jeudi 19 juillet 2012

Premier plateau

Un plateau, dans la pédagogie montessorienne, c’est avant tout une unité de travail : on dépose sur un support portatif et maniable tout ce qu’il faut pour mener à bien une taĉhe (y compris le contrôle de l’erreur et l’éventuelle correction). Le travail structuré de cette façon ne s’adresse qu’aux enfants à partir de 2 ou 3 ans ; mais on peut, en s’y prenant très prudemment, proposer de petites tâches sous cette forme un peu avant. Il faut alors faire très attention de coller au plus près aux besoins de l’enfant ; il ne s’agit pas de lui proposer des activités destinées aux plus grands sous prétexte de le faire évoluer plus vite ! Une telle démarche serait absolument destructrice et fort dommageable pour la suite de ses apprentissages.

Voici une petite activité qui peut être proposée dès 18 mois si votre enfant est prêt, et qui respecte les objectifs d’une éducation selon les principes montessoriens avant 2 ans, à savoir :



  • Il s’agit d’une activité de correspondance terme à terme (un emplacement = un objet)*, répondant aux besoin de l’enfant d’avoir des repères dans l’espace en terme de rangement d’objets.
  • Le fait de s’appliquer à proposer une activité structurée à l’enfant fait que l’adulte va verbaliser, et faire très attention à la manière dont il verbalise ; il répond ainsi au besoin qu’a l’enfant d’entendre un langage précis s’appliquer aux actions et aux choses qui l’environnent (La période sensible du langage commence à de la naissance et se poursuit jusqu’à 6 ans environ).
  • De même, l’adulte va décomposer son geste, le faire plus lent, répondant au besoin d’observation minutieuse de l’enfant.
  • Cette activité comble l’attrait qu’à l’enfant de cet âge pour les activités sollicitant la motricité fine. Rappelons que de 1 an à 4 ans, l’enfant est dans la période sensible où il s’intéresse aux petits objets, aux détails minuscules, où sa coordination main-oeil devient de plus en plus fine et précise.
  • Enfin, l’objectif propre à ce type d’activité est de permettre à l’enfant de commencer à comprendre et à accepter qu’il existe un certain type de matériel (dit "pédagogique" ) qui  n’a qu’une seule destination et qui ne peut être détourné.
J’ai proposé cette activité plusieurs fois à Antonin. Le déroulé est toujours le même : je choisis un moment calme, où il est « posé ». Je dispose devant lui le plateau tel qu’il est présenté sur la première photo, avec les noix à côté du bac à glaçons et je m’installe à la droite du Damoiseau (nous sommes droitiers tous les deux). Je prends les noix une à une entre mon pouce, mon index et mon majeur droits, je marque un temps d’arrêt, la main positionnée de façon à ce qu’Antonin la voit bien, et j’énonce lentement : « Je prends une noix… et je la range. » Je joins le geste à la parole et dispose la noix dans un compartiment. Et je recommence. Dix fois. Il est à noter qu’Antonin est extrêmement attentif à cette phase de présentation. En réalité, il est plus qu’attentif, il est subjugué. Il est clair qu’il préfère quand c’est moi qui lui montre et qu’il écoute la phrase décrivant l’action de toutes ses oreilles, sans jamais se lasser !!

Puis c’est au tour d’Antonin. Je verse les noix sur le plateau, dans la disposition initiale et je l’engage à les ranger. Le Damoiseau a mis une grosse semaine avant de se lancer. Les premières fois, il voulait utiliser les noix pour faire des versés ou les éparpiller par terre. J’ôtais le matériel aussitôt en lui expliquant que ce n’était pas fait pour ça. A présent, il fait l’activité, mais une seule fois. Parfois il se sert des deux mains (une noix dans chaque main, ou la main gauche passant la noix à la main droite…), parfois il prends deux noix en même temps dans sa main. Je ne le corrige jamais, j’observe en essayant de me faire toute petite, je ne fais aucun commentaire (même pas pour l’encourager ou le féliciter !), je m’interdis d’essayer de le photographier… Bref, je fais tout ce que je peux pour ne pas casser sa concentration, et pour qu’il intègre que lorsqu’il fait ce genre d’activité structurée, je n’interviens pas. De toute façon, l’activité induit elle-même la réussite, puisque si d’aventure il voulait mettre deux noix dans le même compartiment (ce qui n’est encore jamais arrivé), les noix ne tiendraient pas et rouleraient. Mon intervention est donc inutile !

* C’est le terme consacré en didactique des mathématiques. car oui, il s’agit d’une activité mathématique ! Avez-vous déjà pensé que lorsqu’on dénombre, on fait en fait correspondre un mot (« un » par exemple) à un objet ? C’est une mise en correspondance terme à terme !!

7 commentaires:

  1. Je suis contente de vous avoir retrouvée car vous avez changé d'adresse blog. Je m'inspire beaucoup des activités que vous proposez à Antonin pour mon fils qui a 3 mois de moins.

    RépondreSupprimer
  2. Désolée Mamandarine, je n'avais pas pu prévenir tout le monde, seulement les lecteurs dont j'avais le mail...
    Je suis contente en tout cas de vous relire par ici, et je ne déménagerai plus sans prévenir, promis !! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Elsa, je me suis permise de te citée sur mon blog pour cette activité! J'ai mis un lien vers chez toi!
    Encore merci pour toutes ses activités!
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Elsa-en-pause,
    Je me demandais, avec ta découverte de Reggio et l'évolution de tes reflexions pédagogiques, est-ce que tu changerais quelquechose au déroulement de ce "premier plateau" ? Notemment, la présentation, ou le fait de remiser à plus tard si l'activité est détournée ? Ou alors tu ne changerai rien du tout, cette "rigueur" montessorienne ayant ses avantages propres ? Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, Etiva, que la rigueur montessorienne a des avantages propres ! :-D

      Non, je ne changerai rien du tout, si on veut proposer une activité montessorienne, on propose une activité montessorienne. Et si on ne le veut pas, ou que l'enfant n'est pas prêt, on propose autre chose. ;-)

      Je maintiens que les présentations sont très difficiles à vivre avant 3 ans au moins, ou alors, il faut se débrouiller pour qu'elles soient très très courtes - mais non rapides, bien sûr (sur ce type de plateau, on arrête de ranger des noix dès que l'enfant manifeste l'envie de faire à notre place. C'est alors qu'il a compris !).

      Si l'activité est détournée, ce n'est plus une activité montessorienne. Mais ce n'est pas grave, hein ? Il faut essayer d'observer l'enfant : comment détourne-t-il ? pour faire quoi ? A quel besoin cela correspond-il ? Que puis-je lui proposer comme matériaux qui lui permette d'aller au bout de son désir (verser, remplir, vider sur le sol, plonger les mains, que sais-je...).
      Et on ne re-propose ce plateau que lorsque l'enfant a assouvi le besoin manifesté.

      Je ne sais pas si je suis claire, il est très tôt et je n'ai pas encore bu mon café ! (Tiens, j'y vais, d'ailleurs...)
      A + ! :-)

      Supprimer
    2. Merci pour ces précisions, très claires !

      Supprimer