vendredi 25 juillet 2014

Question du jour

Lin rouge

Suite à mon article de ce soir, une question s'impose. 

La réponse à cette question est d'une importance cruciale pour moi, et je serai très honorée d'avoir votre avis personnel sur ce sujet.

Peut-on appliquer la pédagogie Montessori sans matériel spécifique ??

64 commentaires:

  1. (whoa, preum's ^_^ ! )

    Pour moi, OUI. Mais a condition de considérer cette pédagogie comme une source d'inspiration et pas comme un manuel d'éducation à suivre à la lettre. C'est ce que j'ai aimé dans le livre de Seldin : dans mon souvenir, il évoque le matériel à quelques rares moments mais on peut très bien faire sans. Si je me suis permise sur mon propre blog de faire une partie consacrée à Montessori ("pour les (pauvres) nuls", ça en dit long ^_^) alors que je ne touche que d'un demi-doigt, c'est bien pour ça. Je n'ai ni le temps, ni les moyens d'acheter du matériel hors de prix, et encore moins un stage de formation qui va avec. Mais je pense que même sans ça, et pour toutes les mamans qui sont dans mon cas, cette pédagogie peut tout à fait inspirer notre quotidien.
    Pour moi, le fait que ce matériel entre dans les maisons, c'est avant tout dû au fait que nos enfants n'ont que très rarement accès à une école montessorienne. Quand ils vont à l'école classique, je connais peu de parents qui achètent des livres de grammaire, de maths et de philo pour refaire à la maison différemment ou pour apprendre à leur enfant en parallèle, et de plus en plus de parents sont même réfractaires aux devoirs à la maison. Le temps à la maison est donc plutôt considéré comme un temps de loisir et de moment partagé, un temps de vie qui passe et apporte elle-même son lot d'apprentissage. Personnellement je garde cette même idée, c'est pourquoi la tour rose (40 € au bas mot?), l'escalier marron (idem), le cube des fractions (je ne saurais même pas m'en servir) et le cabinet de géométrie (..., j'ose même pas imaginer!) n’atterriront surement jamais chez moi.

    Après, tu ne pourras pas l'appliquer exactement sans ce matériel. C'est le reproche que m'avait fait une personne sur le livre de Seldin, en disant qu'il dénaturait la pédagogie parce que tout n'était pas exactement montessorien. Tout dépend de la vision que tu en as.

    Je pense que si on peut avoir du matériel, faire une formation, toussa, c'est mieux. Mais le fait de ne pas pouvoir pour moi n'est pas un frein pour entrer dans cette pédagogie et s'en inspirer. Rien que la lecture des livres de Maria Montessori apporte énormément d'un point de vue philosophique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ajoute par ailleurs que c'est ce que j'aime dans ton blog : il n'est pas un mode d'emploi du matériel Montessori mais un blog qui illustre comment s'inspirer de cette pédagogie au quotidien, dans plein de domaines, de façon simple et accessible.

      Pour rejoindre certaines des mamans qui ont répondu, c'est "l'esprit" Montessori qui compte avant tout pour moi. Le matériel (si formidable soit-il) c'est un +. Je rejoins Zelie quand elle dit que si c'est pour acheter du matériel sans jamais avoir ouvert un livre de l'auteur, ça me parait moins bénéfique que de faire l'inverse.

      Supprimer
    2. "de plus en plus de parents sont même réfractaires aux devoirs à la maison" : ce en quoi ils ont raison, puisque ca fait des dizaines d'années que l'on sait que les devoirs sont un frein à la compréhension (la surcharge avec la journée que l'enfant vient de passer fait que, loin de l'aider, cela le handicape), et que c'est bien pour cela que les dits devoirs sont interdits par la loi depuis... 1956 !

      Ce qui reste un mystere pour moi c'est pourquoi encore tant de parents RECLAMENT ces devoirs inutiles, néfastes et sujets de tensions (et donc, illégaux)... même quand les professeurs des écoles n'en donnent pas !

      Supprimer
    3. Parce que quand ils étaient petits et qu'ils ne voulaient pas les faire on leur a rabâché que c'était nécessaire et qu'ils ont intégré cette idée ? Parce que pour certains parents c'est rassurant car ils ont le sentiment que plus l'enfant en fait et mieux c'est ? Parce que pour certains c'est un moyen de suivre l'instruction de leur enfant et de s'impliquer dedans ? Il peut y avoir un tas de raisons. Pour ma part je n'ai pas un avis tranché sur cette question. J'ai le souvenir -hautement désagréable- de soirée passées à finir des devoirs à la nuit tombée alors que je n'étais qu'en CE1, où clairement je n'en pouvais plus. Mais j'ai aussi le souvenir de ces rédactions que l'on nous donnait à faire à la maison, en nous laissant le temps, qui était un moment de partage et d'échanges avec mes parents. Je crois que tout dépend de ce que l'on entend par devoir, de leur fréquence, de leur finalité, de leur difficulté.

      Supprimer
  2. J'etais entrain de reflechir quoi mettre lol helene.
    Helene a bien resume :)
    On peut faire pas mal de chose soit meme sans achete ou contourner des objets comme tu l'as fait avec les cloches.
    Pour ma part je ne fait pas 100% montessori je suis comme helene je pioche :)
    Et beaucoup de chose peut etre fait sans materiel.


    Par contre je suis pour les devoirs a la maison des le cp modere mais un peu cela permet a l'enfant de se poser et de travailler un peu car au college ou lycee ils n'auront pas le choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "je suis pour les devoirs a la maison des le cp modere mais un peu cela permet a l'enfant de se poser et de travailler un peu car au college ou lycee ils n'auront pas le choix."
      C'est vrai qu'a l'ecole ils foutent rien de la journée hein. On se demande bien pourquoi ils sont si fatigués...

      Oui justement au college ils en auront des devoirs : donc s'il y a un moment ou ils peuvent souffler c'est maintenant, quand ils sont petits. Et justement maintenant ce sont des ENFANTS. Au college ce sont quasi des adolescents. Pas du tout la meme chose, voyez ?
      Pour "se poser" il n'existe qu'une seule chose a cet age-la : JOUER.

      Nan parce que dans ce cas, faut commencer des la creche, hein...

      Ca fait plus de 60 ans qu'on sait que les devoirs sont nefastes aux apprentissages, et qu'ils sont illegaux, mais spa grave hein...

      Supprimer
    2. J'ai des grands et je me repete avoir des devoirs est benefique et oui des le cp. Ma niece qui n'a jamais eut de devoir en primaire a pris tres dur au college, car elle n'etait pas habitue.ma grande qui rentre en terminale a plus de 2 heures de travail.
      Donc oui un peu de devoir une operation des mots a apprendre etc..est bien pour l'enfant que ca plaise ou non.

      Supprimer
    3. Ce qui fatigue le plus les journees a rallonge garderie matin cantine garderie du soir et certain enfants qui se couchenttard et toutes les acrivites que les enfants ont certain tout les soirs (sport musique etc..) les week-ends chez les amis des parents etc..pour certain la fatigue est toute trouve et ce n"est pas forcement l'ecole.

      A 10 ans on rentre au college et savoir deja si prendre pour les leçons est un plus. Ma 3 qui etait en cm2 avait les leçons a la semaine. Donc elle pouvait s'organiser.

      Supprimer
  3. La première phrase d'Hélène résume tout à fait ma pensée. Aucune envie ici de se lancer dans du mntessori (ou autre d'ailleurs) à fond, mais le souhait de proposer à mes enfants (6mois et 23 mois) des jeux et activités intelligentes et constructives. Ici la zone atelier de l'appartement est réservé à ma couture, donc les activités de type montessori se font là où il y a de la place et un peu partout. Pas de plateau non plus (pas trouvé ou décoré ou trop cher!) ce qui n'empêche pas de bien transporter et ranger avant et après utilisation. Ne pas se prendre la tête surtout. Quel est le plus important: utiliser le matos montessorien ou bien que l'enfant acquiert les notions prévues?

    RépondreSupprimer
  4. Avec une démarche différente j'arrive aux mêmes conclusions que les com' précédents ! Dans une vie antérieure, j'ai eu la chance de recevoir une initiation a Montessori et de l'observer en classe. Maintenant je vis loin de la France dans un contexte qui ne me permet pas d'avoir accès a ce matériel. Apres de grandes frustrations, j'ai longuement réfléchi a ce que je voulais pour mes enfants (27 mois et 14 mois) : j'adapte ce que je peux avec ce que je trouve. L'important me semble la démarche même si le matériel joue un rôle fondamental.
    Par contre lire Montessori me parait une étape indispensable ! Beaucoup semblent l'oublier actuellement au profit du marketing et de l'argent. Maria Montessori s'est d'abord intéressée aux enfants les plus pauvres ;)



































    RépondreSupprimer
  5. Ouiiiii, du moins certains grands principes comme l'observation des loulous (leur faire des propositions de matériel -pas forcément 100% Montessori- durant les périodes sensibles), les considérer comme des êtres différents des adultes ( matériel à leur taille) , l'ordre et l'autocorrection.
    Peut être que pour une école, le matériel Montessori vendu n'est pas cher, mais pour appliquer chez soi, cela devient un gouffre, ne sachant pas d'avance quels seront les intérêts durables des enfants pour tel ou tel matériel.

    RépondreSupprimer
  6. Excellente question que je me pose également ! Je viens de lire "Les apprentissages autonomes" et "Apprendre sans l'école" de John Holt (auteur découvert sur ce blog d'ailleurs!), quit m'ont beaucoup fait réfléchir sur la façon d'aborder l'éducation de mon fils.

    Pour l'instant il a 19 mois donc de toute façon, c'est encore un peu tot pour le matériel Montessori, mais ces lectures m'ont conforté dans l'idée (déjà bien énoncée par les commentatrices précédentes) de m'inspirer des principes sans forcément utiliser tout le matériel, mais plutôt d'arriver à bien identifier les périodes sensibles et de présenter des outils (Montessori ou pas) adaptés. J'essaye aussi de fabriquer des choses par moi-même, car je suis scandalisée de voir le prix des objets pour enfants (pas que le matériel Montessori d'ailleurs), alors que parfois c'est juste 2 bouts de bois et 3 vis. Comme j'essaye de très peu consommer au quotidien, ça me dérange aussi que toute idée soit utilisée à des fins purement commerciales...

    Bon, il va bien falloir que j'achète les livres de Maria Montessori par contre (pas donné non plus), car introuvables dans la plupart des bibliothèques, dommage...

    RépondreSupprimer
  7. L'esprit Montessori, oui et mille fois oui ! ...

    La pédagogie Montessori en tant que telle, dans le sens des "apprentissages formels" , ça me parait difficile. Par exemple le système décimal... on ne pourrait pas le remplacer par juste un cube simple, une plaque, une barre et un petit cube.... Il faut au moins marquer les unités (comme dans le système Lubienska).

    RépondreSupprimer
  8. L'esprit "montessori", je la pratiquais déjà sans le savoir avec mes filles et sans matériel spécifique.

    Mais par la suite en découvrant à travers le net (vers avril 2013) cette pédagogie ainsi que d'autres pédagogie Steiner, Waldorf, Reggio, j'ai vite été intéressé par un peu de matériel (certaines choses ont été fabriqué et d'autres faute de temps et d'envie ont été acheté).
    Je me suis par contre un peu ralenti, faute de budget et je pense que certains apprentissages peuvent s'acquérir sans matériel spécifique. Je n'ai par exemple pas de cadre d'habillage car les filles s’exercent dans leur vie quotidienne et s'en sortent parfaitement.

    Par contre, pour aller plus loin dans les apprentissages et l'utilisation d'un matériel spécifique, je pense qu'il me faudrait une bonne formation.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Elsa, pour moi cela dépend de ce que tu veux... J'aime la pédagogie Montessori mais pas de là à ne vivre que par ça. Je m'en inspire pour proposer des activités "intelligentes" à mes enfants, je fabrique du matériel quelque fois avec trois trucs récupérés... Et mes enfants aiment... Peu importe le beau matériel en bois et tout et tout... Ils aiment à partir du moment où l'activité proposée correspond à leurs attentes! Alors c'est vrai que du beau matériel c'est plus joli plus agréable à manipuler et qu'il donne plus envie,mais à qui, à nous, parents? ou à nos enfants? Perso, je penche plutôt pour nous! De plus le matériel estampillé "Montessori" coûte très cher et comme par hasard on commence à trouver dans les catalogues genre "pichon" ou "majuscules" des jeux ou matériel "montessori" et franchement ils sont beaucoup moins chers...
    Bref, Montessori oui, mais pas avec LE matériel montessori, la récup' ça marche! D'ailleurs c'est rigolo parce que je voulais faire un article un peu dans cet esprit sur mon blog...
    Continue comme tu le fais, je trouve ton blog génialissime en je viens souvent par ici pour trouver l'inspiration!

    RépondreSupprimer
  10. Ma réponse est semblable à celle des autres lectrices : l'esprit Montessori est tout à fait applicable sans matériel. Quant à la pédagogie appliquée aux apprentissages, je crois en effet que ce serait difficile puisque cette pédagogie est basée sur la manipulation de matériel spécifique.
    Néanmoins, je me souviens que lors de ma formation, Marie avait insisté sur une chose : Montessori, c'est avant tout un état d'esprit ! De l'observation, de la bienveillance, la capacité de proposer des activités qui répondent aux besoins des petits etc. Donc s'il fallait choisir entre l'esprit Montessori et le matériel, le choix est tout fait selon elle ! La bienveillance compte plus que tout quand on veut appliquer cette pédagogie.
    Je suis d'accord avec Zélie sur deux points :
    - chacun peut adapter la pédagogie en fonction de ses moyens, de son temps disponible, et surtout de ses objectifs,
    - il me semble important en effet de lire Maria Montessori pour mieux comprendre le contexte socio-historique dans lequel la pédagogie a été mise en place.
    Bref, pour moi une pédagogie vivante est une pédagogie qui peut s'adapter à différents contextes. Chacun(e) peut y piocher ce qui l'intéresse et le mettre en oeuvre à sa façon.
    Sauf dans le cas d'une école Montessori (ou en IEF), où les apprentissages formels nécessitent le matériel idoine (et de qualité, donc...).

    RépondreSupprimer
  11. Je ne vais pas faire de redites je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut!Chez nous on tente d'instaurer un état d'esprit et une ambiance aussi montessori-reggiene que possible mais l'aspect gros sous d'une tour rose a 45 euros me rebute complètement. Par contre je trouve qu'on peut déjà faire énormément de choses avec du matériel a disposition dans nos maisons et encore plus avec un investissement minimum et un peu d'astuce et d'adresse.
    Maintenant une petite anecdote : une amie de mon entourage PE vient d'avoir un premier enfant et semble découvrir Montessori par la même occasion. On en discute et je lui demande si elle pratique dans sa classe et elle me dit bah non je n'ai pas le matériel! Pourtant rien qu'en vie pratique tout ou presque se trouve facilement !

    RépondreSupprimer
  12. Mon commentaire n'apportera pas grand chose, je suis d'accord avec les autres. Je pense que c'est avant tout une philosophie de vie!

    RépondreSupprimer
  13. Salut Elsa
    comme tu le sais, je suis débutante en Montessori, mais je me permets comme même de partager mes idées pour répondre à ta question. Chez moi, j'essaye de voir s'il n' y a pas un objet qui puisse remplacer le matériel montessorier :
    - pour les boites de couleur, pourquoi ne pas les remplacer par des plaquettes de papier dur coloré à plastifier? ou encore par des feutres en couleur ? l'objectif étant d'acquérir les couleurs, non ? Pourquoi un matériel rien que pour ça ?
    - Pour les cadres d'habillage, personnellement, je trouve qu'ils ne sont pas indispensable, car l'enfant apprend sur de vrais objets. Pour mon bébé, il est fan de mon sac à main qu'il ouvre et ferme à volonté, de mon sac à dos et de la valise de notre PC portable ! j'ai acheté pour lui une grande trousse artisanale en cuir brodé qu'il ouvre et ferme à volonté ainsi qu'un porte monnaie/porte feuille pour les boutons.

    - pour les petits plateaux, il était pour moi hors de question d'investir dans des plateaux avec main car un plateau coûte 10 euros chez nous ! donc j'ai opté pour des plateaux en bambou, petits qui ont une sorte de "places" spécifiques pour entrer les mains.
    - pour le tapis, j'ai réutilisé mon tapis de bain qui se roule et se déroule parfaitement en un tour de main !

    Pour le cabinet de géométrie, pourquoi ne pas faire faire des formes géométriques à un bon menuisier ? et puis je me pose la question : y a t il vraiment intérêt de connaître le nom de toutes ces formes dès le jeune âge ?

    Voilà pour mon expérience, pour les autres matériaux plus techniques, je ne peux aider mais je pense que les expériences des lectrices nous permettront de voir plus clair quant aux solutions de remplacement possibles !
    A vous lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hakima !

      Oui, je suis d'accord avec toi que la plupart des matériels puissent être fabriqués, mais alors je me dis : pourquoi ne pas aller plus loin ?

      Prenons l'exemple de la troisième boite de couleurs : si je ne peux pas me l'acheter, je peux la fabriquer à l'aide des nuancier des magasins de bricolage et une plastifieuse. Bon. Ce ne sera pas un matériel hautement snesoriel, c'est sûr. Alors, pourquoi ne pas pousser les choses jusqu'au bout et peindre une collection de galets dans des couleurs dégradées ? D'autant que c'est un exercice qu'on peut faire avec les enfants, en leur montrant comment, en ajoutant entre chaque cailoux la même dose de blanc dans ma couleur d'origine, j'obtiens des nuances de plus en plus claires.

      Je gage que mes petits cailloux auront plus de succès que des bandes plastifiées, même si, visuellement, on s'éloigne de la norme montessorienne. L'exercice a une dimension sensorielle, et les objectifs sont travaillés (ranger les couleurs par nuances, coordination, séquentialité...).

      Je vais m'engager dans ce type de reflexion-là à l'avenir. :-)

      Supprimer
    2. ça me fait penser à une activité que j'ai en tête depuis quelques temps, mais, le moment n'est pas encore venu chez nous : de faire une mise en paire d'un dégradé avec la troisième boîte de couleur.
      Exemple : l'enfant choisi une nuance (tous les rouges par exemple), les installe du plus foncé au plus clair comme il a l'habitude. On met 6/7 verres en face (ou tubes à essais, si on en a), et on essaie de faire des mélanges avec de l'eau colorée plus ou moins diluée (couleur primaire) afin de faire correspondre chaque teinte.
      le même travail est repris avec les couleurs secondaires mais en mélangant deux couleurs. J'attends patiemment que le bon momen soit venu pour présenter l'activité, même si sincèrement,mon plus grand de bientôt 4 ans s'intéresse peu au matériel sensoriel (préfère le matériel de mathématiques par exemple).

      J'aime bien l'idée des galets !!!

      Effectivement, je pense qu'il est important d'explorer par nous même (adulte) de nouvelles pistes de réflexions et de ne pas s'enfermer dans une démarche totalement pré-établie, aussi bonne soi-telle...

      Je le dis pour moi-même car je me suis pris une grande claque de vérité en effectuant un stage d'observation dans une école montessori où il y avait tout le bon matériel, mais des adultes totalement dépassés (une ambiance exécrable...) et une rigidité d'esprit et de pratique (toute initiave de l'adulte pour proposer une activité nouvelle, hors matériel montessori, était mal vue...) incompatible pour moi avec ce que l'on cherche à transmettre aux enfants, l'autonomie et la créativité !!!. C'est bien sûr un exemple malheureux et personnel mais ce que j'aime dans ton blog c'est justement que rien n'est figé et que toutes les activités sont pensées et intelligentes.

      De plus, tu parlais des apprentissages autonomes, je me rends compte que Tristan (20 mois) sait faire des mises en paire sans lui avoir jamais montré : il range les feutres dans les pots de la bonne couleur, et quand il va se tromper, se corrige lui-même... Donc effectivement, ce matériel fabriqué par mes petites mains lui convient autant que les boites de couleur !

      Ce que je retiens de manière essentielle de la démarche Montessori, c'est une éducation à la paix, où l'enfant est au coeur de ses propres apprentissages, démarche débutée à une époque où l'enfant n'était pas considéré comme une personne. ou si peu.. C'est bien sûr ce que je souhaite avant tout à mes enfants et bien sûr à tous les enfants, alors à nous tous de trouver les meilleurs moyens d'y parvenir (avec ou sans matériel spécifique d'ailleurs !).

      Supprimer
    3. J'adooooore ton truc des tubes à essai !!! :-)

      Je garde, je garde !!!

      Merci pour cela... et pour tout...

      Je crois qu'il y a longtemps, alors que tu étais une jeune bloggeuse, tu parlais de la solidarité qui existait entre nous (je veux dire : entre toutes les mamans sensibilisée à ces questions).
      Aujourd'hui, je suis une vieille bloggeuse, mais je dis : OUI ! Merci à toutes ! (et à toi, donc, en particulier !)

      C'est formidable cette énergie qui se dégage de nos réflexions communes, nos idées, ça me rebooste toujours très vite quand je touche le fond (Bon, oui, j'assume, je suis en pleine "crise de doute", mais rassurez-vous : je rebondis déjà !)

      :-)

      Supprimer
  14. Coucou Elsa,
    Superbe question ... avec matière à réflexion! Chouette de nous faire réflechir sur nos propres pratiques (et dire que je devrai préparer des valises ;-))
    Donc, je participe au débat:
    Je rejoins certaines , je pense qu'on peut très vite adopter l'esprit Montessori pour la vie de tous les jours, pour la vie pratique et sensoriel sans investir dans du matériel.
    Mais lorsqu'on commence à aborder les apprentissages, suite à ma formation,je pense que le matériel est nécessaire. Je le trouve merveilleux et très bien conçu. Vérification de l'erreur, travail en autonomie, matière de qualité et qui donne envie.
    Il y a aussi toute l'ambiance dégagée par le travail ds un tel endroit : chaque chose à sa place, les tapis et table individuelle, neutralité de l'ambiance ...
    Evidemment, la base reste l'esprit de Maria Montessori et pour ça , il me semble INDISPENSABLE d'avoir lu ses écrits et (ou) de faire une formation pour ne pas passer à côté d'étapes... (je regrette qqfois d'avoir été trop vite avant d'être formée). J'avoue avoir du mal avec les personnes qui disent faire du "Montessori" sans jamais avoir lu un seul ouvrage et avoir juste ouvert des blogs. Les ateliers proposés aux enfants s'inspirent de Montessori mais n'en sont pas : plusieurs difficultés, pas de contrôle de l'erreur ...
    On peut effectivement adapter beaucoup de choses, en fonction de son temps et de ses moyens financiers. Ne pas investir dans tous le matériel.
    Il faut aussi voir ses objectifs: IEF, soutien scolaire, accompagner les enfants à la maison le soir après l'école et en vacances...
    Mais quel dommage de passer à côté des perles colorées, de la construction des nombres, des tables de Séguin ou même de la table de pythagore sensoriel!
    Voilà pour ma contribution personnelle. J'ai hâte de lire ton avis et tes conclusions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je suis à fait de cet avis. Le matériel de mathématiques est vraiment extra, bien pensé, etc. Et comme tu le dis, tout dépend de ses objectifs, sachant que pour chez nous, il s'agit de présenter des activités en plus de l'école, donc pas de gros investissements en vue, notre grand ayant besoin de décompresser et de jouer après une journée déjà bien remplie.

      Effectivement pas vraiment besoin de matériel si c'est pour de l'éveil de 0-3 ans, l'amour, le soin et les moments d'attention sont primordiaux de toute façon.

      Pour les plus grands, et pour ma (future) pratique professionnelle, j'investirai, car ce matériel est un vrai support. Toutefois, je proposerai d'autres ateliers, plus libres, mais où l'autonomie et le contrôle de l'erreur seront présents (je trouve le protocole "montessorien" parfois rigide à appliquer) sur le thème des intelligences multiples.

      J'avoue que les formations sont un plus, car elles permettent de se renseigner, d'échanger concretement et de prendre du recul.

      Supprimer
  15. Le sujet m'intéresse car je me pose les mêmes questions.

    Pour le moment (moins de 3 ans) je dirais qu'il n'y a pas besoin de matériel spécifique, il suffit de bien choisir les jouets. Tous les bébés, Montessorien ou non, finissent par savoir encastrer des formes, faire des puzzles, boutonner un gilet et se verser un verre d'eau. A cet âge on apprends en jouant, alors autant que les jouets ne soient pas d'aspect trop scolaire pour faire en plus travailler l'imagination !
    Globalement pour tout ce qui est vie pratique je pense qu'il n'y a pas besoin de matériel particulier. Bien choisir les objets du quotidien me semble suffisant.

    Pour la suite, pour les 3-5 ans, je pense que certains éléments sont vraiment très intéressants d'un point de vue pédagogique et je crois que je ferais l'investissement. La tour rose (mais que j'ai déjà repérée sur un site en version brute à peindre : je déteste le rose), les perles dorées... tout ce qui rends les maths tangibles me semble vraiment très utile.

    Je vais peut-être dire des bêtises, mais je crois que Maria Montessori n'aurait pas préconiser de serrer son budget pour investir dans un matériel scolaire dans le cadre familial.

    RépondreSupprimer
  16. Je rejoins aussi les autres commentaires en ce qui concerne "l'esprit montessori".
    Maintenant, il faut déterminer les objectifs: s'il s'agit d'effectuer une partie des apprentissages avec cette pédagogie, alors le matériel, conçu pour une utilisation précise et un ordre logique de progressivité, est incontournable (je pense notamment à l'IEF) - on ne peut pas effectuer des apprentissages Montessori qu'en prenant une partie de la pédagogie : si on se lance dans les maths, vaut mieux suivre ladite progressivité, tout comme le langage (où je le rappelle on apprend à écrire avec l'alphabet mobile avant de lire et non l'inverse)- une petite formation de 2 jours à l'institut supérieur de formation montessori m'a vraiment ouvert les yeux sur ce point (et m'a fait revoir mes objectifs à la baisse puisque mon fils entre dans une école maternelle "classique" à la rentrée).
    Maintenant, il ne s'agit pas de forcer l'enfant à utiliser tout le matériel: il faut s'adapter à lui et à ses besoins. Il faut donc au minimum avoir lu les livres de Maria Montessori pour comprendre l'esprit de cette pédagogie. A l'école Montessori, les enfants ne travaillent pas (je vois que certains parlent de "devoirs" plus haut) mais apprennent en s'amusant. Ce n'est que dans la complémentarité entre l'école classique et la pédagogie Montessori que je vois les choses en ce qui nous concerne et ce n'est pas facile à mettre en place ! j'aurai surement des périodes de désespoir total...surtout quand j'entends dire certains professeurs des écoles (des amies) qu'il faut absolument que l'enfant sache écrire son prénom en majuscules au début de la MS...et si ce n'est pas le cas, ils font quoi ? (ça me fait marrer car ce n'est pas du tout mon objectif mais bon...je serai là pour tempérer si nécessaire).
    En tous cas, le matériel sensoriel me parait incontournable (dans ses grandes lignes)...pour le reste, on peut "bricoler"...Je vais par exemple me concentrer que sur le langage et les "maths" en ce qui me concerne ( et la vie pratique est omniprésente chez nous, tout comme le sensoriel, préludes à tout)

    Pour l'anecdote : une école Montessori bilingue ouvre à la rentrée à 15 minutes de chez nous :ce dont je rêvais secrètement..sauf que 500 euros par mois (soit 15 000 euros les années de "maternelle", franchement, qui peut se le payer ?!)..déjà elle n'aurait pas été bilingue je m'en fichais...la nana a l'air sérieuse car diplômée AMI (mais j'ai fouillé sur le net que 3 ans d'expérience avant l'ouverture de son école): résultat: 5 préinscriptions début juillet alors que 15 places dispo...bah oui....!! et pourtant nous étions au moins 2 familles à être intéressés mais TROP CHER...
    Alors ce sera Montessori à la maison ;-) et école maternelle "classique"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le prix de la crèche qu'on a pour la rentrée... et pourtant c'est une crèche publique. C'est donc faisable quand on a pas le choix, mais c'est pas bien drôle pour le budget. Une crèche privée c'est carrément 1500€/mois !!! Oui oui, 1500€ !

      Supprimer
    2. Concernant le prix des crèches publiques, tout est relatif puisque leur tarif dépend des revenus, du temps de garde et de la ville. Ici, avec des revenus modestes, notre tarif horaire est de 1,40 €, soit environ 300 € par mois pour un temps complet à 10h/jour. Il faut déduire les 184 € de la CAF, et ne pas oublier que les frais de garde sont déductibles des impôts à hauteur de 50%.
      A partir de trois ans, le montant des allocations CAF diminue et les frais de scolarité privée ne sont pas déductibles. Et ces frais (en école Montessori) ne dépendent pas des revenus, c'est pour tout le monde pareil. En général il y a juste une petite "remise" à partir du deuxième enfant scolarisé.

      Sur Toulouse, il faut compter environ 500 € par mois également pour les écoles Montessori (sans compter la cantine et la garderie...). En revanche il paraît que les listes d'attente sont longues...

      Supprimer
    3. Bah visiblement à Metz c'est plus cher parce que oui mon mari gagne bien, mais moi pas trop. Enfin ça va surement être révisé l'année prochaine, tout ça a été calculé sur mes revenus précédents et je gagne 700€ de moins maintenant... je suis peut-être même plus imposable...
      La France et son système à la c** de tout faire sur les revenus de l'année d'avant :(

      Supprimer
    4. Je suis bien d'accord avec toi, en quelques mois les revenus peuvent sacrément diminuer mais ça ne sera pris en compte qu'un an après, quand on peut éventuellement gagner beaucoup plus. Bref, il faut toujours avoir un an d'avance sur son budget, c'est très pratique au quotidien !

      Supprimer
    5. tout dépend de l'endroit où l'on vit: pour la crèche publique du coin, nous en avions entre 300 et 350 euros par mois pour 10h par jour 4 jours par semaine...et l'école privée du coin prend pas plus de 260 euros tout compris (et elle a une très bonne réputation)...faut adapter les tarifs..quand je vois qu'à Blois par exemple, une école privée se lance dans une classe montessori maternelle pour le prix du privé de là bas...et bien je dis chapeau bas...c'est tout de même un budget mais pas plus que si un couple fait le choix du privé de sa région...

      Supprimer
  17. Tout pareil lc!
    J'avais lu sur un blog (je ne sais plus lequel et je m'en excuse par avance!!!) qu'une formatrice avait dit "mieux vaut une ambiance sans matériel que du matériel sans ambiance".
    J'ai découvert la pédagogie Montessori il y a quelques années en lisant "l'enfant" qui m'a bouleversée tant il correspondait à tout un tas de pensées que j'avais et que mon entourage avait du mal à saisir!
    J'ai lu ses autres bouquins (+ d'autres plus récents) et tout me paraît tellement sensé dans la démarche d'apprentissage que j'aurais rêvé que mes enfants intègrent une école Montessori! Hélas, ça ne sera pas le cas (pas d'école où je vis et dans tous les cas les frais auraient été trop élevés!)
    C'est là que je rejoins la majorité des com'! L'"esprit" Montessori peut être appliqué chaque jour, au quotidien, à moindre coût et c'est déjà là un énorme chance pour l'enfant qui en bénéficiera... "apprends moi à faire seul", accompagner l'enfant sur le chemin de l'autonomie... (j'ai encore du intervenir hier car une dame s'est mise à porter mon enfant sans rien dire (!!) et l'installer sur un jeu au parc parce qu'il n'allait pas assez vite pour grimper dessus et que les 3 autres enfants devaient attendre... !!!)
    On peut aisément créer une ambiance adaptée à l'enfant et ses besoins à la maison, l' observer pour proposer des activités / jeux répondant à ses intérêts du moment... La vie pratique se fait facilement avec des objets du quotidien.
    Par contre j'aurais souhaité acquérir une grande partie du matériel sensoriel (et c'est probablement cet objectif que je devrai revoir à la baisse, pour les mêmes raisons qu'Elsa... déception quant à la qualité proposée par les sites sur lesquels j'ai commandés) mais j'imagine qu'il y a d'autres manières d'intégrer certaines notions, car oui nous avons tous appris ces notions, et pas tous avec du matériel Montessori. Mais je trouve ce matériel essentiel tant il est génial à manipuler...
    Pour le langage on peut bricoler des choses... s'inspirer (la ferme, les cartes de nomenclatures, créer son alphabet mobile et pourquoi pas ses lettres rugueuses)
    Mais pour les mathématiques je suis d'accord que si on se lance dans la "pédagogie Montessori" il est un peu difficile d'enlever des éléments du matériel prévu dans la progression...
    Donc bon, on dira qu'on peut, avec certaines limites si on veut faire sans se ruiner, et que nos enfants en tireront toujours de grands bénéfices!

    RépondreSupprimer
  18. Bon moi je dis là tu fais fort Elsa...! ça doit être le billet le plus court que tu aies écrit non...?? :-P
    Mais, blague mis à part, un grand merci à toi de nous permettre d'échanger sur ce thème qui me permet personnellement de mettre à plat des pensées qui m'animent depuis quelques temps...

    Alors personnellement, en étant complètement novice en la matière, je dirai que non... je ne pense pas que faire un apprentissage "complet" selon la méthode Montessori sans matériel soit possible... On ne se demande pas s'il est possible d'apprendre à lire sans un livre? ou d'apprendre à couper sans un couteau? (mes exemples sont certainement très mal choisis!) cette pédagogie a aboutit sur un matériel qui permet de faire des apprentissages tel que l'écriture, la lecture, le calcul, etc... donc je ne pense pas qu'il est possible d'avoir un quelconque apprentissages (selon cette pédagogie!) en se passant de ce même matériel... Mais personnellement, je ne souhaite pas proposer d'IEF à ma fille donc ne pas posséder ce matériel ne me pose aucunement problème. Elle va être scolarisée dans une école classique qui utilise d'autres outils pour aboutir aux mêmes apprentissages... bien sur, étant "attirée" par cette pédagogie, j'aurai aimé qu'elle puisse faire ces apprentissages avec ce matériel selon cette pédagogie mais ce n'est pas le cas. Pour autant, je n'envisage pas de lui proposer en plus de l'école des "séances d'apprentissage Montessorienne" à la maison...! car même si cela ne ressemble pas à l'école classique, il s'agit bien d'un apprentissage "scolaire" pour moi...

    Pour autant, je pense qu'une partie de la pédagogie est tout à fait applicable à la maison et sans matériel...
    Je pense au matériel pour le NIDO qui peut plus facilement être fabriqué ou bricolé soit même... ou même acheté car l'investissement ne me semble pas être aussi conséquent.
    Je pense aussi aux apprentissages de la vie pratique, du soin à la personne et de la courtoisie, ce sont des aspects très développés dans la pédagogie MONTESSORI mais qui peuvent tout à fait être proposés à la maison sans matériel estampillé MONTESSORI (mais inspiré de...). Et c'est d'ailleurs dans ces apprentissages que je peux, en tant que maman, le plus appliquer les principes de la méthode.
    Et malgré tout, j'espère aussi pouvoir piocher des "idées" dans les principes/activités de cette pédagogie pour inspirer mon quotidien et pour proposer des "activités/jeux" à ma fille qui correspondent à ses envies et à ses capacités... je l'espère, en tout cas c'est comme cela que je conçois le "Montessori à la maison"... mais je laisse le soin à l'éducation nationale "d'instruire", à proprement parler, ma fille.

    Donc pour rebondir sur l'autre article, il est fort probable que je n'achète jamais aucun matériel Montessori pour ma fille...
    (par contre est ce que j'en achèterai à titre professionnel...? à voir... ;-) )

    Et puis, en lisant ton blog j'ai découvert aussi d'autres pédagogies qui méritent aussi certainement d'être connues et approfondies... et il est fort probable que je "pioche" dans d'autres pédagogies pour d'autres "découvertes"... et à titre d'exemple, Charline ADORE la musique et je me dis que d'autres pédagogies sont peut-être plus accès sur les arts que Montessori (qui me semble bcp plus scolaire!)

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour, Je rejoins les avis de nombreuses mamans qui se sont exprimées avant moi. On peut déjà faire beaucoup sans investir notamment dans tout ce qui est sensoriel et vie pratique. Je trouve aussi que dans la pédagogie Montessori, la collaboration, l'entraide, le respect des autres et de l'environnement sont des éléments importants. On voit souvent la dimension d'apprentissage individualisé pour répondre aux besoins de l'enfant mais une classe Montessori peut fonctionner seulement parce que les enfants y sont par groupe d'âges ce qui permet qu'ils s'entraident et prennent ainsi en quelque sorte le relais de l'enseignant. Sur une période de 3 ans, leur place évolue au sein du groupe. Je ne pense pas que cette dimension puisse réellement être "reproduite" à la maison. Et pourtant elle me parait aussi essentielle que les apprentissages plus formels qui prennent appui sur du matériel.
    Estelle

    RépondreSupprimer
  20. J'ai réfléchi dans la journée à cette question et l'ai prise à l'envers: tout le matériel montessorien est-il utile et nécessaire? En parcourant les sites de produits montessoriens j'ai eu l'impression que cette méthode était figée dans le temps. Par exemple: est-ce nécessaire, au XXIe siècle d'apprendre comme basique de la vie pratique à taper un tapis??? Pourtant, des sites proposent des battoirs à tapis taille enfant. Idem pour laver le linge à la main. Il s'agissait d'évidences à l'époque de Mme Montessori, plus vraiment aujourd'hui. Par contre, je n'ai rien vu concernant "l'éducation à l'image" (pour reprendre un terme de l'école classique). Pourtant, la photographie, les vidéos et autre peuvent être des très bons supports d'instruction (tout le monde connait "C'est pas sorcier!" je suppose) et apprendre à les maîtriser fait parti de la vie pratique d'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 100% d'accord avec toi. Mes tapis je les aspire... du coup je vais plutôt lui apprendre à passer l'aspirateur.
      Le lavage à la main c'est sympa pour le côté "papouille" dans l'eau. Et ça sert quand même de temps en temps, mais du coup pour des choses délicates sans brossage. A adapter donc.

      Supprimer
    2. Je suis plutôt d'accord avec vous. Ce sont de beaux objets du quotidien, un peu rétro mais Maria Montessori souhaitait que l'on puisse éduquer les enfants au monde de demain... Qui sera le leur. Ici aussi on est donc plutôt sur l'aspirateur. Je viens de terminer La formation de l'homme, l'un de ses derniers ouvrages. On y trouve beaucoup de concepts mais elle parle peu des objets. Elle s'en sert d'exemple mais sa théorie ne semblait pas vraiment complètement rigide. Je rejoins donc le gros de la troupe moi aussi :-)

      Supprimer
    3. Je ne sais pas exactement ce qu'il en est pour ces exemples précis mais certains exercices ont aussi pour but de muscler la main ou les doigts ou de travailler la coordination. Je pense que tous les "exercices" de la vie pratique ne sont pas non plus à prendre au premier degré...

      Supprimer
    4. @ Stéphanie : Oui en effet, les muscles sollicités pour battre le tapis et ceux pour passer l'aspirateur (puisque nous sommes en pleines considérations ménagères ^^) sont sans doute différents. Bien que j'imagine que la ceinture abdominale profonde et les bras le soient dans les deux cas. Mais cela s'appelle Vie Pratique et je crois que Montessori (à mon humble avis) voyait là un moyen d'intégrer l'enfant aux tâches ménagères, aux notions d'hygiène élémentaire à une époque où, qui plus est dans les populations défavorisées, rien n'était fait pour les enfants. "Apprends-moi à faire seul" c'est là l'essentiel non ? (Du reste, le battoir à tapis en osier existe chez ma grand-mère et je dois dire que cet instrument m'a toujours fascinée étant petite !) à bientôt !

      Supprimer
    5. Bonjour à toutes ! :-)

      C'est très intéressant cette histoire de savoir si la pédagogie Montessori est, ou non, figée dans le temps.

      Qui éteint ses bougie avec un "éteignoir", parmi vous ? Qui lave son linge à l'aide d'un "lavoir" ?

      Bon, par contre, moi, je bats mes tapis... une fois l'an, et avec un bête balai que j'utilise pour frapper... Et ils en ont bien besoin, mes tapis, malgré le coup d'aspi régulier !! J'aimerai bien, d'ailleurs, déniché un battoir en osier, ce serait plus pratique ! :-D

      J'ai souvent eu l'impression, comme Crécerelle, que les exercices de Vie pratique travaillés dans les formations étaient figés... mais il suffit de faire un tour sur Pinterest pour s'assurer qu'il n'en est rien, dans la réalité concrète ! Les éducateur adaptent, et proposent toujours des choses en lien avec la culture partagée à l'école ou à la maison.

      Comme vous le dites toutes, cette pédagogie est par essence vivante, et peut être appliquée aux gestes modernes sans soucis.

      Mais je ne puis aussi m'empêcher d'ajouter : et si élever nos enfants au monde de demain, c'était leur apprendre à utiliser un lavoir et un battoir à tapis ?

      Nos enfant nageront-ils dans les ressources énergétiques nécessaires à faire tourner lave-vaisselle et aspirateurs ? Rien n'est moins sûr. Et si apprendre l'autonomie, c'est aussi apprendre à reconnaitre les plantes sauvages comestibles, carder et filer la laine vierge, abattre des arbres et les débiter... ?

      Je vous le dis, la "Vie pratique", c'est un domaine infini, et qui n'est pas réservé aux 3 - 6 ans !! ;-)

      Crécerelle : si tu cherches une approche des médias avec les enfants et les jeunes, je te renvoie aux travaux de Meirieu, si tu ne connais pas, c'est passionnant.
      http://www.meirieu.com/ARTICLES/eduquer_aux_medias.htm

      :-)

      Supprimer
    6. Je te rejoins à 3000% (et plus encore...), en pleine réflexion sur le désencombrement et la simplification de ma vie, je me dis que le retour à des gestes "simples" s'impose mais c'est tout un apprentissage que je dois faire aussi...!

      et merci pour le lien vers les média, je vais aller voir ça aussi...!

      j'en profite (désolée c'est un peu décousue!) je découvre pinterest, tu aurais quelques profils à me suggérer qui mettent en image la vie pratique? je manque cruellement d'imagination et lire et regarder ce qui fait ailleurs m'inspire bcp...! d'avance merci!

      Supprimer
    7. Euh, pour Pinterest, Stéphanie, je ne suis pas une experte...
      (Pas le temps de l'être, dès qu'on met un pied là-dedans, on en ressort en se demandant comment on a pu y passer TANT de temps ??) :-(

      Disons, ces tableaux-là, peut-être ?

      http://www.pinterest.com/cmontessori/montessori-practical-life/

      http://www.pinterest.com/lelliott68/practical-life-montessori/

      http://www.pinterest.com/curlydj/practical-life-montessori-classroom-ideas/

      Mais il y en a d'autres, je suis sûre que tu feras tes propres trouvailles ! ;-)

      Supprimer
    8. Coucou Elsa,
      Merci pour ces liens, de fil en aiguille j'en trouverai d'autres c'est sur!

      Supprimer
  21. Concernant le matériel, je me demande parfois est-ce qu'il sert vraiment à l'apprentissage ou alors est-ce qu'il permet seulement aux adultes de visualiser la progression des enfants ? Avoir un matériel normé donne un repère aux adultes (Ce qui peut être utile d'ailleurs pour savoir qu'il est temps de proposer d'autres choses). Est-ce que ces apprentissages peuvent se faire sans ce matériel spécifique ? Je t'avoue ne pas avoir assez de recul pour le dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Luluuuuuu !

      Le matériel sert à la fois à l'apprentissage, et à l'évaluation. C'est très pratique pour éviter les contrôles durant lesquels tous les enfants sont vissés sur une chaise ! Et effectivement, en ce qui concerne les progressions que les enseignants doivent construire, on a l'impression que le matériel montessorien nous mâche complètement le travail ! Il n'en est rien dans les faits, en fait, puisqu'il faut toujours s'adapter à sa classe - ou à ses enfants - et aux objectifs poursuivis (par exemple, ceux de l'Education nationale).

      Oui, les adultes ont besoin de repères, je suis d'accord avec toi, et le matériel, c'est un des éléments qui leur en donne.

      Par contre, je suis convaincue de la nécessité du matériel pour apprendre ("matériel" au sens large, pas nécessairement montessorien, bien sûr). Ce sujet me passionne complètement, et je me dis même que dans quelques années, je prendrai ce sujet au CAPIFEMF. Enfin, si je passe un jour le CAPIFEMF. Bon. Mais ce serai un bon sujet, qui me passionnerait et que j'aimerai traiter une fois dans ma vie ! :-)

      Supprimer
  22. Pas d'accord, avec toi luluuuu, le matériel montessorien est vraiment pensé pour les enfants, et pas pour les parents. Il est conçu pour leur permettre de réaliser seuls leurs travaux et de s'auto-corriger, cela entrainant tout un tas de concept comme l'absence d’évaluation extérieure (comme les notes), la place de l'enseignant qui devient un soutien, le développement de l'autonomie, le respect du rythme et des capacités de l'enfant, etc.
    Certains apprentissages pourront se faire autrement en résultats : on finit tous par apprendre à lire, mais comment ? et à quel prix ? Le chemin est aussi important, voire plus, que la destination. Apprendre à compter dans la confiance de soi, à son rythme, avec plaisir, c'est quand même autre chose !

    Crécerelle, je suis justement en train de lire une réédition de "la maison des enfants" et l'introduction évoque une citation de Maria Montessori qui dit justement que nous devons former nos enfants à la société de demain, et pas celle d'aujourd'hui, parce que cette société n'existera plus quand nos enfants seront grands. Donc je ne dirais pas que l'esprit de cette pédagogie est figée dans le temps (je la trouve au contraire tellement moderne, même pour aujourd'hui, nos écoles me semblent archaïques à côté, malgré leur ordinateurs), mais encore une fois c'est le matériel qui n'a pas évolué. Sur certains apprentissages d'ailleurs, il reste totalement contemporain. Je crois que cette pédagogie doit vivre avec son temps et si nous échangeons entre mamans, c'est bien pour cela. Et si nous venons sur ce blog aussi. C'est ce que j'aime ici, c'est du "Montessori inspiré et vivant".
    Je crois qu'il faut trouver l'équilibre entre les principes à respecter (par ex : la récup c'est bien, mais la qualité du matériel englobe bon nombre de facteurs que l'on perd en chemin) et d'adaptation à notre enfant.
    Je trouve que certains apprentissage désuets nous ramènent aussi à des choses simples, des gestes immuables que l'on perd mais qui prennent sens quand on les vit vraiment. On retrouve un peu cette idée chez les moines bouddhistes ou même chez Steiner. Prendre du recul par rapport à notre technologie pour refaire un peu par nous même ça fait du bien parfois. Et dans le même temps, on peut intégrer la technologie dans le processus, de façon intelligente et raisonnée.

    Pff si l'éducation nationale était moins bouchée, on se poserait quand même bien moins de questions...

    PS : hihi Lillune, on est du même coin. ;-)

    RépondreSupprimer
  23. Je suis d'accord avec toi, Hélène, sur la finalité du matériel.
    Sur la question d'un matériel plus adaptée a notre époque, je ne suis pas d'accord. C'est tout l’intérêt de lire Montessori, on s’aperçoit du contexte dans lequel sa réflexion est née mais en même temps, la réponse pédagogique qu'elle propose est intemporelle.
    Elsa, merci vraiment de cette question,

    RépondreSupprimer
  24. matériel adapté, bien sur ! Navrée pour les accents, je suis paresseuse sur les claviers QWERTY.

    RépondreSupprimer
  25. LA question est "qu'entend t 'on par appliquer la pédagogie montessori" ?
    Chez nous, ça a été 3 chamboulements :
    1) adapter notre univers à notre enfant pour lui permettre de "faire seule" au maximum
    2) être attentif à ses périodes sensibles et lui proposer les activités en fonction
    3) proposer des jeux sensoriels et ludo-éducatifs choisis.

    Je n'ai jamais acheté de matériel spécifique, quelques fois je l'ai construit moi même mais c'est vraiment anecdotique.
    Pour autant, j'ai l'impression d'appliquer la pédagogie montessori, sans en proposer les ateliers (l'école se chargera de le faire pour moi, ça aide).
    Voilà, j'allais faire mon premier achat montessori (les cylindres) mais après ton article je revois mon projet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Desetoilesdanssesyeux !

      Oui, qu'entend-t-on par "appliquer la pédagogie Montessori" ?

      Pour moi, elle me semblait être un merveilleux médium pour vivre, avec mes enfants, les apprentissages qu'il feraient dans un cadre domestique. Mmm... Plus j'avance, plus il me semble que si, effectivement, la pédagogie Montessori est très différente que ce qu'ils vivent/vivront à l'école, ce n'est PAS le bon chemin pour découvrir "à la maison".

      Car il ne faut jamais oublier : une partie de ce que nous savons vient de l'école. Oui. En particulier tout ce qui relève du vivre ensemble. En tant d'adulte anciennement scolarisée, je sais comment me comporter quand, d'aventure, je rencontre des gens très différents de moi. C'est que je m'y suis exercée très jeune, mais ça n'a pas été facile !

      Une autre partie peut s'appeler "culture" : c'est souvent le résultat d'une (étrange !) "coincidence" entre la culture scolaire et la culture familiale.

      La troisième partie révèle des apprentissages autonomes. C'est la partie de nous la plus profonde, celle qui détermine le plus ce que nous sommes devenus (valeurs et compagnie). Et ça, l'enfant le fait seul... favorisé (ou non...) le milieu.

      C'est sur cette partie que j'ai toujours espérer agir : favoriser au mieux les apprentissages autonomes de mes enfants.
      Bien sûr, pendant des années, lorsque je pensais "autonomie", j'ai pensé "Montessori".
      Je suis en train de m'affranchir de ce shème aujourd'hui... :-/

      Merci pour ta question, Desetoilesdanssesyeux ! ;-)

      Supprimer
    2. Très intéressant cette notion d'apprentissage autonome, je sens bien pour ma part que je n'accompagne pas du tout Charline dans cette voie... je suis très (trop!) formatée par un apprentissage "traditionnel"... et avec en point d'orgue le respect de l'Autorité... (la majuscule est volontaire...)
      Tous ces derniers billets me donne vraiment bcp à réfléchir et au-delà de la pédagogie montessori...

      Par contre, du coup je suis curieuse de savoir quelle chemin tu vas suivre désormais... hâte de découvrir ça (si toi-même tu le sais déjà!) :-)

      Supprimer
    3. Et merci pour ta réponse Elsa !

      J'hésite moi même à me positionner : résoluement convaincue par Montessori, mais ce n'est pas mon rôle d'être son institutrice (d'ailleurs je n'en ai pas le temps).
      Elle rentrera en septembre dans une école d'inspiration Montessori (par son travail en atelier, ses classes volontairement triple niveaux et bien sûr son matériel). Alors pourquoi ferais-je ce travail chez moi si ce n'est pour MON propre plaisir...
      Et à la fois faire un lien entre l'école et la maison me semble intéressant.
      Peut être que ce que je devrai lui proposer sera plus de l'ordre des activité créatives ou de découverte (des animaux, de la nature, de la vie pratique, des gens...).
      Hmmm... dur d'imaginer tout ça, surtout juste avant son entrée à l'école...

      Je trouve (vue de l'extérieur) que ce que tu offres à tes enfants dépasse les séances Montessoriennes des ateliers, par le rythme des saisons, les séances de yoga, les rituels de la journée et bien sûr toutes les activités manuelles dont tu as le secret.
      Peut être que c'est de ça que je devrai m'inspirer d'avantage...

      Supprimer
    4. "une partie de ce que nous savons vient de l'école. Oui. En particulier tout ce qui relève du vivre ensemble."
      Ou pas. On y apprend surtout à subir.

      Scolarisée, ce n'est qu'une fois quittée l'ecole et son stress que j'ai pu enfin apprendre comment on interagissait de façon saine et normale avec les gens (passé 18 ans, donc, oui)

      Et les IEF pourront répondre sur le côté "socialisation et scolarisation à l'école ou pas"...

      Il est plus sécurisant d'apprendre la socialisation a petite dose (nounou plutot que creche) et avec au depart des gens qu'on a choisi : cela permet de s'ouvrir plus facilement (ages et races differents), ce que ne permet pas l'ecole : age figé et effet de zones (un enfant scolarisé à Paris 16e ne verra pas une personne de couleur avant très très longtemps...)

      Mais on sort du sujet.

      Supprimer
    5. Ah, tiens, Eléonore, puisqu'on parle de "Vivre ensemble"...

      J'ai relu plusieurs fois les commentaires que tu as laissé hier, et je me dis que tu dois être fatiguée. Ne veux-tu pas déposer bannières et haut-parleurs, cesser de virevolter au-dessus de nos têtes, et venir t'asseoir avec nous dans le cercle ?

      Nous sommes entre personnes de bonne volonté, crois-le, et nous pouvons parler de toutes ces questions qui nous passionnent dans la simplicité et le respect mutuel.

      Et pour commencer, très concrètement : quel âge a ton enfant ? Tu n'en parles jamais...

      Supprimer
  26. En ce qui me concerne, je ne fais pas du 100% Montessori à la maison, donc je n'ai pas de matériel spécifique acheté et quand j'ai besoin j'essaye de fabriquer souvent en detournant des objets ou des jouets que l'on trouve facilement et pour peu de frais dans le commerce ou d'occas'.
    J'ai pas mal lu ce que M. Montessori a écrit mais je n'ai pas encore tout lu... Et je vadrouille pas mal sur le net pour compléter.

    J'ai hésité à acheter à la rentrée dernière du matériel spécifique lié aux apprentissages du Cp, mon grand étant rentré au Cp. Finalement, je ne l'ai pas fait à cause du prix mais aussi parce qu'il s'en est bien sorti avec la pédagogie classique de sa maîtresse... Si des difficultés apparaissent, je verrai pour lui proposer une autre approche.

    Je ne fais pas du 100% Montessori dans ma classe de Petite Section non plus : surtout de la vie pratique et là aussi pas de matériel spécifique acheté mais je dirai plutôt bricolé
    En revanche, je pense faire une formation Montessori dans les années à venir. D'ailleurs, si toi, Elsa ou si quelqu'un d'autre à des infos ou desconseils par rapport aux formations qui existent je suis preneuse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerai également connaitre les formations qui existent et qui seraient surtout reconnus dans la profession, éventuellement par l'éducation nationale. J'en vois de plus en plus fleurir !! Merci par avance si quelqu'un à des conseils. cdlt

      Supprimer
  27. L'esprit Montessori est tout d'abord une compréhension de l'enfant et de sa soif d'apprentissage. On peut donc faire une quantité de choses avec "les moyens du bords" ou du moins du non spécifique Montessori. Le matériel est certes très bien fait mais vraiment hors de prix, je suis d'accord. Tout comme les rares écoles qui ouvrent sont en effet réservées aux plus aisés, quel dommage :(
    Je pense que j'investirai dans du matériel spécifique si mon enfant rencontre des soucis avec l'école traditionnelle mais en attendant j'utilise ton blog très riche et super agréable pour proposer des activités à mon bout'chou et ça nous va bien! Encore merci pour ce blog.

    RépondreSupprimer
  28. Je n'ai pas lu tous les commentaires, mais c'est une des premières affirmations de ma formatrice montessori : on peut avoir une approche totalement montessori sans le matériel, tout comme on peut avoir tout le matériel sans l'approche. Et à choisir, mieux vaut la première solution.

    RépondreSupprimer
  29. Après lecture de tous les commentaires, une autre question me vient (est-ce sur ce blog qu'elle a été abordée, je ne sais plus) : à l'époque de Maria Montessori, les enfants étaient maintenus dans une vie d'enfant. On ne les laissait que peu prendre part aux tâches des adultes, quel que soit le niveau social. Dans un environnement où on laisse aux enfants le temps de s'habiller eux-même, de marcher à leur rythme, d'aider à la cuisine, d'aider à nettoyer s'ils ont envie, de se servir eux-même à boire, ou de la confiture (c'est assez stressant, j'avoue - tout le pot de confiture a une fois fini dans le yaourt...), est-ce qu'alors les plateaux de vie pratique ont encore du sens? Tu le dis toi-même, Elsa, tes enfants font beaucoup de vie pratique à la cuisine, mais dans l'atelier... Chez moi c'est la même chose. Mon fils veut se servir seul à table, mais s'entraîner à verser avec des pichets, il l'a fait un peu mais ne veut plus. Eplucher les carottes, il l'a fait quelques fois, c'est bon. Par contre écosser des fèves, j'ai essayé une fois de le faire derrière son dos, ça n'a pas marché, il s'est rué dessus. Faire le pain a toujours beaucoup de succès.

    Donc je me dis que la vie pratique peut-être intégrée dans nos activités quotidiennes.

    Concernant le matériel, j'achète un peu, je fais pas mal, j'essaie de suivre ses intérêts qui ne seront pas rencontrés à l'école: la zoologie et la géographie (il a 3 ans, je précise). Je lui propose du matériel sensoriel parce que je sais que ces expériences seront en arrière fond de ce qu'il apprend plus tard, quelle que soit la manière dont il apprendra. Mais je ne suis pas trop stricte dans les apprentissages. Je n'essaie même plus d'empêcher l'imaginaire d'y prendre pied parce que c'est impossible avec lui. Quand les blocs à cylindres se transforment en taupinières et les cylindres en taupes...

    Mais quand je vois la pauvreté de l'apprentissage à l'école maternelle où il est (pourtant Freinet, en théorie), hormis le côté social qui lui apporte beaucoup, je crois, cela me navre. Je ne peux m'empêcher de vouloir autre chose pour lui, qui réponde plus à ses envies.

    Impatiente aussi de voir la tournure que prendra ton blog avec tes nouvelles (ou pas) directions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'époque de Maria Montessori, les enfants était-ils maintenus dans une vie d'enfants ?
      Mmm. Pas si sûre. En milieu rural, les enfants travaillaient aux champs comme leur parents, et en milieu urbain, bien souvent aussi.
      La situation n'est d'ailleurs pas encore rose en Italie à ce jour... :-(

      Supprimer
  30. En rebond à certains commentaires (dont les miens ^_^), je me pose quand même une autre question : peut-on appliquer la pédagogie quand on ne lit pas les ouvrages de l'auteur ?
    Parce que, personnellement quand j'ai lu l'Enfant, j'ai eu une vraie révélation et je me suis empressée de conseiller ce livre à mes coupines mamans. L'une d'elle l'a fait mais m'a dit que concrètement, elle le trouvait difficile et qu'elle avait du mal à tout suivre. Je lis aujourd'hui le tome 1 de la pédagogie scientifique et franchement, je ne le trouve pas à la portée de tout le monde. Je pense (sans mesquinerie aucune) qu'il faut quand même un bagage de type universitaire pour ce genre de lecture (je n'en suis qu'au tout tout début mais ça parle déjà anthropologie, science de la pédagogie, les deux mélangés). Ça ne me parait pas accessible à tout le monde. Alors se fier seulement à des blogs ou des ouvrages de vulgarisation, est-ce vraiment grave ? A partir de quand on dénature la pensée profonde de cette pédagogie, et si on la dénature, est-ce vraiment grave, du moment que l'on en tire du mieux dans sa parentalité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hëlëne, il faut que je te dise :

      Je trouve que tu es quelqu'un de très intelligent ! :-)

      Nuancée, et à l'écoute. Bravo. :-)

      Je m'était souvent fait la réfléxion que s'initier à la pédagogie était réservé à une élite. Ça me gênait, d'ailleurs. Je n'avais jamais poussé le raisonnement aussi loin que toi, et je trouve ton ouverture intéressante et rassurante. Je vais y réfléchir profondément, crois-moi ! :-)

      MERCI ! :-))

      Supprimer
    2. Mon Dieu !.................... Je suis vraiment tout ça moi ?
      C'est marrant j'ai plus l'habitude des adjectives "fonceuse" et "trop bavarde", il faut croire que l'écrit change des choses. Ou alors j'ai mûri avec l'âge...^_^***

      Mais je ne suis pas sûre de mériter autant de louanges (même si ça fait.... euh, c'est quoi le mot pour plus que "plaisir" ?), car je n'ai pas l'impression d'avoir poussé un raisonnement très loin, je pense que c'est seulement le fait que notre bagage diverge. Tu es enseignante, tout cela n'est pas nouveau pour toi, tu as beaucoup de connaissances et de compétences dans le domaine. Moi je pars de zéro et je dois faire avec mes maigres moyens en temps et en argent et je côtoie des mamans dans le même cas. Donc c'est une question que je dois me poser au quotidien, c'est tout.

      Et pour répondre (en partie) à ma propre question à laquelle j'ai réfléchi entre temps. Je crois qu'être parent n'est pas un état mais un cheminement, et que le principal c'est d'avancer. Pourquoi décider de qui doit s'imprégner de telle ou telle pédagogie et comment? Maria propose, nous disposons.
      Le nirvana c'est d'avoir lu tout Montessori, d'avoir tout le matériel, et d'être formée. Bon entre ça et le niveau zéro, il y a tout un tas de niveaux qui me paraissent avoir tous un point commun : c'est toujours un MIEUX. Est-ce que c'est pas ça l'important : d'avancer, d'améliorer, de cheminer ?
      Par cette pédagogie je crois pouvoir dire que j'ai autant, voire plus, appris que ma fille, et ça n'a été que du positif. Qui viendrait alors me dire que c'est pas bien parce que je n'ai pas tel matériel, que je n'ai pas lu tel livre, ou que je n'ai pas suivi telle formation. Ça n'aurait aucun intérêt. Et je n'ai pas fini d'apprendre. Je ferais toujours mieux en suivant cette voie.
      Donc je crois que non, c'est pédagogie n'est ni figée dans le temps, ni réservée à une élite. Je crois qu'elle est vivante et qu'elle se transmet autant, voire mieux pour certaines personnes, par les échanges entre personnes qui la pratique, qui la font vivre, que par les livres.
      Si mon amie ne se retrouve pas dans l'Enfant, mais que Tim Seldin peut lui apporter quelque chose : est-ce vraiment important ?
      Je ne suis même pas sûre qu'il n'existe qu'une seule réponse. Tout dépend de chacun je crois.

      Supprimer