jeudi 12 décembre 2013

Panier phonologique

En début de semaine, alors qu'Antonin cherchait en vain la photographie de la poêle à frire dans son Imagier de toute l'année, je lui proposais de chercher dans l'index situé en fin d'ouvrage. Tout en parcourant du doigt la page des mots commençant par la lettre "P", je répétais entre mes dents "ppp...". Normal, quand on cherche un mot par ordre alphabétique, vous ne faites pas cela, vous ? :-D

"Pppp comme Poêle !", a déclaré Antonin, qui avait à coeur de m'aider un peu.

Ah. J'ai su alors que le moment était venu. Le moment de concocter un premier panier phonologique !


Pour cela, c'est très simple. Il faut un petit contenant, qui restera dédié à l'activité sur une looongue période, ce petit jeu étant à poursuivre (avec de multiples variantes) jusqu'à l'entrée en CP... et parfois au-delà !

Dans ce panier, j'ai rassemblé dix objets, issus de notre vie quotidienne, récoltés au hasard de mes trouvailles. Hasard ? Enfin, pas vraiment. Chacun des noms de ces objets comencent par un phonème différent ; de plus, si la majeure partie de ces objets sont bien connus d'Antonin qui sait les nommer (voiture, cheval, ciseaux, dé...), j'ai aussi glissé quelques objets familiers plus obscurs (anneau, élastique, ruban...). L'accroissement du vocabulaire est un objectif collatéral de ce petit jeu !

L'objectif principal, vous l'avez compris, est de déclencher chez l'enfant la prise de conscience des sons de la langue.

Mes deux enfants ont vraiment accroché. Oui, même Louiselle, qui n'entend goutte à la phonologie, mais s'amuse à répéter les drôles de sons que j'émets (Shhhh !) et à mémoriser les noms des objets. Et cette histoire de "Petit oeil" la met en joie !!"

Car voici comment les choses se passent : en théatralisant au maximum, je prends notre panier sur son étagère et dis : "Mon petit oeil... voit... un objet dont le nom commence... par le son "gu" !". J'accompagne le phonème du signe correspondant dans la méthode Borel-Maisonny qui, à mon sens, permet vraiment d'objectiver le son produit. Ce faisant, je saisis la gomme et la montre à mes enfants. "Gomme !, s'exclame Antonin, ravi. Ggggggomme !". Il a tout compris, mon Damoiseau. C'est vraiment le bon moment pour lui pour commencer cette activité !! Puis je passe à un deuxième objet.

Bien sûr, le contenu du panier varie légèrement au fil du temps. Il faut seulement veiller à panacher les sons initiaux des objets, et à laisser dans le panier, le temps nécessaire, les objets dont le nom n'est pas encore acquis.

Ici, les effets de ce nouveau jeu (qu'Antonin me réclame chaque jour) n'ont pas tardé à se faire sentir.

"Antonin, viens, tu as la peau irritée par le froid, je te mets un peu de crème sur les joues.", lui dis-je tout à l'heure après le déjeuner.

Antonin se laisse badigeonner de gras silencieusement et soudain :

"Crème", c'est comme "Crêpe" !", conclut-il joyeusement.

Une nouvelle ère s'ouvre à nous... ;-)

30 commentaires:

  1. On fait la même ici, à la différence que je ne présente les objets/sons que par 3 pour l'instant.
    Et c'est vrai, les jeux sur la phonétique arrivent vite (ex: mamie Françoise c'est mamie framboise!)...
    On va bien s'amuser!! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Tu vas lui permettre d'apprendre à écrire puis à lire, avant le CP, alors ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lui permettre ? Euh, ben moi, tu sais, je suis, c'est tout...
      On verra bien ! ;-)

      Supprimer
    2. Je disais cela parce qu'il est scolarisé, et que tu as dit, il me semble, que tu ne voulais pas trop interférer avec les apprentissages de l'école.
      Commencer à travailler la conscience phonologique peut conduire très rapidement à l'écriture et la lecture... alors, je me demandais comment tu allais gérer cela avec l'école ? (si Antonin prend bcp d'avance. Déjà en calcul visiblement, puis en lecture si tu continues)
      C'est une vraie question, hein, pas une boutade.
      Ma fille ainée sait lire depuis ses 3 ans et demi.
      Ces derniers temps, elle réclame d'aller à l'école (pour les copains, la motivation est très clairement exprimée). Hormis le fait que nous ne sommes pas spécialement favorables à la remettre à l'école, nous nous posons la question de savoir quelle politique adopter : la laisser dans sa classe d'âge (elle devrait être en GS.) ou lui faire sauter une classe ou 2 (elle suit grosso modo un CE1; grosso modo, car nous suivons exclusivement une progression Montessori. DIsons qu'en grammaire, elle a un bon niveau CE1, en calcul, elle est à l'abstraction de l'addition à 4 chiffres et retenues, et pas bien loin de celle de la soustraction. Mais pas encore vu la multiplication... Voilà, en gros).
      Ton avis de maman et d'instit m'intéresse :)

      Supprimer
    3. Oh, Mathilde, je ne l'avais pas pris comme une boutade !! Tu sais, je ne suis pas "vexable" ! ;-)

      Non, ta question est très intéressante, mais à vrai dire, je n'en suis pas là, et peut-être que j'occulte un peu...

      Je te corrige : Antonin n'est pas particulièrement "en avance", il est juste... lui. Bon. Je fais avec ! :-D

      Je ne sais pas du tout comment les choses vont évoluer, mais je sais que :

      1. Je n'imposerait aucune sote de "travail" à mes enfants dans la mesure où ils sont scolarisés. Donc, tout est ludique à 200% et s'ils refusent une activité, cela n'a aucune importance. Ça parait bête comme ça, mais ça n'a pas été facile à accepter pour moi, et c'est ce que j'essayais d'exprimer dans cet article-là :

      http://mercimontessori.blogspot.fr/2013/09/une-nuit-dinsomnie-etat-des-lieux.html

      2. Je suis. Bon, je vois que mon fils rentre dans la consicence phonologique, je lui propose un jeu. Il se trouve qu'il accroche (c'est rien de le dire, il adore et insiste sur les premier phonèmes des mots à tout va, dans la vie courante, en me regardant d'un air coquin). Cet intérêt peut retomber demain, mais une chose est sûre : je suis bien contente d'avoir pris la balle au bond ! Et on verra bien !!

      Entre prendre conscience des sons de la langue et apprendre à lire, la marche est haute. Trèèèès haute. Nous verrons bien, et je n'avancerait qu'avec l'aval d'Antonin (à l'aune de son plaisir).

      Je ne fais pas différemment pour Louiselle, et non, je ne sais pas où ça va nous mener ! :-D

      J'essaie toujours, très honnêtement, de ne pas inférer avec le travail de la prof... Je crois que j'y arrive... En fait, il s'agit souvent de "compléter". Par exemple, les arts pla sont à l'honneur chez nous depuis que je me suis aperçue qu'elle ne faisait PAS art pla dans la classe - du moins pas le matin. Quant à sa façon d'aborder la numération par exemple, je respecte, voire je rebondis. J'essaie "d'aller dans le sens de", pas de "contrecarrer". L'avantage, c'est que je vois d'un coup d'oeil où elle va, parce que c'est mon métier aussi !!

      Pas sûre d'avoir répondu à ta question...

      À présent, concernant le problème d'une enfant comme la tienne qu'on "ré-injecte" dans le système classique, c'est un vrai casse-tête... Que tu rencontreras en CP... ou en CE2... (elle aura un niveau CM2) ou en 6e (elle aura alors un "niveau" l3e !!) etc... D'autant que l'écart dont tu parles est exponentiel...

      Quel problème ! Les instit' se chargeront de lui faire sauter des classes, mais après il faut voir si elle, elle sera contente de quitter ses copines pour aller avec des plus grands... Que c'est compliqué !!

      Je veux bien que tu me tiennes au courant, le moment venu... ;-)

      Supprimer
    4. Merci de ta réponse. Je ne dis pas que tu vas les forcer à apprendre à lire, non non non... mais que tu leur donne les outils pour y arriver, peut-être plus rapidement que tu ne le crois ;) Les enfants sont souvent très forts pour nous épater :)
      Quand je disais qu'Antonin était en "avance", je pensais par rapport à un niveau scolaire donné (ne nous voilons pas la face hein, à l'école, on attend certaines choses à tel âge... c'est bien pour cela que bcp sont en échec scolaire, non ?). Comment envisages-tu qu'il sache lire (peut-être, OK) avant le CP ? comment vas-tu l'accompagner ?
      Bref, merci pour ton regard sur ma situation. Je ne pensais pas que l'écart serait exponentiel. Parce que justement, il y a des moments où elle n'avance plus, ou moins vite. Je caresse le doux espoir que le fossé se comble en fait (parce qu'apprendre à lire avant 6 ans n'est pas si extraordinaire). Je n'ai pas envie qu'elle saute des classes (pour les raisons que tu pointes, et en même temps, je n'ai pas envie qu'elle perde sa joie d'apprendre parce qu'elle s'ennuiera plus ou moins en classe. Quel dilemme !
      Bon, pour l'instant, on continue l'IEF et je travaille à leur proposer bcp de contacts avec de copains. Mais l'Ecole restera toujours un mythe difficile à remplacer, je crois :D

      Supprimer
    5. Comment j'envisage l'éventualité qu'Antonin sache lire vant le CP ?? Ben, je n'envisage pas. Il n'a pas encore trois ans et commence tout juste à parler couramment. C'est mon bébé !! :-D

      Je vis le moment présent et on verra bien. Ce qui est sûr, c'est que je l'accompagnerai, mais mon petit doigt me dit que bientôt ce sera : "Oh non, Maman, laisse-moi tranquille avec tes jeux, ils sont nuls, laisse-moi jouer !" :-D

      Et je regretterai mon bébé... :-D

      Bon courage, la voie de l'IEF est semée de questionnements et de dilemnes... Mais tout ce que tu rapportes m'a l'air tellement positif, aussi ! :-)

      Supprimer
    6. Pour info les enfants en Inde (enfin, ceux qui vont à l'école...) apprennent à lire à 5 ans. En anglais et en hindi, soit deux alphabets différents. Cela permet de voir d'un oeil nouveau les enfants qui apprennent à lire bien avant 6 ans, juste parce que cela correspond à un intérêt et pas parce que le prof le demande.

      Ma mère aime toujours me raconter que c'est ma nourrice qui m'a appris à lire, en quelques jours, avec des bouts de cartons pour écrire les lettres : elle en avait assez que j'embête les grands qui faisaient leurs devoirs autour de la grande table après l'école. Je devais avoir 4 ans. Je confirme que l'école a été ensuite, comme pour bien des enfants "en avance" et curieux, une looooongue période d'ennui.

      Pour la tienne Mathilde si l'école n'est qu'un moyen de voir les copines, autant les voir le plus possible en dehors en effet, faire des choses passionnantes en IEF, et lui rappeler qu'à l'école on ne peut pas jouer, pas parler, pas bouger... c'est pas si fun ! Un mythe ca se déconstruit ;o) Bon courage !!

      Supprimer
  3. Tiens ça me rappelle des souvenirs... ces premiers temps de découverte des sons qui se ressemblent !

    Ici, quand j'avais préparé un tel panier... elle s'est empressée d'aller remettre chaque objet à sa place. Bon, tant pis, on a fait autrement !

    RépondreSupprimer
  4. Ça me rappelle aussi plein de trucs! Et ils utilisaient aussi Borel-Maisonny (un peu) et les Alphas (beaucoup) :) Je me réjouis de revivre ça avec mon loulou!

    RépondreSupprimer
  5. la méthode borel maisonny... la maitresse de ma fille (MS) a dit l'utiliser cette année lors de la réunion de rentrée. j'avais acheté le bouquin Bien lire et aimer lire... mais je ne me suis pas encore plongé dedans pour le moment... merci pour le lien...moi qui ne suis pas instit mais "juste"maman je voulais comprendre sa méthode d'apprentissage...
    Donc si je comprends bien pour le moment ils apprennent la sonorité des mots, c'est la base de la lecture c'est ça?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc en plus de son travail à l'école je pourrais proposer ce genre de panier à sons?
      Anaïs

      Supprimer
    2. Bonjour Anaïs !

      Tout à fait, je vous le recommande vivement : ce type de jeu (cela doit toujours rester très ludique, hein ?) ne peut en aucin cas interférer avec le travail de l'enseignante ; cela ne peut qu' "aller dans le bon sens" !!

      Greffez-y les signes Brel-Maisonny ou pas, c'est facultatif.

      Oui, entendre les sons de la langue est un préalable capital pour l'apprentissage de la lecture. Car comment comprendre que des signes écrits (les lettres) codent des sons (c'est le cas dans notre écriture, mais ce n'est pas ainsi dans toutes les cultures, cf. langues asiatiques) si on n'entend pas ces sons ? Dans la chaîne parlée de tous les jours, on ne dissocie jamais ces sons, ils vont partie du flux. Il faut faire un gros travail d'abstraction pour prendre le mot comme un mot (suite de sons et non comme signifié) et etendre les sons simples qui le composent. D'où la grande importance de ce travail ! ;-)

      Supprimer
    3. Merci pour ta réponse Elsa.
      Je pense qu'on va s'amuser avec notre panier à animaux!

      Supprimer
    4. D'autant que je remarque que ma fille aime écouter et chanter des chansons, notamment celles avec les rimes (La chanson des yaourts d'Anne Sylvestre par exemple). Alors elle doit aussi être attirée par la phonologie.

      Supprimer
    5. Ce matin on a pris le panier des animaux avec ma fille, testé et approuvé! Le papa nous a regardé faire et je lui ai dit l'importance de cette étape phonologique pour les apprentissages.

      Supprimer
  6. Je suis historiquement dyslexique (je dis historiquement parce que à part que moi je sais que je mets un peu plus de temps pour certaines choses cela ne se voit plus) et donc j'ai beaucoup d'hésitation à me lancer dans la présentation des sons à ma fille, j'ai peur de prononcer le mauvais son... Une piste pour me dépatouiller avec cela ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cécile !

      Tout d'abord, merci pour votre question passionnante ! ;-)

      Sans doute le savez-vous déjà : en pédagogie Montessori, on a droit à l'erreur. cela vaut pour l'adulte aussi. L'erreur n'est pas une "faute", encore moins une faute "morale". On le sait, mais c'est difficile à intégrer dans notre société judéo-chrétienne... et en tant que (ex-)dyslexique, vous devez en savoir quelque chose... si vous avez des souvenirs de votre scolarité....

      Bref. Le mieux, c'est de dire à vos filles : "J'ai un super jeux à vous montrer. Mais voilà : parfois je me trompe à ce jeu, cela peut m'arriver." Racontez-leur votre dyslexie, les enfants adorent (et ont besoin de) savoir un maximum de choses sur l'enfance de leurs parents. "Donc, nous allons jouer à un jeu, mais il se peut que je me trompe. Si c'est le cas, ce n'est pas grave, vous me corrigerez, et on rigolera bien".

      Dans la première version du jeu (celle que je décris dans cet article) vous tenez l'objet dans vos doigts. Privilégiez, si vous n'êtes pas sûre de vous, des objets que vos enfants savent nommer. Vous tenez un petit sapin et vous dites "Zapin" (je dis n'importe quoi), vos filles vont vous corriger. L'objet sert au contrôle de l'erreur, même s'il s'agit de votre erreur, à vous.

      Et le but est atteint : leur faire entendre les sons de la langue.

      À mon humble avis, il est très bon pour les enfants de savoir que l'adulte est perfectible (donc imparfait, qu'il peut se tromper). Cela lui donne confiance en lui et lui donne un juste regard de l'humanité.

      Alors, je dirais : vous risquez de prononcer le mauvais son ? Tant pis. Lancez-vous ! Il n'y a aucune raison d'avoir peur pour ce genre de broutilles, et vos filles vont vous le faire comprendre vite, à mon avis !! (Elles vont être ravies de vous prendre en défaut, je vous préviens...) :-D

      (Et tenez-moi au courant si vous le pouvez).

      Supprimer
  7. Ici on joue souvent à table, ou ... un peu partout quand ca nous chante! Et la maitresse pratique bcp aussi :-)

    RépondreSupprimer
  8. Ton anecdote des crêpes me fait penser à une que j'ai vécue tout récemment et que je n'ai pas su "exploiter" . Je vais encore avoir besoin de tes conseils ! ;-) Troll 1 était sur le pot, en majesté, regardant les stickers alphabétiques collés depuis 1 ans sur la porte de la SDB. A la lettre P il y a un Panda. Sauf que la trollinette, elle a déclaré placidement, comme ça : "P comme piscine ou Pomme". J'ai juste dit Bravo ma chérie mais wooooh, je sentais qu'il se passais un truc important et comment prendre la balle au bond ? Bises. MH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou MH !

      Comment prendre la balle au bond ?

      En lançant une chasse aux mots en "pppp...", par exemple ?

      Supprimer
  9. Merci pour votre longue réponse Elsa.
    Grâce à un groupe Facebook j'ai trouvé une vidéo qui dit comment prononcer chaque son.
    http://youtu.be/RGxo5JbYU64
    J'avoue que de pouvoir moi avec cet outil "ré-apprendre" le bon son de chaque lettre me rassure beaucoup.
    Quel est le livre de référence de la méthode Borel Maissony, est-il indispensable pour le lire ou bien peut-on juste utiliser les signes à partir d'informations trouvés sur Internet ? Faut-il tous les mémoriser ou bien peut-on s'aider de petites cartes de nomenclature avec le signe qu'on auraient sous la main pendant la séance de phonologie (et que les enfants vont s'empresser de me piquer et il faudra absolument dire le son de chaque lettre !!!
    Enfin si j'ai bien compris un commentaire, il serait intéressant de ne mettre que 3 sons à la fois dans un seul panier de phonologie dans un premier temps pour une bonne acquisition.
    Toujours pour valider ma compréhension, ces exercices de phonologie sont un préalables aux lettres rugueuses en quelque sorte ?

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour je commence à réfléchir au "travail" de la phonologie et j'aime beaucoup les paniers phonologiques puis pour plus tard les boites de figurines pour préparer la lecture de différentes manières. Bref j'étais à la recherche de tous petits objets mais dur dur de trouver. ( A part de magnifiques choses pas données sur les sites de maison de poupee miniature 2-3€)
    Donc je partage mon idée (qui j'espère sera bonne) j'ai commandé sur le site pièces détachées de Playmobil des tas de bricoles (une pelle, une luge, des couverts, une casserole,... pour environ 0,30€ chaque ! Bon y a trois semaines de délai de livraison + des frais de ports mais ca reste à mon avis une bonne alternative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une super idée, Aurélie, que je te prendrai peut-être !
      Merci ! :-)

      Supprimer
  11. Coucou,
    J'ai une question : ma fille s'intéresse au son de la dernière syllabe du mot, par exemple elle dit "Carole c'est comme parasol", je ne sais pas trop quel jeu lui proposer, le jeu du panier adapté à la syllabe finale, attendre qu'elle s'intéresse au premier son du mot, ne rien lui proposer ? Une petite idée ou un article déjà existant ailleurs ?
    Merci d'avance,
    Flangelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, est-il pertinent et constructif de porter son attention sur la rime ? ;-)
      Flangelle

      Supprimer
    2. Oui, tout à fait, Flangelle.

      Les enfants ont des entrées très personnelles dans la phono, si ta fille s'intéresse aux "rimes", c'est très bien !! (Bravo à elle !!)

      L'enjeu est simple ici : prendre conscience que les mots qu'on utilise quotidiennement sont constitué de sons, et les prendre comme objet d'étude en tant que suite phonique. On les écoute, on les observe, on les compare - mais non plus en lien avec leur signification, comme dans la vie quotidienne, mais seulement en tant que suite de sons. Ce qui n'est pas du tout simple pour certains enfants, crois-moi !!

      Donc que ce soit le premier ou le dernier son importe peu, la prise de conscience est bien là dans les deux cas ! :-)

      Un panier phonologique d'objets "dont les noms se terminent pareil" est tout à fait pertinent, bien sûr !! :-)

      Et tu peux aussi y aller à fond sur les poèmes rimés et autre comptines... ;-)

      Supprimer
  12. Bonjour,
    Merci pour ta réponse rapide et "positivante" !
    J'ai proposé un panier phonologique où il fallait associer les objets par paire de son comme fouchette et barette, ramequin et lapin etc... J'avais mis 10 objets donc 5 paires. Elle a semblé aimer, réfléchi, manipulé mais c'était un peu difficile... Et je n'ai pas su comment gérer les erreurs en fait !!! Donc panique à bord, stresse et je l'ai aidé à remettre par paire mais je n'étais pas du tout satisfaite. :-(
    Alors comment gère-t'on l'erreur ?
    As-tu des idées de poèmes ou comptines rimés, des titres en vrac ou des recueils ?
    MERCI
    Flangelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joue sur ce qu'on appelle "les variables didactiques"...

      Par exemple, diminue le nombre d'objets... drastiquement.

      Propose deux paires (barrette/fourchette, ramequin/lapin, c'est tout).

      Assure-toi au début que vous êtes d'accord sur les noms des objets : "C'est quoi ça ? Une coupelle ? Euh, disons, "ramequin, d'accord ? Aujourd'hui, on dit "ramequin". Passe en revue tous les objets avec elle.

      Puis proposes l'exercice proprement dit. Si ta fille réussit avec 2 paires, tu en rajoutes une 3e. Sinon, tu attends quelques semaines !! :-)

      Tiens-moi au courant ! :-)

      Supprimer
    2. Les 3/4 des poésies proposées aux enfants sont rimées (j'aurai tendance à dire hélàs, d'ailleurs, mais c'est une autre histoire...), tu as vraiment le choix !! :-)

      Supprimer