samedi 17 novembre 2012

Diversification montessorienne

Louiselle grandit. Une demi-année de vie déjà ! Sa préhension s’affine, elle rêve de s’asseoir et cherche comment avancer à quatre pattes. Sa position préférée, c’est quand elle est sur nos genoux, le dos contre notre ventre, nos mains croisées sur son bidon ; ses petites mains à elle sont libres pour saisir ce qui se trouve à sa portée, son regard est dégagé et ouvert sur la dimension des adultes.

C’est dans cette posture que Louiselle a commencé à découvrir les joies de la table. Voilà quelques semaines que, très attentive, elle lorgnait (ou attrapait à pleines mains…) le contenu de  nos assiettes, subjuguée en particulier par les allers et retours de nos fourchettes… Le signe, s’il en est, que la Damoiselle était prête pour commencer à diversifier son alimentation.

Menu d'automne : "écrasée de carotte - potimarron" !

Comme nous nous refusons catégoriquement à l’asseoir tant qu’elle ne le fait pas seule, c’est sur nos genoux qu’elle fait ces nouvelles expériences sensorielles. L’opération ne nécessite pas moins de trois cuillères à moka : une pour la main droite de Louiselle, une pour sa main gauche, et une dernière pour moi. Les purées de fruits et de légumes, que j’introduis sans planning défini, en fonction du marché du jour, la ravissent ; le goût sucré des carottes, courges et autres patates douces de saison y sont certainement pour quelque chose ! Et si elle n’en absorbe pour le moment que l’équivalent de quelques cuillères à café, ce n’est pas grave : Antonin se fait un plaisir de finir le bol ! J’essaie de varier dès à présent les textures proposées : carottes crues ou attendries à la vapeur à léchouiller, pomme crue râpée très fin, croutons de pain bio au levain, avocat écrasé à la fourchette… Les grimaces du premier jour ne sont qu’un lointain souvenir et la Damoiselle prend un plaisir évident à nos petites séances gustatives quotidiennes !

Le biberon est exclusivement réservé au lait. L’eau est donnée pour le moment à la cuillère, et j’ai connu la première fois un moment de jubilation incroyable en constatant que ma fille adorait cela et qu’elle enchainait les cuillèrées d’eau encore et encore …. jusqu’à ce que je constate qu’elle recrachait tout avec ravissement et que nous étions trempées toutes les deux… Parallèlement, Louiselle s’entraîne à manier un tout petit verre, et dès que je ne craindrais plus qu’elle ne se noie dedans, je lui proposerai l’équivalent d’une cuillère à café de liquide à l’intérieur, en me servant d’un petit pichet pour resservir régulièrement de petites quantité.

Bien sûr, après chacun de ces longs micro-repas, la cuisine est à nettoyer entièrement… Mais comme j’avais déjà un petit cochon à la maison, au moins, je vous garantis que chez nous, on sait pourquoi on passe la serpillière !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire