mercredi 3 septembre 2014

Jeux de cubes, les différents stades


Comme promis, voici un petit article qui, sur le modèle de celui-là, décripte les différentes étapes que peut rencontrer un enfant à travers la manipulation de cubes. Bien sûr, cette évolution n'est pas une programmation, mais tout au plus une petite grille de lecture qui, je l'espère, aiguisera votre regard comme elle a affuté le mien ! :-)

Stade 1 :  La découverte

Louiselle en novembre 2012, avait des cubes à disposition
dans son aire de jeu




Le premier contact avec les cubes n'a rien de spécifique : le bambin procède avec les cubes comme avec tout objet de son environnement, en le soupesant, l'examinant, le goûtant, explorant ses faces lisses et ses arêtes aiguës. Il en remplit des récipients qu'il prend plaisir à tirer et à renverser ensuite.  

Oui, sauf que les cubes, eux, lui apprennent des choses très spécifiques : le tout-petit explore les concepts d'espace et de formes, ainsi que les premières propriétés physiques (poids, dimensions), et accède, par le corps, à la compréhension d'un vocabulaire complexe et varié auquel il est exposé (pousser, remplir, vider, porter... dans, à travers... cubes, triangle, carré, bois... plein, vide, petit, gros, beaucoup de, le même que... rouge, bleu, vert... etc. etc.).

Stade 2 : Les tours et les routes


Les tours peuvent survenir avant les routes, ou inversement. Un type de construction peut avoir la prédominance sur l'autre - ou pas. Peu importe : tours et routes appartiennent au même palier. L'enfant "entre" véritablement dans ses premières constructions. Il empile ou aligne soigneusement les cubes les uns après les autres, avec une dextérité croissante. Certains bambins s'appliquent à ajuster longuement leurs cubes de manière à juxtaposer exactement les arêtes ; d'autres ne peuvent résister à la tentation de tout détruire avant d'en avoir arrangé trois ensemble... Bienvenue dans le monde fascinant des cubes ! ;-)


Les apprentissages se poursuivent : usage spontanné du dénombrement (en comptant les cubes d'une tour, par exemple), tris de formes, capacité à prédire (les prédictions se basant sur les observations réintérées et les conclusions qui en ont été tirées), comparaison, compréhension intime de l'ordre et de la position des objets, ainsi que des mots pour le dire (au-dessus, en dessous, sur, sous, au sommet, au pied, à l'intérieur, à l'extérieur, devant, derrière...), accroissement général du vocabulaire (tour, route, pile, rangée, ligne... poser, déplacer, tourner...)...

Stade 3 : Portes et ponts

Trois unités d'un côté... et un triple de l'autre !
C'est bon, ça tient, car ça s'équivaut...

L'enfant découvre qu'il peut empiler ses cubes en hauteur - à la verticale des uns des autres. C'est une phase d'expérimentation intense quant aux points d'équilibrage : comment faire tenir un long cube sur un autre qui est deux fois plus petit ? Certains enfants peuvent s'acharner des heures avant de découvrir le principe du pont (un linteau posé à la verticale sur deux piliers). Et franchement, n'est-ce pas magique, de voir ces petits bâtisseurs en herbe réinventer en un temps recors toutes les conceptions majeures de l'humanité ? :-)

Antonin a ajusté avec soin les cubes de cette construction...
et a selectionné, parmi tous ses cubes, ceux qui avaient exactement la même largeur !

À ce stade, l'enfant s'appuie sur ses savoirs pratiques : chacun de ses gestes dénote une connaissance profonde des attributs physiques (longueur, volume, poids, superficie...), la conscience de la symétrie voit tranquillement le jour. L'enfant commence à élaborer des stratégies simples pour résoudre des problèmes concrets, toujours à travers une exploration active, par essais et erreurs. La capacité à communiquer se développe : transmettre des informations, des idées, des sentiments, des opinions, des besoins, et poser des questions... sans compter que le lexique continue de s'accroitre, toujours en situation (sol, plancher, toit, pont, porte...).

Résolution de problème : Antonin place une 4e planchette
à la base de sa rampe géante pour la consolider...

Stade 4 : Murs et enclôs


Jusqu'à présent, l'enfant s'intéressait aux faces des cubes comme autant de bases pour en poser d'autres. Sa vision s'élargit et il commence à envisager les côtés des solides pour eux-mêmes. Il les aligne sur la tranche pour former des murailles, et paufine ses constructions angulaires. Selon les enfants, les enclôs réalisés seront zoos, fermes, maisons ou garages... et ils se doteront bientôt de "portes" (pavés que l'on fait pivoter sur un sommet pour ouvrir et refermer l'enceinte)...

Côté apprentissage, c'est l'explosition : l'enfant commence à nommer ses productions, à les décrire, voire à les dessiner. Il commence à comparer les quantités grâce à des mots comme "plus", "moins", "mieux que, "plus long", "égal à"... Petit à petit, il se met à planifier ses travaux avant de les entamer, et fait preuve d'esprit d'initiative. Sa capacité à rester absorbé longtemps sur une tâche s'accroit sensiblement.

Stade 5 : Esthétique


À présent, l'enfant connait ses cubes... sur le bout des doigts ! Les constructions sont de plus en plus complexes, mêlant à présent toutes les acquisitions antérieures. L'enfant s'attache alors à la beauté de ses constructions.  C'est le stade où il porte attention à la symétrie, à l'harmonie, à l'élaboration des détails.

Les apprentissages sont alors très "lisibles" : l'enfant trie, catégorise, classe et ordonne ses cubes selon un attribut, avant de les utiliser. Il est capable de décrire et de reproduire un modèle. Il crée des motifs symétriques. Il s'attache à la sériation et alterne, par exemple, un cube bleu/une pyramide verte/un cube bleu/une pyramide verte... Dans la vie de tous les jours, il est capable de verbaliser les comparaisons d'attributs d'objets qu'il opère :  selon la longueur (plus court/plus long), la taille (plus petit/plus grand), le poids (plus léger/plus lourd)... Il aime expliquer le comment et le pourquoi de ses créations.

Stade 6 : Faire semblant
 

L'enfant construit désormais dans un but précis. Il bâtit pour ses poupées des maisons géantes qu'il remplit de meubles ; il parle de ce qu'il construit - et souvent même, à l'avance ! - et utilise ses constructions pour ses jeux. C'est l'âge où l'enfant peut vouloir étiqueter ses créations... Prévoyez le nécessaire !

Les apprentissages antérieurs se consolident : à travers les jeux d'imitation, l'enfant manipule les nombres et les quantités (jeux de marchande...), un lexique spécifique et précis. Il explique à qui veut bien l'écouter pourquoi il a choisi de catégoriser ses animaux ainsi dans leurs enclôs ; il prend des décisions rapides et assurées, par exemple en considérant plusieurs attributs d'objets conjointement dans ses groupements (forme et couleur, taille et volume, etc...). Les capacités à combiner, séparer et évaluer se musclent. L'enfant commence à accepter de prendre des responsabilités au sein du groupe ("Bon, toi, tu fais la salle d'attente, et moi, le cabinet du médecin..."), et ses jeux, de plus en plus longs, se dotent de scénarios de plus en plus complexes.

Stade 7 : Construire le monde


Cette dernière période est bien sûr la plus passionnante... qui survient généralement à l'âge de l'école élémentaire. L'enfant s'attache à présent à reproduire - en miniature - les édifices qu'il connait. Ce peut être, en général : des églises, des maisons, des châteaux... Ce peut-être aussi : le magasin de notre quartier, la vieille chapelle du coin de la rue, ou la tour Eiffel... C'est le moment de proposer des visites de terrain, avec prise de photographies et exécution de croquis. Au moment de la réalisation, si l'enfant travaille dans un groupe, chacun se chargera spontanément de bâtir un édifice, qui, associé aux autres, formera une véritable ville miniature. L'enfant accorde alors une très grande importance aux détails et aux accessoires : il faut des légumes aux étals du marché (en pâte à modeler ?), des livres dans la bibliothèque (découpés dans des prospectus ?), des fils aux poteaux électriques, etc. C'est l'âge où l'enfant s'interesse au fonctionnement de la cité et s'interroge : d'où vient l'électricité ? Où va l'eau du bain quand je le vide ?...

Pour la petite histoire, je me souviens très nettement avoir traversé cette phase. J'étais en CE1, et je décidais, un après-midi, de sortir TOUS mes jouets de mon coffre à jouet, et de trouver à chacun une fonction pour simuler une ville miniature : mes quilles devenaient les poteaux électriques, mes crayons de couleur alignés traçaient les routes, mon mini-globe terrestre figurait La géode (oui, j'habitais en région parisienne...)... C'était un projet absolument passionnant, qui m'a absorbé plusieurs heures, mais m'a laissé un goût amer pour deux raisons : d'abord parce que je n'ai pas réussi à réaliser une ville aussi belle que celle que j'avais dans la tête... Et pour cause : je n'avais pas un seul cube !! Sans pouvoir identifier le manque, j'ai senti que quelque chose me limitait... Et puis... Je me souviendrais toujours de la réaction de ma mère en entrant dans ma chambre : "Oh, mais qu'est-ce que c'est que ça ? Tu as TOUT sorti ??? Non mais, tu as vu le BAZAR ??? Range-moi ça tout de suite !!".

:-D

Pff. Une artiste incomprise, voilà ce que j'étais. Vous vous doutez bien que je n'ai même pas pris la peine d'expliquer à l'adulte la signification de tout ceci... Que pouvait-elle en comprendre, de toute façon ?? Bon, j'ai rangé. Et je n'ai jamais recommencé, mais voyez : trente ans après, je m'en souviens !! :-)

Les apprentissages les plus marquants de cette période sont : 
- l'aisance avec laquelle l'enfant est capable de dire, avant même de les assembler, quel solide formeront deux cubes assemblés : deux hemisphères ensemble forment une sphère, deux prismes droits identiques dont les bases sont des triangles rectangles, une fois accolés tête-bêche, formeront un pavé droit...
- la capacité à mesurer, que ce soit avec un instrument gradué, ou un étalon de son choix (tel grand cube mesure l'équivalent de trois petits...).
- l'implication dans les discussions : l'enfant pose des questions de plus en plus précises et pertinentes, il répond en mobilisant des savoirs adaptés ou ses opinions personnelles. Il écoute et intégre les positions d'autrui. Il sait attendre son tour pour prendre la parole. Il est capable d'expliquer un projet à un adulte, et peut commencer à présenter des exposés.

Ici, Antonin est à l'orée du stade 4, et Louiselle affiche un stade 2 bien mûr ! ;-)
Qu'en est-il chez vous ?

Et maintenant si je vous dis que je suis intimement persuadée que le jeu est le plus merveilleux des supports d'apprentissage, vous en pensez quoi ? Voilà un beau sujet de réflexion en ces jours de rentrée, n'est-ce pas ? ;-)

19 commentaires:

  1. Merci pour cet article intéressant !
    Ici Soren en est aussi au stade 2, disons au début !
    Entièrement d'accord avec toi sur le fait que le jeu est le meilleur support d'apprentissages, et ma lecture du moment me convainc chaque jour davantage ("Qui veut jouer avec moi ?"). En plus de permettre l'intégration de nombreux concepts et notions, le jeu permet aussi l'apaisement des conflits, la possibilité pour les enfants d'exprimer leurs sentiments et émotions de manière ludique, le contact physique, si important pour les petits etc.
    Bref, jouons plus !!

    RépondreSupprimer
  2. merci beaucoup, toujours tres informatif
    STP une question que je me pose souvent lorsque mon deux ans joue aux briques ou ses cubes, faut il l'aider et lui montrer comment faire tenir une route, comment placer pour que ce soit symetrique ou plus joli ou pour que ca tienne ou le laisse-je completement faire bien que ca me DEMANGE d'intrervenir? (et lui aussi maintenant me demande systematiquement mon aide ou attend mon approbation pour savoir si c bon)

    Ai je fais une betise?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, Anonyme, rien d'irréparable ! ;-)

      Inutile de lui "montrer" quoi que ce soit. Par contre, vous pouvez jouer avec lui, à côté de lui - car à cet âge, les enfants n'interagissent généralement pas beaucouup, il s'agira de jeux parrallèles - et faire ce que bon vous semble... sur VOTRE construction, pas la sienne. Et sans commentaire, sans dire : "Alors, tu vois, pour faire une porte, c'est très simple...".

      Peut-être s'imprégnera-t-il (plus ou moins consciemment) de ce qu'il observe dans votre jeu, peut-être pas. Il en fera ce qu'il voudra, et vous aurez passé un bon moment à jouer ensemble.

      Le danger, en intervenant sur son travail, c'est ce que vous décrivez : un enfant qui a "besoin" de vous, qui cherche l'approbation d'autrui au lieu de se faire confiance.

      Mais je suis sûre que vous pourrez rectifier le tir ! :-)

      Supprimer
    2. merci beaucoup Elsa davoir pris la peine de me repondre et d'eclairer ma lanterne :)

      Supprimer
  3. Très intéressants ces stades !
    Ici c'est duplo plus que cube. Est-ce que ça marche aussi ?
    Je dirai stade 2 pour mon 2 ans. Il ne fait pas de pont. En revanche, il construit des maisons (en duplo - les portes sont déjà toutes faites) dans lesquelles il déplace les personnages, les fait monter l'escalier, frapper à la porte, entrer, se parler entre eux.
    Pour rebondir sur le message de Boubou, un excellent livre sur le jeu que vous connaissez peut-être : Attachment play, d'Aletha Solter. Elle y explique comment utiliser le jeu pour régler les difficultés liées à l'éducation d'un enfant (apprentissage de la propreté, le sommeil, la naissance d'un cadet, l'enfant qui tape/mord etc...). Très efficace !
    Bonne journée !
    Chloé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Chloé !

      Alors, les Duplos sont un autre type de jeux, tout aussi passionnant, mais ils mériteraient un article qui leur soit consacré ! :-D

      Les compétences ne sont pas les mêmes : par exemple, l'enfant ne va pas faire les mêmes expérience sur l'équilibrage et la gravité, puisque les pièces se clipse entre elles ; les portes sont déjà données, donc pas besoin de les inventer ; difficile de détourner une fenêtre pour en faire un pont, etc..

      Je ne critique pas les Duplos (oh, non !), je dis simplement qu'ils ne remplacent pas les cubes.

      Pour la petite histoire, les Duplos sont complètement boudés ici depuis que nous avons un coin construction. Mes enfants préfèrent, pour le moment, les cubes aux Legos !! :-o
      C'est fou, non ? :-D

      J'aime beaucoup A. Solter, je vais essayer de me procurer ce titre ! Merci pour la réf. ! :-)

      Supprimer
    2. Bonjour Elsa,

      Merci pour ta réponse. Je n'ai pas trouvé de références dans cet article, ni le précédent sur les jeux d'imitation. Quel auteur a défini ces stades ? De quel ouvrage as-tu tiré ces infos ? Ça m'intéresserait d'approfondir le sujet.

      Merci par avance,
      Choé

      Supprimer
    3. Tout à fait, Chloé, merci de me le rappeler : je voulais venir rajouter les réf., et... J'ai oublié ! :-D

      La progression "cube" se retrouve dans tous les livres sur le sujet que j'ai lu et que j'ai déjà cité :

      - The block Book, Hirsch Elisabeth : le plus complet.
      - Building Structures with Young Children, Chalufour Ingrid : le plus moderne.
      - Teaching numeracy, language and literacy with blocks, Newburger Abigail : pas le mieux, mais qui se structure complètement sur cette progression, et dont j'ai tiré les images.

      C'est également dans un livre sur les cubes que j'ai tiré la progression "imitation" (et si, car les deux sont liés !) mais je ne sais plus lequel et là je ne retrouve pas... Je reviendrai te dire quand j'aurai trouvé !
      Mais c'est un de ces trois-là ! :-)

      Supprimer
    4. Merci beaucoup Elsa pour les réf :-) je vais me plonger là-dedans.
      Chloé

      Supprimer
  4. Bonjour,

    Comme toujours j'adore tes articles sur les cubes, j'adore faire des constructions (pardon, j'adore jouer aux blocks avec mes enfants !!). D'ailleurs, mon cher et tendre a fabriqué des "blocks bruts", vus dans une de tes photographies à partir de branches. Il est certain que les units blocks feront rapidement leur apparition chez nous .

    J'ai l'impression de redécouvrir quelque chose qui m'a manqué enfant, car ces jeux, destinés aux plus petits et surtout aux garçons, n'ont pas franchi le seuil de notre maison d'enfance... Dommage.

    Par contre, j'essaie de faire comprendre que ces constructions n'ont pas pour seule vocation à être détruites immédiatement et qu'il faut apprender à respecter les constructions des uns et des autres. Je m'explique. Le seul usage que nous avions avec Adrien vers 2 ans était la construction de tours qu'il s'amusait à détruire, encore et encore. Cela lui est resté et c'est très difficile de passer au stade, je construis pour faire semblant.

    Tristan de bientôt 2 ans, imite bien sûr son grand frère, mais m'imite beaucoup également, alors patiemment, jour après jour, nous apprenons à construire un petit peu plus. Mais je pense qu'il nous manque des blocks, car nous sommes vite limités dans nos essais.

    Ici, nous aimons également beaucoup les duplos, où Adrien est plus à l'aise pour faire semblant (fusées, maisons, tours, etc.). Mais c'est vrai que c'est différent. En parlant d'intervention, je pense qu'il faut être à l'écoute des demandes tout simplement. Exemple (sur les duplos) : Je veux une tour qui monte jusqu'au plafond. Adrien se lance et tombe très vite sur un échec, une colonne de duplos n'est pas très stable n'est-ce-pas. Il m'a demandé de l'aide. Alors, je suis intervenue en lui disant de consolider la base en l'épaississant. Il s'est aussitôt lancé dans la reconstruction de la dite-tour qui fût un succès. Il a pû expérimenter par lui-même cette leçon de physique puisqu'il a manipulé les deux concepts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un lien pour les branches :)

      http://adventure-in-a-box.com/how-to-make-waldorf-inspired-nature-blocks-creative-challenge/

      Supprimer
    2. Merci !! Ce lien me semble très prometteur !
      Tu en as fabriqué ?
      Je cherche également un insecticide non nocif pour enfants (et bon pour la nature) !

      Supprimer
  5. Ah plus je vois tes enfants jouer avec leurs cubes plus ils me font envie (ils les auront pour noel) on a bien des kaplas mais ils sont boudés au profit des duplos et legos. D'ailleurs j'aimerais bien avoir ton ressenti sur les duplos/legos et autres playmobil si tu trouves le temps ;). En fait je pense que les kaplas ne sont pas assez stable ni assez grand pour J. pour le moment (en effet difficile de faire des routes avec sans casser toute la construction).

    RépondreSupprimer
  6. super! j'adhere!
    ils sont de quelle marque vos blocs?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont fait maison si je en m'abuse mais il y a des commentaires très éclairants dans cet article : http://mercimontessori.blogspot.fr/2014/08/diy-unit-blocks.html

      Supprimer
  7. J'aime vraiment beaucoup tes articles "récapitulatifs de progression", je trouve que c'est vraiment éclairant pour les accompagner d'avoir une vue d'ensemble sur les étapes qu'ils traversent. Tu n'en avais pas fait un du même genre pour le dessin ? J'ai fouillé (un peu, mais pas partout j'avoue, il y a tellement d'articles sur le sujet) mais sans rien trouver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée, Hëlëne, je vais voir ce que je peut faire. :-)

      Supprimer
  8. Bonjour Elsa
    Je ne savais pas trop ou poster ?
    Je reviens avec mon fils de 16 mois maintenant vous m'avez bcp éclairé sur les jouets à lui acheter la dernière fois
    Alors la c'est plus des questions pour dans le bain, je me rend compte qu'il commence a transvaser l'eau. qu'est ce que je pourrais lui proposer, pour le moment des echantillons de flacons de gel douche mais c'est un peu petit. qu'est ce que vous avez utilisez vous ? etant donné que c est le premier je suis en manque d'inspiration.
    Merci d 'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sandra !

      Je vous renvoie à cet article, très lacunaire...
      http://mercimontessori.blogspot.fr/2014/03/jouets-de-bain.html

      ... mais les nombreux commentaires débordent d'idées toute bêtes, je vais y piocher de nouvelles idées régulièrement, je suis sûre que vous y trouverez votre compte ! :-)

      Pour transvaser : petites cuvettes, petites casserole, boite gigogne à encastrer en plastique, dînette variée, boites en plastique de récupération diverse... Je suis sûre que vous trouverez, et n'hésitez à varier (d'une semaine à l'autre par exemple), pour relancer l'intérêt !

      :-)

      Supprimer