mercredi 25 septembre 2013

Transport d'objets


Je me souviens très bien de la manière dont Antonin a appris à marcher : il s'est entrainé sans relâche, des semaines durant, à transporter ses bouteilles d'eau colorée d'un endroit à un autre du salon. Sa bouteille coincée sous le bras, il prenait appui de sa main restée libre contre les meubles du salon. Peu à peu, les appuis devinrent plus légers. À vrai dire, au bout d'un moment, ils n'étaient plus là que pour la forme, et les adultes (toujours pressés) disaient : "Mais enfin, il pourrait lâcher, il sait marcher, à présent..."

Pour Louiselle, tout se passe très différemment. Mais on peut noter tout de même un engouement commun avec son frère au même âge : la passion pour le transport d'objets. Pas de bouteilles, non. Plutôt des choses bien encombrantes et un peu lourdes. D'ailleurs Louiselle, qui ne marche pas encore "couramment", se lance plus volontier si elle a quelque chose à porter. Une amie à moi faisait remarquer cet été qu'elle devait avoir l'impression que l'objet la soutenait, et se sentait plus en confiance ainsi, alors qu'il est bien évident pour nous, observateurs, qu'il s'agit d'une charge qui n'aide pas à l'aisance motrice...

Mais, en sommes nous bien sûrs ?
C'est vrai, ça : si des bébés, aussi mal assurés sur leurs guiboles, s'échinent à porter des objets aussi gros qu'eux, c'est qu'il doit bien y avoir une (des) raison(s), non ?


En observant ma fille, je me suis aperçue que :

- Trimballer un objet, c'est TRÈS amusant quand on a 16 mois. Ne cherchez pas, c'est ainsi. Surtout s'il y a une difficulté inhérente à l'activité, par exemple : déplacer un panier très lourd emplis de cubes qu'il ne faut pas renverser ! ;-)

- À cet âge, le travail sur l'apparition/disparition d'un objet se poursuit. L'enfant connait ce phénomène et éprouve le besoin d'en être un acteur de moins en moins passif. Entre lâcher son hochet de sa chaise haute et regarder où il est tombé, et décider de transporter ce même hochet à tel endroit de la pièce (puis à tel autre, puis à tel autre...), il y a un palier de franchi dans la compréhension du lien de cause à effets. Pour mémoire, au sens étymologique "compréhension" signifie "faire le tour"... avec ses bras  ???!!

- À travers le transport d'objets, c'est la conscience de son propre corps, de l'équilibre des gestes, de la capacité musculaire, qui se construit. Après une rapide recherche (et une conversation très animée avec des amis biologistes), j'ai découvert que tout au long de ce travail, le système nerveux transmet des messages au jeune cerveau, lequel apprend par ce biais à situer le corps dans l'espace. Vertigineux, hein ? Quand on dit que l'homme est un "être d'outils", cela ne concerne pas que la main engagée dans la motricité fine. Pour savoir où on est (et qui on est...), on empoigne le monde... grâce aux mains, oui, mais avec tout son corps aussi. Observez votre bébé se mouvoir quelques instants, et vous verrez ce que je veux dire !

- Trainer, pousser, porter... Ce sont des actions calmantes. Nous, cela nous fait du bien d'aller expulser le stress d'une journée au cours d'une séance de natation ou de jogging. Transporter, c'est du sport. Ça défoule. Ça fatigue (une bonne fatigue, oui...). Ça stimule les endocrines. Mais aussi et surtout, en lien avec le point précédent : le systéme sensoriel est "nourri" de cette répétition qui construit, peu à peu, une carte de navigation dans le monde. Ce genre d'activité délivre le message : "Tu es ici. C'est ici que tu finis et que le monde commence."

Parents, vous voyez ce qui vous reste à faire... ;-)

Parsemez votre appartement de paniers (si possible munis de poignées, comme les grosses panières pour le linge, si agréable à tirer sur le sol) emplis de livres ou de cubes, de quoi que ce soit qui demande un peu d'effort. Offrez à votre enfant son premier sac, et montrez-lui comment le remplir de ses jouets préférés. Confiez à votre bambin votre sac d'épicerie lorsque vous rentrez de courses... En bref, dès que vous voulez déplacer quelque chose, demandez à votre enfant de le faire pour vous. Au jardin, en particulier, les occasions regorgent de déplacer des objets... et à défaut, inventez ! "Oh ! Il faut ramasser ces cailloux, les mettre dans ce seau et les porter autour de l'arbre ! Cet arbre A BESOIN de cailloux !!" (Si, si.).

Et émerveillez-vous de l'empressement qu'il met à vous aider... pour nourir son propre développement, bien sûr ! ;-)

9 commentaires:

  1. Je me rappelle que pour Clément ça a été la même chose: la panière de linge sale (pleine ou vide) qui voyageait dans tout l'appartement, les petites chaises, la grosse boite à cubes, les paniers des livres,...Il se sentait tellement fier de lui, heureux quand il faisait ça. Il rayonnait à la fin comme s' il avait franchi l'Everest. Ce fut un vrai plaisir pour nous observateurs de ces moments-là.

    RépondreSupprimer
  2. Ici aussi il est vrai que c'est bien rigolo de transporter les objets lourds et encombrants.
    Par contre, ici les paniers ou bacs sont bien plus rigolo à vider pour prendre la place du contenu dans le contenant !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Ici je me rappelle très que mon grand poussait tout ce qui était encombrant et se trouvait sur son passage : en fait d'abord il s'y accrochait pour se se soulever puis il poussait... Une fois chez des amis, il a passé un grand moment aà faire de même avec une petite table en fer forgé sur un tapis épais : quelle séance de motricité en effet !

    Pour ma fille, je ne me rappelai plus... Heureusement qu'il a les photos et les vidéos : elle a poussé (une poussette pour poupée de son frère) mais elle a surtout beaucoup suivi... son frère bien sûr (en se tenant où elle pouvait) et aussi une petite chèvre (vieux jouet à moi à pile mais en peluche).
    Elle aimait beaucoup tester différents type de sol je dirais et passait sans relache du tapis au carrelage ou au parquet ou du tapis à un grand puzzle de sol cartonné : je monte sur le puzzle, je le traverse, je redescends...

    RépondreSupprimer
  4. Ici elle traine, mais ne porte pas (malgré mes demandes répétées).... et ça n'est pas du tout calmant pour moi (ni pour la voisine du dessous) !

    RépondreSupprimer
  5. Ca doit aussi être super interessant de tester son équilibre!
    En tout cas, même à presque 4 ans, porter de grosses charges est toujours un must!

    RépondreSupprimer
  6. Ca déménage dans tous les sens ici aussi, c'est venu avec la marche et bien resté. Ca me fait trop rire quand elle promène mon sac en disant "Maman" "Maman" ;)

    RépondreSupprimer
  7. J'ai lu l'Esprit Absorbant au mois de mars, et il y a un passage où Maria Montessori évoque ce besoin de transporter des objets lourds et encombrants. Ca m'a bien aidé, car au même moment mon petit s'est décidé à marcher, et en bonne maman Montessorienne j'ai pris le temps de l'observer sans intervenir. Et effectivement, à peine avait-il compris comment se redresser et mettre un pied devant l'autre qu'il s'est mis à cavaler dans toute la maison en trimballant des objets lourds : cartons de jouets, petites chaises... C'était un vrai plaisir et ça continue ! Ce matin il déménagé les petites tables de la salle de classe ! Ce plaisir de déménager des objets vient peut être aussi du passage de la marche à 4 pattes à la marche debout : enfin pouvoir se déplacer ET en même temps porter quelque chose ! Et une fois que la marche est aquise la compréhension du monde s'affine et les progrès intellectuels sont énormes.

    RépondreSupprimer
  8. Cela me rappelle, sans lien logique direct puisque mes trolls avaient déjà 2.5 ans à l'époque (ben du coup l'âge d'Antonin tiens). bref, j'avais acheté des mini caddies de supermarché. Elles s'en sont immédiatement saisies pour faire 2 tâches bien spécifiques. Troll #1 a déclaré qu'elle était bibliothécaire et a vidé avec amour ses étagères dans le caddie pour tout ramener dans le salon. Troll #2 c'était pour le déménagement de tous leurs cubes de constructions. Dans le salon aussi bien sûr. Sinon ça ne serait pas rigolo. Je te laisse deviner qui a rangé après. ;-) MH

    RépondreSupprimer
  9. J'aime beaucoup cette phrase que je trouve très juste : "le système sensoriel est "nourri" de cette répétition qui construit, peu à peu, une carte de navigation dans le monde." C'est tout à fait vrai et cela explique, à tout âge de l'enfance, l'importance des activités sensorielles...

    RépondreSupprimer