vendredi 30 août 2013

Préparer à la première rentrée

Source de l'image

La semaine prochaine, c'est la rentrée.

Enfin, alors, ici, je vais essayer de négocier avec les enseignants un petit délai d'une semaine ou deux pour Antonin, histoire de lui épargner le gros stress émotionnel "spécial rentrée de Petite section" (Vous savez, quand la moitié des enfants sont en larmes, et que l'autre moitié hésite sérieusement à garder son calme...).

Je sais, c'est égoïste. Si tous les parents faisaient comme moi, le-dit stress aurait lieu 15 jours après la rentrée et on ne serait pas sorti de l'auberge.

Enfin. Rentrée en temps et en heure ou pas, rentrée il y aura. J'avais inscrit Antonin en mai dernier "au cas où" en précisant bien au directeur que je ne savais pas du tout s'il serait prêt. Parce que le Damoiseau est né en toute fin d'année. Parce qu'à l'époque il n'était pas continent, et qu'aujourd'hui d'ailleurs il ne parle pas encore couramment. Parce que si je vous disais tout le mal que je pense de l'école avant trois ans, vous n'en dormiriez pas de la nuit. Mais voilà : aujourd'hui, je le constate, Antonin est prêt. Et je dirais même plus : il a furieusement besoin (et envie) de sortir des jupes de sa mère - quelques heures, pour mieux les retrouver ensuite, bien sûr. Quitter pour de faux, c'est encore ce qu'il y a de meilleur.

Alors, comme bien des familles en France en ce moment, on prépare la rentrée : on part en chasse de chaussons faciles à enfiler mais qui tiennent aux pieds, de chaussures qui courent vite, et d'un sac-copain qui va permettre de faire le lien. 

On SE prépare à la rentrée, aussi. On a des bouffées d'émotion, comme ça, soudain, en préparant le repas ou en sortant les poubelles, et on se dit, en ravalant des larmes absurdes, que bon sang, notre tout-petit va commencer une période de sa vie dont il ne sortira - si tout va "bien" - que pour basculer dans le monde du travail... Pff. C'est encore petit, deux ans et demi...

Mais surtout, on prépare SON ENFANT À la rentrée. C'est tellement abstrait, l'école. Demandez aux enfants qui ne l'ont jamais connue s'ils ont envie d'y aller, ils vous repondront tous OUI avec ferveur. Je me demande bien pourquoi les 3/4 changent complètement d'avis après quelques heures de scolarisation... (croyez-en mon expérience).

C'est qu'il faut penser un peu en La Palisse :

- Préciser à l'enfant qu'à l'école, Papa et Maman ne seront pas là. Ah oui. C'est évident. Mais ça va mieux en le disant. "Maman t'accompagnera, et tu passeras la journée avec la maitresse et beaucoup d'autres enfants. Puis, à la fin de la matinée, je reviendrai te chercher. Je reviendrai TOUJOURS te chercher, et nous rentrerons à la maison pour manger".

- Expliquer qu'à l'école, il y a beaucoup d'autres enfants, et que certains d'entre eux vont pleurer. "Tu vois, je t'avais dit : certains enfants n'ont pas envie de quitter leurs parents, et ils pleurent. Oh, regarde, la petite fille pleure. Elle est triste. Mais son papa reviendra tout à l'heure. Moi aussi, je reviendrai. Mais si tu es triste de me quitter, tu as le droit de pleurer, si tu veux."

- Parler précisément des activités scolaires : hé, non, à l'école, on ne passe pas son temps à jouer sur le toboggan rutilant qu'on aperçoit de l'extérieur. D'ailleurs il y aura tant de monde dessus, le premier jour, qu'il ne peut fort que votre enfant ne puisse même pas y accéder. Non, à l'école, on TRAVAILLE. "Travailler" n'est pas un gros mot. En fait, on fait même un "petit travail", parce qu'on est petit. Par exemple : peindre, écouter des histoires ou danser. Et on essaie de le faire bien (ce qui n'empêche pas d'y prendre beaucoup de plaisir, au contraire !). C'est ça, le travail, à l'école. Utiliser les mots justes valorise l'enfant et le sécurise. et si votre petit aime "faire comme si", vous pouvez même jouer à l'école, une après-midi, pour rire... et se préparer !

En amont, il est facile d'afficher quelques photos de l'école, qu'on aura pris la peine de prendre discrètement lors de la visite des lieux en juin : une photo de l'extérieur, une photo de la classe, une photo de la cour. Ici, j'ai dû les plastifier pour que mes affichages (à portée d'yeux - et de mains - d'enfants) tiennent dans la durée ! ;-)

En tous cas, Antonin connait l'école. Il l'a visitée, il voit son image affichée dans sa chambre tous les jours. Il connaît le chemin pour y aller, car c'est un de nos objectifs de promenade favoris. C'est lui qui me guide ! Il est vrai que, chez nous, ça n'est pas compliqué. Comme le dit si bien Antonin : "L'école, c'est tout droit !" :-)

Si il y a une aire de jeux près de la vôtre, investissez-la en famille avant la rentrée. Ou même, programmez un pique-nique "spécial rentrée" à proximité : tous ces bons souvenirs familiaux accompagneront votre enfant le jour J, et le rendront plus sûr de lui.

Si vous êtes de ces parents qui travaillent et que vous êtes obligés de laisser votre enfant de Petite section à l'école le matin + l'après-midi (et donc, avec la cantine entre les deux, et peut-être même un bout de garderie le matin et/ou le soir), ne soyez pas surpris si cela est très difficile à vivre pour votre enfant dans un premier temps. Les trois-zans n'ont pas la même vision du temps que nous, et envisagent ces journées à rallonge comme un tunnel sans fin. De ce que j'ai pu constater, ils sont souvent assez déprimés ! Aidez-les en confectionnant un imagier de la journée avec des points de repère : le départ de la maison, la garderie, la classe, la cantine, la sieste, etc. Mettez l'enseignant dans le coup et glissez le livre dans le sac. Ce sera une aide précieuse pour tout le monde !

Et le jour J...

Il ne faut pas hésiter à téléphoner quelques jours avant la rentrée (les enseignants font leur rentrée plus tôt que les élèves) pour demander au maître sa position sur les têtines, doudous et compagnie. Sont-ils tolérés dans la classe le premier jour ? Doivent-ils être rangés à la porte de la classe ? À la porte de l'école ?

Ne privez en aucun cas votre enfant de ces aides si son professeur les tolère. Si votre enfant est en phase de détachement, ou parait de ne pas y tenir, glissez-les tout de même dans son sac sous ses yeux, en lui précisant que si la matinée est trop difficile, il pourra les réclamer. N'oubliez-pas d'en parler aux adultes de la classe ! La plupart des maitres acceptent tout à fait que l'enfant ait besoin de ces objets de transition.

Vous pouvez aller plus loin et établir un petit code entre votre enfant et vous. La veille au soir, entourez par exemple le cou de la peluche de votre enfant d'un joli ruban neuf ; fixez-le rapidement par quelques points pour éviter les drames. Expliquez à votre enfant que ce ruban sert de lien entre vous, qu'à chaque fois que l'enfant le verra, vous aurez une pensée l'un pour l'autre. Vous pouvez aussi prêter à votre enfant un de vos objets personnel comme un petit foulard (évitez cependant les bijoux) pour qu'il garde “un peu de vous” avec lui.

Le premier jour, les parents sont souvent autorisés à entrer avec leurs enfants dans la classe. Profitez-en pour faire le tour, sans précipitation, des activités proposées sur les petites tables. Et verbalisez ! “Tu vois, ici, tu peux faire un dessin si tu veux. Tu pourras me le donner tout à l'heure. Oh, regarde : il y a des puzzles, aussi !”. Énumérez les repères que votre enfant a déjà grâce aux photographies : “Tu reconnais la porte bleue qui mène au dortoir ? Et la petite étagère sous la fenêtre ? On voit bien la cour, d'ici...

Les portes de l'école restent ouvertes un temps précis : n'obligez pas l'enseignant à vous le rappeler ! À l'heure dite, prenez congé : “Je t'avais dis que je restais 10 minutes, et les 10 minutes sont passées. Je te fais un gros bisous et je m'en vais. Je reviendrai tout à l'heure, et nous rentrerons manger à la maison.”. Pour finir, faites un “bisou magique” sur la main de votre enfant : expliquez-lui qu'il gardera ce bisou toute la matinée sur la main, et qu'il pourra le toucher si vous lui manquez.

Et partez ! Même si votre enfant pleure, il est prêt. Vous lui avez donné les outils nécessaires pour vivre cette épreuve, ce qu'il en fera ne vous appartient plus, désormais ! Faites confiance à l'équipe éducative pour prendre le relai si nécessaire. Ne cherchez surtout pas à entre-apercevoir votre enfant à travers les vitres pour lui faire un dernier signe de l'extérieur. Vous êtes sorti, il a déjà commencé sa journée sans vous. Ayez du courage, il le sentira et cela le fortifiera !

(Oui, je tâcherai de me souvenir que j'ai écrit ces dernier mots dans quelques jours... Rien que d'écrire cet article, je suis toute émotionnée, ça promet ! :-D )

47 commentaires:

  1. Rentrée ici aussi en très petite section d'une ecole privée donc il y a 2 adultes pour 12 enfants. C'est le luxe mais ça me stresse quand même. Autre avantage, l'accueil du jour de la rentrée s'étale de 8h à 9h30, je trouve ça vraiment cool même si je pense pleurer dans ma voiture une fois que j'aurais quitter l'école.
    Le livre de Catherine Dolto est pas mal du tout : la maternelle. J'ai l'impression que ma fille projette bien ses journées la-bas, on verra bien... Comme toi, je ne tenais pas a la scolarisation avant 3 ans mais à 2 ans et demi, j'ai l'impression que ma fille a besoin d'autre chose que mes propositions : des activités originales, des copains réguliers, des stimulations différentes en fait...
    Merci pour tes conseils, je penserai au bisous magique ;-)


    Eve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour la référence du livre de C. Dolto, je vais essayer de me le procurer à la bibliothèque ! ;-)

      J'espère que la rentrée s'est bien passée pour toi (car pour ta fille, je n'en doute pas...) ! Toutes mes pensées ont accompagné les Mamans lectrices aujourd'hui ! Raconte-nous si tu repasse par là ! ;-)

      Supprimer
  2. La rentrée n'est pas pour tout de suite chez moi mais ces conseils seront précieux au moment venu !

    RépondreSupprimer
  3. je ne sais même pas si ma dernière ira à l'école, j'hésite vraiment elle aura 3 ans l'année prochaine (juillet) pour l'instant je penche plus pour le non .


    Cerina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cerina !

      Tu veux dire : tu ne sais pas si ta fille ira à l'école... l'année prochaine ?

      Tu sais, un an, pour cette tranche d'âge, c'est tellement énorme, il se passe tant et tant de choses, que je pense que tu t'épargneras bien des tracas en évitant de te projeter si loin ! :-D

      Pour Antonin, je penchais pour le NON il y a encore quelques semaines...
      Mais voilà : il a beaucoup grandi en quelques semaines !

      :-D

      De toute façon, on en reparlera !

      Bonne soirée à toi !

      PS. As-tu pu commander les ciseaux Fiskars comme tu voulais ?

      Supprimer
    2. Oui elle restera peut être à la maison. Enfin en un an je changerais peut être d'avis ;)

      Oui trouver les ciseaux pas encore essayer :)

      Merci

      Cerina

      Supprimer
  4. Oh làlà je m'y revois!! et si les p'tits ko sont maintenant des écoliers agueris après une année de demi-journée d'école (sic) et qu'ils ont hate d'y retourner, moi je me demande comment ils vont vivre une journée entière avec cantine... je relirai bien ton billet mardi matin!
    En tout cas, force est de constater que ça (et d'autres choses bien sur) les a bien fait grandir l'école, ils sont contents d'y retourner et ça donne le coeur léger!
    Bon courage à la maman et bonne rentrée à Antonin! Tu nous raconteras? (et nous donneras la date exacte qu'on puisse t'envoyer de bonnes ondes :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pénsé très fort à vous, bien sûr.

      J'ai hâte de savoir comment ça s'est passé !

      :-D

      (Bien, bien sûr).

      Supprimer
  5. Pareil que Eve. J'hésite énormément, mais je pense qu'il en a TRES envie... donc plutôt à moi de me préparer! Tu as organisé pas mal d'activités pour Antonin, vous faites des choses ensemble (cuisine, ménage, activités d'extérieur)... Tu n'as pas peur qu'avec l'école vous ne puissiez plus faire ce genre de choses? Ca aussi ça me fait peur.. j'ai l'impression qu'à la maison il en apprend tellement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aya !

      Ah non, je ne crains pas du tout que nous manquions de temps pour l'instant.

      Antonin n'ira à l'école que le matin (3 heures, donc), je suis plutôt en panique en me disant que cela va passer très vite, et que le temps de faire les trajets, il ne va pas me rester grand chose pour faire des activités spécifiques avec Louiselle ! ;-)

      Pour le reste, c'est juste un bidouillage d'organisation : ma tranche "ménage" que je ne trouvais à caser qu'en fin d'après-midi avec deux petits fatigués dans les pattes, je la décallerai le matin (avec un seul enfant, et reposé, le bonheur !), et je consacrerai la fin d'après-midi aux activités.

      Je suis plutôt dans l'idée de favoriser la liaison maison-école que de les penser en opposition. ;-)
      Dans l'idéal...
      Enfin, on en reparlera dans quelques mois ! :-D

      Supprimer
  6. Coucou Elsa,
    Comment se fait-il que j'ai la larme à l’œil alors que Charline est loiiiiiiiiiiiiiiiin de rentrer à l'école (oui je sais pas si loin, un an ça passe vite...!)
    Et bien ça promet... je ne suis pas sortie de l'auberge pour le le jour J et je garde ce billet précieusement dans mes favoris... Merci!

    Je n'avais pas pensé à la rentrée en décalé... est-ce que ce n'est pas non plus perturbant pour l'enfant d'arriver dans une classe en cours de route?
    Je me dis que les émotions joyeuses comme tristes doivent surtout être accompagnées (plus qu'évitées, contournées)... mais je n'ai pas vécu la rentrée avec une vingtaine d'enfants en pleurs...! ça doit être sacrément impressionnant pour un enfant...
    Charline étant déjà gardée par "son" nounou (un homme ;-) ), elle est habituée à la séparation "quotidienne" pour une longue période... (même s'il y a eu des hauts et bas.. merci l'angoisse de séparation!) mais chez nounou, elle y va depuis "toujours", c'est sa deuxième maison, l'école, ça va être autre chose, c'est sur...!
    mais bon chaque chose en son temps...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphanie !

      Rassure-toi, en 10 jours une classe de PS n'est pas "lancée", et Antonin ne va pas manquer grand chose...
      Euh, la vingtaine d'enfants en pleurs, c'est surtout impressionnant pour la maitresse, qui en perd le sommeil et l'appétit et se fait un sang d'encre pendant 2 semaines. J'ai conscience de transposer totalement mes expériences de rentrée de PS sur Antonin, et je l'assume !
      Au pire, il n'y perd rien de rien, et moi je gagne vraiment en sérénité à le faire entrer plus tard. Et pis voilà.

      Je te comprends de penser déjà à la rentrée de ta fille, je pense à celle de Louiselle, moi ! Dans deux ans. Au moment où je reprends le travail à plein temps. Aïe.

      Tu dis ?
      "Chaque chose en son temps". Oui.

      :-D

      Supprimer
  7. Je sens que je vais pleurer comme une madeleine... ça promet ! Et mon fils n'a pas envie d'aller à l'école, (mais il n'a pas envie non plus d'aller chez sa nounou) : les vacances c'était tellement bien, dixit le jeune homme !! Mais je suis sûr qu'il va s'y plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé à toi, Céline ! Comment ça s'est passé ?

      Supprimer
    2. Très bien ! C'était un peu chaotique dans les couloirs car il n'y avait pas de petite affichette à son nom au porte manteau... mais j'adore la maîtresse et j'en revais secretement ! Une classe de PS/MS comme je voulais avec un petit lapin nommé panpan.
      Des legos, une cuisine, des puzzles... et quand nous sommes partis, Adrien absorbé par son nouvel environnement et selon ses dires il s'est fait pleins de copains (dont des voisins, chouette !!).
      Cette maîtresse m'a l'air douce, ouverte et quand je lui avais posé la question du libre choix des activités, j'avais vraiment aimé la réponse : oui, c'est important !
      affaire à suivre !!

      Supprimer
    3. Je suis très heureuse de lire ceci, Céline ! Vraiment ! :-D

      Adrien n'avait pas trop envie d'y aller, mais cela a l'air de s'être super bien passé ! Ça vaut mieux que l'inverse ! ;-)

      Euh, sinon : je n'arrive pas à poster de commentaires sur ton blog, ça dit "commentaires fermés", c'est normal ???

      Supprimer
  8. La rentrée des classes...

    Ca fait toujours quelque chose au coeur des mamans comme à celui des enfants...et à celui des maîtresses

    Ici le plus grand rentre en Cp et c'est encore une nouvelle étape à franchir !

    A mes enfants, je leur dis aussi que leur maîtresse comme eux se préparent à la rentrée et les attends.

    Pour ma part voilà ce que je dis toujours à mes élèves (des troizans) à la rentrée :" comme vous, je me suis préparée, je vous attendais, j'ai imaginé comment ça allait être, j'ai été parfois impatiente et parfois moins, parfois heureuse et parfois inquiète et que le matin même (je suis sure que cela se passera cette année encore...)et que le matin même donc je me suis réveillée très tôt, je n'arrivai plus à dormir mais je n'ai rien pu avaler... Et j'avais le gros cœur en quittant mes enfants mais j'ai hate d'être à tout à l'heure car jnous aurons plein de choses à nous raconter quand nous nous retrouverons car nous aurons passer du temps les uns sans les autres..."

    Alors voilà, ce n'est déjà pas facile pour les mamans/maîtresses qui savent ce qui se passent quand les parents ont quitté l'école alors j'imagine bien ce que ce doit être pour les autres parents...

    Il y a aussi ce livre : "Ce que mangent les maîtresses" qui est chouette pour les enfants qui sont déjà allés à l'école...

    Bonne rentrée (différée ou non) à tous les enfants, à leurs parents et à leurs enseignants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage de maitresse! :-)

      Supprimer
    2. Merci Cibou !

      J'ADORE cette manière que tu as de parler de ta rentrée à tes élèves, je te pique l'idée ! Merci !

      Supprimer
  9. Nous n'y sommes pas encore ici, la gommette ira à l'école en septembre 2014, au même âge qu'Antonin donc, mais ce qui me fait le plus peur ce sont les enseignants...si elle a un "bon" enseignant, je la laisserai partir le coeur léger comme quand elle part à la micro crèche le mercredi. Si elle a un enseignant qui est là et qui se demande pourquoi, j'aurai furieusement envie de la garder à la maison! J'ai beaucoup travaillé avec des enseignants (j'étais animatrice théâtre pour des primaires en classe de découverte sur des séjours d'une semaine) de primaire et j'ai vu de tout! Comme dans toutes les professions bien entendu, mais...
    mais il s'agit d'une part tellement lourde de leurs journées, de leurs semaines, de leur vies...
    J'ai eu beaucoup de chance à l'école. J'ai aimé et je côtoie toujours ma maîtresse du primaire. ça m'encourage à avoir confiance dans l'école que j'ai connue mais ça ne m'empêche pas d'avoir peur.

    Bonne rentrée à vous deux (à vous 4 en fait!) et bon courage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant je ne suis pas concernée, mais c'est vrai que j'ai les mêmes craintes qu'Angélique... On voudrait le meilleur pour nos enfants, et malheureusement, comme dans toutes les professions, on trouve le meilleur, et le moins bon.
      (Elsa quand tu reprendras, je t'envoie mes enfants ! ;-) )

      Du coup tu vas continuer tes activités avec Antonin ? (j'espère, ça m'inspire tellement !)
      A quel rythme ira-t-il (je rêve d'une école - Montessori si possible ;-) - où les petits pourraient aller, disons 2 après-midi par semaine) ?

      Et j'ai bien aimé l'histoire du toboggan... A. me demande toujours l'école, car elle en a vu un (depuis la rue) dans une cour de récréation !

      Bonne rentrée !

      Supprimer
    2. Angélique : merci pour tes encouragements !
      Je suis sûre que le moment venu tout se passera bien. Ça te semblera peut-être bizarre, mais je suis sûre que le vécu des parents compte dans la manière qu'ont leurs enfants d'appréhender les choses... ;-)

      Supprimer
    3. Clotilde : hé, bien sûr que je vais continuer les activités avec Antonin !! Cela n'est pas prêt de s'arrêter !

      Supprimer
  10. Bonsoir,

    je serais interessée de lire tout le mal que tu penses de l'école avant 2ans et demi ( quitte à en cauchemarder...)car intuitivement aussi je trouve ca un peu trop tôt mais sans trop savoir expliquer pq. Vos avis sur le sujet m'interessent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine !

      Je réfléchirai à aborder le sujet un de ces quatre...
      Tu comprendras que ce ne soit pas vraiment LE moment pour moi ? :-D

      Quand l'eau aura un peu coulé sous les ponts...

      Supprimer
  11. Ici on a un peu le soucis inverse... Ambroise est de mars 2011 (soit 2 mois 1/2 de moins qu'Antonin) et ne peux pas rentré à l'école même si je le souhaitais...

    Alors comme toi Elsa je suis contre l'école trop tôt... Donc c'est pas du tout un désirs personnel... En plus il va 3 jours/semaine dans une super crèche où ils ne sont que 18 avec 2 ou 3 adultes...

    Mais Ambroise est continent depuis juillet, et a des copin(e)s qui eux vont à l'école en septembre et il a un vrai désir d'y aller... Et j'avoue que ce n'est pas facile... Dans l'optique de suivre le développement de l'enfant, ne devrait il pas avoir la possibilité d'y aller? j'avoue que je doute un peu... je pense lui faire la petite section à la maison et le faire rentrer chez les petit-moyen l'année d'après pour qu'il "saute" une classe... puisque de toute façon il n'ira pas puisque pas de place pour lui ;-)

    Pour ce qui est de la crainte de l'enseignant, j'avais comme vous cette hantise, pour avoir eu des profs affreuses au primaire et d'autres très bien... je sais que chaque année sera une remise en cause...

    j'aime l'école publique, je n'envisage pas de mettre mon fils ailleurs car je veux défendre l'éducation pour tous... Mais l'école publique aujourd'hui à de vrai problème à résoudre... je pense à militer dans une asso pour ça...

    Pour ce qui est des profs, nous on a décidé de voir année après année quitte à changer notre fils d'école si un prof ne nous convient vraiment pas... Et surtout d'être attentif à ce que dis notre fils et au respect de la loi de 1958 qui interdit les devoirs écrits à la maison... Ou de trouver une école avec pédagogie Freynet mais bon dans notre campagne... enfin je désespère pas de trouver...

    Là je suis en train de lire un livre sur les écoles avec pédagogie "alternative", Montessori, Steiner/Waldorf et Freynet... ça m'a remis un peu les idée en place...

    Elsa encore Merci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les pédagogies alternatives, je découvre actuellement la pédagogie Reggio Emilia, via une école qui organise aussi des groupes de jeu pour les bébés (avec présence des parents). J'ai un vrai coup de foudre pour cette école et leur savoir faire. Malheureusement, cette pédagogie est mystérieusement très peu présente en France.

      Supprimer
    2. Poppy : Bonjour Poppy !

      Je suis bien contente de te lire, et une fois de plus, ton commentaire fait vraiment écho à mes convictions profondes... :-)

      Juste une précision (non pas pour jouer les oiseaux de mauvais augure, mais pour que tu ne sois pas déçue) : on ne saute pas la Petite section. Ton enfant est de 2011, il entrera en PS l'année prochaine, et aucun prof à ma connaissance ne l'acceptera en MS. Les sauts de classe se font à l'issue du cycle, donc au niveau de la GS-CP. C'est là qu'on décidera (enfin, l'équipe enseignante...) si ton fils doit sauter une classe ou pas.
      C'est eux qui proposent, pas toi. Mais tu disposes, bien entendu.

      Je préfère le préciser, car j'ai vu trop de déception parentale par rapport à cela (des enfants entrés en TPS dont les parents croyaient que c'était comme une PS... Et non, à la rentrée d'après, l'enfant est en PS, il a juste eu la chance d'avoir une année d'école supplémentaire !)

      Après, bon, il faut en parler à l'équipe éducative, chacune fonctionne tellement différemment parfois... Mais bon, voilà. Je préférais le dire.

      Bon courage à toi et à ton fiston pour cette année sans école !
      (Ceci dit sans ironie, car je sais que si je devais garder Antonin, CE SERAIT dur : il est prêt, vous dis-je !)

      :-D

      Supprimer
    3. Chloé : de même que toi, j'ai eu un coup de foudre pour la pédagogie Reggio Emilia, mais... Que lire ??? Je ne trouve rien, rien, rien, et je dois avouer que pour l'instant je n'y comprends pas grand chose... Si tu as des tuyaux ?

      Supprimer
    4. Bonjour Elsa,

      Voici 2 livres (in English) qui m'ont l'air bien et que j'ai l'intention de commander (plus tard).

      http://www.amazon.com/gp/product/1475239068/ref=as_li_ss_tl?ie=UTF8&camp=1789&creative=390957&creativeASIN=1475239068&linkCode=as2&tag=anamazichild-20
      http://www.amazon.com/gp/product/0807736600/ref=as_li_ss_tl?ie=UTF8&camp=1789&creative=390957&creativeASIN=0807736600&linkCode=as2&tag=anamazichild-20

      Le courant Reggio Emilia est actuel et s'enrichit aujourd'hui encore des recherches en pédagogie. Comme c'est un courant, il n'y a pas de dogme, ni de lectures de références et les écoles sont seulement "inspirées de". Dans ce courant, les pédagogues considèrent que chaque école doit s'adapter au contexte culturel, social etc...en fonction du pays.

      Les grands principes se trouvent sur wikipédia ou ici : http://www.aneverydaystory.com/beginners-guide-to-reggio-emilia/main-principles/

      Et voici quelques exemples d'activités :
      http://www.aneverydaystory.com/beginners-guide-to-reggio-emilia/setting-up-a-reggio-inspired-activity/
      http://playfullearning.net/reggio-activities-for-toddlers/
      http://www.letthechildrenplay.net/2013/03/be-reggio-inspired-indoor-learning.html
      Il y a une activité que j'avais vue sur le net et qui me plaisait, mais impossible de la retrouver. Elle consistait à installer un miroir souple sur une table basse afin que le ciel et les nuages se reflètent dedans. Puis proposer à l'enfant de peindre le ciel sur le miroir avec de la peinture de mousse. Les photos étaient très belles.

      Pour l'instant, je découvre par la pratique car j'emmène mon 16 mois à 1h de "cours" par semaine, plus 1 à 2h de temps de découverte dans la salle des "toddlers". Je constate que mon très actif garçon se passionne pour les différentes activités et reste très concentré dessus. Il fait ses expériences, apprend des gestes etc. Je pense qu'il y a beaucoup de concepts qui viennent de Montessori (laisser l'enfant découvrir seul etc..), même s'il n'y a pas de matériel Montessori.

      Une chose qui me plaît beaucoup, entre autres, c'est que la communauté est très importante. Les parents sont totalement intégrés dans l’éducation de leurs enfants, et la relation enseignant/parent est favorisée, ainsi que les relations entre enfants et entre parents.

      En espérant que ces références te permettront de mieux découvrir le courant Reggio Emilia :-)

      Supprimer
    5. Un IMMENSE merci, Chloé pour ces pistes ! Je les explore, et reviendrai faire un petit retour ! ;-)

      Supprimer
    6. Ah, et pour l'activité consistant à peindre le ciel, c'est un calssique de mes blogs favoris, par exemple ici :

      http://sewliberated.typepad.com/sew_liberated/2011/10/things-we-do-after-nap-painting-the-sky.html

      ou là :

      http://threeoaksblog.wordpress.com/2013/07/09/shifting-medium/

      ;-)

      Supprimer
    7. Merci Elsa pour les liens vers la peinture du ciel, j'avais trouvé ça tellement beau !

      J'ai hâte de lire ton avis sur le courant Reggio Emilia.

      Supprimer
  12. Perso je suis pour les devoirs écris à la maison car arrive au collège ou lycée il y a des leçons. Et un enfant qui n'est pas habitue decroche vite.

    Cerina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cerina,
      Je trouve dommage qu'il y ait des devoirs au collège aussi, qui veut se remettre au travail après y avoir passe la journée ? Moi, pas. Pourtant, j'ai choisi mon métier contrairement à un collégien qui subit certaines matières.
      Les devoirs ne me posent plus probleme au lycée (ou dans les filières techniques ou professionnelles) car les ados ont choisi leur domaine donc il me semble judicieux de leur demander un effort à ce moment-la.
      Eve

      Supprimer
    2. Les devoirs écrits sont inutiles si l'instituteur/trice à bien fait son travail... Les enfants apprennent pendant la classe et ne devraient avoir qu'à relire leurs leçons le soir pour réviser...

      Et des devoirs, un peu au CM2 pour préparer l'entrée au collège (et là encore je suis contre les tonnes de devoir au collège, mon beau fils en 4ème,y passe parfois plus d'1h après 8h de cours c'est TROP) Par contre dans les petites classes du primaire je trouve ça juste inutile...

      Et si on regarde les meilleurs du monde question éducation, Finlande et compagnie, il n'y a pas de devoir mais aussi bcp moins de matières enseignées aux moins de 10 ans... c'est priorité à la lecture, l'écriture et les math (ils ont jusqu'à 10 ans pour savoir lire sans pression alors que chez nous à 6 ans ils doivent savoir) et un peu de géographie et d'histoire du pays et c'est tout... Point de science naturelle, point d'histoire d'avant JC... Tout ça c'est réservé pour après...

      Encore une fois mon beau fils en 6ème s'ennuyait ferme en histoire car justement ayant été dans une primaire Freynet, sur les Romains et les Gaulois, sujet qui le passionnait, il avait été jusqu'au bout et donc... savait parfois plus que ce que le prof enseignait en 6ème...

      Mais je sais bien que bcp de parents sont pour les devoirs parce que ça rassure, on veut que ses enfants ai de bons résultats pour être sur qu'il ai un bon travail et que l'ascenceur social va fonctionner... sauf que... l'école n'est pas un ascenceur social, elle maintient les gens à leur niveau social...

      Si vous voulez en savoir plus regarder la conférence gesticulée "inculture" de Franck Lepage sur l'éducation nationale ici : http://www.youtube.com/watch?v=MgHg79PiB4s&html5=1

      oui c'est long mais c'est hyper important de voir ça quand on va scolariser son enfant... enfin c'est mon point de vue ;-)

      Supprimer
    3. Juste mon tout petit grain de sel :

      Cerina, les devoirs écrits sont interdits, pas les leçons, hein. Qui constituent à mon avis un lien famille-école précieux.

      Pour entrer au collège, il est effectivement très important de savoir travailler seul. Cela s'apprend... en classe.

      Quoi qu'il en soit, en aucun cas un enfant de primaire ne devrait faire ses devoirs tout seul, je pense que nous sommes d'accord avec cette idée ?

      Bonne soirée à toi, et merci pour le débat ! ;-)

      Supprimer
    4. Oui ici les enfants ont toujours fait leurs devoirs même écris avec moi dans la salle à manger.

      ;)

      cerina

      Supprimer
  13. je ne suis pas d'accord pour le niveau social.

    Ici en primaire je dirais entre 15 minutes et 30 minutes maxi.
    Au college moins d'une heure et plus au lycée.
    Mes enfants non pas eut de mal pour le college et lycée car il savait travailler.

    En primaire les leçons sont données à la semaine.

    Au niveau de l'écris : opération, table,verbe à conjuguer, petit exercice de français ou math.


    Je suis d'accord pour trop de matière surtout en primaire.

    cerina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Cerina !

      Je suis tout à fait d'accord avec toi : les devoirs à la maison ne devraient jamais dépasser le quart d'heure (CP, CE1), puis la demi-heure (CE2, CM). Si un enfant peine, et que cela tourne au tour de force, je dis aux parents à la réunion de rentrée : "les leçons que je donne ne doivent pas prendre plus de 20 minutes. Passé ce temps, arrêtez, et joignez-moi un mot : nous n'avons pas pu tout lire, mais nous avons lu pendant 20 minutes."

      Sinon, je trouve ça rigolo que tu dises qu'il y ait trop de matières... Je n'avais jamais envisagé les choses comme cela. Mais pour toi qui tiens à la transition école-collège, cela me parait important que l'enfant de cycle 3 bénéficie d'une initiation à toutes les matières qu'il approfondira en 6e et 5e, non ?

      Je serais curieuse de savoir quelles matières tu ferais "sauter" si tu étais ministre de l'EN !! :-D

      Supprimer
  14. Bonne première rentrée à Antonin! Je suis sûre qu'il se sentira très à l'aise à l'école! et courage à la maman qui devra certainement ravaler ses larmes ;-)
    dis toi que tu as la chance de pouvoir vivre ce grand moment, car pour la 1ère rentrée de mes filles, j'étais moi même à l'école... avec mes élèves... dur dur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, j'en ai consicence, Aurélie. La rentrée de cette année et celle de l'année prochaine seront les deux seules où je pourrais accompagner Antonin. Quant à Louiselle, je ne le pourrai pas... :-(

      Supprimer
  15. Bonne première rentrée à Antonin ! Je t'envoie beaucoup de bonnes ondes. C'est normal pour la maman de se sentir un peu triste, on se dit, il me semble que j'ai accouché hier et mon bébé a vite grandi, le voilà déjà petit écolier ! Dis-toi aussi que pour une maîtresse d'école tu as la chance de vivre la rentrée de ton petit et non pas de travailler et ça ce n'est pas donné à tout le monde :-). J'ai eu cette chance aussi car j'étais très enceinte quand j'ai accompagné mon grand à l'école la première fois en septembre 2011. Pour se préparer à la rentrée, on avait utilisé un livre animé, et ça avait bien aidé mon enfant à comprendre ce qu'était l'école et combien de temps il irait... Dans la petite ville où nous vivons les classes sont très chargées (31 à 32 élèves en PS/MS). La maîtresse avait eu la bonne idée d'organiser une rentrée échelonnée : tous les moyen l'après midi, sans le groupe de petits et les petits répartis en 2 groupes de 9 élèves, sur 2 matinées. Du coup la rentrée c'est super bien passée. J'ai vraiment trouvé que l'ambiance était zen, pas un enfant ne pleurait ! En plus elle avait organisé une mini fête de la rentrée, à destination des bambins, avec banderole, ballons, et bonbons (+ deux trois activités pédagogiques tout le même) du coup les petits ont vécu leur premier jour de rentrée vraiment bien. Mon enfant n'a jamais pleuré pour aller à l'école en PS. Le fait d'y aller uniquement le matin, ça adoucit la transition de l'entrée à l'école. Je te souhaite que ça se passe bien. Ici nous feront la rentrée des classes demain, en TPS et GS mais à la maison avec môman comme maîtresse, donc sans stress et avec beaucoup de JOIE et d'ENVIE d'apprendre ensemble. Je t'envoie une cargaison pour tout se passe bien dans votre famille !

    RépondreSupprimer
  16. Un grand merci pour tes bonnes ondes, Marie !

    Ici, nous avons de la chnace : 24 élèves par classe. Et une ATSEM à plein temps dans toutes. Le pied ! Il y a également une rentrée échelonnée ! ;-)

    Je commente ton blog tout neuf dès que possible, il m'inspire bien ! ;-)

    RépondreSupprimer
  17. merci pour toutes ces bonnes idées....rien que de lire cela j sens l'motion me gagner...mais je pense que moi aussi après avoir fermé la porte je pleurerai...c'est une sacrée étape l'entrée à l'école..bon courage à vous..

    RépondreSupprimer