mercredi 10 avril 2013

Vaincre le chaos

Connaissez-vous le chaos ? C'est une espèce d'ombre noire et gluante qui nous suit pas à pas, les enfants et moi. Il se cache, près à bondir. On ne le voit venir, généralement, que trop tard. Quand mes deux bébés sont en larmes et que j'hésite, moi, entre me fâcher très fort et pleurer à mon tour, c'est lui : c'est le chaos. Il nous a eu.

Je suis bien décidée à lui faire la peau. Et j'ai commencé par repérer les situations quotidiennes dans lesquelles il était prompt à se manifester.Voici quelques moments clefs sur lesquels j'ai la ferme intention de travailler dans les mois à venir pour enrichir et assainir notre vie de famille. Vous me suivez ?


1. Sortir tous les jours.

Bon, je dois quand même admettre que nous n'y parvenons pas trop mal. Malgré les averses incessantes, nous sommes sortis tous les jours dans notre jardin. Bon, OK, parfois, cela ne durait que quelques minutes. Bon, oui, j'ai frisé la crise de nerfs plusieurs fois. Il faut 10 minutes montre en main pour enfiler sur-pantalons imperméables, manteaux et chaussures à toute la petite famille. Au bout de 5 minutes, généralement, soit Antonin réclame le pot, soit il fait pipi dans sa culotte - les deux allant d'ailleurs de pair la plupart du temps. Il faut alors rentrer, déshabiller tout le monde, poser le Damoiseau sur le pot pendant que je cours chercher des vêtements secs et que Louiselle explore la poubelle à compost pleine d'épluchures noircies, courir après Antonin pour le laver et le rhabiller, enjamber les traces boueuses qui zèbrent à présent le sol de la cuisine... Mais stop. Vous avez vu ? Le chaos. C'est vite fait, hein ?

2. Faire des repas des moments de joie, de détente et de partage.

Haha. La bonne blague. Pour moi, les repas sont des moments incroyablement stressants, pendant lequels les deux enfants sont épuisés, affamés, excités... À tel point qu'hier, mon homme et moi avons pris la décision de ré-instaurer le dîner en deux temps - les enfants d'abord, et nous lorsqu'ils seront couchés. C'est difficile pour nous, mais nous n'en pouvons plus. Mon mari grignote, une fesse sur sa chaise, en donnant la becquée à Louiselle ; Antonin fait tomber ses couverts, renverse son verre, se sert en en répandant partout, frappe la table en cadence avec ses poings et ses couverts (bientôt imité par sa soeur), finit par pousser des cris stridents (rejoint par Louiselle...)... Je crois bien que je ne parviens pas à rester assise plus de 2 secondes 15. Et je ne mange plus, ou mal, ou trop vite... Et voilà. Le chaos. Pff.

3.Oublier Internet un jour par semaine.

Je suis une digital Mum. De celle qui vont sur Internet toutes les cinq minutes (pour consulter la météo, prévoir le menu du dîner, dénicher un modèle de tricot, lire l'actualité etc.). À vrai dire, je me demande parfois dans quelle mesure ce n'est pas une véritable dépendance. Bon, je n'ai pas trop envie que mes enfants se souviennent de moi comme d'une vague silhouette scotchée devant un écran. Et tout le temps perdu sur la toile est du temps que je ne passe pas avec ceux que j'aime. Alors, le challenge, c'est : Internet, oui, pour bloguer et échanger par mail. Le reste, j'oublie, et il y a fort à parier que cela ne me manquera même pas. Et j'instaure dès à présent un "jour sans" : ce sera le samedi, mon shabbat à ma sauce. ;-)

4. Jouer avec mes enfants une heure par jour.

Je passe plein de temps avec mes enfants. En fait, je passe tout mon temps avec eux. Dans la même pièce. À les observer amoureusement du coin de l'oeil. Mais j'ai souvent un tricot dans les mains, ou un livre, ou du papier et un crayon - ou un écran et un clavier... Leur donner de l'attention consciente, m'asseoir avec eux sur le sol, sans rien dans les mains, et les laisser m'entrainer dans leurs jeux ? Moui. Si, si, je le fais. Mais je me suis aperçue que j'avais du mal à tenir plus de quelques minutes. Alors maintenant, même si c'est un peu artificiel, je regarde l'heure. J'en suis à un quart d'heure par jour d'attention complète et disponible. Je compte allonger ce créneau jusqu'à une heure (pas forcément d'affilée). Voilà qui devrait nous permettre de faire le plein de relation et tenir le chaos en respect.

ÉDIT DU 17 AVRIL : 
Suite à la judicieuse remarque de Chloé, j'ajoute un 5e point :

5. Lâcher prise

Bon, c'est vrai "vaincre" le chaos, c'est peut-être un peu ambitieux. Surtout quand on l'envisage dans sa définition originelle de "confusion générale des éléments de la matière" (par exemple, avant la formation du monde). Soit. Alors, disons que quand il se manifeste, je lâche prise. Je l'ai déjà fait une fois depuis la rédaction de ce billet. Je change de pièce. Je vais respirer. De toute façon, ça ne peut pas être pire, hein ?  

Voici un vaste programme, et vous en entendrez re-parler...

Si vous avez des conseils pour m'aider à organiser tout cela, merci de partager !!

35 commentaires:

  1. Ici aussi le chaos s'installe souvent...

    Ce qui nous aide le plus c'est ton point 4. En effet, je passe, en dehors du temps que je passe dans ma classe (les enfants sont scolarisés dans mon école donc je ne les vois pas effectivement que quand je suis en classe ou au bureau : en tant que directrice...)... Bref je suis aussi beaucoup avec eux même en travaillant !
    Mais je ne suis pas souvent au final en "interaction" avec eux. Je me suis rendue compte que le chaos s'installait moins vite quand j'avais été réellement avec eux et pas seulement pour les repas qui sont devenus plus simple chez nous car nos enfants sont plus grands 3 et 5 ans.
    D'ailleurs cela rejoint aussi ton point 1 car dehors aussi j'y étais souvent en même temps qu'eux mais pas avec eux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cibou !!

      Oui, je fais attention à cela aussi : être avec eux au jardin... et pas seulement à côté d'eux...
      Le travail n'avance donc pas comme je voudrais, mais bon... C'est pareil à la maison, d'ailleurs !! Je me console en me disant que mon "travail", en ce moment, c'est justement de m'occuper d'eux, tant pis pour le reste !! ;-)

      Supprimer
  2. Merci pour cet article ! Hier justement, la journée a été difficile avec mes deux puces et ça fait du bien de voir qu'on n'est pas tout seul dans cette situation !

    Lisette (22 mois) est malade et justement je ne suis pas sortie dehors pendant deux jours, peut-être pas la bonne solution...

    En plus, en ce moment, elle fait beaucoup de caprices, elle se réveille très souvent la nuit (plus que sa petite sœur de 3 mois !). Elle qui mangeait bien devient difficile... Elle était tellement plus facile avant la naissance de sa petite sœur... Enfin, je pense que sa réaction est normale et que nous devons prendre notre mal en patience ! Ce qui me rassure, c'est de la voir s'occuper tendrement de sa petite sœur et lui faire des câlins !

    Sinon, dans des moments comme cela, ce que j'aime faire aussi c'est mettre de la musique : une comptine que Lisette connaît, une danse qu'elle aime bien, un nouveau compositeur de musique classique... Ça la détend et ça me détend !

    Une autre idée (en plus des sorties en plein air) : sortir pour rencontrer d'autres adultes et d'autres enfants. On va souvent à la bibliothèque, au relais d'accueil petite enfance (et oui, ce n'est pas réservé aux assistantes maternelles !), chez les mamies, les cousins qui n'habitent pas trop loin, à l'expo du village d'à côté... Ces sorties nous apaisent et nous changent.

    Je terminerai par une idée que Lisette nous a inspiré elle-même : regarder nos photos sur l'ordinateur. Elle est toute contente de reconnaître des visages familiers et c'est un moment calme qui fait du bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons également le bonheur d'avoir deux filles de 22 et 3 mois :)
      Pour éviter le chaos, je suis d'accord il est important de "prendre l'air" : jardin, petite balade (même si c'est juste pour acheter du pain), s'aérer c'est indispensable !

      Florence

      Supprimer
    2. Bonjour Boutdechou en éveil !!
      Aïe, pas facile, hein ? Je me souviens de cette "phase" avec Antonin après la naissance de sa soeur : recrudescence des problèmes de sommeil, manque d'appétit, grosses colères... Le point positif, c'est qu'il a toujours été très aimant à l'égard de sa soeur, et ça a l'air d'être la même chose pour Lisette !!
      Bon courage !! ;-)

      Supprimer
  3. j'aime beaucoup ta liste
    ici j'aime aussi dans ses moments là mettre une musique et me laisser emplir par la musique et bouger avec les enfants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super idée, la musique. On a testé le fond de musique douce lors des repas, y'a pas à dire, ça change tout !!

      Merci à toutes pour toutes vos idées !! ;-)

      Supprimer
  4. Comme je te comprends. Chez nous aussi, sans prévenir, de temps à autres, le chaos survient... ça s'est calmé depuis quelques temps, mais généralement il revient quand je suis le plus fatiguée ou en période de stress.

    En général, une bonne séance de lecture apaise le climat (ouf 15 minutes de calme pour recharger les batteries !).

    Je crois que ce chaos est familier à tous les parents !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, mais j'ai du mal à l'accepter, c'est tellement désagréable !! :-D

      Supprimer
  5. J'aurais pu écrire ce message, sauf que mon petit deuxième n'arrive que dans 1 mois... comment le chaos a t'il déjà pu s'installer avec un seul enfant??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pff, tu penses : il n'y regarde pas à ce genre de "détails" !! ;-D
      C'est un GROS profiteur, je pense que même avec un seul enfant, il vient squatter... ;-)
      N'anmoins, une maman enceinte, ça aide bien : l'ainé lui ouvre généralement la porte !!

      Supprimer
  6. Bonjour,
    je me permets de réagir par rapport au point 2. Moi, j'ai 3 filles, 8, 6 et 4 ans à ce jour. Les repas étaient, auparavant, un vrai chaos. Et nous, les parents, nous ne pouvions avaler un repas tranquilles en appréciant ce que nous mangions. Nous avons fait comme vous : repas en deux temps, jusque vers les 2-3 ans de la dernière. Tout le monde y a trouvé son compte : moins d'énervement pour les enfants, reprise d'une alimentation normale et appréciée pour les parents. Maintenant, elles sont plus grandes et nous prenons le temps de manger ensemble, tout en se réservant de temps en temps un repas séparé pour profiter aussi de notre vie de couple : un repas d'amoureux comme aiment le dire nos filles !
    Bonne soirée,
    Carine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci, Carine, pour ce témoignage, ça me déculpabilise !!

      Chez nous, les repas en deux temps sont ré-instaurés, à présent, mais, pff, du coup on se couche tard, nous les parents, et on n'a plus vraiment de soirée... Dur, dur , de trouver un rythme qui satisfasse tout le monde... :-(

      Supprimer
  7. On dirait que tu as parlé de moi! ;-) Les diners sont souvent en deux temps et autant je me suis restreinte d'ordi sur la journée autant le soir c'est terrible! Pour le temps de jeu avec les enfants, je vois aussi exactement ce que tu veux dire, je m'en suis aperçue il y a quelques moi suite à une discussion avec des amis où le papa donnait tout son dimanche à son fils et mois, finalement, j'étais tout le temps avec mes enfants ou plutôt tout le temps à côté d'eux mais jamais vraiment ensemble...

    RépondreSupprimer
  8. Très très intéressant ce billet! Mes filles sont un peu plus grandes, donc nos repas sont plus paisibles qu’auparavant, mais je connais encore des moments de chaos. Merci pour ce billet qui me pousse à réfléchir afin d'amoindrir ces moments de chaos qui sont, sommes toutes, tout de même parfois inévitables. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, mais amoindrissons, amoindrissons !! :-D

      Supprimer
  9. Bonjour, je suis une nouvelle abonnée et j'apprécie beaucoup votre blog. Je réagis à ce billet car le titre m'interpelle : pourquoi vaincre le chaos ? Et pourquoi même lutter contre lui ?
    Il fait partie de notre vie, surtout avec des petits bouts. Ne serait-ce pas plus reposant et relaxant (pour tous !) d'accepter ces instants où on ne maîtrise pas tout ? Faire ce qu'on a à faire tout en restant zen. Je crois que l'hyper-contrôle est symptomatique de notre époque moderne. Pourtant lâcher du lest est tellement appréciable et contribue à ce que nos enfants restent paisibles. C'est peut-être une idée pour un 5ème point ;-) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, prendre les choses comme elles viennent... tout ne peut pas être calme et volupté!

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'en écrivant ce billet, je me suis dit que j'allais donner l'image de quelqu'un qui cherchait à tout maîtriser !! ;-)

      Merci pour cette excellente remarque, elle va justifier un édit aujourd'hui même !!

      Supprimer
  10. Merci pour cette article très intéressant. Je suis en plein réaménagement de la maison pour l'arrivée de bébé et ton article est vraiment bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage pour le réaménagement et la naissance !! Et bienvenue à ton bébé !! ;-)

      Supprimer
  11. Oh que ça me parle!! Coté repas le midi j'essaye que tout soit prêt archi prêt quand je rentre de l'école et que les 3 sont à cran! J'ai pris le parti de manger après avoir fini de donner à manger au plus petit qui sucote alors un morceau de apin. bien souvent j'arrive quand même à finir de manger presque en même temps que les 2 grands qui mangent - presque - seuls mais lentement... Le soir on a instauré une soirée où on mange sans enfant (le vendredi souvent) ouf que ça fait du bien! Le reste du temps ca dépend de quand rentre PetitMari... Mais quand on mange à 2 alors on n'a presque plus de soirée (le temps de faire manger les 3 de coucher tout le monde, de ranger 2-3 trucs on passe à table à 21h00...) Pas tenable tous les jours!
    quant à passer du temps à coté de ses enfants et pas véritablement avec cela m'interpelle beaucoup. il faudrait que je me regarde pour voir ce que ça donne très honnêtement chez moi! Ce que je sais c'est que lorsque j'ai repris le travail alors que les jumeaux avaient 11 mois je m'étais rendu compte que certes j'avais bcp moins de temps avec mes enfants qu'avant mais que c'était du vrai temps de qualité que je passais AVEC eux et non pas à coté d'eux. On y avait gagné en qualité très clairement! J'aime me souvenir de ça alors que ma reprise se profile!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Clo !!
      Oui, nous avons le même problème : le coucher ne s'échève qu'à 20h30, ensuite il faut réchauffer (voir se faire cuire des paes rapido parce que parfois, les petits ont mangé des restes... et y'en a plus !!).
      Bref, on n'a pas de soirée, et c'est quelque chose dont je souffre !!

      Aïe, tu reprends le boulot bientôt, j'espère que le moral est bon !

      Supprimer
  12. Comme je me retrouve dans ce billet !! Chez nous aussi les repas se prennent séparés. Pour le point 4 (passer du temps vraiment avec eux), le minuteur (de cuisine, en attendant de trouver un visuel - à prix raisonnable) m'aide bien : elles savent (et moi aussi) que pendant ce temps-là, je suis toute pour elle(s) (j'évite même de répondre au téléphone). Et je programme le temps en fonction de ma dispo (et de mon courage), en général 10-15 minutes. Pour l'ordinateur, j'essaye de l'allumer seulement avec un but précis (pas "au cas où j'aurais un nouveau mail" etc).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée, Clothilde, d'allumer l'ordi le plus tard possible : ça me rappelle le fumeur qui veut arrêter et retarde sa première clope !! :-D
      Je vais tenter ça, ça devrait me réussir !

      Supprimer
  13. En effet; ce billet est passionnant, et ici aussi il y a eu beaucoup de moments difficiles, et, après le départ de papa, on est vraiment passé dans du chaotique (Manque de patience pour moi, stress pour Anjali, heureusement que Fred a bien su prendre tout ça en main...) vraiment dur à gérer...

    En ce moment, depuis quelques jours, nous sommes entrés dans une phase de quiétude profonde, je dirais même de sérénité...
    Comme si ce passage douloureux venait de nous remettre sur le bon chemin. Et Anjali est adorable, caline, très contacts et bisous...
    Je crois que c'est quelquechose dont on avait vraiment besoin, ces ré-conforts.
    La vie reprend un sens, différemment..
    Oh, bien sûr, parfois ça dérape, mais je crois que c'est "normal", on est tous en apprentissage..

    Bon courage à tous/toutes... Let the sunshine (inside aussi!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lucie, je suis vraiment heureuse de lire cela !!
      Anjali a un naturel adorable, qui revient au galop après l'épreuve que vous avez traversé... et qu'elle a vécu de plein fouet ! Le chaos était explicable, oh combien.

      Je vous embrasse toutes les deux !

      Supprimer
  14. Je lis régulièrement ton blog, mais n’ai encore jamais commenté. Bravo pour tes articles toujours justes et très bien rédigés ! Ton message sur le chaos m’interpelle. Maman au foyer, je l’ai aussi rencontré ce satané chaos, au point qu’il me ronge de culpabilité quand je hurlais sur mes chers bambins.
    Et je réalise maintenant qu’on est au mois de juin qu’il se fait de plus en plus rare dans mon foyer. Je suis prof des écoles, en congé parental depuis le mois de septembre. J’ai un bébé qui a 20 mois et un « grand » garçon de presque 5 ans (je l’admets ma situation est plus aisée que la tienne ;-))


    Voici quelques pistes qui m’ont aidée à être de plus en plus zen avec mes loulous.

    Tout d’abord apprendre à s’organiser. Pour moi, le déclic ça a été de maîtriser la méthode Fly Lady. J’arrive enfin à m’organiser dans les lessives, les repas, le ménage sans que ma maison s’effondre dans le chaos et en acceptant que tout ne soit pas parfait.

    Ensuite, analyser les moments les plus durs, où le chaos ne tardera pas à s’installer. Pour moi, le pire c’était à 18h, au moment où mes enfants étaient crevés et moi souvent fatiguée et où il fallait tout gérer en même temps (le bain, le repas, le rangement des chambres, le repassage, préparer les vêtements pour le lendemain) et mon mari qui rentre tard du boulot… Souvent je laissais les enfants seuls dans la salle de bain en courant à droite à gauche en m’étonnant ensuite que rien n’avançait et que la salle de bain était inondée. Un jour j’ai craqué, je me suis assise et j’ai pris le temps de réfléchir à ce qui était essentiel. Maintenant à 18h je sais que mes enfants ont besoin de moi, donc je les mets dans le bain et je joue avec eux. Je ne fais rien d’autre. Il y a d’autres moments où ils sont détendus et où j’ai du temps pour vaquer à mes tâches domestiques.

    Concernant les repas, j’ai fait l’expérience durant quelques temps du repas des enfants suivi du repas des parents. Ca ne me plaisait pas trop, mais je pense que c’était un passage obligé. Maintenant c’est plus cool ; Le soir on passe à table tous en même temps. Bébé qui a 20 mois se débrouille pour manger tout seul. Le passage de la cuillère à la fourchette nous a aidés et surtout l’utilisation d’une bavette en plastique avec un bord récupérateur. Souvent mon mari et moi pouvons avoir des conversations d’adultes pendant que les enfants mangent et papotent entre eux. Tes enfants vont grandir, la situation va être de plus en plus simple.

    Ton point 4 m’interpelle aussi : je me suis fait la même réflexion. Il y a quelques temps, je me suis dit que je ne passais pas assez de temps à m’occuper de mon bébé le matin pendant que le grand était à l’école. Maintenant j’expédie les taches domestiques et je me réserve 45 min – une heure chaque jour pour jouer ou faire des activités d’éveil avec bébé. Lire un livre, chanter des comptines, jouer aux petites voitures, regarder et nommer les fleurs du jardin, lui donner une activité Montessori et le regarder s’installer à sa petite table et se laisser absorber par ce geste qu’il va refaire plusieurs fois. La plupart du temps j’amorce quelque chose et je le laisse continuer. Moi je me régale à l’observer. Je ne fais rien d’autre que le regarder encore et encore. Et le soir je note quelques éléments de ses progrès. Mon bébé voit que sa maman le prend en considération. Et du coup, il fait moins de bêtises pour se faire remarquer.

    Ta situation va évoluer très prochainement. Nos enfants grandissent si vite ! Et c’est une chance de pouvoir passer quelques années en congé parental, à leurs côtés. Et si le chaos repointe le bout de son nez, je lui tire la langue ! Bon courage et merci 1000 fois pour ton blog !

    Marie. J'ouvrirai bientôt un blog... la douce école

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie !

      Un grand merci pour ce commentaire ; il se trouve que je pense beaucoup à ce "vieil" article en ce moment. Il serait temps que je vienne vous redonner des nouvelles du chaos, mais je pense qu'il me faudra encore quelques semaines pour "stabiliser" les choses...

      Je vois que nous avons des choses en commun... Le sentiment de culpabilité n'étant pas le moindre...

      Mais aussi les pistes quant aux solutions :

      - Je me suis intéressée à la méthode FlyLady il fut un temps et je la trouve très intéressante. J'en ai gardé les principes sans la lettre, et je me donne des tâches quotidiennes à exécuter et basta. Ça va, ce n'est pas trop chaotique chez moi, et je n'y passe pas toute la journée non plus !

      - Me pencher sur les moments durs, oui, c'est ce que j'ai essayé de faire ici... Et oui, 18h, c'est une heure difficile...

      - Ici aussi fourchette et bavoir-récupérateur pour les 2 enfants ! ;-)

      -En revanche, si je parviens (parfois) à passer du temps avec eux deux, je ne parviens pas à en avoir pour chacun d'eux séparemment. On en parlait justement avec mon mari pour organiser cela le week-end, car en semaine toute seule, c'est impossible !

      Un grand merci pour ce petit mot et reviens nous donner l'adresse de ton blog quand tu l'auras créé !!

      Supprimer
  15. Coucou Elsa
    Petit retour en arrière sur ce billet aussi...
    je confirme qu'avec un seul enfant, le chaos s'installe aussi!
    Ici question repas, nous sommes sur un système... "mixte"!
    Nous rentrons tard à la maison entre 18h30 et 18h45 et c'est en général un créneau horaire critique où le chaos a vite fait de s'installer...
    Je fais en sorte d'être 100% dispo pour Charline dès qu'on rentre mais très rapidement (si ce n'est pas dès qu'on a franchi le seuil de la porte...) elle réclame à manger... elle commence donc son repas aux alentours de 19h (donc il vaut mieux que j'ai anticipé les choses la veille..). les saisons froides c'est "soupe" et les saisons chaudes "crudités"... pdt qu'elle mange, je prépare la suite de son repas...
    Après "l'entrée", temps de pause pour des jeux et le bain et ensuite retour à table pour la fin du repas pour elle... et le début du notre!
    pour nous ce mode de fonctionnement est une solution à plusieurs niveaux:
    - éviter les crises pdt le bain car même en allant vite vu l'heure tardive elle a toujours faim avant qu'on ait fini
    - lui proposer des légumes quand elle a "faim" (en début de repas)... légumes qu'elle a tendance à bouder depuis quelques temps
    - limiter le temps passer à table et faire des pauses dans le repas semblent pas si mal finalement vu son "petit" appétit et sa tendance à la bougeotte...
    - pouvoir malgré tout partager un repas mais plus au calme car elle a moins ensemble qu'elle apprécie et nous
    - limiter le grignotage d'avant repas qui est un classique de son père (et qui bien sur coupait le "vrai" appétit...!!)

    RépondreSupprimer
  16. Merci pour ce petit poste que je ne découvre "que" maintenant. Je suis en plein dans cette période avec mes enfants de 14 et 29 mois ! Je ne passe pas autant de temps que j'aimerais "connecté" avec eux, alors que je suis avec eux, tous les jours... et les moments de repas sont assez stressant comme tu l'écris.
    Ce qui est top, c'est que tu as 1 an de plus de visibilité et ça me réconforte.
    Merci pour ces écrits, précieux !
    Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, Charlotte, je confirme, un an après, c'est mieux !!
      Mais... ce n'est pas encore ça ! :-D

      Les repas, en particulier sont toujours un peu pénibles, et les fins d'après-midi quand les enfants n'ont pas fait de sieste... C'est-à-dire, pour Antonin dans 90% des cas, et pour Louiselle, dans 50% des cas.

      Hier, mon mari, exaspéré, s'est exclamé : "Oh, vivement que vous ayez 12 ans !!"

      Bon. Quand même pas ! :-)

      Supprimer
    2. Tu crois qu'à 12 ans ça sera mieux ? :-D

      Supprimer
    3. Ben, non, bien sûr ! :-D

      (C'est d'ailleurs ce que je lui ai répondu, à mon homme !)

      :-D

      Supprimer