jeudi 29 novembre 2012

Les goûters d'Antonin

Pour moi, une éducation respectueuse ne va pas sans une alimentation respectueuse. Ce qui peut vite devenir un vrai casse-tête quand on manque de temps pour cuisiner et que les fins de mois sont difficiles, n’est-ce pas ? Et quand en plus on se pose la question de l’autonomie de l’enfant… Le goûter d’Antonin en particulier m’a très vite posé problème : voilà un repas supplémentaire à gérer (puisque pour ma part, je n’en prends pas), à un moment où je n’ai vraiment pas le temps de le faire. Pas toujours évident de résister à la facilité des viennoiseries ou des bisuits industriels… Mais petit à petit, je trouve mes solutions !

Il est établi ici que les goûters d’Antonin ne sont pas nécessairement sucrés. Car du sucre, point trop n’en faut, pas vrai ? De plus, cela me rassure, moi, en tant que mère nourricière, quand le Damoiseau a un peu trop boudé son assiette du midi. Deux formules rencontrent ici une adhèsion sans faille : des « gressins » maison (carrés de pâte feuilletée enduits de sauce tomate, de fromage et de paprika, roulés sur eux-mêmes et cuits au four pendant la sieste), et « galettes gloubi-boulga » : elles se constituent généralement des restes de purées ou de céréales du midi, mélangés à de la farine et dorés à la poêle. Quoi que ce soit qui les compose, c’est toujours un succès !

Bien sûr, ce peut être aussi une tranche de gâteau maison (quand il y en a) ou le bon vieux classique yaourt-compote si le repas du midi a été consistant. Mais depuis quelques semaines, Antonin et moi avons trouvé son goûter préféré, et voici pourquoi :




Les tartines ! Indémodable collation devant l’Éternel ! La seule préparation pour moi consiste à mettre la tartinade dans un récipient pas trop creux de façon à ce qu’elle soit facilement accesible pour la cuillère du Damoiseau, et il se charge du reste. Vous objecterez peut-être que la garniture n’est pas étalée de façon homogène sur le pain ? Cela ne gêne que vous, je vous assure ! ;-)

Mon problème à moi réside surtout dans le choix du pain. Notre pain quotidien, un gros pain bio au levain, est un peu coriace (surtout en fin de semaine…) pour cet usage. De plus, cela suppose que je le découpe en tranche, puisqu’Antonin ne peut le faire (plus je suis montessorienne, plus je suis feignante, moi…). Le pain de mie est vraiment parfait, sauf d’un point de vue strictement nutritionnel : trop de gras, de sucre, et aucune substance vitale. J’opte donc pour le moment pour une marque bio : c’est plus cher, mais au moins il contient des céréales complètes sans pesticides…

Et sinon, on met quoi sur ces tartines ? Du classique : confiture, miel, fromage frais nature, pâte à tartiner chocolat-noisette (sans huile de palme, par pitié !). Mais de l’avocat écrasé, ou du houmous aussi (on mixe rapido des pois chiches en conserve, un peu d’ail, un soupçon de sel, du tahin et de l’huile d’olive, et le tour est joué !). Comme dans toute famille de végétariens qui se respecte, il y a presque toujours chez nous un bol de houmous qui nous tend les bras au frigo, il n’y a qu’à piocher dedans en cas de petite faim. Et d’ailleurs, toute légumineuse peut remplacer les pois chiches, ça permet de varier. Et tous ces houmous, classiques ou pas, peuvent être mélangés à un peu de fromage frais nature à tartiner pour renforcer encore leur richesse en protéines et calcium.

Pour terminer ce petit post culinaire (une fois n’est pas coutume), voici la tartinade préférée d’Antonin : une petite banane écrasée avec une cuillère à café de purée d’amandes… De quoi patienter tranquillement jusqu’au dîner !

Et vous, que donnez-vous à vos enfants pour le goûter ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire