dimanche 15 décembre 2013

Histoire d'oeuvres

Parfois, Antonin rapporte à la maison un travail "grand format" effectué à l'école. Je dis : "parfois", car oui, ce n'est pas souvent... Très exactement une fois par mois. Et voici l'oeuvre du mois de décembre :


Alors, promis, la prochaine fois que j'écris un article dans lequel je mentionne l'enseignante de mon fils, c'est pour en dire tout le bien que j'en pense. Car j'en pense beaucoup de bien. Si. Mais elle a tout de même le chic pour tomber dans des travers si communs à la profession que je ne puis pas ne pas les pointer...

Observons ce travail ensemble, voulez-vous ? Il s'agit d'une maisonnette réalisée par collage de morceaux de papier colorés sur un fond peint. Oui. Il y a des sapins aussi. Bon.

Je chausse à présent mes lunettes de Maman qui connait bien son Damoiseau et je tique. Il y a quelque chose qui cloche... mais quoi ? Reprenons les choses depuis le début : l'enseignante dispose devant chaque enfant une grande feuille blanche de belle qualité, légèrement glacée. Et aussi une couleur : du bleu, dans un petit bac. Un  outil... L'éponge ! Une consigne : teinter la feuille sans laisser de blanc. Jusque-là tout est parfait, c'est une activité visant à faire prendre conscience de l'espace-feuille et de la manière de l'occuper, fort bien.

Les oeuvres sèchent... Et ensuite ? Ensuite, il faut coller les élements. Le toit, les fenêtres, les sapins... que l'ATSEM a pris un temps infini pour découper en amont (il y a 27 élèves dans cette classe...) car ce travail (effectué de manière si précise) est évidement hors de portée des Petite et des Moyenne Sections. 

Naïvement, au premier regard, on pourrait croire que la consigne suivante a été : "Colle les élements donnés pour obtenir une maison comme sur le modèle". Ou, beaucoup mieux (c'est permis de rêver...) : "Les enfants, vous allez faire ce que je vais vous dire au fur et à mesure : collez le toit SUR le mur. Collez la fenêtre À CÔTÉ de la porte. Collez un sapin DE CHAQUE CÔTÉ de la maison..."

Mais non. La triste réalité, la voici : c'est l'ATSEM qui a collé murs, toits, portes, fenêtres et sapins. Et ce, 27 fois. Pour une dame de presque 50 ans, dont le métier est d'accueillir les enfants, d'animer des ateliers, de veillez à l'hygiène des élèves et de gérer le matériel, avouez que c'est tout de même triste de perdre ainsi de précieuses heures de travail. Personnellement, j'aurais honte de demander un tel service à la personne qui m'assiste dans la classe. D'ailleurs, si j'en crois les oeuvres exposées dans les couloirs, D. s'est lassée. Les premiers travaux étaient dotées de multiples fenêtres et environnées d'une véritable forêt... mais le dessin d'Antonin est un peu plus épuré... et il n'est pas le seul !! ;-)

Mais comment être sûr que c'est D. qui a effectué tout ce travail ? C'est très simple. Un enfant de PS ou de MS ne collerait JAMAIS tous ces éléments de façon parfaitement perpendiculaire au bord de la feuille. Dans une oeuvre de tout-petit, les élements dansent. Comme dans la vraie vie, d'ailleurs. Il n'y a que les "grands" pour produire des choses aussi tristement artificielles.

Antonin, lui, s'est chargé de coller des gommettes en forme de sapins... et son étiquette-prénom...


... qui dansent.

Résumons-nous : dans cette histoire, l'élève a peint une surface à l'éponge et a collé quelques éléments dont tous étaient auto-collants sauf un. Alors, vous allez encore dire que je médis, mais... c'est un peu pauvre, non ?

Vous comprendrez mon besoin "d'équilibrer" lors des activités que je propose à la maison... Vous comprendrez qu'Antonin est très demandeur d'arts plastiques en tout genre et de peinture en particulier. Vous comprendrez mon parti-pris de n'imposer aucune consigne, de laisser libre cours à l'exubérance, au sensoriel, à la répétition, à l'exploration...


Pour ceux qui se demanderaient encore laquelle des deux situations est la plus "scolaire" : un jour, ces petits élèves apprendront à écrire. Pour apprendre à écrire, il faut savoir percevoir et s'approprier un espace. Pour s'approprier un espace, il faut apprendre à maitriser son geste. Il faut avoir été confronté à des "espaces-feuilles" variés et avoir appris à les occuper. Il faut être connecté à ses perceptions. Il faut avoir découvert de multiples matériaux et avoir pris le temps de les explorer. Il faut, petit à petit, modéliser son geste moteur en vue d'un résultat. Il faut savoir laisser une trace, oser reproduire un tracé connu. Il faut pouvoir réinvestir ses expériences. Ce qui suppose, bien sûr, d'en avoir vécu beaucoup, et de jolies.


Ce qui signifie : savoir laisser une trace avec son corps, et avoir expérimenté les matériaux avec les mains, avec les pieds, avec les coudes, les genoux, et ce que l'on voudra, de multiples fois. Savoir utiliser les couleurs. Avoir une connaissance intime de l'espace : avoir parcouru, s'être perdu, savoir couvrir, recouvrir - ou pas. Énumérer les éléments de ses dessins. Apprendre à arrêter son mouvement, puis à tracer des formes en fonction d'une intention. Savoir croiser son geste : pour un droitier, tracer dans l'espace gauche de la feuille, et inversement. S'exercer à simuler l'écriture. Faire des expériences concrètes de pression de l'outil scripteur. Adapter son geste à l'outil. Connaître le risque de déchirer la feuille et savoir le contourner. Connaître le désir de laisser des traces bien lisibles. Tranquillement, au fil des mois, se bâtir son propre répertoire de signes simples et avoir le plaisir de les connaitre et de savoir les reproduire...


... Prendre plaisir ! ;-)

33 commentaires:

  1. Effectivement je vois pas trop l'intérêt que l'atsem colle toutes les maisons a la place des enfants :(

    RépondreSupprimer
  2. Ne serait-ce pas l'Atsem qui aurait trop guidé l'activité collage? (pour que ce soit "beau et bien droit"!) La maîtresse étant occupée à un autre atelier. J'ai souvent vu ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Possible, moui.

      Mais alors, elle devait leur tenir les mains, c'est pas possible !! :-D

      En tous cas, ça n'enlève rien à la responsabilité de la prof : mettre sur pieds une telle séquence, c'est nul et non avenu.

      Supprimer
  3. Ah,ah ... ça m'a fait rire en voyant l'oeuvre de ton Damoiseau!!! Oui pas de doute, c'est bien l'Atsem qui a collé. Mais je rejoins Aurélie, pour travailler avec plein d'ATSEM différentes tous les jours (et oui chez nous ça tournait tous les 15 jours), il y en a certaines qui collent à la place des enfants sans qu'on leur ai demandé, d'autres qui laissent faire l'enfant et d'autres qui guident à moitié... cela dit, cette activité me semble bien précoce pour une première période de PS, nous sommes bien d'accord!! Je pense qu'aucun (enfin très peu) enfant n'est capable de coller au bon endroit fenêtre et porte à cette époque de l'année!! Et tout comme toi, je me retrouve beaucoup plus dans les activités que tu décris après.
    Je devrai te montrer le cahier de vie de ma classe , ça te ferai rire _ ma collègue (je suis à mi-temps) est championne pour faire "FAIRE" de magnifiques oeuvres d'art à ces petiots (en fait, je ne sais pas trop ce qu'ils font aux même) et les parents trouvent ça "MAGNIFIQUE"!! Mes travaux se démarquent par rapport aux siens _ certains diront certainement "du GRIBOUILLAGE" ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil.

      Je déçois carrément les parents. Je leur annonce même la couleur à la rentrée : "Avec moi, pas de beaux bricolages faits par l'adulte. Par contre, je vous préviens, il y aura des colliers de pâtes. J'adore les colliers de pâtes."

      Généralement, les parents rigolent et pensent sans doute que je blague. Ils comprennent vite que non ! :-D

      Supprimer
  4. Je te comprends... moi aussi outil de créativité en libre service sans intervention... et quand j'ai eu aussi les retours de l'école l'an dernier (PS) j'ai ri... jaune... je ne veux pas ramener ça à la maison... j'accepte ce que ma fille fait de A à Z sans intervention de l'adulte sur son dessin.
    A la maison si je dois montrer quelque chose c'est sur une feuille à coté , je lui explique mais j'ai envie de te raconte rune anecdote de tout à l'heure.
    Donc ma fille a 4 ans et 4 mois , en MS, elle a un grand tableau blanc et des feutres disponibles dans sa chambre, je l'ai observé faire un dessin, elle me montrait ce qu'elle avait appris à faire des arc en ciel, des bonhommes, des cheminés des toits... j'ai bien vu que son tracé s'améliorait, sa concentration aussi. Je la sens en phase sensible sur ce sujet depuis quelques semaines.
    Elle me demande de faire un cheval... j'en fait un à côté -très médiocre. Je prends son jouet cheval comme modèle et on refait le dessin. Elle reproduit à côté petit à petit. Autant elle que moi on reprenait la brosse pour effacer le tracé si besoin jusqu'à auto satisfaction. Je ne suis pas intervenu sur le dessin. Et au final j'étais très imrpessionnée, j'ai voulu le prendre en photo, le temps d'aller prendre l'appareil elle l'a effacé...trouvant son cheval moins beau que le mien. Puis m'a demandé de faire avec elle, en tenant le crayon avec elle. Je n'ai pas voulu en lui expliquant que c'était gacher son dessin, qu'il faut essayer seul de nombreuses fois pour parvenir à un résultat, qu'il faut éprouver soi même la fierté de son travail...
    A la maison je n'ai jamais tenu le crayon avec ma fille, j'imagine donc que ça se passe à l'école. Que penser de ça?
    Anaïs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En me relisant je me trouve confuse sur le début de mon commentaire. Manque de ponctuation, et synthaxe à revoir. J'en suis désolée... j'ai voulu faire vite et voilà! J'espère que tu arriveras à comprendre mes idées.. Désolée!

      Supprimer
    2. Coucou Anaïs !

      Mmm, ça me semble curieux que l'enseignante tienne la main de l'élève en classe... ou alors très ponctuellement, pour lui montrer un geste, mais pas pour faire un dessin entier, elle n'a pas le temps de cela...

      Oui, c'est agaçant comme les enfants sont émerveillés par les productions d'adultes... Je me souviens de ma fascination, gamine, pour les dessins de ma mère. Et quand elle me disait : "Mais, ce que tu fais est mieux !!", je ne comprenais vraiment pas pourquoi elle proférait une telle absurdité...

      Supprimer
  5. Merci merci merci !
    Je suis entièrement d'accord avec toi !
    Je suis plasticienne conférencière dans un musée parisien, j'y élabore des ateliers pour enfants et les animent.
    Ce sont souvent des scolaires qui participent. Après une visite du musée ou d'une exposition temporaire je propose un petit atelier en rapport...
    Et combien de fois je suis obligée de demander aux accompagnants, aux maîtresses et compagnie de laisser les enfants faire ! En expliquant que ce qu'ils attendent ne correspond en rien à ce que l'enfant va produire... Ou non d'ailleurs.
    Je suis parfois obligée de demander à ce qu'ils sortent un temps pour pouvoir laisser les enfants faire et réaliser les choses à leur manière, à leur niveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage d'experte !

      9a me fait bien plaisir ! ;-)

      Supprimer
  6. Moi aussi, moi aussi j'en ai des commes ça...Souvenirs de la MS de mon aîné dont la maitresse décorait les couloirs avec 30 productions IDENTIQUES et toutes aussi nickel les une que les autres... Pire...au mois de novembre, mon fils avait collé le pied de la sorcière de travers... on lui a demandé de la repositionner et le papier s'est déchiré. Il nous dit s'être fait disputé!!!! Bah oui, faut faire attention aux découpages de l'ATSEM quand même... et puis, faut pas coller de travers... Non mais... !!!
    J'en aurai pleuré...

    Mais vous savez que beaucoup de parents ADORENT ces maîtresses...(qui ont aussi beaucoup de qualités, je n'en doute pas!)

    RépondreSupprimer
  7. Je ne savais même pas que ces pratiques existaient... Il me semblait clair que c'est l'élève qui doit apprendre et que faire son travail à sa place renforce son sentiment d'infériorité, surtout en lui proposant des activités au-dessus de ses capacités. Est-ce lié à la pression de l'inspecteur ? Vigilance alors...

    Mon fils vient d'apprendre un nouveau mot à l'école : le gribouillage alors que nous appelions ses productions "dessin" à la maison. Je n'aime pas ce mot, valeur de jugement négatif alors que justement il explore ses traces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, non, Céline, l'inspecteur n'en a cure, des productions de Petite section. et si c'est un inspecteur un peu versé en pédagogie (ils ne le sont pas tous), il sera plutôt d'accord avec la thèse que je défends... et que défendent tous les IMF, tous les conseillers pédagogiques et tous les enseignants ayant réfléchi deux secondes aux enjeux de l'art plastiques en maternelle.

      Non, ces pratiques viennent d'une fausse croyance de ce que doit être un travail d'enfant... Fausse croyance largement partagée par les profs et les parents...

      "Gribouillage"... quel horrible mot !

      Supprimer
  8. Hum.. moi depuis septembre je n'ai que 3 productions, et pas de la peinture niveau production personnel zéro crédibilité : c'était une chauve souris avec des yeux bien collés dessus (et des satanées paillettes encore dans l'appartement) + une citrouille. + un escargot avec des yeux en plastique et une coquille collée sur le boudin d'argile. Ca m'étonnerait que ce soit mes trolls qui aient collé tout ça (le coquilage ou les paillettes). Les trucs de peinture ben... ils restent accrochés à 2m de hauteur au dessus des porte-manteaux, jamais à la maison, au cas où "y'aurait une inspection" (dixit ce que la maîtresse a dit en septembre). Enjoy ! MH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben oui : je n'ai pas eu de chauve souris, mais pour Halloween un portrait de mon Damoiseau (prise en tout début d'année, sur laquelle il tire la tronche !) en gros plan coiffé d'un chapeau collé par l'Atsem. Je l'ai jeté. La maison aussi. ;-)

      Par contre, dans la classe d'Antonin, il ne font pas de peinture "en plus", et je trouve ça vraiment dramatique !! Dans mes classes de mater, c'était atelier peinture TOUS LES MATINS !! Normal, quoi.

      Supprimer
    2. Que dis Antonin quand il voit que tu jettes il n'est pas déçus ?
      Ça ne lui fais pas de peine ?
      Tu pourrais juste les ranger.

      Supprimer
    3. Hé non, Cérina, Antonin n'est pas déçu et cela ne fait absolument pas de peine. D'une part parce qu'il a joué tout son saoul avec, d'autre part parce qu'il ne comprend pas encore clairement qu'une chose jetée est perdue. Ce dernier point a des désavantages, d'ailleurs, pour lui faire comprendre qu'il faut respecter le matériel... :-D

      Supprimer
    4. Je te demandais car ma puce plus petite c'est que si poubelle on voit plus pour ça.

      Supprimer
  9. Merci pour ce texte. Je me suis toujours demandé comment les enfants de l'école faisaient de si "beaux" dessins (peintures, bricolages...etc), alors que les miens en IEF, bah euh, leurs productions sont bien moins "léchées" (si tu vois ce que je veux dire). J'en ai culpabilisé au départ, en me disant que je les privais de qqch que l'école leur apporterait. Je travaille depuis avec des fiches d'arts plastiques : on en choisi une, et on la fait chacun côté à côte. Je suis toujours émerveillée de voir comment ma grande s'en sort. C'est toujours extrêmement différent du "modèle", mais toujours en respectant les consignes, et c'est souvent très beau en fait. Tout ça pour dire que je me sens bien moins coupable maintenant que je vois ce qu'elle peut faire toute seule (en suivant ou non un modèle).

    Merci vraiment pour ce retour :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mathilde !

      Quelles sont ces fiches que tu utilises ? Ça m'intéresse... ;-)

      Supprimer
  10. J'ai tiqué sur "l'œuvre d'Antonin" avant même de lire le titre de ton billet, ça ne ressemble pas à ce que tu nous donnes à voir de ton fils, c'est tout.

    Le vendredi, je récupère les œuvres de ma fille (TPS) -quand il y en a !- et ce sont souvent des "gribouillages", des peintures ou des collages "déséquilibrés" ou dont on pourrait dire qu'ils sont incomplets... Mais ça ressemble à ma fille !
    Je ne me rendais pas compte de la chance et de la liberté qu'elle avait ! Ton billet sert aussi à réaliser les qualités des enseignants pour des parents qui ne sont pas dans le domaine. Je suis impatiente de lire tes prochains avis sur l'enseignante d'Antonin.

    Eve

    RépondreSupprimer
  11. Je n'ai pas encore l'expérience de l'école mais je me souviens que quand je faisais de l'animation en centre de loisirs auprès d'enfants de 4 ans, je proposais des activités à leur portée alors que mon collègue proposait de fabriquer des objets bien plus compliqués...qu'il réalisait quasiment intégralement.
    Je me souviens aussi que les parents adoraient ses activités mais pas les miennes ! Ils préféraient récupérer de "belles" choses, même si les enfants n'ont quasiment rien fait.

    RépondreSupprimer
  12. Oh, mais quelle originalité! Encore un travail soigneusement pensé, comme j'aime! Rien que pour faire plaisir aux parents! ( enfin presque...).

    RépondreSupprimer
  13. Je suis tout à fait d'accord avec tout ce qui a été dit plus haut.
    J'ai le souvenir d'une amie qui avait mis sur facebook les "créations" Noël que son fils avait "fait" avec sa nounou et dont elle était très fière. Il avait 7 mois et avait "réalisé" des objets dignes d'un enfant de 8 ou 9 ans (voire plus).
    Comment peut-on dire aux parents "C'est votre enfant qui a fait ceci !"
    Bref...

    RépondreSupprimer
  14. A toutes les nounous, instits et autres personnes en charge de bambins j'aimerai, suite à ce brillant billet vous adresser un message:
    A la première réunion de parents expliquez nous tout ça. Dites nous que les enfants font danser leurs création, montrez nous la différence entre une oeuvre enfantine réalisée par un petit de A à Z et une autre où l'ATSEM a collé les éléments de la maison.
    Parce que ce qui nous semble à toutes ici si logique (mais bien sur que ce n'est pas Antonin qui a pu faire ça) NE L EST PAS pour le parent lambda qui n'a jamais pris le temps de s'assoir à coté de son enfant et de le regarder créer librement.
    Je suis persuadée que les parents ne savent pas. Et que 90% des parents féliciteront leur chérubin d'avoir si bien collé les éléments de ce tableau!
    Pour nous qui passons réguilèrement lire Elsa bien sur que ça nous parait absurde, parce qu'on cherche, on s'interroge, on teste et on observe notre enfant, mais c'est bien loin d'être le cas de la majorité des parents d'enfants de maternelle!
    Finalement je comprends assez les instits qui proposent comme expliqué plus haut des oeuvres qui plaieront auxparents, même si c'est au détriment des enfants!
    Alors à vous toutes qui êtes en charge de petits enfants: Expliquez nous, que notre regard change et que tout le monde en ressorte gagnant!
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clo.

      A la suite de ton commentaire, je suis allée repêcher l'oeuvre dont je parle ici dans notre poubelle à papier (ouf, on ne l'avait pas encore vidée !). Je garde ce travail comme parfait contre-exemple pour expliquer aux parents ce que je ne fais pas lors de ma prochaine réunion de rentrée dans une classe de PS (peut-être !).

      Encore merci.

      Supprimer
    2. :-D Merci à toi! Merci pour tous les parents qui t'auront un jour comme instit!

      Supprimer
    3. Je suis d'accord avec clo

      J'ai une grande de 16 ans et quand elle était petite je me suis jamais poser la question et maintenant avec du recul et une autre approche je me dis que les choses faites a l'école n'était pas d'elle.
      Et j'aimerais avoir une instit qui explique comme la dit clo

      Supprimer
  15. Qu'est-ce que j'ai pensé à vous ce matin lorsque nous avons fait de la peinture !
    Mon fils était en extase devant les effets des empreintes de son éponge (pleine de peinture) sur sa feuille blanche.
    Sa maison ne ressemblait peut-être pas à une maison tel que l'adulte l'imagine mais il a expérimenté des matériaux et vu les effets que ceux-ci produisaient.
    A l'école, la peinture ne lui sert qu'à peindre une forme découpée par l'ATSEM. Et bien souvent, il n'utilise qu'une seule couleur et un pinceau :-(

    RépondreSupprimer
  16. Je viens de découvrir ton blog et c'est un vrai plaisir à parcourir, J'adore! j'y ai trouvé une mine d'idées fort intéressantes, que je vais pouvoir mettre en application avec mes petits loups. Je suis Assistante Maternelle et je suis toujours à la recherche de nouvelles idées pour leur permettre de découvrir le monde. En ce moment j'exploite le thème du printemps et en voyant le dessin au début de l'article, je me suis dis, "mais quelle bonne idée", ensuite, "ça va être un peu compliqué, je ne pourrai pas laisser ma puce (à peine trois ans) le faire seule, parce que les arbres se retrouveraient vite la tête en bas et la porte sur le toit, il est drôlement doué ce petit" Ensuite j'ai lu le post ! Effectivement je ne vois pas comment faire ça avec 27 bambins...Mais je garde l'idée, on est en plein collage et puzzle, assaisonné de beaucoup de verbalisation, cela peut être intéressant.
    Les parents exercent une vrai pression sur la production de leurs enfants mais je pensais que l'école arrivait à passer outre ! Maintenant, je ne donne plus aux parents les dessins de leurs enfant au fur et à mesure, je les colle dans un cahier, déjà on peut voir la progression et je ne supportait plus de les voir trainer au fond des sacs, le "gribouillage" prend alors une autre dimension, et cela me permet aussi de mettre en valeur la technique employée, les difficultés vaincues etc...Quand aux bricolages, j'essaie d'en trouver où j'ai peu d'intervention et qu'ils aient le maximum de possibilité de créativité ( et c'est pas toujours facile...)Merci pour tout ce partage et ce bel enthousiasme. Patricia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Patricia ^^

      J'ai lu le commentaire que tu avais fait pour Elsa, mais je m'interroge quand tu parles de ta puce d'à peine 3 ans. Ne vois pas d'agression de ma part, mais pourquoi est-ce gênant que l'arbre ai la tête en bas et que la porte soit sur le toit ? C'est sûr que ça ne correspond pas à notre vision rigide d'adulte, mais qu'elle importance ?

      Un enfant plus doué qu'un autre quand il fait un dessin, c'est un peu un non sens pour moi. L'enfant fait un dessin car le travail avec la couleur l'intéresse, c'est un moyen d'expression extraordinairement magique où tout devient possible, où les poissons volent dans le ciel, où les oiseaux parlent et où on ne se préoccupe pas d'être bon ou pas dans une matière, d'être meilleur qu'un autre. L'imaginaire et la compétition (que ça soit avec les autres ou soi-même) ne peut pas être compatible.

      C'est bien sûr mon opinion personnelle, je n'ai pas la prétention d'avoir la science infuse.

      Mais j'ai quand même envie de te dire que si ta fille veut mettre une porte sur le toit, laisse-la faire !!! ;)

      Supprimer
    2. J'avais oublié de le mettre dans mon précédent message, mais concernant la photo de la maison, Antonin est loin d'avoir fait tout le travail. Comme Elsa l'a indiqué dans son post, Antonin a peint le fond bleu, collé les touts petits sapins (qui, d'ailleurs, ne sont pas droits) et pour le reste, c'est visiblement l'ATSEM qui l'a fait ^^

      Supprimer
    3. Bonjour Patricia et bienvenue !!

      C'est une excellente idée, ce cahier de dessin, je retiens !! ;-)

      Supprimer