vendredi 19 octobre 2012

Première pâte à modeler


Antonin ne patouille pas beaucoup. Quand je lui propose une matière à explorer, qu’elle soit peinture, sable ou graines, il préfère de loin la travailler avec un ustensile qu’avec la main. Cela me désole, mais c’est ainsi pour le moment. Pour essayer néanmoins d’induire de nouveaux gestes et de nouvelles sensations, je lui ai proposé ce matin de fabriquer sa première pâte à modeler : une pâte à sel sans sel, juste de la farine et de l’eau. Pourquoi sans sel, me demanderez-vous ? ;-)

Antonin aime cuisiner, cela n’est pas un scoop. Voilà un moment qu’il m’assiste dans la préparation de son petit déjeuner, et dans la plupart de mes recettes. Les tâches qui lui sont pour le moment dévolues sont le lavage des fruits et légumes, et les versés en tout genre. Il était donc comme un poisson dans l’eau lors de cette préparation simple, et comprenait souvent les actions à accomplir avant que je ne les lui formule.



Voilà donc une recette à la portée des enfants de moins de deux ans, si vous cherchiez des idées !
Bon, cela suppose tout de même la présence discrète mais efficace d’un adulte, hein !! ;-)

Bon, et une fois cette petite boule de pâte achevée, qu’en a fait le Damoiseau ?
- Il a commencé par la travailler à la cuillère (grrr…), essayant de la couper avec la tranche de l’instrument.
- Pris d’une inspiration subite, il l’a porté à sa bouche et en a croqué un gros morceau !


- Il s’en est ensuite emparé et a entrepris de la transporter en dehors de la cuisine. Je me suis interposée : la pâte devait rester sur le plan de travail. Après un long combat intérieur, Antonin a donc reposé sa boule de pâte, et est sorti sans elle. Il est très vite revenu avec tout un tas de dînette, et la pâte a donc été jugée digne d’essuyer les fonds de casseroles du Damoiseau.
- Au bout d’un long moment, j’ai décidé de mettre la main à la pâte – ou plutôt le doigt : j’ai creusé la surface de la boule de tout un tas de petits trous avec l’index. Antonin m’a imité, mais je crois qu’il préférait glisser ses doigts dans les trous que je creusais plutôt que d’en produire de nouveau.
- Lorsque j’ai entrepris d’aplatir un morceau de pâte, le Damoiseau m’a définitivement abandonné l’activité pour retourner à ses casseroles…

Bon, côté patouille, on repassera, donc. Je ne me décourage pas, je sais qu’il faut souvent proposer une activité plusieurs fois avant que l’enfant accroche. Et puis, finalement, Antonin a quand même beaucoup joué avec cette pâte, même si c’était pour en faire autre chose que ce que j’espérais – en l’occurrence, la transvaser d’un élément de dînette à un autre…


À quel âge vos propres enfants ont-ils commencé à patouiller ? Que leur proposiez-vous pour ce faire ? Merci d’avance pour le partage d’idées !! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire