mardi 3 juillet 2012

Mobiles interchangeables

La semaine dernière, j’ai été confrontée à un dilemme. Alors que je venais de fabriquer un nouveau mobile tout beau et tout coloré, il m’a semblé que la Damoiselle s’intéressait plus que jamais à son mobile de Munari. Cependant, alors que je lui présentai celui d’octaèdres, elle le dévora littéralement des yeux. Manifestement, elle n’était pas assez imprégnée du premier, mais le deuxième correspondait aussi totalement à ses intérêts visuels du moment (découverte des volumes, exploration des couleurs primaires, imprégnation de la proportionnalité).
Il est tout  fait possible de proposer plusieurs mobiles en même temps au bébé, en les installant dans divers endroits où il a l’habitude de reposer. Seulement voilà. Où accrocher mon deuxième mobile ?

Dans la salle de bain, au dessus de la table à langer ? D’une part j’ai craint que l’humidité ne soit néfaste à mes petits éléments de carton, d’autre part, Antonin utilise encore ponctuellement la table à langer… Je vous laisse imaginer le carnage !

Dans la chambre des parents ? La Damoiselle passe énormément de temps allongée sur notre lit, plus encore que dans son parc. Mais les mobiles devant être accrochés à 30 cm environ de la surface où l’enfant est installé, je nous imaginais mal, mon (grand) mari et moi, nous emmêler dans des octaèdres au moindre mouvement nocturne !

Au plafond du salon ? Je pose parfois le couffin de Louiselle sur la table de la pièce commune. Mais les jours de ce couffin sont comptés, et étant donné qu’accrocher un mobile nécessite quand même une petite installation (aller chercher l’escabeau à la cave, le gravir pour percer la plafond à l’aide d’une vrille, visser ensuite un petit anneau, y nouer le fil de pêche supportant le mobile…), c’était trop de bazar pour pas longtemps. Sans compter que le mobile se balancerait au milieu des convives au prochain repas… Pas très feng shui, tout ça !

Une seule possibilité, donc : au-dessus du parc, à la place du premier mobile. En même temps, l’idée de ne proposer qu’un mobile à la fois me plait bien. C’est suffisamment stimulant à mon sens, si on considère qu’à cet âge, tout est stimulation. Louiselle, pour sa part, ne se lasse pas de fixer les rideaux qui tamisent les fenêtres, ou encore le mur de la salle de bain. Face à ces deux grandes fascinations, mes mobiles ne suscitent qu’un intérêt finalement relatif. Mais laissons l’enfant choisir ce qui lui convient le mieux et souvenons-nous que nos propositions ne sont que des… propositions !

Mon homme a donc imaginé un système que j’ai mis en oeuvre (il fut l’ingénieur et moi, la technicienne). C’est fort simple, sans doute certains d’entre vous y avez pensé avant nous ! En voici un rapide schéma :


Et voilà, en deux secondes, je décroche un mobile et le remplace par un autre ! Je veille toutefois à ne pas en changer trop souvent – une rotation par semaine me paraît pour le moment être un bon rythme.

Et vous, comment accrochez-vous vos mobiles ?

6 commentaires:

  1. Un moyen portable serait d'employer un tripode, auquel est suspendu le mobile. Ainsi, même pas la peine de faire des trous dans le plafond...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire un tripode d'appareil photo ? C'est une bonne idée, je n'y avais pas pensé... Il faut que le mobile ait suffisamment de place pour vasciller librement entre les pieds, mais c'est jouable sans doute...

      Dire que j'ai ça à la maison et que je n'ai pas essayé ! :-)
      Tiens-nous au courant si ça marche !

      Supprimer
  2. Comme je changeais souvent le couffin de place, et ensuite la peau de mouton sur laquelle ma merveille s'égayait, il me fallait une solution "nomade" pour accrocher ses mobiles.
    J'ai donc récupéré dans notre cave la grosse bûche "de Sapin de Noël" (trouée dans laquelle on encastre un sapin de Noël, et qui est vendue séparément... j'utilise la même tout les ans)
    J'y ai foré un petit trou dans lequel j'ai glissé un tasseau à base carré d'environ 1cm de large et 1m10 de haut, et j'ai sécurisé avec deux petites équerre en fer vissées à la base du tasseau (donc un coté sur le tasseau et l'autre sur la buche, vous me suivez?)
    A son sommet, j'ai "raccordée" un autre tasseau d'environ 30cm de long en le clouant dans le tasseau vertical, et en ajoutant dans l'angle formé une autre petite équerre.
    Ça m'a donné une porterne à laquelle je suspendait les mobiles!
    Ultra pratique! La poterne se prenant dans une mains, et couffin/bébé dans l'autre!
    Et cet hiver, en ressortant notre "bûche de Sapin", quelle émotion de retrouver le petit trou qui avait accueilli la poterne ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super c'est exactement ce que je cherchais comme idée !

      Supprimer
    2. Oooh ! Moi aussi je cherchais ce style d'idée !! :))

      Supprimer