dimanche 10 novembre 2013

Notre semaine (45/13)

Je n'aime pas trop les articles "en vrac", mais je crois que si je ne m'y résouds pas de temps à autre, une partie des activités dont j'aimerais vous parler se perdront dans les limbes... Voici donc, en vrac, pour clore cette semaine, les activités qui ont plu à mes enfants ces derniers jours.

Découvrir un nouveau bac sensoriel...


Un kilo de flocons d'avoine, cuillères et ramequins de rigueur... et notre troupeau Schleich qui s'enfonce jusqu'aux jarrets dans ce fourrage d'un nouveau genre.


Préparer une salade de fruits de saison...

Pour que la cuisine devienne une véritable activité pédagogique, il faut l'isoler de l'urgence dans laquelle les repas du quotidien demandent à être préparés, et que l'adulte prépare les ingrédients en amont, en fonction de ce que l'enfant est en mesure de faire. Cela n'est donc possible que ponctuellement et seulement sur certaines recettes.


La salade de fruits est un classique en l'occurrence. Elle ne demande pas de cuisson, et la table peut être préparée en avance. Elle permet de manipuler des produits frais, de saison, colorés et pleins de parfums. Et de déployer un panel d'actions motrices : égrenner, laver, égoutter, trancher, saupoudrer, presser, verser...


... et visualiser (voire déguster) immédiatement le produit fini :


Transférer à l'aide d'une passoire...


Un bol de coquilles de noix, une petite passoire de cuisine et une bassine d'eau, le tout disposé sur une petite table recouverte d'une serviette de bain.

L'enfant saisit les coques, une à une ou par poignées, et les met dans l'eau. Délicatement ou vivement. À l'envers ou à l'endroit. Parfois elles coulent, parfois elle flottent comme de petits bateaux. On peut s'amuser à les rattraper à la main, ou avec la passoire. On peut aussi jouer avec la passoire sans les coquilles, pour le simple plaisir de contempler l'eau qui s'écoule à travers...


Jouer au jardin...


Non, l'hiver n'est pas encore là ! Nous avons ici un temps typique de novembre, avec de brusques avancées de froid suivies de redoux, des jours de pluies glacées qu'alternent de jolies éclaircies... Nous voilà dans le "haut" automne, celui qui sent déjà la saison froide et dont les relents d'été s'estompent...


Il y a quelques mois, Louiselle s'est prise de passion pour le porteur de son frère. Elle ne marchait pas encore vraiment qu'elle a trouvé la technique pour le faire avancer. À peine cette trouvaille effectuée, la Damoiselle a jeté son dévolu sur notre mini-brouette. Cet objet a été la source de beaucoup de frustrations, Louiselle ne parvenant pas à comprendre pourquoi elle ne bénéficiait d'aucun d'appui... Mais contrairement aux autres engins à tirer/pousser, la brouette doit être soutenue, ce n'est pas elle qui nous soutient ! La Damoiselle s'est acharné. En quelque jours, elle a su pousser la brouette. Et depuis elle ne la lâche plus ! :-D

Prendre le train...


Ce n'était jamais que la deuxième fois pour chacun des enfants... Mais la première fois, ils étaient bien trop petits pour s'en souvenir. Cette fois, c'est sûr, Antonin s'en rappellera : depuis cette aventure, il ne parle plus que de cela !

Danser (?) avec des rubans :

Mes enfants bougent beaucoup tout au long du jour sans que j'ai besoin, le plus souvent, de leur proposer des situations stimulantes pour cela. Je sais quand même qu'il s'agit là d'un de mes "points faibles" et je m'applique, ces derniers temps, à réfléchir à un matériel qui pourrait les mettre en action et les amener à élargir leur répertoire gestuel. Pas toujours facile concernant des enfants qui ne savent pas encore respecter des règles de jeux collectifs ! C'est alors que les rubans de danse Waldorf me sont revenus à la mémoire.


Prévoyez bien deux mètres de ruban de chaque couleur par paire d'anneaux si vous voulez les doubler !! Pour ma part, j'ai vu trop court, et j'ai dû les nouer... Choisissez des rubans satinés bien brillants, et prenez le temps de brûler leurs extrémités si vous ne voulez pas qu'ils finissent tout effilochés (merci à Angélique et à Clo pour ce précieux conseil !!) :-D

Et voici un outil aussi simple que joli qui a beaucoup plu ici. Mais... je suis pour le moment la seule à agiter les rubans en l'air ou à les faire tournoyer au rythme de la musique. Pour la grande joie de mes enfants d'ailleurs, qui sont très sensibles au spectacle sans avoir pour le moment l'envie de m'imiter. Louiselle, pour sa part, s'est imédiatement acharné à essayer de défaire les noeuds, et Antonin nous a concocté...

... un râgout. Oui.

Peu importe, ces anneaux sont définitivement adoptés ! :-D

Et goûter à l'extérieur...


... dès que possible.

Pourvu que ça dure ! ;-)

9 commentaires:

  1. Felicitations pour le blog . C´est tres beau

    RépondreSupprimer
  2. Un très beau billet vrac :D , j'ai bien apprécié le mélange de tout.

    RépondreSupprimer
  3. As-tu pensé à brûler le bout de tes rubans satin? ça t'évitera de les ourler...
    Je vais en fabriquer pour la gommette, je me lasse de danser sur "il était une fermière" et "la danse des lapins"!
    Bonne semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'allais dire pareil, c'est beaucoup plus simple de bruler les bouts que de les ourler (tu vas t'embeter pour pas grand chose!!)
      J'en avais fait un hochet pour PetitF, ça me donne envie de le ressortir!!

      Supprimer
    2. Ah, merci du tuyau, les couturières ! ;-)

      Je vais tester tout de suite, et je ferai un edit si vous le voulez bien...

      Merci !

      Supprimer
  4. encore merci pour ton article (Anaïs, qui vient de t'adresser un email... l'as tu bien reçu?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Anaïs ! ;-)

      Oui, j'ai bien reçu ton mail, je vais essayer d'écrire l'article qui t'intéresse... la semaine prochaine ?

      Je te tiens au courant ! ;-)

      Supprimer
    2. Hello Elsa,

      Super merci à toi!

      Supprimer
  5. Moi j'aime beaucoup ce type de billet...
    des petites tranches de vie qui finalement nous apprend beaucoup (enfin pour moi en tout cas!).
    Merci (encore!)

    RépondreSupprimer