mercredi 20 juin 2012

Des nouvelles d'un petit derrière

En écho à cet article, je me penche à présent sur la garde-robe du Damoiseau. Ah, les joies domestiques du changement de saison, quand on s’aperçoit que tout est trop petit (sauf ce qui est trop chaud ou trop léger…) et qu’il faut tout renouveler ! Allez, il faut se mettre en chasse de jolis petits vêtements pratiques, alors vivent Emmaüs et les soldes !

Depuis la dernière fois où j’ai opéré un tri de fond dans la garde-robe d’Antonin, deux changements radicaux ont eu lieu :

- Le Damoiseau a appris à marcher.

- Le Damoiseau a désormais 4 séances de pot quotidiennes. L’apprentissage de la propreté m’inquiétant fortement a priori, j’ai décidé de ne pas attendre les 18 mois fatidiques et à 14 mois, j’ai pris l’habitude de mettre Antonin 1 fois par jour sur le pot. De tout le mois, il n’y a jamais rien eu dans le pot, ce qui fait qu’il n’a absolument pas compris l’intérêt de ces séances, qu’il assimilait, je pense, à des temps de lecture ! Lorsqu’il eut 15 mois, je passais à deux séances quotidiennes, et miracle ! Au bout de 15 jours un magnfique caca se lovait dans le creux du pot ! Grands bravos et manifestations de joie. Le Damoiseau, souriant d’un air un peu incrédule, s’efforçait de comprendre ce qui nous mettait ainsi en liesse. Il a vite compris. A 16 mois, nous sommes passé à 3 séances de pot, et à présent Antonin y va 4 fois par jour. Il y a presque toujours quelque chose et le Damoiseau est très fier de porter avec nous le pot rempli en triomphe jusqu’aux toilettes, pour « dire au revoir au caca ». Nous continuons comme ça jusqu’à la prochaine étape, qui sera qu’Antonin sache dire quand il est en train de faire pipi ou caca, puis quand il a envie de faire pipi ou caca. J’ai conscience que cela peut prendre des années, mais je suis à présent pleine de patience, tant ces séances de pot se passent bien. Me voilà rassurée et confiante. Le but en l’y mettant n’a jamais été qu’il devienne propre (il est bien trop petit), mais qu’il fasse connaissance avec l’objet, et que je puisse l’y asseoir sans qu’il hurle ou se mette à cavaler dans tout l’appartement. (*)

En fait de vêtements,
le Damoiseau ne porte pas grand chose ici...

(Admirez au passage ma magnifique « table de pot », découpée dans un carton de couches… Quand on vous dit qu’entourer l’enfant de beaux objets, c’est important !!)  ;-D

Tout ce petit détour pour expliquer que le derrière du Damoiseau doit être à présent accessible, et que j’évite de le coincer sous des vêtements une-pièce fermés par 20 boutons-pression. A chaque âge ses besoins, et Antonin a à présent une garde-robe de garçonnet, et non plus de bébé. En exclusivité, voici donc ma checking list pour la nouvelle saison :

- 3 pyjamas 2 pièces, sans pieds. Je couvre bien Antonin la nuit malgré la chaleur, car je ne lui mets plus de turbulette et il n’a pas encore le réflexe de se glisser lui-même sous la couette quand il a froid.

- 4 paires de chaussettes taille 22.

- 4 T-shirts à manches courtes (ou marcels), 2 à manches longues.

- 3 gilets à fermeture éclair. Je continue à les préférer aux pulls qu’il faut passer par la tête. De plus, Antonin est capable d’ouvrir les glissières et d’ôter tout seul ses gilets, chose qu’il ne peut pas faire avec un pull. J’aime bien quand il me signifie ainsi qu’il a trop chaud ! Et vivement qu’il puisse les remettre !

- 1 bermuda. Cela suffit, car quand il fait chaud, on peut le laisser en couche. Et quand il fait très chaud, tout nu !

- 1 pantalon léger et 1 autre un peu plus chaud. Exit les jeans, je les trouve trop rigides et peu confortables pour les tout petit. Surtout quand la mode est aux coupes étriquées. Je fais attention (et c’est vrai aussi du bermuda) que la taille soit élastiquée. C’est plus confortable et Antonin saura ainsi les mettre et les ôter plus vite.

- 1 paire de chaussons souples ; une paire de chaussures fermées ou des bottes en caoutchouc ; une paire de chaussures ouvertes. Toutes seront si possible avec des scratchs pour favoriser l’autonomie de l’enfant.

- 1 ciré et une veste, un bob ou une casquette.

Ajoutons à cela d’immenses torchons qui, chez nous, remplacent les bavoirs et ne servent qu’aux repas d’Antonin. L’autonomie, ça salit, et si le Damoiseau n’était pas assez protégé, il faudrait le changer après chaque repas… et donc prévoir le double de vêtements que ceux cités ici !

(*) : Il est bien évident que je relate ici une expérience personnelle qui n’est en rien un exemple ! Je suis sûre que bien des psy y trouveraient à redire !

1 commentaire:

  1. Arf moi qui me trouvait juste avec 7 tenues pour la petite... tu fais dans le minimaliste quand même :)
    Chez nous, même si la petite ne marche pas, exit les tenues une pièce depuis la mauvaise expérience d'une salopette dont les pressions n'ont pas tenue le choc (du 9 mois alors qu'elle en avait 4, non mais j'vous jure !). Cette demoiselle est trop longue des pattes et trop courte du buste d'après les "règles établies" par les confectionneurs de vêtements.
    Mais ainsi, elle peut encore mettre des pulls (moi aussi je préfère les gilets) modèle 6/9 mois alors qu'en pantalon elle entrera bientôt dans le 18 mois... (elle en a tout juste 9 :p ) Autre astuce, une robe finie en blouse le plus souvent possible !

    RépondreSupprimer