lundi 23 avril 2012

Simplicité parentale

Oui, le titre de cet article est un peu bizarre : il s’agit d’une tentative de traduction d’un concept anglo-saxon “the simplicity parenting“, un mélange entre le concept de parentalité et celui de simplicité volontaire. Très curieusement, le concept n’existe pas en français et aucun des livres traitant du sujet n’a, à ma connaissance, été encore traduit.

Simplicity parenting,
Kim John Payne M. Ed, Lisa M. Ross
Living simply with children, Marie Sherlock.
Raising kids who will make a difference,Susan V. Vogt.


Je suis bien décidée, dès que j’aurai un peu récupéré (dans treize ans ?), à lire ces ouvrages en anglais ! Pour le moment, étant toujours dans un état de demi-somnolence, j’aspire à des lectures plus aisées… L’un de vous connait-il un de ces ouvrages (ou d’autres sur le sujet) ?

On peut se demander quel est le lien entre simplicité volontaire et éducation montessorienne… Peut-être n’y en a-t-il pas directement, d’ailleurs. Ce serait un bel anachronisme d’imaginer Maria Montessori se préoccupant de ces questions !! Pourtant, si elle vivait à notre époque, je suis sûre qu’elle s’y intéresserait. Et je constate que bon nombre de parents sensibles à sa pédagogie et à son bon-sens sont des parents qui tiennent à certaines valeurs de simplicité.

Et puis, il y a autre chose. L’aspect matériel tient une telle place dans la pensée montessorienne ! Bien sûr, il s’agit d’un matériel “investi d’esprit”, qui n’a d’intérêt que parce qu’il n’a pas sa fin en soi ! Il ne s’agit pas de posséder de jolies petites chaises pour enfant pour posséder de jolies petites chaises pour enfant !, mais bien pour favoriser l’autonomie, le sens du beau, etc… N’empêche que le marché de l’enfance est lucratif, que les écoles Montessori sont chères (quand on sait ce que coûte une école à une collectivité, c’est totalement justifié, bien sûr), et que le matériel pédagogique Montessori, même si on décide de le fabriquer soi-même, coûte un bras…

Enfin, toujours est-il qu’engluée comme je suis actuellement dans des préoccupations matérielles (ré-aménager notre minuscule salle de bain avant la naissance de la Damoiselle de façon à ce qu’il soit aisé d’y changer deux bébés… et de s’y laver pour deux adultes !, finir d’organiser la chambre d’Antonin, remiser une fois pour toutes mes manuels scolaires puisque je ne reprends pas le travail avant deux ans, ranger les belles étagères de la cuisine que je viens d’installer avec ma maman, et je ne parle pas de mon sac pour la maternité qui n’est même pas bouclé…), j’aurai bien eu besoin de “faire une pause” avec une de ces lectures pour m’aider à me recentrer sur l’essentiel !

Du coup, je rêve, et j’essaie d’imaginer les idées directrices que peuvent contenir ces livres. Il est vrai que si on ne tient compte que de l’éducation des bébés, la “simplicité parentale” est, somme toute assez facile à instaurer, puisque l’enfant de moins de trois ans se construit psychologiquement dans un rapport d’identification à ses parents. Il ne s’agit pour nous, pour le moment, que d’être conséquent vis-à-vis de nous-mêmes, et le tout-petit n’est pas dupe. Ce ne sera qu’ensuite que les choses se gâteront, que nos loupiots se mettront à désirer le dernier gadget à la mode… Et ce sera alors le temps épuisant des explications, des démonstrations… avec parfois le sentiment de ne pas faire le poids devant les séductions stupides des publicités… Si vous étes passés par là avec un enfant plus grand, ou un ado, s’il-vous-plait, racontez-moi !

Voici quelques idées (simple bon sens, en fait) que j’essaie d’appliquer :

1. Concernant l’alimentation, l’allaitement maternel est de loin  la solution la plus simple et la plus naturelle pour nourrir son bébé. Pour continuer dans une bonne dynamique, on peut préparer soi-même, avec de bons produits bio, compotes, jus de fruits ou de légumes, et petits pots. Dès que les horaires du bébé le permettent, organisons-nous pour que les repas soient pris tous ensemble, en famille (sans télé, ni radio, cela va de soi…). C’est un moment pour échanger, relater sa journée, faire part de ses joies et de ses préoccupations, et pour se détendre. Prenons notre temps ! Ecoutons ce que nos enfants ont à nous dire, et profitons de l’occasion pour leur inculquer les bases en matière d’équilibre alimentaire et de diététique. Très vite, toute la famille peut participer aussi bien à la confection du repas, qu’à mettre la table et à la débarrasser. Pour aller plus loin, on peut se débrouiller pour apprendre à reconnaître les plantes sauvages comestibles, et partager ce savoir ancestral, hélàs oublié, à nos enfants ! Il suffit de se baisser pour ramasser bourrache ou ortie, et leur cueillette est l’occasion d’agréables promenades en campagne ou en montagne. De plus, nombre de ces plantes ont des vertus thérapeutiques reconnues !

2. Incitons nos enfants à sortir et à jouer avec les amis de leur âge. Prendre l’habitude tout petit du plein air, du sport et de la nature le préservera (peut-être) des trop longues heures passées devant la télévision ou les jeux vidéo… On peut alors espérer que quelque chose lui manquera ! Dès que l’enfant marche de manière assurée, essayons de l’habituer à nous suivre en promenade : ne le sous-estimons pas, un enfant peut parcourir 1,5 km par année d’âge (soit 3 km à 2 ans et 4,5 km à 3 ans, et oui !). Pour motiver un enfant à marcher, il suffit parfois de lui donner un objectif concret : s’il nous suffit, à nous, de nous dire que nous allons visiter une ancienne chapelle, l’enfant sera plus motivé si on lui donne de petits défi (”trouver 3 jolies plumes”, “ramasser quatre fleurs pour notre herbier”…). Et pourquoi pas des vacances à dos d’âne ? Il existe des “asineries” (fermes qui élèvent des ânes) qui font aussi gîte rural, et qui mettent à disposition un âne pour nos ballades en campagne. Les enfants apprennent à le brosser et à le seller. Ce compagnon à quatre pattes porte bagage, pique-nique… et bambins fatigués ! Enfin, équipons nos vélos pour pouvoir transporter nos enfants (dès qu’ils parviennent à s’asseoir seul et que les muscles du cou sont assez solides, soit vers 8-9 mois environ) ! Le vélo est idéal pour les loisirs, mais il est aussi très utile au quotidien pour les petits déplacements, en ville comme en milieu rural.

3. Dans le même esprit, n’ayons de cesse de pratiquer avec eux des activités manuelles et créatives, dont certaines peuvent être démarrées dès la naissance (jeux, lectures, puis escalades, peinture, puis bricolage, cuisine…) ! Attention néanmoins à ne trop multiplier les activités à l’extérieur. Ménageons du temps libre à nos enfants, pour une sieste en famille, ou une séance de massage, pour prendre le temps d’écouter les chants d’oiseaux au fond du jardin ou de feuilleter ses albums préférés… Et si l’enfant tourne parfois un peu en rond, tant mieux ; son ennui se transformera en créativité et décuplera son imagination. Rappelons-le : pas de télévision, d’ordinateur ni de jeux vidéo avant trois ans ! La lecture, à l’inverse, est fortement conseillée, et elle est quasiment gratuite pour peu que l’on s’inscrive en bibliothèque. Réhabilitons enfin les jeux de société en famille ou entre amis. Il en existe de très intelligents qu’on peut proposer de bonne heure, le choix est vaste !

4. Les tout-petits sont très réceptifs à l’écologie et aux questions environnementales car ils ont un attrait inné pour la nature et les animaux. Les activités montessoriennes ne manquent pas pour entretenir et structurer cet intérêt. Si vous avez un jardin, faites participer l’ensemble de la famille pour en faire une occupation saine et ludique à la fois. Nos enfants y gagnerons à passer quelques minutes par jour à arroser ou désherber ; et les fraises récoltées seront leur meilleure récompense ! A défaut de jardin, un simple balcon ou coin de terrasse peut être aménagé pour permettre à l’enfant de planter des graines dans de petits pots.

5. Le plus difficile à appliquer : être présent, à chaque instant. Nos enfants grandissent si vite !

Avez-vous d’autres idées sur le sujet ?

Allez, une petite citation de Gandhi pour terminer :
“Vivons tous simplement pour que tous puissent simplement vivre.”

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Nous sommes heureux de vous signaler la parution en français du livre de Kim John Payne "Simplicity Parenting" "Parents, tout simplement". On peut le trouver sur ce site : http://www.editions-triades.com/livres/pedagogie/parents-tout-simplement-art1916.html
    Le 2e livre du même auteur "The Soul of Discipline" est prévu pour l'an prochain.
    Cordialement,
    Editions Triades

    RépondreSupprimer