lundi 15 octobre 2012

Mobile d'automne


Je ne suis pas la seule à aimer l’automne plus que toute autre saison. Je ne suis pas la seule à glaner mille petits trésors dérisoires lors de mes promenades. Et je ne suis certainement pas la première à avoir eu envie d’en faire un mobile !
 



 
Et voici le dernier-né de notre collection, assemblé en une petite heure de temps lors d’une soirée d’automne digne de ce nom, pluvieuse et venteuse à souhait ! J’ai scié un morceau de tuteur en bambou, auquel j’ai accroché les matériaux avec du fil à broder beige irisé : des mini-bouquets de feuilles sèches, une pomme de pin, deux marrons, trois noix. On pourrait être tenté de suspendre beaucoup d’objets à la fois, selon l’abondance de nos récoltes ; si on a du mal à choisir parmi toutes les merveilles de la nature, je pense qu’il est plus adapté d’apporter des modifications régulières au mobile afin de permettre au bébé de se concentrer sur les différentes formes et couleurs sélectionnées pour lui.


Un enfant de trois ans ou plus peut être associé à la conception du mobile ; et pour les plus petits comme Antonin, ils auront participé à la collecte des trésors d’automne…

Bel automne à tous !

3 commentaires:

  1. Bonjour!
    J'adore votre mobile (et votre blog que je consulte frénétiquement. Je suis en pleine introduction Montessori à la maison avec mon fils de 8 mois. Je regrette de ne pas avoir pu commencer avant - grossesse difficile et retour à la maison au bout de 3 mois pour le petit... donc je me rattrape!). Aujourd'hui au parc, j'ai pu ramasser plein de jolies choses pour en confectionner un....mais je me pose une question (je ne suis pas très manuelle en fait): comment avez-vous réussi à accrocher au fil les marrons et les noix??
    Merci d'avance pour votre aide!
    Emilie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Emilie,
      je me permet de répondre, pour en avoir fait également un il y a peu: avec une grosse aiguille de type aiguille à laine.
      Il m'a fallu forcer un peu pour "forer" un petit trou dans le marron. A noter que plus le marron est "frai", plus c'est facile d'y faire un petit trou, j'ai trouvé.
      Pour les noix, il faut réussir à percer son trou entre les deux coquilles, là où c'est le plus tendre.
      Bel atelier mobile à toi!

      Supprimer
    2. Arg, Emilie, je m'excuse pour mon manque total de réactivité...

      Merci à Ori d'avoir répondu pour moi ! :-)

      Supprimer