vendredi 11 octobre 2013

La rentrée ? C'est du passé...



Tout à l'heure, Antonin a rapporté sa première oeuvre scolaire ; il lui a choisi une place dans sa chambre et nous l'avons punaisée au mur. Et j'ai réalisé qu'il venait d'achever sa 4e semaine de classe !  

Antonin aime l'école. C'est le premier constat à faire si je devais faire un bilan, et de loin le plus important. Il aime "retrouver tous les amis" (sic !) "et la maitresse aussi". Nous allons toujours à l'école à pied (enfin, en draisienne pour Antonin, et en poussette pour Louiselle) et malgré la pluie qui ne discontinue plus, je m'en félicite. Je trouve que cela permet de faire la transition entre la maison et l'école à un rythme humain - celui de nos jambes. Et nous croisons de petits camarades qui manifestent toujours beaucoup d'amitié à Antonin. C'est trop mignon de voir cette petite N. qui souffle à sa mère : "C'est un copain ! C'est... (Elle cherche visiblement le prénom du Damoiseau dans sa mémoire) C'est... un copain !!" Et les sourires et les coucous en douce, sans ralentir le pas dans le froid du matin... Trop mignon !! :-D

Avant que l'école ne commence, j'avais peur des matins. J'avais peur de devoir réveiller mes enfants, et de devoir courir, courir, en bousculant tout le monde pour que nous soyons à l'heure. En fait, non. Je vais chercher les enfants dans leurs chambres à 7h00 - ils sont déjà réveillés depuis au moins un quart d'heure. Nous descendons et si je n'ai pas moi-même traîné au lit, leur petit-déjeuner est prêt. 

Bon, je dois avouer que c'est un moment délicat, le petit déjeuner. Depuis qu'il a fait sa rentrée, Antonin exige de reprendre sa bouillie au biberon, chose qu'il ne faisait plus depuis 9 mois. Bon. Tu as besoin de têter, OK. La régression, c'est autorisé, surtout quand on a deux ans et demi. Sauf que matériellement, nous n'avions plus qu'un seul biberon, celui qui servait au petit déjeuner de Louiselle. Pendant 15 jours, ça a donc été la crise systématique parce que nous donnions d'abord son biberon à Louiselle, puis, seulement ensuite, proposions à Antonin de verser sa bouillie dans ce même biberon. Le jour où nous avons enfin réussi à dégoter le biberon-qui-va-bien vendu à l'unité (oui, parce qu'il ne faut pas n'importe quel biberon, hein, sinon le Damoiseau n'en veut pas), on s'est dit avec soulagement qu'on en avait fini avec ces crises du matin.

Haha. Nous avions oublié ce bon vieil adage de Faber et Mazlich : "Donner la même chose, c'est donner moins". Oui. Les crises n'ont pas cessé. Mais à présent, Antonin les entonne sans raison visible à nos yeux. Comme ça. La vue de ces deux biberons le met en rage.

Bon, passé cette étape délicate (oh, le doux euphémisme !), généralement les choses vont assez bien. Changes, habillages, petites toilettes de chat, c'est finalement assez rapide.  Antonin a même le temps de jouer le matin avant de partir, ce à quoi je tiens beaucoup.

Les deux premiers jours, la séparation s'est faite très en douceur. J'avais bien pris le temps de formuler à Antonin qu'à l'école, il serait seul. Il savait que je partirais. Je lui disais au revoir sur le pas de la porte, je le regardais accrocher son étiquette sur le tableau de présence, et puis... Et puis je le voyais m'oublier complètement, s'absorber dans ce nouvel environnement si riche : tant d'enfants ! Tant de jeux... ! Et en particulier ce beau garage... Au bout de quelques secondes d'observation, c'était évident pour moi : je l'avais perdu !! Il avait oublié mon existence et je pouvais donc... partir (les larmes au bord des yeux, ben oui).

Facile. 

Le troisième jour, les choses ont été différentes.

Antonin avait compris ce que signifiait ces mots, maintes et maintes fois répétés : "être à l'école sans Papa, sans Maman, sans Louiselle... mais avec beaucoup d'enfants et la maitresse, aussi." Oui. Tout ce blabla pour dire : "Tu seras SEUL, mon enfant, pour te coltiner l'altérité et personne ne sera là pour t'expliquer ce qui se passe avec tes mots à toi". Aïe. Le troisième jour, Antonin s'est mis à pleurer. Fort.

Oh, pas tout de suite. Ça commençait à coincer un peu aux porte-manteaux. "On va aux petites toilettes, Maman, hein ?" Une manière de dire : "On ne va pas dans la classe, hein ?" - "Oui, Antonin, il faut que tu ailles faire pipi avant l'école. - Et se laver les mains, aussi ?" Oui, oui, bien sûr, tout ce qui pourra retarder l'épreuve de l'entrée en classe (et tirer la chasse d'eau, et se laver les mains deux fois de suite, et se moucher deux ou trois fois dans des mouchoirs jetables, et les jeter, et...). Bon, mais maintenant, il faut y aller. Devant la porte, ça bouchonne. À cette période de l'année, il y encore un certain nombre d'enfants qui vivent très mal la séparation, et beaucoup de parents qui ne parviennent pas à décoller. Nous restons en retrait Antonin et moi ; Louiselle commence à se dire qu'observer les dos des parents dans la porte, ça n'est pas drôle. Elle s'agite. Elle préférait - de loin - les petites toilettes. Bon, c'est à nous.

"Tu me regardes, maman, tu me regardes ?"

Cette phrase fut l'essence de notre rituel de séparation pendant 15 jours. Le contrat passé entre Antonin et moi, c'était : "Je reste sur le pas de la porte pendant que tu rentres dans la classe pour poser ton étiquette (ce qui suppose de traverser toute la classe, c'est une très bonne chose). Ensuite, si tu en as besoin, tu reviens vers moi (oui, tu en as besoin). On se fait un dernier bisous et je pars. JE NE PARTIRAI JAMAIS EN DOUCE."

Ça n'a l'air de rien, mais il y a beaucoup d'étapes là-dedans : prendre son étiquette, pour commencer. Ce n'est pas le plus difficile. Mais ensuite, il s'agit de la garder serrée contre son coeur pour ne pas se la faire prendre par Louiselle qui rêve de la tordre en tous sens, TOUT en restant collé à Maman agenouillée par terre. Les trois premières fois, il a fallu que la maitresse ou l'ATSEM vienne chercher Antonin pour aller placer cette fichue étiquette. Y aller tout seul était au dessus de ses forces. Et ensuite, il revenait vers moi dare dare pour se mettre à sangloter.

Allons bon. J'ai pris le parti de rester quelques longues minutes pour un gros calin. Sans mot dire, parce les paroles réconfortantes des adultes dans ces cas-là ("Mais si, mon chéri, ça va être BIEN, tu vas voir...") ne réconfortent qu'eux-mêmes (et encore...). Je lui ai dis une fois qu'il avait le droit d'être triste, et c'est tout. Et puis, quand je sentais que le "réservoir d'amour" (pour reprendre l'expression d'Isabelle Filliozat) était plein, je lui disais : "Antonin, je dois y aller, je compte jusqu'à 3 - 3 bisous - et j'y vais. Je reviens te chercher tout à l'heure." Réponse sanglotante mais pas désorientée : "Non, Maman, pas 3 bisous... 12 bisous !!

[Déformation professionnelle : malgré le drame que nous sommes en train de vivre, mes antennes s'allument : "Tiens, tu sais ça, toi ??? Que douze est PLUS GRAND que trois ???" Mais passons...]

Et non, mon chéri, ce sera trois et non douze, car ce qui est dit, n'est-ce pas... Et je m'en vais. La mort dans l'âme, mais je m'en vais. Mais il me semble qu'à mesure que je m'éloigne, les cris perdent en intensité, et je ne crois pas que ce soit une illusion acoustique... Et bien sûr, trois heures plus tard, je retrouve un Damoiseau souriant, et la maitresse m'assure que les pleurs se sont calmés presque instantannément, ce que je crois très volontiers.

Vendredi dernier, aux porte-manteaux, Antonin a commencé par me dire : "Non , Maman, on va pas aux petites toilettes !". Comment ça ? Mais si bien sûr, on y va, et le petit pipi rituel qui retarde l'entrée en classe, alors ? "Non, on va voir la maitresse !". J'ai été un peu étonnée, mais, en sortant des toilettes, une surprise bien plus grande m'attendait : "Maman, tu ne me regardes pas." Oh, je la connais cette phrase, Antonin me la sort aussi à la maison, parfois. Cela veut dire : "Maman, peux-tu me laisser vivre en dehors de ton regard 5 minutes, le temps que je fasse quelque chose que je ne suis pas sûr que tu approuves (vider le tiroir de la pharmacie, te piquer ta poêle alors qu'elle n'a pas été lavée, ou simplement lire une histoire à voix haute, parce que si tu m'écoutes, tu vas sourire avec ton air bêtement attendri??)"

"Maman, tu ne me regardes pas. - Euh... On se fait un bisou, et je te dis "à tout à l'heure, alors ? - Oui. Bisou, à tout à l'heure."

Et voilà mon Damoiseau qui file entre les jambes des parents qui squattent à l'entrée en me laissant comme deux ronds de flan... Euh, tiens, il me semble que dans son empressement, il n'a même pas pris son étiquette...

C'est bête : je n'avais jamais autant eu envie de pleurer !! :-D

Voici donc comment les choses se passent depuis  une grosse semaine : bien. Bien ? Mmm. Je vous parlerai peut-être un jour des grosses crises de colères qu'Antonin fait après l'école... Et dire qu'avant la rentrée, c'étaient les matins que j'appréhendais !:-D

8 commentaires:

  1. C'est plutôt chouette comme bilan!! Nawel a bien grandi aussi ces 7 semaines, c'est encore difficile les 2 jours où je travaille juste dans la classe à côté d'elle... mais les 2 autres jours, comme toi, on rempli le réservoir d'amour par 2/3 bisous et c'est parti!! J'aime l'entendre raconter sa matinée d'école au retour que l'on fait nous aussi à pieds avec Zélie en portage ou dans la poussette... ce sont de bons moments partagés...

    P.S: Des colères??? ahhhhh , moi aussi retour des colères depuis la rentrée scolaire ... un peu moins ces deux dernières semaines. Et oui, toutes ces tensions à sortir après de telles journées ... c'est juste normal finalement mais ça fait bizarre quand il n'y en avait presque plus. Et je ne sais pas pour toi, mais ici , ça peut juste partir d'un petit détail ;-))

    RépondreSupprimer
  2. C'est un beau bilan! L'an dernier j'avais arrêté d'aller chercher les garçons avec mon vélo + la carriole car j'avais de méga colères, comme si ils n'avaient pas de sas de décompression. Rentrer à pied a permis d'atténuer un peu les crises. Mais comme toi j'en venais à redouter les midis! Comme le dit Nawel, un rien peut déclencher un tsunami!
    Mais finalement après une longue matinée où on a pris sur soi pour être grand, retrouver sa maman et son environnement c'est rassurant et là on peut se permettre de lâcher prise et de faire une belle colère! (ah que ça fait du bien non?)

    RépondreSupprimer
  3. Voilà, une adaptation réussie pour Antonin et ... sa maman !

    Ici avec la rentrée et le retour des crises, j'ai repris la lecture d'Isabelle Filliozat... Je crois que l'an prochain, je vais rajouter à la ''liste de matériel" de mes PS : "J'ai tout essayé". Je crois que cela sera bien utile à beaucoup de parents ;-)

    Plus qu'une semaine et pas des moindres, car avec la fatigue et le froid qui s'installe j'ai déjà hâte d'être en vacances et de pouvoir profiter de prendre le temps...

    RépondreSupprimer
  4. Bravo pour ce grand pas franchi Antonin!

    RépondreSupprimer
  5. Merci à toutes pour tous ces gentils petits mots ! :-D

    Et ça me rassure de savoir que mon Damoiseau n'est pas le seul à "criser"... :-(

    RépondreSupprimer
  6. haha! quelle jolie histoire! :o)
    je ne connais pas encore le rituel de l'ecole mais celui de la nounou se passe bien pour l'instant :o)

    sinon pour dire que j'ai decouvert ton blog la semaine derniere en cherchant des infos sur Montessori et Dieu Google m'a guidé ici :o) et j'apprecie beaucoup tout ce que j'ai peu en lire... Ma petite a 17 mois donc je suis plus "focalisée" sur les articles sur Louiselle mais le reste me prépare à l'après et me fait reflechir... je continuerais donc ma lecture avec attention :o)

    RépondreSupprimer
  7. Je pense que ce sont les bouchons avec les parents à l'entrée de la classe qui sont les plus gros problèmes. A force d'attendre son tour pour entrer dans la classe, mon petit bout s'inquiète de voir les autres enfants pleurer et il finit par me serrer très fort et ne plus vouloir décoller de mes bras :-( Je vais tenter d'instaurer un petit rituel la semaine prochaine aussi ! merci Elsa (avec un an de retard) pour tes idées et ce réconfort de voir que l'on passe toutes par là...et pourtant mon fils a fait presque 3 ans de crèche, comme quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, les bouchons... :-(

      Une raison supplémentaire pour ouvrir la classe aux parents et les autoriser à en franchir le seuil (non, mais c'est vrai, c'est ridicule cet interdit qui plane sur le seuil de la classe, là...) : ça décongestionnerait les couloirs !

      Supprimer