lundi 7 octobre 2013

Le prénom en Petite section

Source de l'image

Ceux parmi vous qui ont déjà eu des enfants scolarisés en maternelle connaissent ce rituel immanquable dès la Petite section : à l'entrée de la porte de la classe se trouve une petite table converte d'étiquettes. Une étiquette pour chaque enfant, avec son prénom en très grosses capitales d'imprimerie. En début d'année de Petite section, le prénom est généralement accompagné d'une photo, ainsi souvent que d'une aide quelconque (couleur du groupe de travail auquel appartient l'enfant par exemple). Petit à petit dans l'année, ces indices disparaisent, et l'enfant, pour retrouver son étiquette, doit s'appuyer sur la reconnaissance visuelle des formes écrites.

L'enfant franchit donc le seuil de la classe, retrouve son étiquette parmi celles de ses camarades, et va l'accrocher sur un tableau de présence. Au delà de l'objectif imposé par les Programmes, il s'agit d'un acte symbolique : par ce petit rituel, l'enfant passe la porte et dit "Je suis là, avec les autres enfants."

J'aime bien cet aspect affectif de l'activité. Je suis un peu plus prudente quant à l'objectif en terme de découverte de l'écrit, mais puisqu'il s'agit d'un objectif officiel, il ne m'appartient pas de le discuter. D'ailleurs, cela peut être très bien fait, pour peu que l'enseignant prenne le temps d'y réfléchir soigneusement. Et j'ai même vu ce système repris dans une école Montessori (c'est sur la silhouette d'un arbre peint au mur que les enfants allaient accrocher leurs prénoms), ce qui prouve que savoir reconnaitre son prénom n'est pas incompatible avec l'approche phonique (explicitement imposée chaudement recommandée par notre ministère depuis 2008, soit dit en passant).

Le travail sur le prénom est identitaire, et les enfants y sont extrêment sensibles. Dans ma dernière classe de petite section, nous avons travaillé sur les prénoms dès la rentrée avec des petits jeux de reconnaissance (mise en paire) et des activités d'arts plastiques. En partant pour les vacances de la Toussaint, les enfants rapportaient chez eux une étiquette-prénom décorée par leurs soins et plastifiée, accompagnée d'un petit mot aux parents expliquant qu'elle devait être accrochée à la tête de leur lit et sans cesse sous leurs yeux.

Bon, toute cette digression pour dire que je réfléchis à accompagner ce travail d'identification de l'écrit cette année auprès d'Antonin, toujours avec la même problématique : ne pas marcher sur les plate-bandes de l'enseignante et tenter de proposer des éléments complémentaires qui ne pourraient être abordés comme tels en collectivité.

La première chose que je me suis dite en voyant les étiquettes-prénoms de la classe d'Antonin, c'est qu'elles étaient un peu petites. Je me suis dit que j'allais donc lui en fabriquer une grande. Voire une très grande. Et même grande, grande, grande. Grande comment ? Et bien disons, si grande qu'une trentaine du même acabit ne tiendraient pas sur les murs d'une classe. ;-)

En gros, grande comme ça :


(Ce n'est pas l'enfant concerné qui pose sur les photos...

... Louiselle aime jouer dans la chambre de son frère
autant que dans la sienne !)

Plutôt sympa pour une première approche de son prénom écrit, non ? Et si ce n'était la place nécessaire pour les afficher en classe, il serait presque possible d'en fabriquer une par élève, tant cette bannière en feutrine est simple et rapide à confectionner ! ;-)

14 commentaires:

  1. Très bonne idée cet "arbre", je pense que je vais m'en inspirer quand je passerai aux étiquettes sans photo et aux groupes fixes...

    Je ne suis pas pour des groupes fixes mais comme c'est ce qui est d'usage dans l'école en Ms et en GS j'y viens progressivement dans l'année avec mes PS.

    Concernant le prénom à la maison, chez nous il est aussi dans la chambre des enfants... depuis leur naissance... J'ai toujours à l'esprit une amie d'amis (assistante maternelle) qui m'avait fait la remarque : mais pourquoi tu leur as mis sous les yeux, ils ne savent pas lire...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce post. L'idée est extrêmement bien réalisée et l'explication du lien avec l'école est très intéressante.
    Exactement ce dont j'ai besoin :-)

    RépondreSupprimer
  3. C'est très joli :-)
    L'an dernier les p'tits Ko avaient en cours d'année confectionné une jolie étiquette avec des lettres en mousse autocollante on l'a accroché au dessus de leur lit respectif :-)

    RépondreSupprimer
  4. Très jolie cette guirlande !
    Petite question très intéressée, pour ma grande koala -:)) : Feras-tu à la maison des activités prochainement avec Antonin en lien avec les lettres rugueuses puis mobiles en sachant que l'écriture cursive ne sera abordée que plus tard à l'école?
    Je ne suis pas sûre d'être claire :-((

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Franouch !

      Tu peux très bien proposer des lettres rugueuses et un alphabet mobile en minuscules script, si ta fille en est là à ce moment-là... Certaines écoles Montessori font comme cela d'ailleurs.

      Je ne suis pas sûre d'avoir répondu à ta question ?? :-D N'hésite pas à me relancer !

      Quant à savoir ce que je ferai avec Antonin dans le futur, je n'en sais rien, je m'adapte à ce qu'il est et m'appuie sur ce qu'il sait, donc je ne peux pas du tout anticiper ! C'est une des raisons pour lesquelles je ne me lance pas dans l'achat ou la confection de matériel à l'avance ! ;-)

      En tout cas, je pense que cette année, on va rester sur des activités autour du prénom (et sans doute un "AN" en lettres rugueuses, oui !), et que j'accompagnerai (très très doucement) l'éveil de la conscience phonologique si il a lieu.

      Voili, voilou ! :-)

      Supprimer
  5. Ok, oui tu as tout à fait répondu à ma question.
    Donc j'ai tout faux avec les lettres rugueuses cursives que je propose à Amina !!
    Bon il faut avouer qu'elle n'adhère pas beaucoup, sauf s'il y a de la farine ou de la semoule à côté pour tracer les lettres (ou pour très vitre faire autre chose :-))))))
    Mais j'avoue que j'insiste car dans mon for intérieur j'aimerai beaucoup qu'elle apprenne à lire et à écrire avec moi:-))

    RépondreSupprimer
  6. ça n'a pas manqué : dès aujourd'hui mon fils devait retrouver son prénom sur des étiquettes et la prendre pour la mettre sur un petit tableau. Il reconnait son prénom depuis quelques mois maintenant donc bon...pas de surprise. Mais je trouve que la maitresse va un peu vite non ? enfin je ne sais pas mais les enfants ne sont pas encore habitués au fait même d'aller à l'école (beaucoup de pleurs d'autres enfants encore le matin). Je n'ai aucune d'idée de l'organisation d'une classe de PS, il y a beaucoup de choses à mettre en place visiblement...bon courage à toutes les mamans qui vivent aussi une rentrée en PS cette année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, lc, je te le dis : c'est un incontournable.

      Et comme tel, il a tendance à être appliqué sans être interrogé...
      Par exemple, trop tôt dans l'année alors que les petits n'ont pas encre construit leurs points de repère...

      Ou dans une approche graphique et non phonologique (ce qui, pour moi, est un gachis total doublé d'un non-sens, m'enfin bref...).

      Supprimer
    2. Ici aussi l'étiquette du prénom est de rigueur, dès le couloir pour accrocher le sac, sur le casier à chaussons mais aussi dans la classe pour le (joli) rituel dont tu parles... Pour le moment le prénom est aussi accompagné de la photo prise le jour de la rentrée (pour le sourire de la mienne il faudra repasser hein!). J'avoue que je n'avais pas vraiment prêté attention à ce "détail" et pourtant je me rappelle avoir lu ton billet...! par contre, hier soir en rentrant, ma puce m'a surprise en prenant son "cahier de liaison", nominatif également, et en me montrant très précisément que là il y avait marqué "Shaline" (ben oui elle zeuzotte et mange encore les r!)... je me rends compte qu'en quelques jours seulement, elle a déjà identifié l'écriture de son prénom...! c'est dingue la vitesse à laquelle ils apprennent...!

      Supprimer
  7. Après approfondissement... Elle ne sait pas "lire" son prénom... Elle sait où son prénom est écrit... Nuance qui a toute son importance...^^ du coup la bannière (ou autre...) garde tout son intérêt dans cette acquisition...!

    RépondreSupprimer
  8. J'ai conçu pour mon fils (2 ans 1/2) un loto des lettres de son prénom avec différentes sortes de papier/carton (papier de verre, papier plastifié, carton ondulé, etc.) et de différentes couleurs.
    Je voulais le transposer avec des PS dans ma classe l'année prochaine (j'ai un quart temps en PS-MS-GS) Mais il me semble que travailler sur les lettres du prénom distinctement (et non l'image globale du mot) relève plutôt d'un apprentissage de la deuxième partie de l'année (après janvier voire mars)
    Qu'en penses-tu ? Aurais-tu une idée pour le transposer autrement en jeu de manipulation ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mmm, je ne sais pas trop... Le travail sur l'initiale commence vers octobre, généralement, donc on peut peut-être changer le jeu en loto des "initiales de la classe" ?
      Tiens-moi au courant de l'évolution de ta séquence, ça m'intéresse ! :-)

      Supprimer
  9. Bonjour Elsa,
    Syd 2 ans 1/2 va rentrer en PS trop bientôt dans moins d'un mois (aarrrggg) et aujourd'hui l'approche qu'il a de son prénom est phonologique ; il sait que Syd ç'est comme ssssssssssoleil. Et je viens de terminer son prénom en grosses lettres décorées au papier collé que je vais mettre dans sa chambre. On est prêt pour la rentrée, non ?

    RépondreSupprimer