vendredi 11 juillet 2014

Plaidoyer pour le fusain


C'est un de mes tout premiers souvenirs dans le métier : lors d'un stage de trois semaines dans une classe de petits/moyens, LA TÊTE de l'ATSEM lorsque je lui ai annoncé que les enfants allaient travailler au fusain !!! :-D

Pourtant c'était une super ATSEM, à laquelle je repense souvent avec beaucoup d'affection, qui avait de la bouteille et me suivait d'ordinaire avec enthousiasme dans toutes mes tentatives un peu bizarroïdes (car oui, déjà...). Mais... le fusain... Ah, non. C'était trop. La goutte d'eau. Bon, la séance a eu lieu quand même, bien sûr, mais assaisonnée des magnifiques ronchonnades qui s'échappaient régulièrement de la barbe de cette dame, qui avait son petit caractère  ! :-)

Mais maintenant que j'y pense... Ce n'était pas moi qui les avais apportés, ces fusains. Ils étaient déjà là, soigneusement emballés dans un papier léger au fond du placard de matériel d'arts plastiques de cette classe. Je ne suis donc pas la seule hurluberlue à penser que ces batonnets de charbon ont toute leur place dans les mains de nos bambins, et ce, dès le plus jeune âge...

(Il convient néanmoins que votre enfant ait passé le stade buccal : le charbon de bois, aussi fin soit-il, n'est pas bon à inhaler ou à avaler...)

C'est toujours le même refrain : varier au maximum les outils proposés afin que l'enfant puisse expérimenter la variation des profondeurs, les différences de pression nécessaires en fonction du médium... Les bâtons de fusain sont excellents pour exercer la motricité fine de manière motivante : en fonction de l'angle qu'on lui donne, le trait se fait fin ou épais, voire très large si on frotte toute la longueur de l'outil sur la feuille. Le bâton se tient comme un pinceau (la main creusée et dressée souplement par rapport au plan de travail) plutôt qu'à la manière d'un crayon ; l'enfant découvrira rapidement comment faire pour ne pas, en traçant, étaler la matière avec la tranche de sa main.

Pour moi, le fusain se destine aux enfants "par essence" : avec le fusain, on est contraint d'aller à l'essentiel. Le trait se libère ; le tracé est souple, intense, facile. On ne peut qu'être spontanné et léger lorsqu'on travaille au fusain !

Les peintres rupestres l'utilisaient déjà... Si ça, ce ne sont pas des lettres de noblesse ? :-)

Mais d'ailleurs, que reproche-t-on au fusain, au juste ? ;-)


Le fusain, c'est salissant.

Alors, non. Je vous arrête tout de suite. Non, mais alors, pas du tout.

Les bâtonnets de fusain sont en fait des morceaux de charbon naturel (bois de saule, de vigne, de platane...). Vous pouvez les prendre dans vos doigts sans crainte : ils ne laisseront pas de traces. Ce qui en laissera, en revanche, c'est de fondre - au doigt... ou avec la main toute entière ! - la trace obtenue sur le papier. Oui. Mais tous les enfants ne pensent pas spontannément à cette technique. Du moins, pas tout de suite. Et lorsqu'ils y pensent, la poudre qui adhèrera à leur paume s'effacera sous un peu d'eau. Je ne suis même pas sûre que le savon soit vraiment nécessaire... Et si l'état de votre table de salon vous angoisse, placez-y un sous-main (un grand morceau de carton fera l'affaire), mais je vous le répète : ça se lave très facilement !!

Croyez-moi : dessiner au fusain est bien moins salissant et bien moins contraignant en terme d'encadrement matériel que de travailler... à la gouache !! :-)

(Ou à l'argile !!!) :-D

Si malgré tout vous doutez : Choisissez soigneusement vos matériaux, et optez pour des bâtons de fusain durs, utilisés en général pour réaliser les détails, et qui s'étalent beaucoup moins facilement. Il existe même des "crayons fusain", qui se taillent comme des crayons à papier et permettent de garder les doigts délicats bien au propre. Investissez dans une estompe, voire une gomme spéciale, dont vous montrerez l'usage à votre enfant, et même du fixatif (ou de la laque, ça marche aussi). Allez, à présent, plus d'excuse ! ;-)


Le fusain, c'est noir, et le noir, c'est moche.

Oui, je sais bien. Les Mamans d'aujourd'hui sont la première génération de petites filles à avoir été élevées au rose-Barbie, et le rose-Barbie, ça laisse des traces. Je le sais, hein, j'en suis ! ;-)

C'est une évidence : proposez une palette de couleurs de base à l'enfant, et il sera attiré de manière irrésistible vers le noir. Bien sûr. C'est le noir qui fait apparaitre. Toutes les pages sont blanches, toutes les traces sont noires. Faites-en l'expérience : ajoutez quelques touches de noir à un fond polychrome ; tout prend sens, relief, énergie. Toute image est un jeu d'ombre. Le noir et les autres couleurs sont un peu dans la même relation que les trous et les matériaux qu'ils ornent. On dit que l'ombre est absence de lumière, mais si toutes les choses étaient éclairées d'un blanc blafard, que verrions-nous ? J'ai connu une famille qui avaient hérité d'une série de statuettes en marbre blanc qui m'impressionnaient beaucoup, lorsque j'étais petite, car elles représentaient de furieuses scènes de chasse. Le seul argument esthétique que l'on m'asséna alors, fut : "Surtout, ne prends jamais l'initiative de les nettoyer !!". Oui, car la poussière qui s'incrustait depuis plusieurs siècles dans les plis de la pierre donnait tout son relief aux figures. Indubitablement.

Si malgré tout vous doutez : Mais en vrai de vrai,  le fusain n'est pas noir.  Non. On peut jouer sur des nuances très subtiles, allant du gris fort clair au noir brillant le plus profond.


Le fusain, c'est compliqué.

Meuh, pas du tout. Allons, allons.

D'un point de vue matériel, chez nous, nous n'avons eu besoin pour nous lancer que d'un bâton de fusain tendre (coupé en petits tronçons), que les enfants ont expérimenté sur leurs carnets à dessin habituels. Mais si vous avez du papier vergé (type Canson, Ingres...), c'est encore mieux. Le fusain accroche plus facilement sur une surface un peu rugueuse.

D'un point de vue technique, à présent : si votre enfant est assez grand pour se lancer dans une réalisation préconçue, apprenez-lui à traviller du haut en bas de la feuille, pour ne pas étaler les nuances, et à vaporiser régulièrement une couche de fixatif. Si le dessin a tendance à se tacher en cours de travail, réserver un pinceau-brosse classique à un usage un peu particulier : l'époussetage de l'oeuvre. Les enfants adorent ! ;-)

Si malgré tout vous doutez : essayez, vous verrez ! :-)


Vous ai-je convaincues ? :-)

28 commentaires:

  1. ici elle adore le noir ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article car je n'aurais jamais pensé à leur proposer du fusain.
    Petit mon fils aimait beaucoup le noir.

    RépondreSupprimer
  3. Ah ben oui, complètement convaincue ! Je n'ai jamais essayé, donc il suffirait que je m'équipe ;-) !
    Je te tiendrai au courant...
    Merci !!

    RépondreSupprimer
  4. Je dois avoir ça dans mon armoire "trucs de dessins" :) j'ai récupéré aussi beaucoup de pastels secs en seconde main pour quelques bouchées de pain. (ici en belgique, j'utilise intensivement 2ememain.be, une mine d'or)
    On va tester!
    Et personnellement, je trouve que l'argile ce n'est pas salissant... Louis a toujours un tablier (quand il court partout dans la maison pour me trouver en brandissant son tablier d'argile... c'est qu'il veut en faire, c'est le signal), la petite table ikea (la carrée à 3 euro) est couverte d'une nappe et je passe l'aspi une fois par jour dans la véranda puisque on y mange aussi donc miettes de repas etc... donc franchement c'est facile...
    A+,
    Fab

    RépondreSupprimer
  5. j'adore et j'adhère!! je pense du coup en demander a ma directrice pour la rentrée prochaine!! pour l'intant ici c'est mine graphite, et même les plus petits adorent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens donc, qu'ai-je donc fait de mes mines graphites ???

      Quelle bonne idée, merci ! :-)

      Supprimer
  6. Ici aussi c'est un de nos médiums fétiches. Bon par contre Isaac a tout de suite compris que c'était beaucoup plus fun en frottant la feuille donc oui c'est salissant, mais à côté de cela tellement riche!

    RépondreSupprimer
  7. j'ai vu lors de mes stages une collègue l'utiliser et j'avais ADORE!! donc j'en ai acheté pour ma classe évidemment et bah ... ils sont soigneusement emballés car je n'ai jamais su comment les proposer à mes élèves...
    tu me redonnes envie :D

    RépondreSupprimer
  8. oui, convaincu! j'en ai quelque part dans mon atelier couture, j'avais pensé a lui faire utiliser mais bon un peu peur en effet. je crois bien que l'on testera cet après midi (et moi aussi, j'aimais beaucoup le fusain a l'époque).
    Merci!!
    la mine graphite (en commentaire) peut être sympa aussi, hum, va falloir que je ressorte tout ca!!!

    RépondreSupprimer
  9. Je confirme absolument l'attrait pour le noir : j'ai acheté les super blocs de cire de Stockmar et ma fille n'a d'yeux que pour un bon vieux stylo noir. ^_^

    RépondreSupprimer
  10. Totalement convaincue! Exposé comme cela, le fusain devient poétique. J'ai acheté beaucoup de fournitures ces derniers semaines (dernier achat: la plastifieuse) car je partais de 0 mais je rêve déjà de ma prochaine virée chez un vendeur "arts plastiques".

    Je le proposerai à mon seul aîné par contre car la demoiselle, à 19 mois, découvre encore tout avec la bouche.

    RépondreSupprimer
  11. Convaincues!!! c'est une superbe idée qui me rappelle mes dessins d'adolescente... merci pour l'idée

    RépondreSupprimer
  12. Oh oui!!! Et je vais de ce pas m'en procurer pour nos activités artistiques du matin (pendant la sieste du confetti) dont je parlerai (demain?) sur le blog...

    RépondreSupprimer
  13. Dans mon ancienne classe de GS ou MS-GS, j'en avais et qui servait en plus !!!
    Là, ma classe de PS en était dépourvue (mais de beaucoup d'autres choses malheureusement...).
    Donc, j'en ai enfin commandé pour la rentrée et je pourrais les utilser avec mes PS mais aussi les MS et GS car je vais enfin avoir les 3 niveaux !!!! J'en ai trouvé en gros module pour les "petites" mains, on va donc voir comment ils vont se l'approprier.
    Mais qu'est-ce que je rafole de ses "dessins" frottés à la tranche de la main avec ses mille nuances de gris et noir !
    ... Et je trouve que cela participe au charme de l'usage du fusain !

    RépondreSupprimer
  14. Merci Elsa pour ce post, comme d'habitude très inspirant, et qui pour ma part a réveillé des souvenirs d'enfance, revoyant et reniflant la malette de peinture à l'huile de ma maman, dans laquelle trainaient quelques batonnets de fusain…Quelques fois je pouvais m'en emparer, et j'aimais beaucoup ça!
    Mais je voudrais surtout profiter du moment pour vous parler, à toi et aux autres mamans de la mise en place des activités artistiques et surtout de la façon de les appréhender.
    Je m'explique: je suis tout à fait d'accord avec toi quand tu dis qu'il est bien de proposer très souvent des activités artistiques aux enfants, et en varier les matières, contenus, etc. Maintenant, je trouve que ça ne fonctionne pas touhjours, et je ne sais pas si c'est normal ou pas, et si cela pourrait venir de mon atttitude. Par exemple, Mathilde, 22 mois me réclame régulièrement ses feutres ou craies grasses, elle va chercher une feuille, elle fait quelques traces, et hop elle me demande de dessiner. Escargots, crocodiles, etc… Et du coup elle ne fait pas grand chose d'autre que regarder…
    Je passe 10 min à lui installer un atelier peinture dans le jardin, grand papier kraft sur table basse, et là elle fait deux mini splash sur la feuille, et passe le reste du temps à se peindre les mains, voire le reste du corps…
    En fait je ne sais pas forcément comment me positionner face à ça. Estce que je la laisse faire car elle a besoin d'en passer par là? Est ce que je dois dessiner parce qu'elle a d'abord besoin de regarder avant de se lancer ou dois-je essayer de dire non??
    OU êtes vous lorsque vos enfants peignent, dessinent, modèlent, êtes vous là? bien présents? participez vous?ou vous effacez-vous?
    Lorsque l'activité ne prend pas forcément tout de suite, intervenez vous ou pas?
    Il en va de même avec l'activité des pinces à linge: elle veut que ce soit Moi qui fasse! Mais ce n'est pas compatible avec le principe Montessorien de montrer une fois et de laisser faire l'enfant. Comment réagir?

    Merci pour votre aide!!

    Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Estelle,

      Je ne sais pas si mon post te sera d'une grande aide mais je te fais part de mon expérience.
      Lorsque mon fils a commencé à "dessiner" (vers 1 an), je l'ai laissé explorer le matériel (des crayons gras) et il les faisait rouler, les mettait en équilibre etc. Il découvrait, je l'ai laissé faire, et par hasard il a un jour fait une "trace". Puis il s'est mis à gribouiller, explorer les couleurs etc.
      Il a eu la même réaction que ta fille, vers 18 mois (il "crayonnait" comme je disais alors, tout seul) et nous demandait de dessiner des choses, je pense qu'il était intéressé de voir comment on dessinait, j'étais plutôt contre, pour les mêmes raisons que toi j'imagine, je ne voulais pas me poser en modèle. Mais... j'ai quand même partagé et fait quelques dessins qu'il me demandait, deux trois fois pour le fun et parce qu'il ne comprenait pas mon refus, c'était plus moi qui dessinait et on partageait. Puis je lui ai gentiment dit que non "je n'avais pas envie de dessiner", que s'il voulait dessiner, il faisait lui. Et cette période à nous demander de reproduire des choses qu'il aimait sur papier est passée assez vite au final.
      Après nous avons introduit peinture, vers 18 mois, (couleur par couleur primaire), d'autres techniques, pastel, aquarelle... et au début il ne "créait" pas longtemps, nous n'avons jamais forcé, l'expérience -même sur 5 minutes- lui apportait forcément quelque chose. "Sensoriellement" parlant" et ça lui plaisait, c'était ça le plus important.
      A une période il aimait beaucoup le feutre, il ne dessinait pas souvent et pas longtemps, mais j'observais de loin et j'ai bien remarqué qu'il faisait à chaque fois des choses différentes, qu'il répétait sur plusieurs feuilles, puis il laissait tomber complètement pendant des jours (une fois pendant des semaines!) De grands gribouillages, puis des cercles, puis des "encadrements" autour de sa feuille, du pointillisme, sans que je ne me pose en modèle (j'adore peindre et dessiner, mais je fais de mon côté).
      Quand il dessine, peint, fait de la pâte à modeler ou autre, je ne suis jamais loin mais il a pris l'habitude à présent de faire seul. Puis souvent il est tellement absorbé dans ce qu'il fait qu'il ne me remarque même pas!
      Je pense qu'il est tout à fait normal de vouloir se mettre de la peinture de partout, patouiller etc, c'est très riche et il y a tellement de choses à faire. Mon fils, à 2 ans, ne peignait pas aussi longtemps que maintenant à 3. Je ne suis jamais intervenue et s'il avait envie d'arrêter au bout de deux mn (même si j'avais mis plus de temps à préparer l'activité et qu'il allait me falloir plus de temps à ranger/nettoyer _même avec son aide car il adore tout nettoyer) pas grave! On passait à autre chose, et petit à petit au fil des mois il s'est mis à peindre/dessiner sur des périodes de plus en plus longues.
      Même si parfois encore il peut s'installer et faire quelques traits/coups de pinceaux et dire qu'il a fini parce qu'il a fait "ci ou ça", qu'il a atteint le but qu'il s'était visiblement fixé, c'est très aléatoire.
      Pour les pinces à linge, je me souviens qu'au début il faisait pareil. Mais il a une tendance à ne pas vouloir faire les choses seul quand il pense qu'il n'y arrivera pas. Alors je lui dis simplement qu'il n'a pas à le faire, ou que s'il veut je peux lui montrer à nouveau et qu'il le fera lui quand il sera prêt. Généralement il retente quelques jours/semaines plus tard quand il se sent prêt.
      Voilà pour notre expérience ;-)

      Virginie.

      Supprimer
    2. Bonjour Estelle !

      D'abord, désolée pour le retard de la réponse ! :-/

      Alors, je te rassure très vite : Antonin n'a eu ce que j'appelle son "déclic art plastique" qu'à 2 ans (et même presque 25 mois, si ma mémoire est bonne).
      J'en parle ici :
      http://mercimontessori.blogspot.fr/2013/01/petit-necessaire-dessin.html

      Et je dois dire qu'avant cette date, nos séances d'arts pla ressemblaient beaucoup à ce que tu décris !! :-D

      (Bon, pour Louiselle, c'est différent, mais Louiselle est une cadette, et je crois pouvoir dire qu'il est avéré que les cadets - ou les benjamins etc. - "pigent le truc" en observant leurs ainés...).

      Que ta fille se contente de laisser quelques traces et puis c'est tout, c'est tout à fait normal ! Ne t'inquiète pas, petit à petit, les séances se feront plus longues.
      Je rejoins tout à fait Virginie : dessiner pour son enfant de temps en temps, pourquoi pas, OK. Mais pas systématiquement, comme tu le soulignes. Je trouve excellente la réplique de Virginie : "Là, je n'ai pas envie de dessiner, mais vas-y, toi, si tu veux.". Qu'en penses-tu ? ;-)

      Les séances d'arts pla qui durent deux secondes alors qu'on a pris un quart d'heure pour les installer, je connais, oh, là, là !
      Cf :
      http://mercimontessori.blogspot.fr/2012/12/lunique-activite-dantonin.html
      et
      http://mercimontessori.blogspot.fr/2012/08/aplats-et-fourchette.html

      ;-)

      Mais si ta fille laisse deux ou trois traces, même si cela te parait, à toi, dérisoire, c'est vraiment une expérience intéressante pour elle ! :-)

      Plus un enfant est petit plus il faut être présent physiquement lors de ces séances. Observer est la première posture. L'enfant a besoin d'être regardé pendant qu'il agit. De temps en temps - pas trop pour ne pas briser sa concentration - tu décris : "Oh, ce trait bleu sur le rouge, quel contraste !".
      Si "l'oeuvre" de ta fille est trop rapide, tu peux glisser quelque mot une fois le travail "achevé".

      Plus l'enfant est autonome - ça viendra ! - plus tu peux te détacher : faire autre chose à côté (ranger, lire...), ou même dessiner ou modeler toi-même à côté (ça c'est le bonheur quand l'enfant est assez mûr pour t'observer, t'emprunter au besoin, mais sans être paralysé dans son entreprise !!). Encore une fois : ça viendra !! :-)

      Oui, si l'activité "ne prend pas", il ne faut pas hésiter à intervenir, verbaliser, montrer... Mais ça ne marchera peut-être pas !! :-D

      Pour les pinces à linge, il semblerait que ta fille n'est pas prête à le faire seule. Pas grave ! Montre-lui, si elle aime !
      Tu sais, le "principe Montessori" s'applique à une classe : l'éducateur ne montre qu'une seule fois à l'enfant, certes, mais l'enfant verra ses camarades exécuter l'action aussi, et se lancera quand il sera prêt, en ayant observé des dizaines de fois. Ici, tu remplis le rôle de l'enseignant ET des camarades ! :-D

      NB : Antonin n'a "accroché" aux pinces qu'à deux ans passés :
      http://mercimontessori.blogspot.fr/2013/02/pinces-linge.html

      Y'a pas le feu au lac, ta pitchounette est toute petite ! :-)
      (mais lui montrer, c'est très bien !)
      Patience et n'hésite pas à nous redire si tu as encore des questions ! :-)

      Supprimer
    3. Ah, et pour ce qui est de peindre sur son corps, c'est pareil, il faut rappeler les règles, inlassablement.

      Ici, dès que le feutre ou le pinceau a tendance à s'échapper de la feuille, je dis "On peint où ? Sur le ... ?" Et mes deux enfants, en choeur : "PAPIER !". Comme deux enfants très sages ! :-D

      Sauf qu'en réalité, ils ont toujours des traces de quelque chose quelque part, et je ne parle pas des tentatives de déco de la maison (bon, cela reste raisonnable, mais cela arrive...).

      Cela fera son chemin ! :-)

      Par contre, tu peux proposer des séances où c'est permis : peinture de corps dans la bain, par exemple. C'est une expérience sensorielle très riche pour les petits, qui leur permet de prendre conscience de leur corps. Il ne faut pas hésiter ! :-)

      Supprimer
  15. Merci Elsa pour ce post, même si j'étais déjà une "convaincue", je voulais proposer ce matériel à mon 3 ans il y a quelques temps, puis on a surtout fait peinture/pastels etc, puis... j'ai oublié! Alors merci pour la piqure de rappel, je vais le sortir de ce pas pour l'après-sieste ;-)

    Sinon ça n'a rien à voir, et je ne sais pas ce que ça vaut, mais une copine vient de m'envoyer ce lien!
    (j'aurais bien attendu la boite multi-formes si j'avais su avant...)
    http://www.femininbio.com/voyages-loisirs/actualites-nouveautes/materiel-montessori-nature-decouvertes-75589

    Bon dimanche à toutes (et tous ;-))
    Virginie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Virginie !

      Oui, merci pour le lien, je suis au courant au sujet de la collection "Nature & Découverte".

      J'ai même été invitée personnellement par eux à la présentation qu'il ont fait de leur collection aux journalistes, la classe, non ? Bon, OK, en fait, ça n'a rien à voir avec la classe, ils cherchaient des bloggeurs pour leur faire de la pub gratuitement, je ne suis pas dupe ! :-D
      De toute façon, je n'y suis pas allée...

      Je ne peux donc rien dire de cette collection, si quelqu'un a des retours...

      Supprimer
  16. Chez nous, les monochromes de rouge ont la cote, nous utilisons également les pastels secs qui permettent de nombreuses utilisations, et notamment de couvrir la feuille rapidement... Reste à trouver un fixateur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mmm, tu me fais envie avec les pastels secs, je pense que cela va être mon prochain achat d'art pla...
      C'est un signe, je viens de lire cet article :
      http://lesgomettes.canalblog.com/

      Et pof, tu en reparles !

      C'est un signe, je te dis, il m'en faut !!! :-D

      Supprimer
  17. Merci Virginie d'avoir pris le temps de me répondre, c'est bien de savoir que ça se passe comme ça aussi chez les autres parfois…Il est vrai que ce genre de difficultés ne transparaissent pas dans les posts d'Elsa, alors des fois je doute… Tu nous raconterais Elsa??
    Il est vrai que Mathilde a encore quelques difficultés avec les pinces à linge, peut-être a t-elle besoin de voir encore et encore pour s'imprégner du geste. Mais cela signifie déroger à la règle des présentations Montessoriennes. Mais est-ce grave pour des enfants si jeunes? De même parfois elle détourne les activités. Par exemple lorsu'elle remplit les petits moules de noix (le premier plateau d'Antonin je crois), elle le fait (hyper concentrée la semaine dernière, j'étais hyper fière :-)), puis après commence a se ballader avec les noix… Est-ce un problème? Lorsque je tente de lui expliquer que ce n'est pas fait pour ça elle râle, alors j'ai peur de la "dégouter" de l'activité si je la force à les ranger…

    Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur cette question du détournement de l'activité, on la tolère chez des enfants très jeunes, qui ont besoin de se familiariser avec le matériel. Seulement, on rappelle les règle, sans se fâcher, sans forcer à rien, et un jour, ça fera son chemin : "Oh, tu promènes les noix partout, mais ces noix-là ne sont pas faites pour cela. "
      On peut aussi essayer de proposer des échanges, ça marche parfois : "Je te donnes des noix pour que tu les promènes, et celle-là restent sur le plateau, d'accord ?"

      Et si ce n'est pas d'accord, on n'en fait pas un fromage ! :-D

      En fait, c'est un excellent indicateur : quand l'enfant cesse de détourner le matériel, on sait qu'on peut commencer à entrer vraiment dans la pédagogie...
      Car il est exclu de proposer la tour rose, par exemple, à un enfant qui détourne ou qui ne peux pas suivre une présentation en entier !

      Quelque part, les premières activités de vie pratique servent à cela, à entrer dans la méthodologie...

      Supprimer
  18. Merci Elsa pour tes réponses, rassurantes… Merci pour ta gentillesse, et ta disponibilité. Et POUR TON BLOG!!! :-)

    RépondreSupprimer
  19. La première séance au fusain a été un succès! Amusement, travail avec deux fusains de grosseur différente, travail aux doigts aussi après un peu d'hésitation. J'ai vu pour la première fois mon fils tenir un peu mieux son crayon et faire de jolies courbes. Par contre, malgré les précautions, cela a été un peu salissant...il a fallu donner un bain à doudou qui avait été saisi avec les mains...et fiston m'a aidée à le laver (enfin la mousse retenait surtout son intérêt).

    RépondreSupprimer
  20. Ça y est, nous avons essayé le fusain ! La noir a la côte ici aussi, ça lui a plu ! Et je confirme : ce n'est pas plus salissant que la gouache ! En tous sur les deux fois où il a essayé, pas de gros dégâts et ça part bien à l'eau, mieux que la gouache d'ailleurs !
    Il me reste à acheter de la laque, je n'en ai pas, mes cheveux courts n'en ont pas besoin :-D !!!

    RépondreSupprimer
  21. Je me permets un petit commentaire, même si le post date : je professeur des écoles stagiaires, c'est donc ma première année et je suis responsable d'une classe à mi temps. La semaine dernière, j'ai trouvé une boîte de fusain dans la réserve (caverne d'Alibaba) de mon école et je me suis dit : pourquoi pas ? J'ai organisé une session "exploration" du fusain avec mes élèves de grande section, en demi-classe et en autonomie pendant que je m'occupais de l'autre moitié de classe sur un atelier plus "technique". Donc, 28 élèves de 5 ans, ça faisait 14 élèves en autonomie pour explorer le fusain. Je leur avais mis à disposition : une grande feuille A3 chacun, des fusains (en expliquant avant que c'était fragile) et des petits bouts de mouchoirs. Bilan : ils ont adoré ça, ont réalisé des productions magnifiques en utilisant d'eux même (pas tous, mais la plupart) les bout de mouchoirs pour estomper le fusain par endroit. Quant à la logistique, j'avais recouvert leurs tables avec des toiles cirées et quand ils ont eu fini l'atelier, ils sont allés passer les mains sous l'eau, ce qui a suffi à enlever tout le noir du fusain (sans savon).
    Bref, un atelier facile à mettre en place, et à faire évoluer avec plus de contrainte une fois l'exploration terminée.

    RépondreSupprimer