vendredi 26 juillet 2013

L'âge du... quoi ?


Trois minutes de conversation chez nous :

" Antonin, c'est l'heure de manger, il faut ranger tes cubes.
- Non.
- Antonin, est-ce que tu peux m'aider à placer le couvert, s'il te plait ?
- Non.
- Veux-tu de la semoule avec tes pois cassés ?
- Non.
- Antonin, si tu veux ton dessert, je voudrais que tu attendes que ta soeur ait terminé pour que vous le mangiez ensemble.
- Non.
- Tes mains sont toutes sales, Antonin... Tu en mets partout ! Vas te laver les mains, tu sais faire ?
- Non."

Ah. J'y suis. C'est l'âge où mon fiston cherche les limites de sa puissance, et où j'ai l'impression que nous sommes sur le pied de guerre à chaque seconde. Et le chaos, qui avait déjà tendance a grignoter nos repas, s'empare désormais des moments de toilette, d'habillage, de ballade et de coucher...

J'avoue que c'est assez difficile, d'autant que cela dure depuis un bon moment. M'enfin, comme Tromboline et Foulbazar, viendra un jour où le Damoiseau parviendra à passer de l'autre côté de ce fichu NON... 

Non ? :-(

31 commentaires:

  1. C'est assez pénible surtout le matin quand on doit s'habiller... et parfois on manque de temps (même quand on prévu large, 1h30 pour se préparer !!), les cris arrivent, le papa qui se sent défié (?) et moi qui me sent vraiment impuissante face à mon enfant... Patience donc mais ça fait plaisir de ne pas me sentir seule dans ce cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Céline !

      Pff... Le Papa se sent défié ??? :-D
      Je connais ça ici aussi, et ça dégénère en bars de fer assez désagréable...
      Ou bien : tous roule comme sur des rouelttes parce que c'est Papa qui s'occupe des enfants, alors qu'avec Maman, hein ? Antonin ne chante pas la même chanson...

      Des fois je me dis : est-ce que ça ne viendrait pas de moi ???

      Enfin, sinon : tu as bien raison de prévoir large, 1h30, oui, je pense qu'il faut cela pour que tout le monde soit cool (comment ça, tout le monde n'est pas TOUJOURS cool ???).

      A tout bientôt ! ;-)

      Supprimer
  2. Ici aussi c'est terrible (quoique... on en voit le bout !). Mon astuce, céder pour les points non indispensables ("bon d'accord, ce n'est pas grave"... parfois ça la fait changer d'avis subito)... et respirer à fond pour les autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Clotilde !

      Oui, j'ai exactement a même règle que toi :

      1. Dire OUI le plus souvent possible. Mais ce n'est pas toujours facile, dans l'urgence de la situation, de différencier ce qui est négiociable et ce qui ne l'est pas...
      D'autant que je suis la championne hors catégorie des NON qui se transforment en OUI - j'en avais déjà parlé ici :

      http://mercimontessori.blogspot.fr/2012/08/non.html

      2. Et puis il y a le non-négociable. Et c'est évidemment là que ça coince. Le "NON, je ne me brosserai pas les dents", ou "NON, je ne refermerai pas la porte du frigo" m'épuisent...

      :-(

      Merci pour ton commentaire : je retiens qu'un jour on en voit le bout !!

      :-D

      Supprimer
  3. Enfin je te retrouve !!
    Je te suivais lorsque tu postais sur le blog bébé Montessori et puis "pouff" ils ont changé le site et je t'ai perdu. Alors je suis contente de te retrouver aujourd'hui.
    Je ferai partie de tes lectrices, sans doute discrète, mais qui s'inspirent de tes idées pour faire quelques réalisations. Merci pour tout ce que tu nous offres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahh !

      Merci Poupig !!

      Un grand merci pour ce retour et aussi pour ta fidélité ! ;-)

      Et je te souhaite un grand courage si tu veux rattraper tes lectures : il semblerait que depuis que tu m'as perdue de vue, j'ai écris quelques... 111 articles !! :-D

      Quel(s) âge(s) a/ont ta/ton/tes enfant(s) ?

      Supprimer
    2. Un petit bonhomme de 2 ans.
      Et oui, j'ai du retard en lecture ! Et surtout en réalisation d'activités car je n'ai pas été beaucoup inspiré depuis que je ne te lis plus.

      Supprimer
  4. Chez nous, c'est :

    Veux-tu de la semoule avec tes pois cassés ?
    - Non.
    (je range la semoule)
    -Je voulais de la semouuuuuuule!
    - Bon, alors tiens...
    - NOOOOOOOONNNNN !!!

    Bon courage à toi pour la traversée de la zone du Non!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô, ben on dirait que c'est encore pire chez toi, dis-donc !!

      :-D

      Bon courage à toi, et merci pour l'anecdote, j'ai bien ri ! Elle m'aidera à rester calme dans ces moments un peu difficiles !! ;-)

      Supprimer
  5. Que je te comprends! Entre le "non" et le "moi", ce n'est pas facile, pas facile du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe.

      C'est pourtant vrai. Je me plains, je me plains, mais le "Moi" n'a même pas encore surgit...

      Merci Mamabeille de me rappeler que bientôt ce sera pire !!

      (Je blague, hein !!)

      Bon courage à toi surtout ! :-D

      Supprimer
  6. Essaie ce livre là, les enfants de l'âge d'Antonin à qui je le lis adore!!!!
    http://www.amazon.fr/Non-Jeanne-Ashb%C3%A9/dp/2211091008

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Karine pour le tuyau, je l'essaie et je reviens te dire !!

      (En plus Antonin ADORE Jeanne Ashbé, donc, c'est perfecto !!)

      Merci merci !!

      Supprimer
  7. Coucou! Ca faisait longtemps ;-) !
    Je teste avec mon super new ordi... Les derniers messages furent des échecs...
    Par rapport à ce message, ici c'est: "non! je suis pas d'accôôôrd!", et aussi la version de Solène, genre "p'têt' bien qu'oui, p'têt' bien qu'non!"... J'adore!

    RépondreSupprimer
  8. Réponses
    1. Ohhh ! Lucie !! Je suis bien contente de te lire !

      Je pense à toi, j'essaie de t'appeler dès que possible !!

      Bon courage à toi avec le NON (bien normand, dirait-on...).

      Et que devient le "C'EST A MOI !!!!" ?

      ;-)

      Supprimer
    2. Ah! je crois qu'elle l'avait réservé à Louiselle, car le "c'est à moi" s'est arrêté après le séjour in Normandy... Maintenant, on a le "non! c'est pas zuste!" et "non! ce n'est pas drôle!"... Globalement tout se passe comme sur des roulettes!!

      Supprimer
    3. Tant mieux, tant mieux !! ;-)

      Supprimer
    4. et le "ce n'est pas grave"... C'est bon ça!!

      Supprimer
    5. Hihi, ici aussi "C'est pas grave", en particulier pour rassurer les adultes angoissé que nous sommes ("Oh Antonin, ton eczéma est revenu !" - Antonin, philosophe : "C'est pas grave !...")

      ET aussi : "C'est pas ta faute, Louiselle !" pour consoler sa soeur...

      C'est chou !!!

      Supprimer
  9. ha, ha... je sens que tout le monde traverse les mêmes difficultés. Vers 18 mois, mon enfant disait non aussi... ça a duré quelques jours et je pensais que c'était fini (et je me suis dit, finalement cette période n'est pas si difficile que ça), eh ben NON.... Le vrai NON est enfin arrivé!!!! Moi j'ai droit à cette version :"nan, pas toi maman"! Ce qui donne: "On va au parc après le goûter", "nan, pas toi maman"!!! Ce qui m'attriste c'est que des fois je suis obligée d'utiliser la force physique (le porter et le mener là où on doit aller) après épuisement de toutes les techniques que je connais et lorsque la p'tite soeur hurle de fatigue et attend qu'on passe à autre chose... dans ces moments là, j'ai bien envie que quelqu'un soit là, pour prendre le ralais ne serait ce que quelques minutes!!! en tout cas ça fait du bien de te lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aya !

      Ahlala, je me retrouve bien dans ce que tu écris...

      L'usage de la force physique... Enfin disons la lutte gréco-romaine, comme dit Poppy, où on utilise les forces de l'autre en veillant à ne pas lui faire mal...

      Moi aussi j'aimerai souvent que quelqu'un soit là pour prendre le relai... Pas facile tous les jours d'être maman au foyer !!

      Supprimer
  10. Ah les joie du terrible two...

    On y est tout pareil que vous avec l'épuisement et la lassitude parfois tout pareil... et le papa qui se sent défié ou qui remet une couche là où ça en a pas besoin...

    ici ma solution pour que ça avance...

    tu veux ci ou ça (fermer les possibilité à 2 choix)

    Ambroise met ton pantalon
    Non
    Ambroise habille toi
    Non
    Bon Ambroise je compte jusqu'à 3 pour que tu le fasse seul et après c'est moi qui t'habille. (en général il le fait et sinon il sait pourquoi c'est moi qui le fait...j'aime bcp cette technique... même si comme le dit Aya ben des fois ça vire lutte gréco-romaine pour l'habiller...

    pour le repas, il se sert seul, même s'il faut le stopper sinon son assiète déborderai...

    Courage !!!

    Et merci pour les tuyaux livres, Ambroise est un fan de Ponti (pour celles qui ont la chance de passer à Nantes, aller au jardin des plantes c'est trop beau ce qu'il y a fait) et de Jeanne Ashbé...

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouah, effectivement, c'est trop beau ! ;-)

      https://www.google.com/search?q=nantes+jardin+des+plantes+Ponti&safe=off&client=ubuntu&hs=IpZ&channel=fs&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=aMD2UZapH-iY0AWxloG4Bg&ved=0CCsQsAQ&biw=1215&bih=630

      Pff, dire que j'ai habité Nantes plusieurs années !... bien avant d'être maman, mais j'aimais déjà Claude Ponti ! ;-)

      J'aime bien ta méthode très "carrée", je vais l'adopter ! Merci du partage !

      Supprimer
  11. hello!
    alors ici on n'y est pas encore à 14 mois (on en est à la découverte du mot pour le moment, mais à l'observer jouer dans le bain à faire "non non non!" avec conviction et le geste catégorique, je pense qu'on va souffrir ;-)...), mais j'ai lu avec intérêt le livre "j'ai tout essayé!" de I. Filiozat, et vu les quelques forums que je suis où des membres parlent de ce bouquin, les quelques "trucs" proposés ont l'air de fonctionner...
    De mémoire comme Poppy donner un choix "tu veux ça ou ça?", amener l'enfant à choisir lui-même par exemple au lieu de "mets tes bottes" remplacer par "quel temps fait-il?" "il pleut" "qu'est ce qu'on met comme chaussures quand il pleut?" en théorie il devrait répondre "les bottes"...
    regarde à la librairie, c'est aux éditions "marabout poche", 6€ environ, peut-être que ça peut te donner des pistes pour éviter quelques "non" (pas tous, ne rêvons pas non plus :-))?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci lo pour ces pistes de reflexion ! ;-)

      Oui, ce livre de Filiozat (et quelques autres) sont sur ma table de chevet depuis plusieurs mois et j'avoue que j'y puise du réconfort... Même si parfois je trouve qu'elle dit un peu trop ce qui ne faut pas faire et pas assez ce qu'il faut faire ! ;-)

      Quant à l'alternative, chez mon Damoiseau, ça donne ça 9 fois sur 10 :

      "Antonin, tu veux mettre un short ou un pantalon ?
      - Non."

      Echec total. A tel point que je me sens un peu mal finalement avec cette méthode, qui, avouons-le, ne laisse en réalité pas de choix du tout à l'enfant. Bon, on veut qu'il s'habille, point. Des fois je me demande s'il est bon de tergiverser ainsi. En tous cas, avec mon Damoiseau, donner des choix ne fonctionne pas du tout !! :-D

      Un grand merci pour ton commentaire !

      Supprimer
    2. Dans le même style que "j'ai tout essayé" de I. filliozat qui est bien fait, facile à lire mais pas très approfondi, il y a "Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent" de Faber et Mazlish. Ce livre est très (trop) riche. Les principes sont les mêmes mais plus détaillés et avec beaucoup d'exemples de situations réelles et de témoignages. Évidement chaque enfant, chaque parent et surtout chaque moment est différent, il n'y a donc pas de recettes miracles mais il y a vraiment beaucoup de choses à prendre et à garder dans un coin de sa tête...

      Supprimer
    3. Merci Michloé, ce livre de Faber et Mazlish est le prochain sur ma liste, justement. Pour le moment je suis en train de lire celui qu'elles ont écrit sur la relation entre frère et soeur, c'est vraiment un régal.

      Bien sûr, pas de recettes miracles, mais je remarque tout de même que quand je suis immergée dans ce type de lecture, je réagis beaucoup mieux aux petits soucis de ce genre... Reste à l'intérioriser pour en faire un état d'esprit permanent ! J'y travaille chaque jour ! ;-)

      Merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  12. J'ai bien aimé le dernier chapitre de celui sur les frères et soeurs qui montre bien la hauteur de l’enjeu. "L’intériorisé pour en faire un état d'esprits permanent" est aussi un de mes objectifs mais il va falloir en faire du chemin !! Elles parlent de nouvelle langue à apprendre et effectivement c'est assez juste.

    Ce qui est bien fait c'est que dans "Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent" il y a pour chaque chapitre une petite fiche résumé à photocopier et à placarder (dans notre chambre, sur le frigo ou dans les toilettes ;-) pour ne pas être obligé de relire le livre toutes les semaines et donner des idées quand on est à cours ! :-)

    Et puis leur introduction est vraiment très bonne, à chaque fois qu'on reçoit des "conseils" ;-) en matière d'éducation de la part de personnes qui n'ont pas d'enfants j'y pense : "J'étais une mère merveilleuse avant d'avoir des enfants. J'étais experte à trouver la cause des problèmes que tous les parents pouvaient avoir avec leurs rejetons. Puis j'en ai eu trois."..." Au bout du compte, ils m'ont épuisée. " :-)

    RépondreSupprimer
  13. Hihi ! Moi aussi j'étais une mère parfaite !! Avant d'avoir des enfants... :-D

    Merci pour tous ces conseils et ce retour, je travaille actuellement sur une page "lectures" à conseiller, et si tu le permets, je me réferrerai à ton avis, très complet, concernant ce livre !!

    Encore merci !!

    RépondreSupprimer
  14. Ici avec F. 30 mois, j'essaye le plus souvent de poser des questions ouvertes (encore plus ouverte que de laisser le choix entre deux alternatives). Du genre : "Quelles chaussures veux-tu mettre ?" ou encore en version affirmative "Choisis les chaussures que tu veux mettre", j'ai l'impression que ça lui plaît car il a la sensation d'avoir le pouvoir de choisir.
    C'est souvent plus délicat quand il s'agit de ranger, mais on s'en sort parfois en participant au rangement avec lui : "Apporte moi les bonhommes qui sont par terre pour que je les range dans la boîte STP". On collabore en somme.
    Quant aux refus de finir ses légumes par exemple : Comme il aime beaucoup dénombrer en ce moment, les propositions du type : "encore 3 fourchettées et tu pourras passer au dessert" remportent un franc succès. C'est vaguement teinté de chantage/négociation mais on s'en satisfait :-/ !

    RépondreSupprimer