lundi 24 septembre 2012

Bac à sable d'appartement


Celles (et ceux ?) qui me suivent sauront que j’ai passé la semaine sur un mystérieux projet bricolage… Tadam ! Le voici achevé sous vos yeux ébahis : une boite à sable, dont l’idée m’a été inspirée par ce livre-là :


Il s’agit d’une caisse à vin dont j’ai vrillé les deux petits côtés opposés de deux trous chacun, afin d’y passer une cordelette que j’ai nouée solidement à l’intérieur de la caisse pour fabriquer des poignées. À vrai dire, ces quatre trous seraient plus vite faits à la perçeuse, mais travaillant sur les siestes de mes enfants, je n’ai pas voulu risquer de les réveiller… J’ai ensuite découpé le patron de la boîte dans un de ces grands sacs de courses en plastique épais que l’on vend aux caisses des supermarchés. Je l’ai fixé au fond de la caisse avec du scotch double-face. J’ai découpé ensuite quatre baquettes d’angle que j’ai collé avec une colle forte tout autour du caisson pour maintenir le plastique en place et finaliser le tout. Ne restait plus qu’à remplir mon oeuvre, à un peu plus de la moitié, de sable « spécial bac à sable » en vente dans les grands magasins de bricolage type « Casto ».



Antonin est ravi de pouvoir tripatouiller dans le sable. Le mieux est de l’humidifier légèrement, au moins au début : il sera moins volatile le temps que l’enfant intègre bien que le sable doit rester dans la caisse, et il est plus facile à travailler. Plus tard, le sable sec se prêtera merveilleusement à toutes sortes d’activités de transvasement. Je propose ce bac dans notre cuisine, qui est carrelée, sur un temps court et sous ma surveillance pour éviter les débordements.

J’avais remarqué que les bacs à sable se font de plus en plus rares dans les parcs, pour d’évidentes questions d’hygiène. C’est un matériau pourtant essentiel à la vie sensorielle des petits citadins, qui peuvent rarement manipuler de la terre (rare, et souvent mêlée ici à des mégots de cigarettes). Terre et sable sont pourtant les premières pâtes à modeler de nos petits, et les plus extraordinaires au niveau des sensations qu’elles procurent. Ne les en privons pas !!  ;-)

2 commentaires:

  1. heuuu ... une pauvre cuvette en plastique ça marche ???? on fait ce qu'on peut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-D

      Haha, c'est sûr !! :-D

      Bon, c'est que j'essaie toujours - dans la mesure du possible - de respecter ces principes chers aux pédagogies qui me sont chères : pas (trop) de plastique, du beau (et du hand-made, ce troisème point me posant souvent plus de problème par manque de temps).

      Mais bien sûr, le principe le plus important, c'est : on ne se prive pas d'une expérience intéressante sous prétexte qu'aucun des trois points sus-nommés ne sont réunis. Donc : oui aux cuvettes en plastique... si on n'a que ça ! :-)

      Supprimer