vendredi 10 février 2012

Des goûts et des textures

Antonin en août 2011

Lorsqu’Antonin eût 6 mois, je commmençais doucement son sevrage : carottes vapeur d’abord, accompagnées d’huiles vierges (tournesol, sésame, colza, olive…) ou de purées d’oléagineux (purée d’amandes, tahin…)*, puis pommes de terre, fruits (pomme, banane, melon..) , riz, millet ou avoine cuits et moulus,  légumes de saison (chou-fleur, fenouil…)…

Cette nouvelle exploration sensorielle ne l’a pas enthousiasmé tout de suite : il fallut attendre les 8 mois d’Antonin pour qu’il ouvre lui-même grand la bouche en voyant la cuillère, et encore se lassait-il assez vite de l’exercice. Jusqu’à ses un an, la plupart de ses repas étaient donné au biberon. A vrai dire, cela m’embêtait passablement : je rêvais d’arrêter le lait maternisé synthétique, et je ne trouvais pas très montessoriens ces repas de soupe pris au biberon : il me paraissait si logique de réserver le biberon au lait, et de proposer tout autre nourriture avec une cuillère !

Octobre 2011 : “Quoi de tel qu’un dîner - soupe
dans les bras de Maman un soir d’automne ?”

Mais Antonin est, et restera longtemps, un enfant qui a énormément besoin de têter, et le nourrissage à la cuillère est un changement si bouleversant ! Il fallut donc quelque mois pour que nous nous y fassions, et que je parvienne à lui signifier, par mon attitude intérieure aussi bien que dans mes propositions d’aménagements, que ce changement était en fait une évolution.

Ce fut parfois difficile de voir, parallèlement, tous les bébés de mes copines avaler leurs repas à la cuillère sans rechigner ; et néanmoins de prendre mon mal en patience et  d’être suffisamment attentive pour marquer chaque nouvelle étape par de nouveaux comportements, en proposant un aménagement adapté. Ce fut l’occasion, pour la maman débutante que je suis, beaucoup de réflexions, de doutes et de tâtonnements. Dur-dur de résister à l’envie d’asseoir le Damoiseau dans la belle chaise Trip Trap fambant neuve avant qu’il ne s’asseye lui-même ; dur dur d’accepter de lui donner des semaines durant toujours la même purée carotte-pomme-de-terre parce qu’il n’y avait que cela que le Damoiseau acceptait…

Et puis, depuis peu, le déclic : hormis le petit déjeuner-calin, auquel je tiens, Antonin prend désormais tous ses repas à la cuillère, et fait montre d’un solide appétit ! Depuis un mois et demi, c’est le début d’une “lune de miel”, dont j’espère qu’elle sera longue, en ce qui concerne l’alimentation du Damoiseau. Pour le moment, Antonin a adopté des habitudes alimentaires assez régulières, prend l’équivalent de trois gros repas par jour, plus un goûter composé d’un grand bol de compote et de yaourt mélangés, et n’a que peu de caprice : céleri, topinambours, champignons, oignons et échalotes, choux de toutes sortes, endives, navets, épinards, tout y passe !! (Oui, oui, malgré le fait que les légumes d’hiver ne soient pas très “glamours”…).

A chaque fois qu’une nouvelle étape s’amorce, j’essaie d’organiser de nouvelles dispositions, d’introduire de nouveaux objets qui engendreront pour Antonin de nouvelles sensations, de nouvelles manipulations, de nouvelles expériences : hélas, ce n’est pas toujours une réussite, ainsi que le prouve en image l’introduction de cette assiette en forme de trèfle dont le descriptif a l’air très montessorien, n’est-ce pas ? En fait, les cuillères soi-disant adaptées sont très larges pour la petite bouche d’un bébé, le manche court et épais est glissant et difficile à saisir, et la cuillère se retrouve invariablement dans l’assiette… Source de salissure et de gaspillage supplémentaire. Quant à l’assiette, il est vrai qu’elle est très stable, mais peu profonde ; comme Antonin adore “mélanger” sa purée très vigoureusement, elle déborde abondamment…

Rien de tel que les bon vieux classiques :
le bol !

Et pour l’eau ? Fidèle à mes principes, je n’ai jamais proposé à Antonin que de l’eau dans un petit “verre”, un capuchon de biberon en plastique transparent : il était important pour moi que le récipient soit transparent, afin que l’enfant puisse prendre des informations visuelles, et qu’il soit adapté à la taille de sa main. Mais Antonin refuse que je le fasse boire : il empoigne lui-même son verre et le porte à sa bouche… avec plus ou moins de bonheur ! Je ne mets dedans que l’équivalent d’une cuillère à café, car deux fois sur trois, le liquide n’atterrit pas dans la bouche ! Hélàs, j’ai beau lui proposer à boire dès que possible, le Damoiseau en absorbe des quantités si infimes que je m’inquiète, surtout maintenant que la proportion de liquide devient négligeable dans la composition de ses repas… Si quelqu’un a un “truc” pour faire boire un bébé, je prends !! (Je précise que je refuse “d’appater” Antonin avec des boissons sucrées, et que je parle ici d’eau, ou à la rigueur d’infusions légères).

Le mot de la fin : je ne m’attendais pas à ce que nourrir mon enfant me prenne autant de temps (et je ne parle même pas des courses et de la confection des plats en elle-même) ! Je tiens absolument à ce que ses repas soient pour Antonin des moments de plaisir, ce qui suppose d’accepter les explorations du Damoiseau : en ce moment, alors qu’il sort d’une période où il portait bien la cuillère à sa bouche, Antonin préfère verser des cuillèrées de purée sur la table et taper dedans du plat de la main… Patience… Un jour viendra où ce grand garçon mangera seul et où je me dirais que les premières années ont vraiment passé trop vite…

* Il existe une polémique par rapport à l’introduction des oléagineux à laquelle je ne souhaite pas du tout participer ! L’ordre avec lequel j’ai présenté les aliments à Antonin n’est en aucun cas un modèle et est influencé par mon végétarisme et les ingrédients que j’ai moi-même l’habitude de consommer au quotidien. Je sais seulement que les purées d’oléagineux sont riches en protéines et en acides gras insaturés, qu’elles contiennent du calcium, du magnésium, du phosphore et la précieuse vitamine E, et qu’elles ont été données de tout temps aux bébés en complément du lait maternel. Je sais surtout qu’elles n’ont jamais posé aucun problème à Antonin, mais chaque bébé a une sensibilité digestive unique ! A vous d’observer les réactions du vôtre et de suivre votre instinct de parent !

1 commentaire:

  1. Tu me rassures beaucoup.
    Mon bébé n'accepte pas pour le moment de manger à la cuillère, mais par contre il avale goulument sa soupe donnée au biberon.
    Il n'a que 5 mois et demi mais je n'avais pas eu du tout ce "problème" avec mon ainé qui était passé du sein/bib à la cuillère à ses 5 mois sans aucun tracas.

    RépondreSupprimer