4.ac-nancy-metz.fr/ia54-circos/ientoul/sites/ientoul/IMG/pdf/Note_passages-maintiens.pdf

      Quant à sauter le CP, là je n'y comprends rien ! :-D

      J'avais, moi, des CE1/CE2. Pour les CE1, redoublements et sauts de classe étaient envisagés le cas échéant, mais jamais pour les CE2. Si je sentais qu'un élève n'était pas “dans le flux” (mais qui l'est, finalement ?), je différenciais, naturellement, et j'en référais à ma collègue de CM. On avisait en fin de cycle, en fonction du parcours de l'élève – et avec la différenciation, peut importe l'étiquette qu'il y a sur la porte de la classe, de toute façon, hein ?

      Bon, maintenant que j'ai changé d'académie, j'ai peur de passer pour la bêbête de service si on me demande un redoublement en CP, que je refuse au nom de mon décret ?? :-D

      Concrètement : comment ça se passe chez vous ? Vous zappez le conseil de cycle ?? Vous vous appuyez sur QUOI, administrativement ??

      Merci d'avance à qui pourra m'éclairer, c'est un peu le brouillard, là !! :-D

      Supprimer
    22. ça dépend des écoles et des inspecteurs.
      L'an dernier nous n'avons proposé aucun redoublement dans notre école car l'année précédente l'inspectrice les avait refusée. (Notre école est mauvais élève. On se fait taper sur les doigts).
      On essaie de s'adapter le plus possible aux élèves en privilégiant un CE1/CE2 pour un CE2 un peu faible en français par exemple. ça nous paraît plus judicieux que de le mettre en CE2/CM1. (logique diras-tu)
      Pour les élèves de CP qui savent lire avant de démarrer l'année (mais qui sont dans la "norme" pour le reste), on s'arrange entre collègues pour faire lecture en même temps et l'élève de CP qui sait déjà lire vient dans ma classe quand je fais lecture.
      On procède de la même manière pour les maths avec des plus grands (en général).
      ça marche un peu comme l'inclusion des élèves de CLIS et/ou d'ITEP.
      Pour le passage anticipé, il voit toujours la psy et on en parle entre nous (à la récré souvent).
      Pour le cas de la petite qui est passée du CP au CE1 en cours d'année. En fait, elle n'aurait pas dû faire de GS mais la maîtresse de GS n'ayant pas proposé le passage anticipé en CP et les parents n'ayant pas réclamé, elle a fait sa GS mais après ce n'était pas possible de la laisser en CP. Elle se serait bien trop ennuyée.
      C'est juste mon expérience. Je ne sais pas comment c'est ailleurs.
      Elo

      Supprimer
    23. Ici (pas dans l'IA 38...)
      Notre IEN déconseille le redoublement et a une position très claire et intelligente la dessus mais malheureusement, elle n'est que très peu suivi d'effet.

      Dans mon groupe scolaire, des élèves peuvent redoubler le cp mais c'est une école dans un quartier que je qualifierai de bon. Dans les quartiers difficile de la ville, on ne redouble pas le cp mais le ce1 comme prévu depuis les cycles sont en place... normalement !

      Pour le saut de classe, cela dépend : en maternelle on n'a jamais fait sauter de MS, des fois la PS s'il y avait eu une TPS dans une classe TPS/PS donc l'accueil en mater avait été fait.
      On n'a rarement fait sauter la GS sauf pour un ou 2 élèves qui étaient en MS dans une MS/GS.
      En revanche plusieurs élèves ont sauté le CP car les parents ne voulaient pas qu'il saute une année de maternelle.
      Pour l'un d'eux on avait fait un décloisonnement en fin de GS avec le CP et il s'est avéré réussir à 100% nos évals départementales de fin de Cp sans avoir fait de CP donc passage en Ce1 directement et ensuite il a sauté le CM1 je crois...
      Pour un autre, la maitresse de Cp l'a repéré comme trop en avance dès les premiers jours du Cp, il est passé en Ce1 au bout de 2 ou 3 semaines....

      Dans notre maternelle, il faut vraiment qu'un élève soit très en avance et en même temps assez mature pour qu'on propose le passage anticipé en Cp.

      Sinon nous avons des évals départementales de fin de GS, et à mi parcours et en fin d'année en CP et CE1 donc on se base la dessus, en les faisant aux élèves qui pourraient sauter une classe : en fin de MS : éval de GS pour un saut de GS, en fin de GS : éval de fin de Cp pour un saut de Cp,...
      Et puis c'est le conseil de cycle qui décide et qui propose aux parents...

      Supprimer
    24. Un grand merci pour vos réponses précises, Cibou et Elo ! :-)

      Je réalise que nous avions été bien dressées par notre IEN - qui nous terrorisait, et passait nos inspections à nous sortir des textes officiels pour nous prouver que nous ne faisions rien comme il faut ! :-(

      Je n'ai jamais parlé pédagogie avec lui !! :-O

      Du coup, j'ai une autre question : j'entends souvent des collègues dire qu'elles invitent les parents dans la classe, par exemple pour encadrer un atelier (exemple : chaque semaine, une après-midi jeu mathématiques avec des MS avec, pour encadrer : l'enseignante, 2 petites vieilles dames du club 3e âge du village et 1 parent... Hein que ça fait rêver ???) :-D

      En T1, la Maman d'une de mes élèves était pompier. Le rêve !
      Je l'invite dans la classe pour qu'elle vienne nous parler de son métier. :-)

      Bon, je me suis faite TUER. Par la circo. Oui. Apparemment, c'est interdit.

      C'est fou, quand même ? :-(

      Avez-vous eu des expériences similaires ?
      Vous faites, vous, ou pas ? On peut ou on peut pas ?

      Merci par avance ! :-)

      (Et après j'arrête avec mes questions, promis !!)

      Supprimer
    25. Bonjour,

      Quand j'étais en 2ème année d'IUFM, j'avais fait venir ma grand mère pour parler du passé lors d'un stage. Après coup, on m'avait dit "C'est bien mais tu aurais du demander l'autorisation de l'inspection avant. On n'a pas le droit de faire venir des personnes dans les classes sans autorisation".
      Depuis j'ai eu des interventions dans les classes mais pas de ce style : prévention routière, prévention dentaire,...
      Je sais que dans l'école de mon fils, une dame du village vient chaque vendredi pour lire des histoires avec les CP. Je ne sais pas vraiment comment ça se passe car mon fils est encore en maternelle.
      Je dirais donc qu'on peut à condition d'avoir fait une demande au préalable à l'inspection.
      Elo

      Supprimer
    26. Merci, Elo !

      Du coup je retenterai le coup ici, en demandant l'autorisation avant.

      Merci d'avoir pris le temps de m'éclairer ! :-)

      Supprimer
    27. Justement, je pensais faire venir cette année des parents dans ma classe...
      Sur une matinée au moins, dans une optique de communication avec les familles sur le fonctionnement de l'école en général et de la PS en particulier.

      J'ai prévu de demander lundi matin à mon IEN (en réunion de directeurs), mais je crains sa réponse... Enfin, je vais tenter d'argumenter au max en faveur de la communication avec les parents !

      J'vous donnerai sa réponse lundi soir... Mais bon d'un IEN à l'autre, le discours est parfois très différent.

      Supprimer
    28. C'est une bonne idée et il n'y a pas de raisons pour que ce soit refusé.
      Les parents peuvent être une vraie richesse et certains projets ne pourraient pas voir le jour sans leur participation.
      Je n'y ai pas pensé hier soir mais cette année nous avons eu droit à un superbe spectacle de fin d'année et il n'aurait jamais pu voir le jour sans l'investissement des parents et de quelques personnes du village qui ont bien aidé les enseignantes.
      Lors du spectacle, toutes les classes participent.
      La maîtresse des CM1-CM2 a voulu faire un spectacle équestre.
      Les plus jeunes ne sont pas montés à cheval mais ont très bien été intégrés dans ce spectacle qui retraçait l'histoire de France.
      Elle a passé sa dernière semaine à apprendre aux enfants à monter à cheval (le reste du travail : préparation des textes, des décors,... ont été faits en amont). Un centre équestre s'est installé dans le village pendant plusieurs jours. La municipalité avait prêté des prés. Toutes les personnes du village qui savent montés à cheval sont venues prêtés mains fortes à l'enseignante et au personnel du centre équestre. A la fin de la semaine, tous les élèves de CM1-CM2 ont pu monté à cheval pendant le spectacle et ils semblaient tous très à l'aise alors qu'une semaine plutôt certains n'avaient jamais monté.
      Les parents qui étaient disponibles sont également venus aidés lors des répétitions.
      Des parents ont fait des décors, des accessoires, des costumes (une bonne soixantaine car les autres classes étaient costumés aussi).
      Une dame du village qui a des compétences en arts plastiques a aidé les enfants à réaliser des décors pendant plusieurs semaines,...
      Sans la contribution de tous ce spectacle n'aurait jamais vu le jour, les enfants n'auraient pas appris à monter à cheval,...
      Comme quoi l'inspection peut autoriser l'intervention de beaucoup de personnes.
      Elo

      Supprimer
    29. Et bien ce matin, l'IEN a dit ok pour que les parents de mes élèves puissent venir dans ma classe...

      Donc je vais le proposer demain pendant ma réunion de rentrée...
      Je vais leur proposer de venir passer une matinée dans la classe, un par un et au rythme d'une fois ou 2 max par semaine pour ne pas trop perturber les élèves.

      J'suis contente et j'espère que les parents seront intéressés... Au moins plus que les collègues directeurs à qui j'en ai parlé et qui m'ont regardé d'un air un peu ahuri en me disant "Mais pourquoi tu veux leur montrer comment ça se passe en classe ?!?"

      Supprimer
    30. C'est une excellente nouvelle, Cibou, ça me soulage un peu (mon nouvel IEN est plutôt cool, je suis sûre qu'il sera d'accord lui-aussi, surtout que malgré une recherche approfondie, je ne trouve aucun texte qui "interdise" l'intervention des parents comme on m'avait dit ailleurs !)

      Si je me retrouve un jour dans une école archi-rurale (j'ai failli avoir un poste de ce type il y 3 ans, et ils m'ont changé au dernier moment ! Tu sais, seule à gérer l'élémentaire, du CP au CM2, mais avec 15 élèves, dans une minuscule commune... Et la maire qui vient voir ce que tu fais toutes les 5 minutes !! :-D )

      Bref, si un jour on me redonne un poste de ce type, je monte carrément un PROJET D'ÉCOLE visant le dialogue entre les différents acteurs : les enfants préparant, dans la classe, des expositions à destinations des parents (et autres citoyens), des tournois logico/mathamétiques cycle3/club du 3e âge (qui va gagner ?) et compagnie ! :-)

      Si, si, je vais oser !! :-)

      Merci pour ton retour, en tous cas ! Je veux bien savoir la suite, moi ! :-)

      Supprimer
    31. Ici en maternelle ca maman souris ou papa souris :)

      Dans les 3 niveaux

      Supprimer
  4. C'est drôle ce lien sur Celine Alvarez, je l'ai fait tourner ce matin-même sur mon fessebouk! ;-) Oh funny funny funny!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ok, c'est pas funny du tout… J'essaie de me détendre...

      Supprimer
  5. … et je rajoute celui-ci…
    https://www.youtube.com/watch?v=nwVgsaNQ-Hw

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien, Lucie !

      Supprimer
    2. ... La première fois j'avais vu celles-ci....et de fois tous ces petits yeux pétillants, j'ai pleuré...

      Supprimer
    3. Celles-ci je veux dire : http://lamaternelledesenfants.wordpress.com/3-videos-3-bilans/

      Supprimer
  6. Pour continuer envers et contre tout la voie qu'elle a ouverte auprès des élèves de nos classes du public!
    Autre chose est possible, elle, et d'autres aussi, l'ont démontré, prenons le relais; nous devons cela, sans faillir, aux enfants qui nous sont confiés.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai vu cela hier.
    Comme beaucoup, je ne comprends pas. C'est à décourager les enseignants d'innover. Ou tout du moins, de partager ce qu'ils font. Chacun va finir par rester à faire sa tambouille dans son coin, sans oser pérenniser la chose, sans oser affirmer qu'on peut faire autrement et que, oui, ça fonctionne !
    Regrettable, bien regrettable.

    RépondreSupprimer
  8. A ta question "pourquoi rester dans l'éducation" je te répondrais pour justement proposer autre chose, offrir un autre regard, ouvrir d'autres espaces aux enfants. De ma "petite place" d'infirmière, par le biais d'activité d'éducation pour la santé ou lors de leur passage à l'infirmerie, j'essaie de faire réfléchir les gamins autrement, les incite à penser par eux-mêmes, leur fais découvrir leur potentiel, leur fais comprendre que même si ils sont nuls en cours, ils ne sont pas autant des "personnes nulles", qu'ils ont d'autres ressources, d'autres talents et qu'ils sont des personnes intéressantes. C'est ça qui me donne envie de me lever tous les matins et de partir bosser. Le jour où je n'y croirais plus, les élèves seront les plus grands perdants .....

    RépondreSupprimer
  9. Oui, je la connais de son blog sur la maternelle http://lamaternelledesenfants.wordpress.com et grâce à la conférence TED aussi.
    C'est vraiment dommage que ça se finisse comme ça. Les enfants avaient l'air si épanouis. Et des résultats... franchement, ils étaient impressionnants !

    RépondreSupprimer
  10. C'est "marrant", je me demandais aussi il y a peu ce que deviendrait ton blog quand tu aurais repris le travail...
    A suivre cette Mme Alvarez, même si l'article fait mal, si elle amorce le début d'une vague, je me veux bien ramener ma goutte d'eau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hëlëne, quand j'aurai repris le travail, mon blog restera ce qu'il est aujourd'hui...

      Je ne sais pas si je serai PE toute ma vie, mais une chose est sûre : je serai Maman toute ma vie ! :-D

      Supprimer
    2. contente de savoir que tu resteras bloggeuse, je me disais qu'à la repise du travail, ça va être vraiment difficile d'élever deux petits anges, tourner la maisonnée (avec son ménage et repas) et blogger...
      ça fait plaisir de voir que l'intention est là et même pour deux blogs! je te suivrai sur les deux blogs moi :)
      a te lire
      Hakima

      Supprimer
    3. Bonjour Hakima !

      Euh, pour le blog pro, je n'ai encore rien signé, hein ? :-D

      Pour blogger, il faut être enthousiaste, et je ne sais pas si je le serai l'année prochaine relativement à mon boulot...

      Nous verrons ! :-)

      Supprimer
  11. J'ai lu cet article cet aprem, mais je n'en avais pas entendu parler avant...

    Comme je comprends ce que tu ressens !

    Je me pose de plus en plus souvent la question de savoir si je reste ou si j'arrête : la dernière fois c'était... mercredi !
    Je serai inspectée en novembre normalement et je crois que si l'Institution ne reconnait pas mon travail, cela va faire pencher la balance...
    En fait, il me manque surtout le courage de partir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage pour l'inspection, Cibou !

      Je penserai à toi ! Tu nous raconteras ? ;-)

      Supprimer
    2. Merci !

      Oui je te raconterai mais peut-être par mail car je ne veux pas polluer ton blog avec des questions de maitresse...

      Ca n'a rien à voir mais hier j'ai pensé à toi, j'ai fait une recette de lentille corailles aux aubergines : on s'est tous régalé, si ça te dit je te l'envoie...

      Supprimer
    3. Oui, Cibou, je veux bien ta recette, merci ! :-)

      Et je veux bien aussi un retour sur ton inspection, ce serait super si tu as le temps... :-)

      Supprimer
  12. Idem ici ... en lisant ces mots hier, j'ai pensé toute la nuit!!! Mais qu'est ce que je fais là?????????
    Comme Cibou, je tangue entre "je reste" et "je pars" ... mais bon c'est difficile de trouver le courage ... l'aurais-je un jour?

    RépondreSupprimer
  13. Vu ça aussi, et j'en suis à peine étonnée. Manquerait plus que ces petits pions de fonctionnaires prennent des initiatives !

    Je me dis que je tenterais bien maître E lors de ma reprise s'ils existent encore et si un jour ils veulent bien me muter (déjà 3 années de refus malgré 2 enfants et séparation de conjoint).
    Parce que quand même fonctionnaire c'est une sacrée garantie de garder ses revenus et par les temps qui courent où libéraux, petites entreprises et start-up ne cessent de s'écrouler, ça compte !

    RépondreSupprimer
  14. Ca m'a aussi mis un coup au moral quand j'ai appris la nouvelle hier... mais en même temps, ça m'a aussi boostée : je me suis dit qu'il fallait qu'on se serre les coudes, et qu'on soit de plus en plus nombreux à pratiquer différemment. Elle nous a ouvert une voie, à nous de prendre le relais et de faire front contre cette administration sourde et aveugle.

    RépondreSupprimer
  15. Je ne la connaissais pas, et je ne suis pas plus surprise que ça par la position de son académie .... beaucoup plus par sa démission !
    Une bonne raison de continuer ? Pour les enfants déjà. Et parce qu'il n'y a qu'en persévérant qu'on arrive à changer les mentalités, petit à petit.
    En 4 années d'evs et quelques mois d'IME j'en ai vu de toutes sortes des instits, récement j'en ai même connus où pour la première fois je les qualifierais de "mauvais" et où ça me fait me poser des questions sur comment faire en tant que parent pour savoir ce qui se passe réellement en classe.
    Mais j'en ai vu aussi qui bataillent pour leurs idées envers et contre tout, qui mettent en place des classe plus innovantes et plus centrées sur les besoins des enfants. Tranquillou, sans grande révolution d'un seul coup ... mais suffisement pour intriguer et intérésser collègues et inspecteur, et faire des émules petit à petit, pour le bonheur de tous.
    C'est peut-etre à petite échelle, mais je reste persuadée qu'il n'y a que comme ça qu'on pourra un jour changer les mentalités !

    RépondreSupprimer
  16. Céline Alvarez m'a montrée qu'on pouvait oser proposer autre chose à nos jeunes élèves. J'ai franchi le cap, ma classe (TPS-PS) fonctionne dans l'esprit Montessori et je garde le cap ! Après avoir suivi la formation Montessori 0-3 ans à distance, dans quelques jours je poursuivrai avec celle pour les 3-6 ans, le tout à mes frais of course. Hors de question de revenir en arrière ! Je m'éclate !

    RépondreSupprimer
  17. Alors là... On est plus bas que le fond du fond (si, si c'est possible!) :( Je suis dé-goû-tée! Plus ça va, plus je me dis que je ne pourrai jamais reprendre... Avant d'avoir mes enfants, je n'étais déjà pas dans le moule... Quand je vois comme on coupe les ailes à ceux qui obtiennent de tels résultats, je reste persuadée malheureusement que l'école n'est pas voulue pour tous... Je ne sais pas si j'admire ceux qui y croient encore ou si je les plains... Désolée... Si tu savais comme je comprends tes doutes et tes insomnies... Courage!

    RépondreSupprimer
  18. sur le blog il est marqué que maintenant elle va se consacrer à modéliser ce qu'elle a mis en place. 3 ans d'exercices doivent lui avoir donné assez de matière. ça démarche est géniale, j'ai hâte de lire ce qu'elle va rédiger. Elle explique qu'elle n'a pas fait du pur montessori mais créé quelque chose de mieux.

    RépondreSupprimer
  19. Je ne suis pas plus étonnée que ça, j'étais plutôt épatée qu'elle ait eu le droit de faire cette expérience au sein de l’Éducation Nationale !
    En revanche, j'avoue que la réponse de l'Académie m'a choquée. Qu'ils donnent au moins les vraies raisons et assument leur décision. C'est absolument ridicule : « manque de recul », « manque d'évaluation », « manque de cadre »... Et ils souhaitent être respectés ? Mais le respect se mérite ! Et là, franchement, zéro pointé.

    Je comprends tout à fait sa décision de démissionner, que je trouve très courageuse. Je me suis inscrite au blog en espérant qu'elle réussira à faire exploser "la bombe pédagogique" qu'elle avait lancée ! Elle a la connaissance, la volonté, l'envergure pour continuer.
    Et si on lui envoyait tous un petit message d'encouragement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente idée, Oops, je m'y colle immédaitement ! ;-)

      Supprimer
    2. Il faut absolument le faire ! Elle a répondu très gentillement et très rapidement au mien, j'en suis encore toute émue !

      Supprimer
    3. Idem ici. :-)

      Cette femme est exceptionnelle !!
      :-)

      Supprimer
  20. 5coeurs ton expérience m'intéresse, parce que la démission de Céline Alvarez est compréhensible et elle était prévisible. Celine a littéralement infiltré l'éducation nationale, son objectif est beaucoup plus vaste et je ne doute pas qu'on va encore parler d'elle. Ce qui me dégoûte vraiment, c'est le recul de l'éducation nationale, je m'étais dit (betement...) que s'ils acceptaient et soutenaient cette classe pilote alors, j'allais pouvoir rester dans ce service public, Céline me donnerait une légitimité a pratiquer du Montessori ouvertement en classe.
    Mais, voilà, encore une fois, l'éducation nationales recule, piétine, reste frileuse....
    Alors toi, en pratiquant Montessori dans ta classe, as tu des retours de ta hiérarchie, es tu soutenue, ou te caches tu pour enseigner?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me cache pas et j'en parle autour de moi. Mes collègues me soutiennent. J'ai envoyé mon projet de classe à l'inspecteur. Il doit venir m'inspecter cette année, donc on va pouvoir en parler face à face. Peu importe sa réaction, je ne fais pas de mal aux enfants, donc je fonce. Et puis nous avons tout de même une certaine liberté pédagogique, non ;) ! Je n'allais pas attendre un accord explicite avant de me lancer, car je passerais ma vie à attendre et serais une instit frustrée.

      Supprimer
    2. Violaine, de même : je ne cache mes tatonnements et expérimentations à personne - ni aux collègues, ni aux parents, ni à l'inspection. Je suis en dialogue permanent avec les conseillères péda, que je trouve géniales. Tout se passe très bien.

      Les parents sont ravis, les collègues me piquent des docuements, et l'inspecteur me soutient à fond.

      (Par exemple, quand j'ai envoyé ballader les sacros-saints "ateliers" en maternelle, avec groupes fixes sur l'année, l'inspecteur a applaudi très fort !!)

      Par contre, je ne fais pas "du Montessori", et j'évite d'ailleurs, généralement de prononcer ce mot. Il faut être prudente tout de même, mais je dirai que la prudence se situe plus au niveau de la manière dont on présente les choses aux différents acteurs que dans les pratiques réelles. J'ai plutôt l'impression que l'innovation est bien accueillie ! :-)

      Supprimer
    3. En y réfléchissant, il ne s'agit pas de "prudence", mais de "tact".

      Débarquer en tenant le discours "Moi, je connais un truc génial qui marche du tonnerre mais que vous, pauvres nuls, ne connaissez pas." ne participe pas à créer une bonne ambiance ! ;-)

      Et moi, la bonne entente avec mes collègues, j'en ai besoin !! :-)

      Vers le milieu de l'année, quand nos classes sont en route et que notre relation est bien établie, on se met à partager nos connaissances, et c'est sympa. On a tous à apprendre les uns des autres ! :-)

      Supprimer
  21. Elsa, si j'ai bien compris, tu es en pleine réflexion professionnelle. Je comprends ta déception vis-à-vis de l'EN et de ses choix qui te ressemblent si peu, toi la passionnée (et eux, les timorés). Je comprends également que l'on ait besoin de prendre parfois un nouveau chemin (ce fût tout mon travail de cette année, alors !!).

    Je ne sais pas quels seront tes choix, un peu de patience peut aider, retrouver des élèves, une classe... Tu y verras plus clair sûrement après. Je voulais juste te dire que je suis sûre que tu serais également une très bonne formatrice pour les jeunes qui débarquent dans le métier. Je suis certaine que tu as beaucoup à apporter aux autres, quel que soit le vecteur retenu. Ton blog est une référence pour un grand nombre de mamans mais aussi d'enseignant(e)s. Je suis souvent épatée par tes réflexions, la qualité de tes articles.

    Je te souhaite bien entendu de profiter autant que possible de cette année qui s'annonce très belle avec tes enfants.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour Elsa,
    Ma réflexion du moment s'éloigne un peu du thème abordé dans ton post mais fait écho à la lecture de vos commentaires.
    Je suis maman d'un petit garçon de 22 mois et fais partie de tes lectrices assidues qui te lisent quotidiennement sans se manifester.
    Une question m'occupe actuellement l'esprit et je me dis qu'avec ton expérience d'enseignante et de maman pro-montessorienne, tu vas peux être pouvoir m'aider à progresser:
    Convaincue par la méthode montessori pour en avoir vu les bien-faits sur un enfant, j'ai mis un point d'honneur à élever mon enfant dans cet esprit. Je ne suis pas tout au pieds de la lettre mais essaye surtout de répondre à la curiosité de mon fils avec les activités dont tu parles.
    Force est de constater que si mon petit zouzou a un développement similaire à ta petite fille ou autres enfants que je suis sur des blogs dédiés à la pédagogie montessori, il n'en est rien par rapport aux enfants de nos amis qui ne sont pas du tout élèves dans cette philosophie.

    Zouzou a un vocabulaire de 500 mots, compte jusqu'à 15, connaît un dizaine de lettre de l'alphabet, une quinzaine de couleur, associe ensemble les personnes d'une même famille, fait preuve de dextérité avec sa tirelire ou sa pince ...mais surtout, c'est un petit garçon heureux et curieux, qui va au devant des autres et manifeste un intérêt certain à partager ses activités avec les autres enfants ou adultes.

    Et même si l'on peut se dire que mon statut de maman biaise mon impartialité, Je vois bien qu'il n'évolue pas comme les aux autres enfants que nous côtoyons régulièrement.

    Il y a peu de temps, ma maman, qui constate les nouveaux progrès du zouzou, lâche la phrase qui me trotte dans l'esprit depuis:"mais que va-t-il bien pouvoir apprendre à la maternelle? À ce rythme-là, il va s'ennuyer...."

    Alors, je me disais qu'avec ton expérience professionnelle et personnelle, tu aurais une réflexion sur ce sujet.
    Car soyons clair, même si je suis prête à beaucoup de concession pour que mon enfant soit épanouie, il nous sera impossible de débourser les 6,8,10KEUR annuel que réclament les écoles montessori sur Paris.
    En espérant que tu puisses m'éclairer.
    Bien à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Maj !

      Merci pour ta reflexion, c'est très intéressant.
      Je ne suis pas sûre d'avoir cerné exactement la nature de ton questionnement, mais voici ce que ton éclairage m'évoque :

      Nous ne pouvons pas faire autrement que de suivre notre enfant du mieux que nous pouvons. Nous n'avons pas le choix !! :-D

      Tu te vois, toi, te dire : "Oups, il compte jusqu'à 15 alors qu'il n'a que 22 mois, donc je décide que les chiffres deviennent désormais tabous à la maison pour que mon fils reste "dans la moyenne" ?
      Non, n'est-ce pas ?

      Ta réaction va plutôt être : "Tiens, ceci interesse mon fils, on dirait... Comment puis-je nourrir cet intérêt et l'aider à donner du sens à ces notions pasisonnantes ?"

      Ben, oui, hein ? :-D

      Je suis PERSUADÉE que suivre son enfant est la meilleure des posture que l'on puisse adopter. Pour moi, ça ne fait pas l'ombre d'un doute ! Même si ça contribue à creuser l'écart avec les petits voisins, et plus tard, avec les petits camarades.

      Qu'en penses-tu ?

      N'hésite pas à reformuler ton questionnement si j'ai répondu "à côté de la plaque"...

      Merci pour ton commentaire ! :-)

      Supprimer
  23. Coucou Elsa,
    Merci pour ces sujets de "débats" qui sont très riches pour moi... je n'y participe pas car j'estime ne pas avoir assez de recul pour savoir si cela est bien ou non à "grande "échelle"...!
    Toujours est-il qu'en tant que maman ET avec l'accord de la "maîtresse" de ma puce, je ne vais pas la scolariser les mercredis matins pour qu'elle puisse tout simplement se reposer ... Dans mon cas ce n'est donc pas un acte militant juste un acte bienveillant vis à vis de mon enfant car je constate que ma fille n'a pas (pour le moment?) les ressources "physiques et psychiques" suffisantes pour être scolarisé 4.5 jours par semaine.

    Pour revenir à Céline Alvarez, je l'ai découvert à travers ton billet, j'ai parcouru son blog et j'ai été "émerveillé" par la joie de vivre des enfants "subjugué" par leur "niveau scolaire"... Comment est-il seulement possible d'avoir des doutes sur l'efficacité d'une telle méthode... bref...
    Sans parler du fond, je trouve que Céline Alvarez est une personne tellement charismatique (je "buvais" ses paroles!) qu'il est bien dommage qu'elle est quitté l'EN mais j'ose espérer qu'elle va continuer à porter son projet et qu'il sera une source de motivation pour TOUS les autres enseignants qui souhaitent se lancer ou persévérer dans cette voie... j'ose espéré qu'une bataille est perdue mais pas la guerre ^^.

    Par contre, je dois avouer que plus je progresse dans "l'apprentissage" de l'enseignement (et ça prend un sacré coup d’accélérateur depuis quelques jours!!!) plus j'angoisse...!
    Non pas sur le choix de vouloir m'orienter vers l'enseignement mais sur les choix ou les capacités que j'ai pour accompagner ma propre fille... j'ai comme un ultimatum dans ma tête : TOUT se joue avant 6 ans (et ce bien avant de connaître Montessori (oups pardon les sciences cognitives...!)) et dans 2 mois elle aura DEJA 3 ans... et j'ai l'affreux sentiment de n'avoir "rien fait" (de constructif en tout cas...!) et le sentiment encore plus fort que je ne pourrai pas proposer une "chemin pédagogique" qui réponde à ses besoins et à mes envies... J'ai l'impression de "l'abandonner" lâchement et j'avoue qu'en tant que maman, je ne le vis pas très bien :-/
    Désolée de finir sur une note aussi "négative" d'autant plus que le moral n'est pas au beau fixe pour toi aussi...! Mais j'ose espérer que nous serons trouvé toi et moi les raisons et l'envie d'avancer..! <3

    Bonnes "vacances"!
    Et encore un énorme MERCI pour ce blog!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai envoyé un message de soutien à Céline Alvarez, et dans sa charmante réponse elle m'informait que
      "Tous les outils théoriques et pratiques utilisés dans la classe seront mis en ligne gratuitement prochainement sur ce blog"
      Je me suis donc inscrite là :
      www.lamaternelledesenfants.wordpress.com
      Et j'attends avec impatience !

      J'ai souvent le même sentiment de ne pas faire assez, ni assez vite... Mais les sciences cognitives nous apprennent aussi que la plasticité cérébrale est telle que rien n'est jamais figé ! Une chance pour nous !
      Et la psychologie nous montre aussi les forces et les atouts qu'on peut tirer des faiblesses de notre enfance.
      Pas de panique !

      Supprimer
    2. J'ai envoyé aussi un message de remerciement à Celine Alvarez. j'ai reçu sa réponse gentille et rapide le lendemain.
      Merci beaucoup pour l'idée oops, je n'allais pas songé à le faire de moi même :-) l'idée est excellente. On a toutes besoin de soutien dans de telles circonstances. Sa volonté de tout mettre en ligne gratuitement est signe d'un fort dévouement et amour envers l'enfant. Notre monde a besoin de gens comme elle.

      Supprimer
    3. Bonjour Stéphanie !

      "Tout se joue avant 6 ans", c'est le titre d'un livre de Fitzhugh Dodson, qui était le livre de chevet de ma mère quand j'était moi-même enfant. C'est sans doute la raison pour laquelle je ne l'ai pas lu ! :-D

      Bon, comme le dit très bien Oops, les sciences cognitives tempèrent cette "vérité " très 70's.

      Un petit point rapide et bien fait sur ce sujet ici :

      http://www.psychologies.com/Famille/Enfants/Epanouissement-de-l-enfant/Reponses-d-expert/Est-il-vrai-que-tout-se-joue-avant-6-ans

      Ça m'ennuie que tu aies un sentiment d'incompétence par rapport aux apprentissages de ta fille, d'autant que tu l'a déjà exprimé plusieurs fois. Est-ce par manque de temps ou parce que tu as le sentiment de ne pas savoir rebondir sur ses intérêts ?
      Puis-je faire quelque chose ? Veux-tu que nous réfléchissions ensemble à partir d'un exemple concret ?

      N'hésite pas à me dire ! :-)

      Supprimer
    4. Oui très bonne idée Oops ce message de soutien, je vais aussi en faire un...! Je vais aussi m'inscrire pour suivre son blog car j'attends avec impatience les outils qu'elle va mettre à notre disposition... :-D

      Merci Elsa d'avoir pris le temps de me répondre :-D (et je ne sais pas pourquoi j'avais l'impression d'avoir lu une autre réponse de ta part hier soir mais je ne la retrouve pas...! )
      A vrai dire à part être magicienne, je ne sais pas si tu pourras m'aider...! ;-) Mais je te remercie infiniment pour ta proposition.
      Je vais tenter de t'expliquer un petit peu mon état d'esprit...!
      Je commence petit à petit à savoir dans quels "domaines" je souhaiterais accompagner Charline MAIS pour le moment je ne me sens pas capable de le faire car j'estime ne pas avoir les "outils" pour le faire (je n'ai pas le savoir, le savoir-faire et (même!) le savoir-être...!) et je pars du principe qu'il vaut mieux ne RIEN faire que de MAL faire...
      C'est effectivement une question de temps mais pas forcément (et uniquement..) de manque de temps mais surtout de "collision temporelle"! Je vais "apprendre à apprendre" (pour faire court...) en même temps que Charline fera les apprentissages que j'aurai tant aimé "accompagner"... je dis bien accompagner car tout comme toi, il n'est toujours pas question pour moi de faire l'école à la maison, juste de proposer autre chose de "complémentaire"

      Un des "apprentissages" qui me tient particulièrement à cœur est la lecture (à contrario je n'ai aucune affinité et envie particulière d'accompagner Charline dans son apprentissage de l'écriture par exemple...). j'aimerai (vraiment...) BEAUCOUP proposer à Charline une découverte de la lecture (des lettres des mots, etc...) selon une méthode plus sensorielle (=agréable, joyeuse, ludique POUR MOI) qu'une méthode "académique" (= rébarbative, ennuyeuse, POUR MOI) alors que je n'ai même pas encore appris les principes de la méthode "académique" et que j'ai encore moins d'idée sur la façon d'utiliser, par exemple, le matériel montessori "sensoriel" dédié au langage (lettres rugueuses, alphabet mobile, etc...) Et je pense que le jour où je serai capable de proposer un apprentissage de la lecture telle que je "l'imagine", Charline saura certainement déjà lire..! d'où cette frustration et cette sensation d'abandonner ma fille dans son (futur) apprentissage... j'espère juste que cet apprentissage en particulier n'aura pas été laborieux et surtout qu'elle y aura pris du PLAISIR (et moi avec..)

      Il y a une autre "discipline" que j'aimerai aborder avec elle : les mathématiques. Là c'est encore un peu plus vague pour moi car il y a de nombreux domaines différents mais en premier lieu la numération, les opérations et la géométrie... j'ai TOUJOURS détesté les maths (et à mon grand regret ça continue!) car ils ont toujours manqué de "sens" pour moi... Et j'emploie le mot "sens" volontairement, je pense vraiment qu'une approche sensorielle des maths est une étape importante (voire primordiale dans mon cas!) pour la compréhension de certains concepts et j'avoue par exemple que le matériel des perles (même si je ne le connais pas vraiment!!) m'attire particulièrement... inversement la tour rose, l'escalier marron ou le cabinet de géométrie ne me "parlent" pas... je préfère largement une séance sensorielle de découverte de la géométrie telle que tu l'as proposée par exemple... ;-)

      Supprimer
    5. (suite et fin)

      Pour ces 2 domaines, clairement je manque de compétences et de recul pour pouvoir proposer ne serait-ce qu'un semblant de "méthode" avec une logique de progression et des outils pertinents ... me lancer dans ces 2 apprentissages en particulier en piochant des idées à droite et à gauche ou en me contentant d'utiliser un "matériel" sans en connaître vraiment la signification ne me parait vraiment pas suffisant et satisfaisant pour des apprentissages aussi "importants"... J'aurai en plus la crainte de mal faire et d'induire un mauvais raisonnement ou une mauvaise compréhension qui serait plus néfaste qu'autre chose :-(

      Et pour TOUT le reste: les activités sensorielles, motrices, culturelles, ... qui sont pour moi LES activités que que j'aimerai le plus proposer et bien là c'est plus le temps qui me manque que les compétences...! Car le temps je le consacre majoritairement à ma propre "formation" (quelle soit professionnelle ou personnelle) car même dans ces activités "autres", je pars de "zéro"en terme de matériel ou même d'idées donc je passe bcp de temps à chercher des idées et à trouver des solutions... et ma puce pdt ce temps grandit à vitesse grand V elle :-D

      En tout cas cela m'aura fait du bien de poser cela par écrit...! Même si je n'ai pas de solutions, j'ai au moins identifié d'où vient cette frustration... cela me permettra de mieux l’accepter certainement :-)

      Supprimer
    6. Stephanie, vous avez mis des mots sur des interrogations et des craintes que je partage !!

      Supprimer
    7. ;-) Etiva (mais j'imagine que dans votre réflexion il y avait moins de fautes d’orthographes et de syntaxe...! ^^)

      Je viens d'avoir aujourd'hui un séminaire intitulé "Analyse des difficultés inhérentes à la compréhension du système décimal au CP" animé par un enseignant chercheur en math passionnant (EUREKA...ça existe..!!! :-)) ) qui a soulevé bon nombre de points qui correspondent complètement à la vision que j'ai des maths (et en particulier par une approche quasi "obligatoire" de la manipulation physique/sensorielle des concepts mathématiques... What Else ^^) du coup il m'a presque motivé à choisir comme thème de mémoire celui proposé en math (qui traite des difficultés des élèves et la gestion de l'hétérogénéité en classe de math... Tout un programme!)

      Supprimer
    8. Stéphanie je te rejoins! Moi qui ne suis qu'une maman, et pas une professionnelle de l'enfance (instit ou autre) je veux à la fois pouvoir proposer le meilleur pour mon enfant et en même temps je n'ai pas les outils. Je suis toujours bluffée quand Elsa nous expose comment elle pointe avec exactitude ce qu'elle veut / voit / pressent comme apprentissage chez ses enfants, comment elle analyse et observe ça finement et comment pour finir avec un naturel époustouflant elle propose une solution tip top.
      Sauf que je me doute aussi qu'en vrai c'est bien moins simple qu'il n'y parait! Je sais aussi qu'Elsa travaille ces questions depuis longtemps, qu'elle a de l'expérience et qu'elle y passe aujourd'hui beaucoup de temps, bien plus bien bien plus que ce que je peux m'offrir.
      Et moi, je suis une maman qui chemine et qui pioche ce qu'elle peut pour faire grandir ses enfants (qui ne s'en sortent finalement pas si mal)
      Autre chose, pour Charline peut être que ce que tu auras mis en place pour la lecture ça sera un peu trop tard, mais peut être que Charline aura un jour des petits frères et soeurs qui bénéficieront de tout ce cheminement! Mon PetitF bénéficie de choses bien plus abouties que ses frangins (en contre partie il doit me partager plus que n'ont du le faire ses grands frères)
      Concernant les activités culturelles sensorielles motrices... c'est peut être un premier point d'entrée. Se poser réfléchir au chemin qu'on a envie de parcourir avec son enfant, les portes d'entrées concrètes à proposer et définir un espèce de "plan d'action" pour les semaines à venir...
      En tout cas on fait ce qu'on peut! Avec le temps qu'on a!

      -- Message à Elsa --
      Si tu réponds à Stéphanie, je suis curieuse de lire la réponse qui m'interesse bcp :-D

      Supprimer
    9. C'est rassurant de voir que je ne suis pas la seule dans cet état d'esprit!
      Ce qui me fait personnellement râler c'est que j'entame cette année ma formation de professeur des écoles...! Donc cette expertise j'espère l'avoir d'ici peu (l'expérience en moins malgré tout!) mais cela sera certainement trop tard pour accompagner certains apprentissages de Charline... Quoique je commence à réaliser que les apprentissages formalises tels que je les conçois ne sont pas tous pour maintenant et que de toute façon il se déroule aussi sur plusieurs années scolaires...

      Et alors que cela fait à peine quelques jours que j'ai commence ma formation, je comprends déjà pourquoi les Professeurs des écoles sont des spécialistes de l'éducation (et qu'à ce titre ils méritent tout à fait le titre de professeur au même titre que ceux de collège ou de lycée!) et je comprends aussi très, très bien le coup de gueule qu'Elsa poussait dans un récent billet ou réponse concernant l'intrusion des parents (il me semble...) dans le programme scolaire ou la pédagogie...

      Supprimer
    10. Coucou à toutes !

      Je suis avec un grand intérêt (et une vraie admiration pour Stéphanie qui parvient si bien à cerner ses difficultés !) votre conversation, mais euh... Clo : je ne sais pas trop ce que je peux ajouter ! :-)

      Je veux bien "répondre", mais ne sais pas à quelle question, là !! :-D

      Supprimer
    11. Mais Elsa je n'attends qu'un seul mot de ta part... ABRACADABRA!!! ^^ :-D
      Et oui malheureusement tu ne peux pas grand chose à mon pb temporel...! je vais faire avec!
      Ce sont mes futurs élèves qui, je l'espère, pourront profiter de mon travail... :-)
      Et puis les apprentissages se poursuivent bien après 6 ans, je pense que j'aurai encore l'occasion d'accompagner ma fille dans d'autres apprentissages au moins tout aussi passionnants...!

      Supprimer
    12. ;-D
      Elsa: alors peut être qu'il'y a juste rien a ajouter ! :-D

      Supprimer
    13. Coucou Elsa,
      J'ai relu ces échanges et après réflexion je me dis que tu peux très certainement m'aiguiller ou du moins me donner de la matière à cogiter! :-D
      Appréhender l'apprentissage du langage ou de la numération en utilisant exclusivement le matériel de la pédagogie Montessori me semble accessible (peut-être à tort?) en me documentant... mais ce n'est pas ce que je souhaite (pour de multiples raisons trop longues à détailler...). Du coup c'est bien là que ça coince pour moi... car ne connaissant pas les mécanismes mis en oeuvre dans ce type d'apprentissage, il est tout simplement impossible pour moi de proposer une progression...
      Du coup, je me demande si tu as déjà défini une progression et des outils pour l'accompagnement de ces 2 apprentissages que ce sont la lecture et la numération?
      Je sais que ce sont des domaines trèèèèèèèèèèèès vastes et ce n'est pas un guide méthodologique précis à appliquer tel quel que je te "demande" juste de décrire les grandes étapes importantes et le matériel que tu penses le plus adapté et pertinent...
      En fait, j'ai repensé à ce billet précisément: http://mercimontessori.blogspot.fr/2011/07/les-etapes-de-la-construction-du-langage.html qui avait été pour moi une révélation!

      Utiliser simplement des outils n'est pas pertinent à mes yeux, ce que je veux c'est identifier le mécanisme général de développement afin de pouvoir proposer les outils (que j'ai à ma disposition!) les plus adaptés à chaque grande étape... et à chaque individu!

      Bien sur, si cela n'est pas dans tes projets ou même tes envies de billet, je le comprends tout à fait... :-D c'est très "scolaire" comme travail et peut-être un peu trop théorique et rébarbatif!
      Bonne journée!
      (il est temps pour moi de me mettre au travail!)

      Supprimer
    14. Coucou, Stéphanie !

      Et bien, ces "commandes" sont pour moi fort alléchantes... Je crois que je vais m'y coller, mais :

      - Pas tout de suite. Je suis en pleine crise de "Bon, mais mon temps à moi dans tout ça ?". C'est vrai que je reprends dans un an et que je réalise que j'ai passé mes congés parentaux... à bosser. :-(

      - Ailleurs. Je compte (et, oui, c'est en totale contradiction avec le premier point, je sais que j'ai un problème : je me DONNE du travail !!) ouvrir un blog professionnel au cours de l'automne pour relater mon expédition reggiane - ça n'a rien à faire ici, et ça risque d'être assez technique. Je verrai bien les thématiques que tu évoques abordées sur ce blog-là, plutôt.

      Mais j'espère que tu n'es pas pressée, car une de mes bonnes résolutions de rentrée c'est : lever le pied !!

      OK, je ne sais pas encore comment je vais faire concrètement. :-/
      Lever le pied... Comment on fait, déjà ?? :-D

      À suivre.

      Mais j'ai pris note ! :-)

      Bon courage pour tout ! :-)

      Supprimer
    15. Coucou Elsa,
      j'avais lu ta réponse mais je n'avais pas eu le temps de te répondre! Aucun pb je comprends tout à fait tes bonnes résolutions et il n'y a rien d'urgent pour moi...! je commence à réaliser à quels points tous ces apprentissages sont de longs processus et qu'à 35 mois, Charline a encore largement le temps de faire ces apprentissages...!
      PS: J'ai pensé à toi ce matin... cours magistral sur le développement du langage chez l'enfant...! comme un air de déjà vu/lu ^^

      Supprimer
  24. Elsa, ça fait longtemps que je n'ai pas commenté ton blog et encore moins alimenté mon blog douce école, mais c'était plus important pour moi de passer un bon moment en ief avec mes garçons que de rédiger pour mon blog. Ça fait longtemps que je connais la pédagogie Montessori et j'ai suivi le parcours de Céline Alvarez pendant un moment et c'est triste qu'elle ai démissionné . Mais JE VEUX PORTER UN MESSAGE d'ESPOIR. Oui, on peut faire du Montessori dans l'Education Nationale et oui, c'est un vrai bonheur d'enseigner !
    J'ai repris le boulot après 2 ans de congé parental. J'ai eu une carrière chaotique, j'ai failli démissionner à 2 reprises et finalement je me suis accroché car je voulais absolument tester l'enseignement en cycle 1. (Je suis prof depuis 2003). Donc, ça y est, cette fois ci j'ai enfin un poste en maternelle, dans une zone sensible éclair. J'ai de la chance, je suis tombé dans une école où les collègues sont très ouvertes et aiment parler de pédagogie. Initialement, je ne voulais pas dire de "gros mot" et ne pas dire tout de suite que j'envisageais de mettre en place la pédagogie Montessori dans ma classe, mais bon, mes choix pédagogiques originaux ont été démasqués des la prérentrée par mes collègues :-). J'ai une classe de PS MS avec 25 élèves (pour l'instant plutôt moins, 17 à 20 élèves ) . C'est une maternelle à 6 classes et ma classe est la seule à être en double niveau. Je n'ai que 7 MS, mais c'est très important pour moi d'avoir une classe hétérogène. Dans ce quartier le niveau scolaire est catastrophique, donc l'inspectrice est ouverte à toutes les expériences qui permettrait un tant soit peu de faire progresser les élèves. La première semaine de classe, j'ai commencé à présenter des activités Montessori aux Moyens et comme ils ont beaucoup accroché , j'ai commencé avec les PS cette semaine. ET C'EST MIRACULEUX. Pour l'instant, je n'ai que quelques plateaux de vie pratiques très simples ( éponge, verser des graines...) et les effets se font déjà ressentir : les élèves qui utilisent les activités Montessori sont plus calmes, plus concentrés, ont moins de problèmes de violence, les non francophones commencent à parler en duo avec moi, il y a aussi des interactions très positives entre les élèves qui s'entraident et parlent entre eux des procédures pour réussir. Je n'ai fait que des présentations individuelles. Je note systématiquement dans un tableau à qui j'ai présenté quoi. Il y a une grande liberté dans ma classe, beaucoup de jeux libres, le libre choix est roi, il y a un atelier pâte à modeler avec des inducteurs différents chaque jour, et ça se passe plutôt bien. Je pense que mes PS ne feront pas une seule fiche photocopiée de toute l'année ! Je discute beaucoup avec mes collègues, je vais les former sur certains points, mais elles m'apportent aussi leur savoir faire. C'est bien d'être maîtresse :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que ca donne envie!! Bravo et merci pour nos enfants qui parfois ont la chance de passer entre les mains de maîtresses telles que vous!

      Supprimer
    2. Ah oui Marie, c'est porteur d'espoir ... moi aussi mes plateaux autonomes prennent formes mais ici mes collègues ne peuvent imaginer passer le cap du tout Montessori. J'y vais par touche et je compte bien en mettre de plus en plus... j'ai tt de même hâte de reprendre à 80% pour pouvoir choisir ma pédagogie bien que j'ai déjà la chance d'avoir une très chouette collègue qui me fait confiance! Marie, tu es où en poste? A Mulhouse? Aux Coteaux? je connais bien les quartiers de ZEP mulhousien et ça ne m'étonne nullement que ça fonctionne bien!

      Supprimer