jeudi 5 juin 2014

Waldorf everyday... #2


Bonjour à tous ! :-)

Je reviens aujourd'hui pour le deuxième volet de mon article consacré à la pédagogie Waldorf, bien qu'elle soit certainement, parmi les pédagogies alternatives, celle qui paraisse le plus éloigné de la pédagogie Montessori. Le sens commun lui reproche souvent de ne pas être assez exigeante sur le plan intellectuel - et on fait exactement le reproche inverse à la pédagogie Montessori ! - mais il n'en est rien. Elle s'oppose simplement à intellectualiser les apprentissages avant les 7 ans de l'enfant ; en laissant tout le temps et l'espace au développement de l'imagination, elle donne aux élèves le temps d'expérimenter la vie à leur rythme et de développer leurs capacités physiques et émotionnelles pour évoluer en toute autonomie dans les apprentissages ultérieurs. 

Il faut savoir que, contrairement à la plupart des autres pédagogies alternatives retenues par l'Histoire, l'anthroposophie ne s'inscrit pas dans le mouvement européen d'"École nouvelle". Steiner est né dix ans avant Maria Montessori et décède en 1925, à peu près au moment où la ligue internationnale pour l'éducation nouvelle voit le jour. Il a des ambitions d'un autre temps, qui ne seront pas celle de la génération d'éducateurs qui le suit. Rudolf Steiner ne veut pas seulement éduquer, il veut guérir, et élever des êtres sains, équilibrés dans leur tête et dans leur corps - un des élèves, dont il est le professeur particulier, est hydrocéphale, et il se consacre à son éducation avec dévouement et passion.

Depuis que je connais (un tout petit peu !!) cette pédagogie, je repense souvent à certains élèves qui ont croisé mon chemin et pour lesquels je ne savais que faire : des enfants indéniablement intelligents, peut-être même "supérieurement" intelligents, mais de toute évidence intelligents autrement, et en échec scolaire grave. Je me demande à présent si certains de ces enfants n'étaient pas épuisés, exsangues de toute pensée, pour avoir été "forcés" trop tôt... Tout comme on "force" les plantes de serre, qui fleurissent abondamment et de bonne heure, mais dont les fruits meurent avant d'avoir mûri les graines...

Trêve de sinistres considérations, voici la suite des pistes à travailler pour faire bénéficier nos enfants de cette jolie pédagogie !! :-)

Chantez des comptines et exercez des jeux de doigts.


Redisons-le : la philosophie Waldorf est une pédagogie du corps. Il est donc naturel que les jeux de doigts y aient une place de choix. D'autant qu'il permettent, ainsi que leurs cousines les comptines, d'améliorer la diction, d'enrichir le lexique et la syntaxe, de muscler les doigts, de développer la conscience de son propre corps et la confiance en soi, d'intrégrer le rythme,  d'apprendre à compter...

La main suit la parole, et l'apprentissage se fait multisensoriel, puisqu'il engage la vue, l'ouïe et le geste. Les pédagogies alternatives savent depuis longtemps qu'une telle approche est plus efficace que celles qui consiste à ne privilégier qu'un seul canal. Que votre enfant soit "visuel" ou "auditif", que son intelligence soit "linguistique" ou de type "logico-mathématique", il tirera bénéfice des comptines et jeux de doigts !! Et puis, ils créent du lien entre l'éducateur et l'enfant, et suscitent des interactions. Si vous avez déjà vu le ravissement et l'excitation des enfants d'une classe de maternelle au moment des jeux de doigts collectifs, vous savez ce que je veux dire ! ;-)

Habituez vos enfants à travailler avec leurs mains autant que possible.

Premiers vases...
à la manière des "premiers hommes"... ;-)

L'objectif est double : développer l'imaginaire et muscler les petits doigts. Et le niveau d'exigence est assez élevé : dans les écoles Waldorf, on tricote avec ses doigts en maternelle, et avec des aiguilles dès le CP ! Très vite, les élèves savent réaliser des merveilles... Je dirais sans mentir qu'un enfant de CE2 est plus doué que moi de ses dix doigts !

Cet aspect de la pédagogie relève d'un autre principe : l'apprentissage par les arts, qui font partie intégrante de toutes les leçons, que ce soit sous forme de théâtre, de danse, de musique, d'arts visuels... ou d'artisanat. Vous ne trouverez pas de manuel dans une classe Steiner ; mais chaque élève illustre son propre cheminement dans son cahier personnel.

Allez faire un tour ICI ou si vous chercher des idées de réalisations Waldorf... :-)

Impliquez vos enfants dans les tâches ménagères. 


Les enfants développent leur autonomie et prennent concience de leur importance en tant que membre à part entière de la famille en exécutant des tâches ménagères. Et passer un coup de balai ou essuyer une table, c'est aussi une occasion supplémentaire d'utiliser ses mains et de bouger son corps. Tiens, tiens, tout cela me rapelle quelque chose, pas vous ? ;-)

Dans les écoles Waldorf, comme dans les écoles Montessori, les enfants participent activement aux travaux d'entretien tels que le lavage des vitres, celui des tables ou du sol. 

L'idéal est de commencer le plus tôt possible - même si c'est agaçant et contraignant d'avoir un bébé "dans les pattes" quand on aimerait aller vite et passer à autre chose... - pour ancrer ces bonnes habitudes et faire en sorte que l'enfant considère plus tard ces travaux comme naturels. Mais il n'est jamais trop tard pour commencer ! Plus l'enfant est âgé, plus il vous faudra répéter, répéter, répéter, revenir à la charge - ne rien lâcher, mais dans la joie et la bonne humeur, hein !

Chez nous, par exemple, les enfants ont l'habitude de mettre leur linge au sale quand ils se déshabillent. Bon, pour être honnête, la seule difficulté est qu'ils aiment tellement cela que TOUT finit au sale, même ce qui est encore propre !! Je repêche discrètement le petit gilet qu'on venait de sortir de l'armoire... une fois qu'ils ont quitté la salle de bain... De même, ranger les jouets d'eau dans une barquette, et rincer la baignoire fait partie intégrante du rituel du bain. Antonin est toujours très partant pour placer le couvert, mais le débarrassage est un peu plus compliqué, les enfants ont tendance à décrocher avant que tout ne soit au lave-vaisselle... Étendre le linge est une grande passion, je crois qu'il va falloir que j'installe une corde à leur niveau...

Quant au fameux rangement de chambre, voici un petit document qui illustre à merveille les étapes de cet apprentissage complexe :

"J'ai tout essayé !", Isabelle Filliozat, Anouk Dubois, JC Lattès, 2012.
 
Proposez des séances d'aquarelle.


L'aquarelle est le médium de prédilection des écoles Waldorf. Les petits la découvrent à travers une progression rigoureuse - d'abord le bleu, puis le rouge, et le jaune. Très progressivement, de manière raisonnée, les éducateurs les initient ensuite au mélange des couleurs. Pour avoir expérimenté une progression de ce type avec Antonin, je dois dire que je suis stupéfaite de la compréhension profonde qu'il en a tiré de la fabrication des nuances et des couleurs secondaires. S'il n'est pas (plus ?) tout à fait capable de restituer du tac-au-tac quelles couleurs sont nécessaires pour en obtenir une troisième, je pense que les bases sont déjà jetées pour que la compréhension intellectuelle des phénomènes d'optique, étudiés à partir du collège, se fasse sans encombre.

Si vous proposez des séances d'aquarelle waldorfiennes à votre enfant, essayez de vous procurer des feuilles de grand format - de façon à favoriser de larges gestes, et donc, une fois de plus, le mouvement. Attention, le papier à aquarelle est un papier spécifique, il est très épais - un peu comme du buvard - et vous n'obtiendrez pas de résultat probant si vous travaillez sur du papier ordinaire ! On commence la progression par la technique dite "mouillé sur mouillé" : la peinture est appliquée sur un support imprégné d'eau claire et se diffuse à la surface. Donnez à votre enfant une petite éponge et un bol d'eau et laissez-le humecter sa feuille. Puis proposez-lui l'aquarelle (sans ôter l'éponge et l'eau) et laissez-le expérimenter les effets produits : si des flaques se sont formées à la surface du papier, la couleur va se répandre d'une manière très aléatoire ; si l'eau commence à pénétrer le papier, les couleurs se fondront entre elles avec de mutiples effets ; si l'eau est déjà absorbée, on obtient un rendu pâteux... Plus le papier est sec, plus la couleur est difficile à manier. Si certaines zones de la feuille n'ont pas été humectées, le trait reste net, et ne se diffuse pas. 

De telles séances sont si riches d'informations physiques qu'elles peuvent se répéter un nombre incalculable de fois !! :-)

Lisez des classiques, tels que contes traditionnels et contes de fées.


Pas de pédagogie Waldorf sans contes de fées et fables à gogo. Le mieux étant de les lire à haute voix, et si possible, sans s'appuyer sur des images, de manière à laisser l'imagination de l'enfant "faire le travail". On peut aussi conter, sans filet, si on s'en sent le talent.

Cette place du merveilleux fait frémir les montessoriens, adeptes de vérités et de documentaires. Il n'en est pas moins vrai que ces contes ancestraux ne sont pas parvenus jusqu'à nous par hasard. Et qu'ils véhiculent tous quelque chose de capital sur la compréhension de soi et de l'humanité en général. Je vous renvoie au grand classique de Bettelheim si vous en doutez. Les contes encouragent la rélexion, sensibilisent à la morale, permettent une connection rare entre auditeur et narrateur... Ils permettent surtout de grandir harmonieusement en assassinant ses démons personnels...

S'il n'est pas question chez nous de réduire le monde de la littérature jeunesse aux contes traditionnels, il est certain qu'il ont déjà une place de choix dans nos coeur. Seulement... à chaque âge ses plaisirs, voyez-vous. J'y vais doucement. Antonin a encore de grosses difficultés pour restituer une histoire connue ; il aime savoir si les êtres dont on parle (dinosaures, dragons, extra-terrestres ou sorcières...) existent ou pas, mais je ne suis pas sûre de ce que cette expression veut dire pour lui. Je sais qu'à l'école il a étudié Boucle d'Or ; nous avons lu aussi La petite poule rousse dans plusieurs versions, et j'ai introduit récemment l'histoire des Sept biquets (sans réaction particulière de sa part, d'ailleurs). Mais j'ai remarqué quelque chose : il est des situations où les contes me sauvent, et dans lesquelles ils sont toujours écoutés avec attention. C'est quand je n'ai aucun livre sous la main et que je me mets à raconter. Nous attendons notre tour dans une file d'attente ou les enfants s'impatientent en voiture ? Boucle d'Or, à la rescousse !! Je conte de mémoire (bon, c'est facile, on la connait tous par coeur, hein ?), en prenant soin de laisser une place de choix à mon jeune auditeur qui complète mes phrases avec bonheur.

Alors, toute montessorienne que je suis, je vous le dis : vivement le temps des princesses et des dragons, des nains malicieux et des ogres stupides !! On va bien rigoler ! :-D

Invitez vos enfants dans votre cuisine

Confiez à Louiselle une carotte à éplucher :
elle ne se contentera pas d'en ôter la peau... Elle en fera des tagliatelles ! :-D

Dans les écoles Steiner, comme dans les écoles Montessori d'ailleurs, les enfants ont une part active dans l'élaboration des collations du matin, qui sont prises dans les "petites" classes. Cuisiner est un acte pédagogique très riche, qui permet la construction de multiples compétences, qu'elles soient mathématiques, scientifiques, motrices, ou de l'ordre du développement de l'autonomie ou du savoir-vivre.

Je ne m'étends pas sur ce sujet, fréquemment traité sur ce blog, et vous renvoie si vous le souhaitez ICI, ICI, ou .

Mangez aux chandelles.


Bon l'idée peut faire sourire, et je ne sais pas du tout si, effectivement, les enfants des écoles Waldorf mangent à la lueur des bougies... Mais on trouve des bougies dans tous les recoins de cette pédagogie, alors pourquoi pas, tout simplement, sur la table à manger ?

Je vous suggère en tous cas d'essayer. C'est incroyable comme la présence de ces deux grosses bougies rouges (qui prenaient la poussière au grenier...) ont bouleversé le déroulement de nos repas. Les enfants les admirent beaucoup, et la vue des flammes les calme. Lorsque le repas est terminé, ils éteignent une mèche chacun, et c'est le signal pour eux que l'on peut passer au débarrassage. Si j'oublie ces bougies, deux petites voix me les rappellent toujours !

Depuis la rédaction de cet article, les temps de repas se sont sensiblement apaisés, même si nous sommes encore loin du moment de reprise d'énergie dont nous, les adultes, aurions besoin... Depuis peu, nous avons réinstitué les dîners en famille, et j'en suis très heureuse. C'est vrai que partager simplement un repas est un de ces actes qui font de nous "une famille", et qu'il est impossible d'exagérer l'importance de ces moments.

Voici deux petits rituels (qui n'ont rien d'originaux !!) qui mettent mes enfants en joie : le "Bon appétit !!!" lancé à la cantonade une fois les assiettes remplies, et le "Tchin !" lorsqu'on trinque (à l'eau !!), en se regardant droit dans les yeux. Un excellent moyen de faire boire les tout-petits, puisqu'après avoir entrechoqué les verres, il faut avaler au moins une gorgée !! ;-)

D'autre part, la pédagogie Waldorf insiste beaucoup sur le respect à porter à la nourriture. Ce qui peut être insufflé très naturellement à travers de petits jeux tels que : "Qu'est-ce que c'est, ça ? Du pain. Avec quoi est-il fait ? Du blé. Où trouve-t-on le blé ? Comment le transforme-t-on en pain ? etc.". L'alimentation Steiner est céréalienne et biologique ; si ce n'est pas le cas chez vous, attention : remonter la "chaine de son assiette" jusqu'aux inondations de pesticides et aux massacres industriels n'a rien de bien appétissant... Et il faut admettre qu'il est un peu difficile de ressentir - et donc de transmettre - de l'estime pour des produits dénaturés. À vous de voir ! :-)

Voilà pour aujourd'hui ! J'espère que le petit tour de piste vous a plu, et je reviens bientôt pour des sujets plus montessoriens...

(Il semblerait que la séquence 5 sur l'apprentissage des couleurs est presque mûre...
Mais, chut, je ne vous ai rien dit !!)
:-)

22 commentaires:

  1. Un très beau tour de piste... J'ai testé le repas aux chandelles mais lumières éteintes cet hiver accompagné du feu dans la cheminée... C'était magique. Tu m'as donné envie de recommencer.

    Pour ce qui est des contes de fée, j'ai également lu Bettelheim et j'avoue que c'est une référence. Nous en avons longuement parlé en formation Montessori, et ce que j'en ai retenu, c'est que Maria Montessori était très croyante et l'éducation religieuse était comprise dans sa pédagogie avec l'histoire des saints et des miracles. A l'heure actuelle, sous un regard laïc, ces histoires merveilleuses ressemblent aux contes par la morale et le merveilleux qui s'en dégage.

    Alors, le conseil qui nous a été donné, c'est qu'effectivement, un enfant qui ne reçoit pas cette éducation religieuse et croyante, oui il faut lui fournir du merveilleux ou du moins de l'imaginaire car il y puisera des clés et un cheminement, car tel est le rôle des contes (notamment selon Bettelheim).

    Bonne journée chez vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cet éclairage, Céline !

      Supprimer
  2. Merci pour ces deux petits articles sur le sujet Waldorf_Steiner ... un jour je lirai Steiner (j'aibquelques ouvrages empruntés à des amis ds ma bibliothèque qui m'attendent sagement!!) mais je vais déjà finir de lire et rerelire Maria!
    J'ai suivi dernièrement un atelier de laine feutrée et j'ai adoré passé ce moment avec des enfants de 5/6 ans à côté de moi qui me donnait des conseils et en savait plus que moi ;-) Je tenterai l'expérience avec les filles cet été au jardin qd j'aurai trouvé de la laine à feutrer.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour tes 2 articles.
    Ça m'a donné envie de tester l'aquarelle avec les élèves de ma future classe (PS-MS-GS). Donc à mettre dans mes commandes pour l'an prochain. Je vais aussi y mettre un gros pain de terre. J'ai déjà des aiguilles à coudre (en plastique) et du fil dans ma classe que je proposerais à mes futurs élèves.
    Moi qui comptais mettre l'accent sur la vie pratique juste à la façon "Pégagogie Montessori" pour développer la motricité fine, je vais pouvoir élargir mes propositions pédagogiques ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je suis bien contente si j'ai pu te donner des idées... moi qui m'inspirais beaucoup ton blog lors de mon dernier poste en PS... Ça me fait plaisir !! :-)

      Supprimer
  4. Tiens c'est bizarre, j'ai publié un commentaire tout à l'heure et il a disparu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben alors ??? :-(

      En tous cas, en voici une copie :

      "Merci pour cette jolie suite !
      Je retiens principalement deux idées : les bougies et l'aquarelle. Pour la première, pas de souci de mise en oeuvre, pour la deuxième, en revanche...je n'y connais rien et suis absolument nulle en arts plastiques ! Il va falloir que je bûche un peu avant de lui proposer ! Pour le reste, il y a beaucoup de choses que nous faisons naturellement, sans les raccrocher à une pédagogie ou un courant de pensée particulier.
      Je pense que je n'accrocherai jamais avec l'anthroposophie (expérience personnelle de rencontre avec un "adepte") mais je reconnais que je suis tout à fait partisane de la simplicité et du rapprochement avec la nature que préconise la pédagogie Waldorf.
      Merci encore pour cette mise en lumière ;-) ! "

      Supprimer
    2. Merci Elsa :-) !
      Bizarre cette disparition...

      Supprimer
  5. PASSIONNANT ! et très inspirant. Je découvre ce blog et ne cesse de prendre des notes : merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue à toi !
      Et merci du retour ! :-)

      Supprimer
  6. Merci beaucoup Elsa pour ces 2 articles que j'adore ! C'est très intéressant de découvrir d'autres pédagogies... Je me rends compte que celle-ci me correspond assez bien et je trouve en effet que ça complète bien la pédagogie Montessori... Moi qui suis dans mes interrogations sur le fait de laisser jouer les enfants le plus longtemps possible, ça répond à mes questions ;-)
    Concernant la TV, nous en avons une mais je la délaisse de plus en plus... Nous regardons uniquement des séries enregistrées mais rien en direct, de toutes façons tu ne rates vraiment rien à mon avis !
    Je suis très curieuse de savoir ce que vous faites le soir pour celles qui n'ont pas du tout la TV ? Parfois j'ai l'impression que j'en ai besoin pour me détendre et me changer les idées... C'est un très mauvais réflexe !
    Le petit de 2 ans la regarde très rarement et pour le grand de 6 ans j'enregistre certains documentaires que je lui montre parfois (sur les animaux) ou alors c'est DVD ou vidéos sur internet... Ils deviennent très vite accros, ça me fait peur...
    Voici mes envies après lecture de tes articles : Jeux de doigts, aquarelle, contes, bougies et faire la fête !
    Aurélie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que faire sans télé? Et bien moi je dors principalement. Sinon un petit passage sur l'ordi, de la lecture et je dors. (Euh je crois que je l'ai déjà dit) Ah et je discute avec mon homme aussi...

      Une maman d'un enfant de bientôt 3 ans et d'un enfant de 7 mois qui est en manque de sommeil.

      :))))))))))

      Supprimer
    2. Salut, Aurélie !

      Oui, regarder quelque chose peut être bien agréable le soir, j'en ai souvent envie aussi. Pour cela il y a les DVD (on a eu notre période "Chapeau melon et bottes de cuir", puis "Hercule Poirot", puis "Monty Python Flying Circus" et maintenant c'est "Columbo" !!) ou Arte+7 (Pas question de rater un "Karambolage" !!).

      Et le samedi, grand luxe : c'est soirée film sur grand écran (on n'a pas de TV, mais on a un rétroprojecteur) : en ce moment, on enchaîne les film japonais ("Still walking" est le dernier en date). Nous sommes complètement cinéphiles, mais une fois de plus la TV ne répond pas du tout à nos attentes de ce côté-là...

      Et sinon bien sûr : lecture, lecture, lecture, un peu d'ordi, quelques jeux de société, ou, avec les beaux jours, farniente dans le jardin... :-)

      Supprimer
    3. Ici nous n'avons plus la télé depuis 6 mois et franchement moi c'est l'inverse : je me demande comment font toutes ces mamans qui regardent la télé le soir pour réussir à gérer tout le reste !? Surement une question d'organisation, certes, mais moi c'est seulement à partir de 20h30-21h que je prépare notre repas d'adulte et celui pour le lendemain midi de mon ainée chez la nounou, donc absolument pas de temps libre pour la télé...Si je préparais tout ça plus tot dans la soirée, ça empiéterait forcément sur le peu de temps que j'ai avec ma fille le soir quand elle rentre de chez la nounou et jusqu'à ce qu'elle se couche.

      Et puis après avoir géré l'intendance "nourriture" et autres lessives, rangement etc., s'il reste du temps et du courage, et bien c'est plutot Internet ou lectures.
      Sinon on passe aussi du temps tous les soirs pour écrire dans notre "journal de la famille" ce qui s'est passé de marquant dans la journée, afin que nos enfants retrouvent ce trésor quand ils seront en age de s'y intéresser.
      Et hier soir par exemple c'était atelier photos : j'ai fait développer plein de photos à envoyer à toute la famille, à annoter au dos avec date etc. et de temps en temps c'est aussi atelier écriture de cartes à envoyer pour anniversaires & Co, tout ça c'est chronophage et avec la télé je pourrai pas gérer c'est sur !!

      Supprimer
    4. Euh pareil! Ça nous arrive de temps en temps de regarder un film choisi mais le reste du temps il y a tant a faire! De l'intendance certes mais aussi bcp de bricolage ( couture pour moi notamment) de la musique parfois un jeu de société des soirées a refaire le monde avec mon mari et d'autres a entretenir les amitiés piouf heureusement que je ne regarde pas la télé ! Pour ce qui est de me détendre occuper mes mains est pour moi le meilleur moyen! Quant aux enfants ils peuvent regarder un épisode de bouba quand on sort et que le baby-sitter vient si non a part quelques vidéos type c'est pas sorcier ils ne regardent pas la télé RT c'est tant mieux

      Merci Elsa pour ces 2 articles passionnants. J'ai vraiment l'impression d'être m Jourdain qui fait du Waldorf sans le savoir !! Et c'est très decomplexant par rapport a Montessori

      Supprimer
  7. Passionnant, comme d'habitude, merci.

    Eve

    RépondreSupprimer
  8. Une suite encore très intéressante.
    Je pense qu'il est assez simple, au final, d'incorporer ce genre de principes à la vie de tous les jours. Et justement pour limiter les temps de TV. Je crois que c'est un peu au final ce qui fait que parfois, c'est la solution de facilité pour cadrer les enfants, le soir, parce qu'on est fatigués et qu'on a envie de souffler. Mais justement, je pense qu'en proposant des choses comme ça, ou du jeu libre sur un temps donné, ça permet de s'en passer. Bon, je suis peut-être naïve. Après tout, mon fils n'a qu'un an et je n'ai pas encore ce problème !
    Personnellement, je vais essayer de rester dans cet état d'esprit que tu présentes, ça me plaît bien ! : ) Peut-être pas jusqu'à dîner aux chandelles, je pense pas que le papa adhère au concept mais le reste, oui. D'ailleurs, fiston s'est découvert un très grand intérêt pour vider la machine à laver. Comme ça, d'un coup. Il n'est pas "content" si je le fais à sa place. Là, j'attends qu'il se réveille de sa sieste ;)

    Merci encore pour ces deux articles qui m'ont donné envie d'aller fouiner un peu sur des blogs Waldorf :)

    RépondreSupprimer
  9. Beaucoup de choses qui me parlent dans ces deux articles...
    Pour les contes, je ne sais pas si tu connais la collection "A petits petons" chez Didier Jeunesse, mais elle est vraiment adaptée pour des enfants petits, souvent trop jeunes pour les contes traditionnels les plus connus. Ils sont écrits par des conteurs et toujours agréables à lire à haute voix : http://www.didier-jeunesse.com/collection/08-a-petits-petons/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lila !

      Oui, je connais bien cette collection, elle est excellente ! Et "Monsieur Zouglouglou" est mon favori ! :-)

      Supprimer
  10. Merci pour ces deux articles. Nous avons mangé avec une bougie sur la table ce soir et mon fils de 2 ans et demi a beaucoup aimé...et il a très bien mangé ! Il était impatient de souffler la bougie en fin de repas alors je crois que ça l'a motivé. Par contre c'est toujours difficile avec lui le jeu libre, il a besoin qu'on joue avec lui, pas de jouer près des adultes, non non il veut qu'on se consacre à lui. Et pour la TV...j'avoue lui mettez un dessin animé pour avoir 5 minutes à moi, je n'en suis pas fière et je dirais même que je le vis comme un échec puisque depuis sa naissance nous ne regardons plus la TV et il n'a jamais vu de dessins animé jusqu'à ses 2 ans.

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ces deux articles hyper complets!! Et si cela t'intéresses, il y a aussi un chouette film qui a été réalisé dans une école waldorf: https://www.youtube.com/watch?v=enXimvGNak8&feature=youtu.be
    En tout cas encore merci pour ce partage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce lien, Nadège !!

      Je vais me regarder ça, une de ces quatre soirées, et je vais passer une soirée bien agréable !! Merci ! :-)

      Supprimer