jeudi 24 mai 2012

Quand Damoiselle dort...

Je pourrais rester des heures à contempler ma fille…


Depuis quelques jours, j’ai dans la tête la très belle chanson de Brel (qui fut un piètre père par ailleurs, mais bon) qu’il écrivit à la naissance de sa troisième fille, Isabelle. En voici le début :
Quand Isabelle dort plus rien ne bouge
Quand Isabelle dort au berceau de sa joie
Sais-tu qu´elle vole la coquine
Les oasis du Sahara
Les poissons dorés de la Chine
Et les jardins de l´Alhambra
Quand Isabelle dort plus rien ne bouge
Quand Isabelle dort au berceau de sa joie
Elle vole les rêves et les jeux
D´une rose et d´un bouton d´or
Pour se les poser dans les yeux
Belle Isabelle quand elle dort

Bon père ou non, je pense que Brel a vécu, comme tout adulte peut-être, cette étrange fascination qu'exerce sur nous les nouveaux-nés !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire