jeudi 7 novembre 2013

Premiers jeux de doigts

Source de l'image

L'article du jour se veut la suite de la progression proposée dans celui-là.  Si vous avez la curiosité d'aller relire cet ancien article, vous verrez qu'il commence sur mon aveu d'impuissance à faire le lien entre les jeux de doigts et la pédagogie Montessori. Mais aujourd'hui, je sais que Friedrich Fröbel avait tout à fait compris l'importance des formulettes à jouer avec les mains dans l'éducation des enfants et leur relation à la mère. Dans son ouvrage Les chants de la mère (1844), il publie cinquante chansons, dont "Bonjour petit pigeon blanc" qui faisait partie de ma première selection ! Lorsqu'on sait ce que les travaux de Maria Montessori doivent à ceux de ce pionnier de la pédagogie active, la boucle est bouclée ! :-D

Ici, Antonin grandit. Son répétertoire de comptines "classiques " est aujourd'hui considérable, en particulier grâce à la découverte, il y a quelques mois, de ce livre-là et de celui-ci, qui lui ont beaucoup plu.  On pourra dire que cet engouement lui est venu d'un coup, et en quelques jours, il a "absorbé" tout le répertoire classique de chansonnettes, de "Jean petit qui danse" à "La mère Michel" en passant par "Vive le vent"... Je crois que nous sommes nombreux, dans l'Éducation nationale, à nous apercevoir, lorsque nous devenons parents, que nous ne "nourrissons" pas assez nos élèves !! Ma maigre progression en comptines me fait bien sourire aujourd'hui. Je sais à présent que les deux petits livres pré-cités feront partie de ma bibliothèque de classe quelles qu'en soit le niveau. Rien qu'en les écoutant, comme on le ferait d'une histoire, de la première à la dernière page, les enfants intègrent très facilement tout un répertoire immémorial qui ne constitue rien de moins d'une première culture partagée.

Et depuis le début de la semaine, Antonin se passionne pour ses doigts. En particulier pour ses pouces, qu'il rapproche l'un de l'autre en se racontant ses propres histoires. Et aussi, de façon connexe : "Un ! Ça, c'est un !" s'exclame-t-il fièrement en brandissant son pouce. Et "Deux ! Un - deux. Ça, c'est deux !" en m'agitant sous le nez le pouce et l'index de chaque main.

Forcément : prenez mon Damoiseau par le biais de la numération, et il accrochera, c'est sûr !

Il faut battre le fer pendant qu'il est chaud : voici 7 jeux de doigts que nous pratiquons en ce moment à la maison, choisis parmi les plus simples, et par ordre de difficulté croissante.

Ceci est MA main ! Si, si.

(Lorsque j'en ai trouvé, j'ai installé des liens vers des vidéos : cliquez sur les titres !!!)


Antonin adore cette petite scène, dans laquelle on joue un peu à se faire peur, et au cours de laquelle on rigole beaucoup. Notre version est un peu différente de celle de la vidéo : sur "Hou, voici le loup !", nous ramenons les pouces de chaque côté de notre tête en mimant l'effroi avec les muscles du visage.

Cette scénette est extrémement facile à mimer, puisqu'il ne s'agit que l'isoler les pouces et de les bouger.


À peine plus difficile, on isole cette fois l'index et le majeur qui figurent les antennes de notre ami l'escargot, si fascinant avec sa maison portative. Sur la vidéo, la jeune femme réalise en plus une série de geste amples, qui illustrent les mots de la comptine et font le lien avec les jeux de mains dans leur globalité. On peut proposer une version archi-simplifiée, en agitant simplement le point fermé d'avant en arrière sur le rythme de la chanson et en sortant les "antennes" sur la dernière phrase.

3. Un, deux , trois

Je n'ai pas trouvé de vidéo sur cette formulette, mais vous verrez que vous pourrez aisément vous en passer : il suffit de déplier tous les doigts en récitant les paroles suivantes : 

Un, deux, trois
(déplier successivement le pouce, l'index et le majeur)
Voilà trois p'tits doigts.
Mais j'en ai bien plus,
Bien plus que ça !
(déplier tous les doigts et les agiter)

Un régal de simplicité pour les enseignants de PS, n'est-ce pas ? ;-)


Pour une version simplifiée, on peut se contenter d'attraper chaque doigt l'un après l'autre plutôt que de les déplier.

J'aime bien cette version de ce jeu hyper-classique, dans lesquel les doigts sont en fait des personnages, car ici, les doigts portent leur nom "officiel", et cela permet donc, en plus de l'amusement provoqué par l'histoire et du plaisir moteur de la découverte des doigts, d'apprendre à les nommer.

5. Cinq petit doigts

Un, deux, trois, quatre,
Cinq petits doigts !
(déplier successivement les doigts, du pouce vers l'auriculaire)
Un, deux, trois, quatre, cinq,
il n'y en a plus !
(repliez les doigts dans l'ordre inverse, de l'auriculaire au pouce)

Ah... Ça devient difficile d'un point de vue gestuel, n'est-ce pas ? :-D

Si l'enfant n'exécute pas les gestes précisément, cela n'est pas grave, et ne doit pas empêcher d'aller de l'avant dans la progression. En pratiquant régulièrement, cela viendra... à son heure ! ;-)

J'aime bien cette chanson qui brise un peu l'attribution d'un nom-nombre qui appartiendrait à chaque doigt. Certains enfants associent si bien le "un" au pouce qu'ils ne parviennent plus à concevoir que l'index dressé tout seul est bel et bien un doigt, lui-aussi... Compter sur ses doigts dans l'ordre inverse de celui qu'on utilise habituellement me parait être une excellente gymnastique !


Pour une version très simplifiée, on peut s'arrêter à "Je sors !". Néanmoins l'aspect très affectif et très familier de l'enfant saluant chacun des membres de sa famille le matin est idéal pour amener un geste déjà très articulé : joindre le pouce avec chacun des autres doits, successivement.


Je n'ai trouvé qu'une seule vidéo de cette chanson, et forcément, elle ne fonctionne pas ! Enfin, vous aurez au moins le son, à défaut d'avoir l'image. Pour le déroulé de la gestuelle, voici :

Toc, toc, toc, Tortue,
(le poing de la main dominante est fermé, l'autre main "toque" dessus avec l'index replié)
Sors ta tête, sors ta tête
(le majeur de la main dominante sort, replié, figurant ainsi la tête de la tortue)
Toc, toc, toc, tortue
Sors ta tête, il ne pleut plus
(recommencer le même manège)

Toc, toc, toc, Tortue,
(le poing de la main dominante est fermé, l'autre main "toque" dessus avec l'index replié)
Sors tes pattes, sors tes pattes,
(Sortir tous les doigts dépliés, sauf le majeur qui sort replié - dur, dur...)
Toc, toc, toc, Tortue, 
 (le poing de la main dominante est fermé, l'autre main "toque" dessus avec l'index replié)
Le soleil est revenu
(ouvrir toute la main et agiter les doigts)

Enjoy ! ;-)

10 commentaires:

  1. Ici ce qui fait fureur est une histoire de pompiers:
    On démarre poings fermés
    Puis:
    "Bonjour!" (on fait sortir les pouces)
    "Nous sommes les capitaines des pompiers (on fait bouger ses pouces le reste du poing fermé)
    "Attention!" (on sort les indexs)
    "En avant!" (on sort les majeurs)
    "En arrière!" (on sort les annulaires)
    "Partez!" toute la main est ouverte
    "Pin Pon! Pin Pon!" en ouvrant - fermant les mains en rythme!

    J'en ai d'autres... je continue à pourrir les commentaires??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahh ! LES POMPIERS !
      Je pense que cela va faire fureur ici aussi, vu l'engouement du moment... Je propose cette histoire à Antonin ce week-end !

      Et oui, moi je veux bien que tu continues de "polluer" les commentaires... si tu en as le temps, bien entendu ! ;-)

      Bisous chez toi, je t'écris très très vite (cette fois c'est vrai, bon pas demain, car bon, pas possible, mais ce week-end sans faute !)

      ;-)

      Supprimer
    2. et bien je confirme, je viens de tester et ça a fait fureur :) j'ai eu droit à du encore encore...

      Supprimer
    3. Chouette!! Vive tous les petits pompiers!!

      Supprimer
  2. Après les pompiers, voici une histoire de petites fleurs. (Ils aiment aussi, mais moins que les pompiers c'est sur!)
    Ma main est une fleur (main ouverte on la fait tourner doigts écartés)
    Mes doigts sont les pétales (même geste)
    Je t'aime...
    Un peu (on attrape le pouce avec le pouce et l'index de l'autre main)
    Beaucoup (on attrape l'index avec le pouce et l'index de l'autre main)
    Passionément (on attrape...)
    A la folie (on attrape...)
    Pas du tout! (on attrape l'auriculaire)
    Pas du tout? Vilaine petite fleur (voix outrée, mains de chaque coté de la taille)
    Moi je sais que j'aime ma Maman de tout mon coeur!
    (et après on peut se faire une bataille de bisous ou passer à la comptine suivante ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Allez, une dernière et je vais bosser...
    On reste dans la botanique...

    (Paume ouverte vers le ciel)
    Je gratte la terre (avec l'autre main gratter la paume comme si nos doigts étaient un petit rateau)
    Je sème les graines (avec l'autre main faire le geste de planter des petites graines sur la paume)
    Je recouvre de terre (refermer les doigts de la main ouverte comme pour recouvrir de terre)
    la pluie tombe (sur la paume refermée avec l'autre main mimer les gouttes d'eau qui tombent)
    le soleil brille (avec l'autre main ouvrir et fermer pour mimer les rayons du soleil qui chauffent)
    les fleurs poussent (ouvrir un à un les doigts de la main refermée, paume toujours vers le haut)
    et un bouquet de fleurs pour toi!!

    J'espère que c'est lisible et compréhensible ;-) Amusez vous bien!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme ça ça à l'air compliqué mais essayez vous verrez c'est assez simple!:)

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup ailé ce nouveau billet et cela m'a fait pensé au livre "Enfantines, jouer et parler avec le bébé" de M C Bruley qui a toute une partie sur les comptines avec les doigts (mais aussi le visage) Je vous le recommande.

    RépondreSupprimer
  5. Excellent, du coup j'ai appris les petits pouces qui ont peur du loup, et la raconte à Anjali depuis quelques jours...
    et, ce soir, elle me demande: " et les indesques? ils ont peur du loup?"
    alors je lui raconte et puis "et les grands majeurs, ils ont peur du loup?",
    " et les annulaires, ...?"
    "et les tout petits aricoulères, ...?
    J'adoooore ce genre d'instant!!! Merci!!!

    RépondreSupprimer