lundi 8 juillet 2013

Les cycles de l'eau


Tous ceux qui proposent des activités à leurs enfants le savent: il y a des moments où ça n'est pas le moment, et des jours où ça ne veut pas. Lesquels jours peuvent durer parfois des semaines... voire des mois.

Depuis un bon moment, il en est ainsi chez nous des transvasements de graines :  lentilles, maïs et semoule se retrouvent par terre en quelques secondes, avec mon Damoiseau tout excité de ne plus savoir contrôler ses mains, et moi qui me répète mentalement "Respire, respire" en engageant d'une voix pseudo-calme mon petit brasouille à balayer.

Fort heureusement, il est un type de versés qui engendre toujours une immense concentration chez Antonin : ce sont les versés d'eau. Et ça tombe bien, c'est complètement de saison ! ;-)

À la question de savoir si la Vie pratique peut se passer de plateaux et se contenter des occasions fournies par la vie quotidienne, je répondrais : "Oui... mais."

OUI, parce que c'est la vocation même de la Vie Pratique de s'ancrer dans la vie quotidienne, et de présenter à l'enfant comment fonctionne son environnement social réel.

MAIS les actions de la vie quotidienne ne permettent généralement pas à l'enfant d'apprendre à se concentrer, d'analyser ses difficultés ou de parfaite sa coordination motrice comme pourrait le faire des activités sur plateaux. Pour une raison simple : généralement, l'enfant n'a pas l'opportunité de répéter son geste à volonté. Si nous montrez à votre enfant comment arroser vos plantes vertes, vous allez du même coup lui apprendre qu'il faut s'arrêter une fois la plante abreuvée. Et c'est excellent. C'est une leçon de vie. Mais il y a fort à parier que votre enfant sera fort frustré de ne pas être autorisé à noyer votre ficus : si c'est le cas, c'est l'occasion de lui présenter un plateau qui lui permettra de verser en boucle, en circuit fermé, autant de fois qu'il le souhaite. L'enfant a besoin de répétition !

A titre d'exemple, Antonin se sert à boire lui-même à table avec son petit pichet d'eau. Ce n'est pas une activité cyclique, dans la mesure où sa propre satiété va l'obliger à stopper l'activité alors que ses mains en redemandent. J'ai tout de même installé une fontaine d'eau dans la cuisine pour permettre au Damoiseau un geste de plus : il remplit donc son pichet...


... puis remplit son verre avec son pichet... 


... et puis remplit le verre de sa soeur, de ses parents (excellent prétexte à une petite leçon de "s'il-te-plait/merci")... et puis se dépêche de boire pour avoir l'occasion de se resservir... et puis... et puis, est bien obligé de se concentrer sur son assiette, parce qu'il n'a plus soif, voilà tout. Et si c'est un excellent moyen de faire boire mon enfant, je dois reconnaitre que les occasions de s'entraîner sont un peu limitées...

Nous vivons tous les jours une situation similaire au moment de la toilette de Louiselle : c'est Antonin qui est chargé de tirer l'eau qui sert pour le change, puis de la jeter dans un seau où nous la conservons pour la recycler dans les WC. Antonin adore s'en charger (et aussi porter la cuvette de la salle de bain à la chambre en faisant bien attention de ne pas renverser !), mais ce fut une telle source de frustration pour lui, qu'à un moment j'ai bien cru devoir renoncer à lui proposer ce travail. Antonin voulait recommencer encore et encore, faire couler l'eau, la jeter, la faire couler, la jeter, mais l'eau est une denrée chère et précieuse et on ne la gaspille pas !!

Heureusement donc, que les plateaux de Vie pratique permettent au Damoiseau de s'exercer tout son saoul. Ceci dit, nous avons découvert que l'arrosage au jardin aussi pouvait permettre une activité cyclique :

La vallée où nous habitons est tapissée de nappes phréatiques, et toutes les maisons du village possèdent un puit dans leur cave. L'eau n'est pas potable, bien sûr, mais elle est parfaite pour l'arrosage. Et comme les nappes phréatiques sont archi-pleines étant donné le printemps que nous avons eu, rien de tel, pour éviter l'eau stagnante, que de la reverser dans le jardin, où elle va traverser la terre pour rejoindre la nappe en se chargeant de minéraux au passage. Pour le dire autrement, chez nous l'arrosage est gratuit, et en plus, c'est écolo ! ;-)

Antonin peut donc oeuvrer aussi longtemps qu'il le souhaite :


Nous remplissons un gros réservoir à l'avance car l'eau est glaciale quand on la tire, et brulerait les plantes si on s'en servait aussitôt.

Ouvrir le robinet...

Apprendre la patience...

Fermer le robinet...

Arroser ! Mais toujours à l'ombre...

... et jamais deux fois au même endroit !

Si on en juge par le petit bout de langue qui dépasse, Antonin est TRÈS concentré durant l'opération... :-D

Et voilà la preuve que la vie quotidienne peut parfois permettre à l'enfant de répéter son geste aussi souvent qu'il le souhaite !

2 commentaires:

  1. Merci pour cet article, qui répond à une de mes interrogation du moment ;)

    RépondreSupprimer
  2. Contente que cela réponde à tes questions, Linnie... sans doute les mêmes que les miennes il y a quelques temps...
    Amitiés à ta petite famille !

    RépondreSupprimer