jeudi 8 novembre 2012

Mais que fait donc Antonin ?

Depuis un mois, il m’arrive une chose étrange : je peux lire un article ou un chapitre en entier sans être dérangée, ou enchaîner des rangs et des rangs de tricot en comptant mes mailles sans en perdre le fil et devoir détricoter pour recommencer… Au bout d’un moment, je lève le nez avec la claire impression que quelque chose n’est pas comme d’habitude… Voyons… Louiselle joue à mes pieds en suçotant un hochet et en bavardant doucement… Tout est calme… Trop calme, en fait.

Mais que fait donc Antonin ?

Mon premier réflexe de mère indigne et de me dire que le Damoiseau est occupé à quelques bêtises. Je les connais bien, ses bêtises favorites du moment ! Ce sont :
- « Préparer » un biberon à sa soeur en transvasant le lait maternisé que j’ai oublié de ranger en hauteur de la boite au biberon (propre ou sale, Antonin ne s’arrête pas à ce type de détails pratiques). Y gouter au passage dans la cuillère doseuse pour se remémorer le goût de sa toute-toute petite enfance.
- « Préparer » le café en transvasant la poudre noire (qu’Antonin a fini par renoncer à goûter, tout de même) que j’ai oublié de ranger en hauteur de la boite à la cafetière, en remplissant consciencieusement le filtre usagé et même le reservoir d’eau.
- Goûter le savon liquide, qui a une si jolie couleur, se mettre à pleurer en s’exclamant « Pas bon ! ».
- Goûter de la crème hydratante, ne pas pleurer, s’exclamer « Pas bon ! » et recommencer.

Mais que voulez-vous… Ces « bêtises » sont si fortement teintée « vie pratique » ou « sensorielle » que je fais un peu la grosse voix pour de faux. D’autant que quand il est surpris dans ce type d’activité, Antonin écarquille ses grands yeux et s’exclame « Non, non, non ! » reprenant le refrain de ce livre-, et me prouvant bien qu’il sait que ce n’est pas permis. Adorable… Je veux dire : ah, là, là, quel garnement tout de même.

Cependant, il n’est pas toujours occupé à transgresser les règles. C’est même plutôt rare. En fait, le Damoiseau est tout simplement dans une autre pièce, plongé dans ses livres ou ses gamelles, et il n’a pas besoin de moi.

Seul
Mon enfant, la chair de ma chair, qui vit sa vie pour lui-même, j’en suis toute émue !:-D

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire