jeudi 12 juillet 2012

Le retour du grand miroir


Ceux qui suivent mes tâtonnements de Maman sauront que le grand miroir du nido, traditionnellement installé contre l’espace d’éveil, ne m’inspire qu’une confiance mitigée. Il me semble que tant que l’enfant n’est pas apte à reconnaître son reflet, la présence permanente de celui-ci doit être extrêmement fatiguante, voire déstructurante.

J’ai installé néanmoins notre miroir près de Louiselle aujourd’hui, pour voir. Et finalement, cela m’a bien plu. La principale raison est qu’étant bien calé entre le parc et le mur, il se trouve relativement loin de ses yeux. La Damoiselle ne m’a pas paru subjuguée par ce qu’elle devait vaguement y distinguer, juste brièvement intéressée. Je ne pense pas laisser le miroir à cet endroit en permanence, mais disons que de temps en temps, il peut susciter un nouvel intérêt.

Quels sont les arguments favorables à la présence d’un grand miroir près de l’enfant ?
  • Le miroir donne une autre vision sur la pièce où il est installé. C’est peut-être l’argument auquel je suis le plus sensible pour le moment. Il est vrai que notre miroir à cet endroit ouvre vraiment l’espace d’une chambre qui commence à être trop petite, et l’éclaire.
  • Le miroir permet à l’enfant d’étudier son propre reflet, ses propres mouvements et de coordonner ses mouvements et ceux de ceux de son reflet. A terme, il lui permet donc un meilleur contrôle de ses mouvements. Cet argument, très pertinent, me parait concerner des enfants plus grand ; à deux mois, je préfère que Louiselle s’essaie « de l’intérieur » à maîtriser ses gestes, comme quand elle essaie fébrilement de porter son poing à sa bouche, par exemple. Je ne vois pas en quoi le miroir pourrait alors l’aider… N’oublions pas qu’elle ne s’y reconnaît pas encore !
  • Le miroir encourage l’enfant à lever la tête, en particulier pendant les moments où on l’installe sur le ventre. Oui, mais moi, je ne mets pas Louiselle sur le ventre… J’ai choisi une fois pour toutes de ne pas mettre mes enfants dans des positions qu’ils ne pouvaient maîtriser ; je n’ai pas mis Antonin sur le ventre, la pédiatre de l’époque s’est alarmée qu’il n’allait jamais renforcer les muscles de son cou… Mais Antonin a toujours très bien porté sa tête et à 7 mois, il crapahutait à quatre pattes dans tout l’appartement…
Dites-moi ce que vous pensez du miroir pour les bébés !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire