mardi 3 septembre 2013

Bouquet d'épis

Bonne rentrée à tous les enfants ! Puissent-ils trouver des bouquets de fleurs dans leur nouvelle classe ! (et des guitares, et des animaux domestiques, et des plantes à soigner, et de beaux tapis en laine, et des fauteuils profonds au coin lecture, et de vrais rideaux aux fenêtres, et, et...)


Si vous visitez un jour une école Montessori, vous verrez peut-être de petits bouquets orner les tables des enfants. C'est gai et odorant, cela contribue à créer dans la pièce une ambiance chaleureuse qui incite au travail. Mais surtout, ces petits bouquets sont eux-mêmes le fruit du travail des enfants : généralement, en arrivant en classe, ils trouvent sur leurs étagères un petit plateau (ou plusieurs, mais toujours en nombre très limité) contenant des fleurs fraiches, une paire de ciseaux, un pichet d'eau, un petit entonnoir, un minuscule vase et une éponge. L'activité consiste à débarraser les tiges de leurs feuilles et éventuellement, à les retailler en longueur. Puis l'enfant transvase l'eau du pichet dans le vase à l'aide de l'entonnoir. L'éponge est là pour réparer l'éventuels débordements. S'ensuit l'aspect le plus artistique de l'activité : disposer les tiges une à une dans le vase, avec une attention pour chaque fleur (on la hume, la caresse... Cela fait partie intégrante de la présentation de l'éducateur !) et pour l'harmonie générale.

Cela n'a l'air de rien, peut-être. Mais il s'agit d'une activité vraiment complexe, au sens où elle articule plusieurs compétences simples (savoir verser, savoir couper, etc.). Telle quelle, je ne pense pas qu'on puisse la proposer avant 3 ans et demi/4 ans... ?

Mais il s'agit aussi d'une activité très facile à adapter pour de plus jeunes enfants ! Depuis quelques semaines, je la propose à Antonin avec des épis de blé. C'est de saison, et il n'y a pas besoin d'eau. C'est une activité perpétuelle, dans la mesure où il me suffit, lorsqu'Antonin a quitté la pièce, de repasser derrière lui pour refaire mon plateau initial en un tour de main :


J'ai épuré le plateau au maximum : juste un "vase" et une grosse poignée d'épis. Si vous le pouvez, choisissez un plateau en bois avec poignées, et un vase qui ne soit pas un pichet promotionnel pour un alcool fort... :-(

(Ben quoi, il est très joli, ce pichet, en vrai. Il est fait dans un beau grès cassable et ses formes sont très épurées. Les lettres dorées ne manquent pas de charme non plus, dans leur genre... Bon, OK, il n'est pas terrible, ce pichet. J'arrête.)

(Mais il a la bonne taille, ce pichet, et c'est déjà ça. 
OK, j'arrête.)

(Je précise également que le tissu rouge sur la table de travail est là depuis le premier jour parce que le Damoiseau l'y a installé d'autorité. Et pas question de l'enlever, oh, non. Ce qui renvoie à mon petit texte de dédicace : plus une ambiance est "cocooning", plus l'enfant s'y sent bien. Car Antonin se sent très bien dans notre pièce sous les combles. Il y passerait bien la journée sans problème. Ce qui n'est évidemment pas possible tant que Louiselle n'est pas autorisée à y entrer...)

Antonin s'applique à disposer les tiges une à une, non sans les avoir furtivement observé et caressé (cela faisait partie de ma démonstration, et il s'applique !).


Ensuite, on remise le plateau, le bouquet est amoureusement disposé au centre de la table (sur le cher tissu rouge) et le travail peut commencer ! En réalité, il a déjà commencé... C'est une des magies de la pédagogie Montessori : toute activité dite "préliminaire" ou se rapportant au soin de l'amiance de travail est DÉJÀ un travail.

J'aime... beaucoup ! Et Antonin aussi !


De plus, c'est par le biais d'activités de ce type que j'ai pu évaluer la capacité de Damoiseau à suivre une démonstration jusqu'au bout et à s'appliquer ensuite pour mener une tâche "dans les règles". Je vous l'annonce officiellement : je crois qu'Antonin est prêt ! Dès que possible, je lui proposerai son premier cadre d'habillage et la deuxième boite de couleurs ! Son premier matériel montessorien digne de ce nom ! Et bien sûr, je vous tiens au courant ! ;-)

11 commentaires:

  1. En début d'après midi mes enfants arrachaient les fleurs du jardin. Il va falloir que les initie à l'art du bouquet. Activité par encore mise en route, car j'aimerais un tabouret ou une petite sellette exprès pour poser les vases... Et sinon, voici mon premier vrai article sur mon blog IEF http://doucecole.blogspot.fr/2013/09/la-rentree-dans-notre-minuscule-ecole.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle bonne idée, cette sellette, Marie ! ;-)

      Supprimer
  2. Et je n'y avais pas pensé...au blé, je veux dire! J'ai vu un jeu très sympa (sur un blog? dans une boutique?): un bloc de bois naturel percé de 4 ou 5 trous et des fleurs artificielles.
    On peut "planter" les fleurs ou les cueillir si elles sont déjà sur le bloc pour ensuite les mettre dans un vase!
    Les fleurs artificielles...bof! Mais avec une variété ancienne de blé qui a une vraie grosse tige solide, ça devrait être réalisable à peu de frais et solide!

    Merci pour l'idée! ce petit bouquet est magnifique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour l'idée du bloc de bois perçé... Je crois que je vais la mettre en oeuvre, mon garçon est un fan de la mise en correspondance terme à terme ! ;-)

      Supprimer
    2. Ca peut marcher aussi avec des tiges de lavande. Et en plus, ça sent bon !

      Supprimer
    3. Super idée ! En plus cette année, nous aurons une petite récolte de lavande au jardin, je sais ce que je vais en faire ! :-)

      Supprimer
  3. Du blé, du malt (cf le "vase/pichet") il va bientôt faire de la bière ton fiston ;-)

    Belle idée, j’essaierai d'y penser le moment venu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, voilà notre prochaine activité de Vie pratique : faire de la bière ! :-D

      Supprimer
  4. On a testé l'activité "faire un bouquet" aujourd'hui : c'est très intéresant ! J'ai cueilli du muflier dans le jardin. Et j'ai préparé un plateau pour les enfants avec une présentation très Montessorienne. Verdict : c'est un peu difficile pour mon petit (23 mois), mais il a aimé hummer les fleurs et les disposer dans le vase, ainsi qu'éponger le plateau. Le grand (5ans) a eu l'occasion d'utiliser les ciseaux pour couper les tiges et les feuilles. Il coupait et coupait encore (super, lui qui d'habitude déteste découper du papier au moins il peut s'entraîner) ; j'ai dû lui rappeler qu'il faut laisser une certaine longueur aux tiges pour pouvoir les plonger dans le vase. Il a aussi été chargé de chercher de l'eau avec une situation problème : "Maman il faut combien d'eau pour remplir le vase ?". Il s'y est pris a deux fois pour avoir un niveau d'eau idéal. Nous avons maintenant un joli bouquet de fleurs roses dans notre classe. Je n'ai pas encore de selette, donc le bouquet est sur une table de travail. Pour réaliser cette activité en toute autonomie, je pense qu'il faut au moins avoir 4 ans et avoir beaucoup fait de vie pratique. Mais on peut aussi faire des bouquets avec l'aide de sa maman, et donc commencer bien avant cette charmante activité.

    RépondreSupprimer
  5. Un grand merci pour ce retour, Marie ! C'est passionnant !

    Excellente idée, de laisser l'enfant aller chercher l'eau nécessaire... ;-)

    RépondreSupprimer
  6. j'ai écrit un article à ce sujet ici http://doucecole.blogspot.fr/2013/09/composer-un-bouquet.html

    RépondreSupprimer